Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
arbre creux
conseil

Arbre creux : que faire et doit-on intervenir ?

Les cavités sont-elles synonymes de mort de l'arbre ?

Lorsqu’un arbre vieillit ou a subi des accidents dans sa vie, il est fréquent d’apercevoir çà et là des trous plus ou moins grands se former. Ces cavités se retrouvent alors sur le tronc ou sur les branches de l’arbre. Qu’un arbre se creuse inquiète bien souvent les jardiniers. Mais la présence de cavités signifie-t-elle la mort de l’arbre ? Que peut-on faire pour « reboucher » ce trou ? Mais, au fait, doit-on vraiment intervenir ?

Pourquoi une cavité se creuse dans un arbre ?

Durant la croissance d’un arbre, dans la nature comme au jardin, certaines branches manquant de lumière dépérissent et tombent naturellement ou se brisent sous l’action du vent. Ajoutons à cela, les divers travaux de taille et d’élagage sur nos arbres.

L’endroit où était « fixée » la branche devient alors une surface vulnérable aux agressions extérieures : en premier lieu les phénomènes météorologiques comme le gel, la pluie et la neige, le vent, la chaleur, ou même carrément la foudre dans les cas les plus graves. D’autres blessures peuvent aussi apparaître à la suite d’une maladie (chancre), d’une attaque d’un animal (rongeur, lapins ou chevreuils) ou de l’attaque… du jardinier avec sa tondeuse, une débroussailleuse ou lors d’une taille maladroite.

Ces blessures vont permettre aux êtres vivants xylophages – qui se nourrissent du bois – de s’installer. Les champignons, les insectes et certaines bactéries vont alors commencer à creuser un trou. Par la suite, ce trou sera agrandi petit à petit par divers animaux qui utiliseront cette cavité comme lieu de protection ou de nidification (divers oiseaux, petits mammifères…).

Les cavités dans une branche ou le tronc ont plusieurs causes

Une cavité se creuse : Comment y remédier ?

Jadis, quelques énergumènes rebouchaient les trous dans l’écorce des arbres à l’aide de béton. Oubliez ça ! Définitivement ! Le béton favorise le pourrissement en bloquant l’aération. De plus, le béton est rigide tandis que l’arbre est par définition souple et vivant, ce qui a pour effet d’agrandir encore la blessure. Certains fixent des plaques de métal ou de bois pour boucher l’entrée du trou de certains vieux arbres sans plus de succès. D’autres encore tentent la pose d’un grillage à clouer sur les rebords de la cavité : ce grillage à maille fine empêchera les gros animaux de continuer à creuser ou d’y loger. Mais cela n’arrêtera pas les insectes. Une grille évite aussi aux éléments organiques de s’y loger puis d’y pourrir, comme les feuilles mortes par exemple. De plus, on doit fixer cette grille à l’aide de clous ce qui occasionne encore une blessure supplémentaire. Vous l’aurez compris, toutes ces pratiques d’un autre âge ont fait généralement bien pire que mieux !

Une solution un peu plus douce et plus efficace peut être néanmoins apportée :

  • Un baume d’argile : l’argile est utilisée généralement pour de petites blessures, mais peut aussi servir à « boucher » une cavité sans trop bloquer l’aération. En premier lieu, il convient de nettoyer la blessure à l’aide d’une brosse métallique. Par la suite, il suffit de verser de l’argile verte dans un bol et d’y apporter de l’eau. Homogénéisez le tout avec une spatule puis appliquez en grosse couche sur le trou à reboucher. L’argile est naturelle et ne restera en place que le temps que l’arbre cicatrise de lui-même. Si votre terre est très argileuse, vous pouvez même l’utiliser. Certains apportent un peu d’huile végétale pour éviter que l’argile se craquelle en séchant. D’autres encore y ajoutaient jadis un peu de bouse de vache (qui a dit Beurk ?), et appelaient ce mélange : onguent de Saint-Fiacre.

Si la cavité se remplit régulièrement d’eau, il convient aussi d’intervenir. On pratiquera un drain à l’aide d’une perceuse pour évacuer l’eau de la cavité. Ce drain sera rempli par un tuyau de plastique du fond du trou jusqu’à l’extérieur de l’arbre.

Nota bene : d’autres solutions existent comme le mastic à cicatriser pour protéger des agressions extérieures, mais qui a tendance à être trop hermétique et à « enfermer le loup dans la bergerie« , c’est-à-dire les microorganismes responsables de maladies ; ou le goudron de Norvège qui est totalement inefficace et est même toxique pour les cellules végétales, ralentissant le phénomène de cicatrisation. Oubliez ça aussi !

L’argile : un excellent produit cicatrisant naturel

Une cavité représente-elle vraiment un danger pour la santé de l'arbre ?

Et si on laissait faire ?

C’est la meilleure solution ! La présence de cavité chez les vieux arbres n’est pas forcément signe de mort assurée à brève échéance. Certains arbres vivent très vieux alors qu’ils sont criblés de trous : c’est souvent le cas des saules, des tilleuls, des chênes, des oliviers…

Une cavité dans un arbre est surtout une bénédiction pour la biodiversité d’un lieu, car elle présente un abri pour une foule d’animaux, grands et petits.

Certains oiseaux comme les pics, les mésanges, la Sitelle torchepot et même la Chevêche d’Athena ou l’épervier et bien d’autres oiseaux dits cavernicoles pourront y faire leur nid.

Les mammifères ne sont pas en reste, car les écureuils nichent et hibernent dans des cavités, les chauves-souris, les loirs, les lérots, les hermines, les fouines ou les martres et même les renards (des animaux extrêmement utiles à la conservation d’un écosystème en équilibre) en ont besoin aussi.

N’oublions pas les amphibiens et les reptiles comme les grenouilles, les geckos, quelques espèces de couleuvres ou certains lézards. Certaines abeilles sauvages et un grand nombre de coléoptères sont totalement inféodés au bois en décomposition, donc aux cavités. N’ayez pas peur d’eux, les oiseaux se chargeront de réguler leur population avant qu’ils ne « dévorent » votre arbre. Et ne parlons même pas des champignons !

Si vous voulez des chiffres, sachez que chez nous et en milieu forestier, les espèces animales ayant besoin d’arbres creux ou de bois morts représentent 23% de la biodiversité du milieu. C’est vous dire l’importance capitale de laisser vivre et mourir les arbres naturellement.

Toute une faune trouve refuge dans les trous d’arbre

Articles connexes


conseil

Arbres fruitiers : protéger son verger au naturel

Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)

Une réflexion au sujet de « Arbre creux : que faire et doit-on intervenir ? »

  • boulestreau marie-hélène
    boulestreau marie-hélène 16 septembre 2021 à 17 05 44 09449

    Votre site est passionnant , et sans cesse enrichi, je le recommande ,tout autour de moi, comme on consulte une encyclopédie .
    Dans le jardin, que nous possédons depuis 1936, un érable platane, déjà très vieux présentait une énorme cavité, qu ' on s est contentés de drainer, comme vous le conseillez et seule la canicule de l ' année dernière l ' a achevé. C ' est un bel exemple de survie !

    Répondre
Laisser un commentaire