Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander

Asters : planter, cultiver et entretenir

Les Asters en quelques mots

  • Les asters illuminent l’automne par leur floraison généreuse et colorée !
  • Leurs fleurs en forme de marguerites offrent une large gamme de couleurs : blanc, rose, mauve, bleu… avec souvent un cœur jaune.
  • Des plus petites variétés aux plus hautes, ils offrent une grande diversité de ports !
  • Ils s’étendent aisément, sont faciles à diviser et peuvent même se naturaliser
  • Leur floraison vaporeuse donne de la légèreté et du volume aux massifs
  • Ils s’intègrent bien aux jardins de style naturaliste et sauvage
  • L’aster est une plante idéale pour les terrains drainants et ensoleillés !

Le mot de notre Experte

Les asters sont des plantes vivaces qui illuminent les massifs en automne par leur floraison colorée ! C’est la fleur de fin d’été par excellence ! Il existe d’innombrables variétés, qui se déclinent dans de belles nuances de bleu, violet, blanc ou rose. Bien que les plus courants soient les asters d’automne, comme l’Aster novi-belgii, on trouve aussi des variétés à floraison printanière ou estivale, comme l’Aster des Alpes (Aster alpinus). On craque pour leur floraison lumineuse et étoilée ! Avec leur côté vaporeux et léger, les variétés hautes apportent beaucoup de volume lorsqu’elles sont placées en fond de massif. À l’inverse, les asters nains, comme l’Aster dumosus, agrémentent à merveille le premier plan des massifs !

Les Asters sont des vivaces d’automne très rustiques et peu exigeantes, ce qui les rend assez faciles à cultiver. Ils apprécient les terrains drainants et les expositions ensoleillées. Certains, comme l’Aster pringlei ‘Monte Cassino’, constituent une véritable solution pour les terrains secs et chauds, où les autres plantes ont du mal à pousser. Les asters s’étendent facilement grâce à leurs rhizomes et peuvent parfois se naturaliser. Il est assez simple de les multiplier par division. Les variétés les plus basses s’adaptent à une culture en pot ou se plairont en rocaille. Les asters sont des plantes assez polyvalentes… leur seul point faible est d’être sensibles à l’oïdium ! Mais il suffit pour cela de choisir des variétés résistantes, comme les Asters novae-angliae.

Botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Aster sp.

Famille : Asteraceae

Nom commun : Aster

Floraison : automnale. Parfois printanière ou estivale suivant les variétés.

Hauteur : de 20-30 cm jusqu’à 1,50 m

Exposition : soleil ou mi-ombre

Sol : léger, frais et drainant

Rusticité : au moins jusqu’à – 20 °C

Les Asters comptent près de 250 espèces, principalement vivaces, mais aussi annuelles ou bisannuelles. Il existe même des sous-arbrisseaux. Ils proviennent principalement d’Amérique du Nord. Quelques espèces sont originaires d’Asie et d’Europe. En France, on trouve surtout Aster amellus, Aster tripolium, Aster pyrenaeus, Aster linosyris, ainsi que Aster alpinus dans les régions montagneuses. Certains sont protégés ! Les Asters les plus fréquemment cultivés sont Aster novae-angliae et Aster novi-belgii, deux espèces assez proches et difficiles à différencier. Ce sont des plantes tout à fait rustiques : ils supportent au moins jusqu’à – 20 °C !

Ils appartiennent à la famille des Astéracées. Avec plus de 20 000 espèces, c’est l’une des plus grandes familles du règne végétal. Elle rassemble de nombreuses plantes fréquemment cultivées dans les jardins, comme les marguerites, soucis ou dahlias, mais aussi les pâquerettes. Elle comprend aussi des plantes consommées comme légumes comme l’artichaut ou la laitue.

La floraison des asters

De haut en bas : Aster novi-belgii ‘Carmen’, Aster amellus ‘Veilchenkonigin’, Aster diplostephioides et Aster dumosus ‘Jenny’

Le nom Aster vient du grec et signifie Étoile, en référence à la forme des fleurs. De nombreux asters ont changé de nom pour s’appeler désormais Symphyotrichum ou Eurybia.

Les asters peuvent pousser en touffe érigée ou prendre un port plutôt tapissant. Leur hauteur est très variable. Certains dépassent 1 mètre de haut. Les Asters novae-angliae comptent parmi les plus hauts (jusqu’à 1,50 m pour la variété ‘Violetta’). D’autres forment de petits coussins, n’excédant pas 30 cm de haut, comme Aster dumosus ‘Marjorie’. Il existe même une espèce grimpante : Aster carolinianus ! Les asters ont souvent des tiges ramifiées et très robustes, parfois presque ligneuses.

Les asters fleurissent généralement en automne, mais il existe aussi des variétés à floraison printanière (comme Aster alpinus) ou estivale (comme Aster sibiricus). Leur floraison est très colorée et abondante ! Ils offrent une superbe palette de bleu, mauve et rose. Légère et vaporeuse, elle apporte un effet « nuageux » comme chez les gypsophiles ! C’est particulièrement le cas chez Aster ‘Monte Cassino’, qui possède une multitude de petites fleurs blanches.

Les fleurs sont disposées en capitules, qui mesurent entre 1 et 8 cm de diamètre, et ressemblent à des fleurs de pâquerettes ou de marguerites. Ce que l’on pense être une seule fleur est en réalité une multitude de minuscules fleurs regroupées, de deux types : des fleurs jaunes tubulées au centre, et des fleurs ligulées (composées d’un long pétale coloré) sur l’extérieur. Les couleurs varient entre le rose, le violet, le bleu et le blanc, avec des pétales réunis autour d’un cœur jaune. Certains Asters offrent une floraison d’un rose éclatant !

Planche botanique - Aster de Nouvelle-Angleterre

Aster novae-angliae : illustration botanique

La floraison peut être simple ou double. Ainsi, suivant les variétés, les pétales (ou plutôt, les fleurs ligulées situées sur l’extérieur du capitule) sont plus ou moins nombreux. Il y en a plusieurs rangées chez Aster dumosus ‘Starlight’, ce qui lui donne un côté assez sophistiqué, tandis que l’Aster cordifolius ‘Ideal’ en a beaucoup moins. Certaines variétés ne possèdent pas de fleurs ligulées : c’est justement ce qui donne un aspect si différent aux fleurs jaunes de l’Aster linosyris.

Utilisés en fleurs coupées, les asters apportent de la légèreté aux bouquets. Ils durent au moins une semaine en vase. Ce sont également de bonnes plantes mellifères, leurs fleurs attirent de nombreux insectes et papillons.

Les asters ont des feuilles simples et assez fines, à l’exception de celles des Aster macrophyllus et cordifolius, qui sont larges et en forme de cœur. Les feuilles sont caduques et disposées de façon alterne sur la tige. Elles sont généralement vertes, mais peuvent aussi prendre des teintes très sombres, par exemple pourpres chez Aster laterifolius ‘Lady in Black’.

Les asters possèdent des rhizomes grâce auxquels ils peuvent s’étendre largement. Certains peuvent même se naturaliser !

Après la floraison, les asters portent des fruits décoratifs, composés d’un akène relié à une aigrette de soies, qui leur permet de s’envoler avec le vent comme les fleurs de pissenlit ! Ils ont un côté très léger et délicat.

Les espèces botaniques :

  • Aster novi-belgii

Ce sont les asters les plus répandus dans les jardins. Ils fleurissent en automne, un peu plus tôt que les Aster novae angliae. Ils sont aussi plus sensibles aux maladies, notamment à l’oïdium.

  • Aster novae angliae

Couramment cultivés, ces asters offrent une floraison automnale, souvent violette. Ils ont l’avantage d’être assez peu sensibles aux maladies. Ils dépassent souvent 1 mètre de hauteur. Leur floraison est un peu plus dense que celle des Asters novi-belgii.

  • Aster amellus

Il s’agit d’un aster de taille intermédiaire, à floraison estivale bleu – violet. Il est protégé en France. On l’appelle aussi « Œil du Christ ».

  • Aster dumosus

Originaire d’Amérique du Nord, cet Aster offre une floraison bleu – mauve en été. Il est assez compact et forme des coussins. Il s’adapte bien à une culture en pot ! Découvrez la variété ‘Jenny’, à fleurs roses.

  • Aster alpinus

L’Aster des Alpes a la particularité de fleurir au printemps. Avec son port étalé et assez bas, c’est une bonne plante de rocaille. Il a été primé Award of Garden Merit par la Royal Horticulture Society (RHS).

Graines d'Aster subulatus

Les graines des Asters sont surmontées d’une aigrette qui leur permet de s’envoler, pour être disséminées par le vent. (ici, Aster subulatus – photo Harry Rose)

Les principales variétés d'Asters

Les variétés les plus populaires

Aster lateriflorus Lady In Black

Fleurit en Sept. à Oct.

Hauteur à maturité: 120 cm

Cet aster se couvre en automne de nombreuses petites fleurs blanches et roses, mises en valeur par un feuillage très sombre, pourpré. C'est une variété assez haute. Facile à cultiver, elle apprécie le plein soleil mais supporte aussi l’ombre légère.

Aster cordifolius Idéal

Fleurit en Sept. à Nov.

Hauteur à maturité: 90 cm

Aster pringlei Monte Cassino

Fleurit en Août à Nov.

Hauteur à maturité: 100 cm

Une plante assez haute, dont la floraison particulièrement légère crée un effet vaporeux proche de celle des gypsophiles. Il porte une multitude de petites fleurs blanches, et des feuilles très fines. Il apprécie le soleil direct et est très résistant à la sécheresse. Il a été primé Award of Garden Merit par la Royal Horticulture Society (RHS).

Aster novae-angliae Septemberrubin - Septembre rouge

Fleurit en Août à Sept.

Hauteur à maturité: 120 cm

Cette variété possède une floraison bien plus vive, avec des pétales d’un rose - rouge éclatant répartis autour d’un cœur jaune. C’est une variété haute, que l’on trouve aussi sous le nom de ‘September Ruby’. Elle est sensible à l’oïdium, mais supporte assez bien les sols secs. Profitez de sa floraison colorée pour composer des bouquets !

Aster dumosus Jenny - Aster nain

Fleurit en Août à Oct.

Hauteur à maturité: 35 cm

L'Aster 'Jenny' est une variété assez compacte, dont on apprécie la floraison d’un rose éclatant ! Elle affectionne les terrains relativement frais et assez riches. Vous pouvez l’installer sur le devant d’un massif ou la cultiver en jardinière.

Aster novae angliae Herbstschnee - Aster grand d'automne

Fleurit en Août à Nov.

Hauteur à maturité: 120 cm

Cet aster porte de grandes fleurs blanc pur au cœur jaune, qui ressemblent à des marguerites. Il est robuste et résistant à l’oïdium. C’est une variété haute, qui apportera du volume à un massif.

Aster dumosus Lady In Blue

Fleurit en Sept. à Oct.

Hauteur à maturité: 25 cm

Lady In Blue' est un petit aster au port compact, idéal pour fleurir une bordure ou le devant de vos massifs. Il possède une abondante floraison d’un bleu tendre.

Nos variétés préférées

Aster novae-angliae Andenken an Alma Pötschke

Fleurit en Sept. à Oct.

Hauteur à maturité: 150 cm

Il s’agit d’une variété haute qui offre dès la fin de l’été une généreuse floraison rose rouge, au cœur jaune. C’est une plante robuste, peu sensible aux maladies. Elle apportera beaucoup de couleur à vos massifs !

Aster cordifolius Little Carlow - Aster d'automne

Fleurit en Sept. à Oct.

Hauteur à maturité: 90 cm

L’aster ‘Little Carlow’ est une variété haute qui se couvre en début d’automne d’innombrables petites fleurs bleu mauve. Elle a été primée Award of Garden Merit par la Royal Horticulture Society (RHS). On l’apprécie pour sa floraison abondante et délicate.

Aster frikartii Mönch - Aster d'automne

Fleurit en Juil. à Oct.

Hauteur à maturité: 70 cm

Il s’agit d’une variété de taille intermédiaire, à longue floraison estivale. Elle possède de grandes fleurs bleu tendre et un feuillage vert sombre. Elle est assez peu sensible aux maladies. Il a été primé Award of Garden Merit par la Royal Horticulture Society (RHS).

Aster novi-belgii Marie Ballard - Aster grand d’automne

Fleurit en Sept. à Oct.

Hauteur à maturité: 100 cm

Cette variété haute porte en automne des fleurs d'un beau bleu tendre. On l’apprécie pour sa teinte délicate et sa floraison double, dont les nombreux pétales dissimulent le cœur jaune de la fleur. Elle est traçante.

Aster amellus Veilchenkönigin Violet Queen - Aster d'automne

Fleurit en Juil. à Nov.

Hauteur à maturité: 50 cm

Une variété compacte à longue floraison. Elle se couvre à partir du milieu de l’été de multiples fleurs violettes nuancées par un centre jaune. Elle est facile à cultiver et a été primée Award of Garden Merit par la Royal Horticulture Society (RHS).

Les autres variétés à découvrir

Aster linosyris - Aster d'automne

Fleurit en Août à Sept.

Hauteur à maturité: 60 cm

Un Aster surprenant, qui offre une belle floraison estivale jaune, sans fleurs ligulées. Il est assez compact et apportera de la luminosité à vos massifs. Il pousse spontanément en France. Il a récemment changé de nom pour s’appeler Galatella linosyris.

Aster Novi Belgii Fellowship

Fleurit en Août à Oct.

Hauteur à maturité: 120 cm

Cette variété possède de grandes fleurs doubles, rose tendre. La couleur délicate de ses nombreux pétales permet de l’intégrer facilement dans un massif romantique. Elle a été primée Award of Garden Merit par la Royal Horticulture Society (RHS).

Aster hybride Ann Leys

Fleurit en Sept. à Nov.

Hauteur à maturité: 65 cm

Une variété étonnante, qui ne ressemble à aucune autre ! Elle porte en automne des fleurs pourpre sombre, entourées par de nombreuses bractées vertes. C’est une bonne variété pour composer des bouquets. Profitez de sa teinte pourpre pour donner de la profondeur à vos massifs et contraster avec des floraisons plus vives !

Aster novae-angliae Purple Dome - Aster d'automne

Fleurit en Sept. à Oct.

Hauteur à maturité: 100 cm

L'Aster 'Purple Dome' est une variété naine, très touffue. À partir du mois de septembre, il se couvre de fleurs violet pourpre, nuancées par un cœur jaune. Il est résistant à l’oïdium et s’adapte à une culture en pot.

Aster divaricatus - Aster divariqué

Fleurit en Sept. à Nov.

Hauteur à maturité: 50 cm

Il s’agit d’un aster plutôt bas, qui offre en fin d’été de nombreuses petites fleurs blanches, au cœur jaune – brun, portées par des tiges noires. Les fleurs comptent assez peu de pétales par rapport à d’autres variétés. Adapté aux situations ombragées, il se plaira si vous l’installez en sous-bois. On l’apprécie pour son côté naturel et sauvage !

Aster diplostephioides

Fleurit en Juin à Août

Hauteur à maturité: 30 cm

Cet aster, originaire d’Asie, nous surprend par ses fleurs très différentes des autres variétés ! Il possède de nombreux pétales vraiment fins, mauve pâle, réunis autour d’un gros cœur jaune et noir. Il se plaira en rocaille.

 

Plantation des asters

Où planter ?

Plantez vos asters de préférence en plein soleil ! Certaines variétés apprécient une situation légèrement ombragée. L’espèce la plus adaptée à l’ombre est Aster divaricatus : n’hésitez pas à l’installer en sous-bois. La plupart se plairont en terrain drainant, mais qui reste frais en été. Ils n’aiment pas l’excès d’humidité en hiver, car un sol détrempé risquerait de faire pourrir les racines. Si votre terrain est lourd, apportez du compost pour l’alléger et le rendre plus riche.

Certains préfèrent les terrains drainants, plutôt secs, et ensoleillés. C’est généralement le cas des variétés compactes, qui se plaisent en rocaille. Les plus adaptés pour cet usage sont Aster amellus, Aster alpinus et Aster tongolensis. À l’inverse, d’autres variétés ont une préférence pour les sols riches et frais, à mi-ombre. Ainsi, l’aster novae angliae affectionnent les sols frais voire humides. Évitez les terrains trop sableux, qui se dessèchent rapidement. Ils apprécient les sols assez riches en humus. C’est pourquoi nous conseillons de faire des apports de matière organique. De manière générale, les asters supportent assez bien les terrains calcaires.

Installez les variétés les plus grandes, comme Aster tataricus ‘Jindai’ en fond de massif, tandis que les plus petites, comme Aster ‘Wartburgstern’ ou les Asters dumosus sont parfaites pour colorer le devant d’un massif ou une bordure !

Si vous souhaitez les cultiver en pot, choisissez les variétés les plus compactes. L’aster dumosus est particulièrement adapté ! Découvrez la variété ‘Jenny’ à floraison rose vif. Les asters plantés en jardinière nécessiteront des arrosages plus réguliers qu’en pleine terre.

Plantation des asters : à l'ombre, en massif ou en rocaille

L’Aster divaricatus appréciera d’être installé en sous-bois, l’Aster novi-belgii ‘Lady in Blue’ se plaira en massif, tandis que l’Aster alpinus est plutôt adapté à une plantation en rocaille.

Quand planter ?

Nous vous conseillons de planter les asters à l’automne, même s’il est aussi possible de le faire au printemps.

Comment planter les asters ?

  1. Humidifiez la motte en la plaçant dans un bac rempli d’eau
  2. Creusez un trou de plantation, assez profond, de deux à trois fois la taille de la motte.
  3. Apportez du compost pour enrichir le sol.
  4. Placez votre aster, comblez autour de la motte, puis tassez délicatement.
  5. Tuteurez les variétés les plus hautes.
  6. Arrosez généreusement.
  7. Disposez un paillage pour conserver un sol frais et limiter la pousse des mauvaises herbes.

Continuez à arrosez les premières semaines, et si besoin au cours de l’été.

La distance de plantation est assez variable : d’une vingtaine de centimètres pour les variétés les plus compactes (ex. : Aster dumosus) à 40 ou 50 cm pour les plus grandes. En respectant une distance de plantation suffisante, vous obtiendrez des plantes plus vigoureuses et moins sensibles aux maladies, car une bonne circulation de l’air limite leur apparition.

Entretien

Faciles à cultiver, les asters sont des plantes qui nécessitent assez peu d’entretien. Il est préférable de tuteurer les variétés les plus hautes, comme les Aster cordifolius et Aster novae-angliae, pour éviter qu’elles ne se couchent avec le vent ou la pluie. Apportez aussi un peu de compost chaque année, au début du printemps. Nous vous suggérons de pailler, surtout pour l’été, afin que le sol reste frais. Quelques arrosages seront nécessaires en cas de sécheresse estivale. Lorsque vous arrosez, dirigez le jet vers le pied de la plante, en évitant d’éclabousser le feuillage, ce qui favoriserait l’apparition de maladies (oïdium). Si vous les cultivez en pot, arrosez régulièrement car le substrat se dessèche plus vite qu’en pleine terre, et apportez de l’engrais liquide durant l’été. Il est important de diviser les asters au moins tous les quatre ans pour rajeunir et aérer les touffes. Vous pouvez supprimer les fleurs fanées au fur et à mesure pour prolonger la floraison, et éviter que vos asters ne se ressèment spontanément.

Les asters sont assez sensibles à l’oïdium, surtout Aster novi-belgii. Nous vous conseillons d’effectuer un traitement préventif durant l’été, par exemple avec du soufre ou du purin de prêles. Cette maladie est favorisée par une plantation dense, une situation confinée (il faut que l’air circule) et ombragée. Pour l’éviter, installez vos asters en plein soleil et maintenez un sol frais durant l’été. Privilégiez aussi les asters novae-angliae, ils y sont bien moins sensibles.

Les Asters sont parfois atteints par la rouille, qui se traduit par des taches décolorées sur les feuilles, et des pustules couleur rouille sur le revers de celles-ci. Ils sont également sensibles au mildiou. L’humidité favorise ces maladies, et pour y remédier la bouillie bordelaise et le purin de prêles sont assez efficaces. Nous vous suggérons aussi de retirer les parties abimées pour limiter leur expansion. De manière générale, pour protéger vos asters des maladies, placez-les en terrain drainant, évitez de les planter de façon trop dense et d’arroser le feuillage. Un sol détrempé les rend plus sensibles aux maladies.

Les limaces et escargots apprécient de grignoter les jeunes feuilles d’asters. En prévention, vous pouvez placer de la cendre de bois ou de la sciure autour d’eux pour faire barrière. Parfois, les pucerons s’attaquent aussi aux asters.

Nous vous conseillons de tailler les asters au mois de juin. Raccourcissez les tiges de moitié à l’aide d’un sécateur. Cela encourage une meilleure floraison, un port plus touffu et compact, tout en permettant une bonne circulation de l’air, ce qui limite ainsi les risques de maladies (oïdium). De même, au début de l’hiver, lorsque les tiges ont séché, il est préférable de les rabattre au niveau du sol. Si vous habitez une région au climat rigoureux, attendez la fin de l’hiver, car les tiges protègeront la plante du froid.

 

Aster frikartii 'Monch' - Aster d'automne

Aster x frikartii ‘Mönch’ (photo Dominicus Johannes Bergsma)

Multiplication

Les asters se multiplient assez facilement. Nous vous conseillons plutôt de le faire par division, technique qui vous assurera d’obtenir rapidement de nouveaux plants identiques à la variété d’origine, contrairement au semis.

Division de touffes

La division est la meilleure technique pour multiplier les asters. Faites-le tous les trois ans pour les Asters dumosus, novi-belgii, novae-angliae et x frikartii. Intervenez de préférence au printemps, autour du mois d’avril, bien que la division soit aussi possible à l’automne.

Diviser les asters permet de rajeunir les touffes et de les rendre plus vigoureuses. Cela vous aidera à contrôler leur expansion, pour éviter qu’elles n’envahissent l’espace au détriment d’autres plantes. De plus, cela aére les touffes et prévient l’apparition de l’oïdium en permettant une meilleure circulation de l’air.

Repérez les Asters à diviser, puis coupez les tiges sèches au ras du sol. Déterrez la touffe avec une bêche. Divisez ensuite la souche en plusieurs morceaux, de façon à ce que chacun ait assez de racines et plusieurs jeunes pousses. Replantez puis arrosez généreusement. Nous vous conseillons d’installer un paillage pour que le sol reste frais.

Découvrez nos conseils vidéo – Diviser un Aster :

 

Bouturage

Vous pouvez bouturer les tiges des asters au printemps.

  1. Commencez par préparer un pot en le remplissant d’un mélange de terreau et de sable.
  2. Prélevez un fragment de tige, d’environ 10 centimètres de longueur. Coupez-le à la base juste en dessous d’un nœud (point d’insertion des feuilles sur la tige).
  3. Préparez la bouture en supprimant les feuilles situées à la base. Laissez juste quelques feuilles sur le haut de la tige.
  4. Faites un trou dans le substrat avec une tige fine ou un crayon.
  5. Placez la bouture dans le trou, puis tassez autour de la tige pour assurer un bon contact entre la plante et le substrat et éviter ainsi les poches d’air.
  6. Arrosez
  7. Placez les pots à un emplacement lumineux, à l’abri du soleil direct.

Veillez à ce que le substrat reste frais, mais sans excès d’humidité, le temps que la bouture s’enracine. Attendez l’automne pour installer les jeunes plants en pleine terre.

Semis

Beaucoup de variétés d’asters se ressèment spontanément, au point de devenir presque invasifs. Vous obtiendrez vite une grande quantité de plants, mais vous pourrez vous en débarrasser assez facilement en les arrachant.

Semez vos asters au printemps, soit directement en pleine terre, soit sous abri pour les planter à l’automne à leur emplacement définitif. Les hybrides sont stériles.

Préparez des pots en les remplissant de terreau et tassez délicatement. Semez ensuite les graines puis recouvrez d’une fine couche de terreau. Arrosez et placez les pots sous abri. Le substrat doit rester humide jusqu’à la germination, qui se produira au bout d’une à deux semaines. À l’automne, vous pourrez installer vos semis en pleine terre.

Associer les asters

Avec leur port aéré et leur floraison à la fois délicate et légère, les asters accompagnent à merveille les graminées (par exemple, stipa, miscanthus ou pennisetum). Les variétés les plus hautes créent un bel effet de prairie sauvage.

Association avec asters, graminées, kniphofias, aconit

Une belle association avec des graminées ! Aster ‘Sonora’ avec Calamagrostis ‘Karl Foerster’, Aconitum carmichaelii ‘Arendsii’, Kniphofia et Miscanthus. (copyright MAP – Clive Nicholspettifers Garden Oxfordshire)

 

Les asters entrent facilement dans la composition de mixed-borders colorés, en compagnie d’autres vivaces et arbustes. Les variétés les plus basses permettent d’animer le devant des massifs, tandis que les plus hautes apporteront du volume en fond de massif. En bordure, vous pouvez utiliser Aster lateriflorus ‘Horizontalis’ qui forme une touffe basse et étalée qui se couvre à l’automne de petites fleurs blanches et pourpres. Plantez-les en compagnie de graminées, de géraniums vivaces ou d’achillées.

Les asters illuminent l’automne avec leur floraison colorée ! Profitez-en pour composer une superbe scène automnale aux tons chauds, avec des teintes qui oscillent entre le pourpre, le rose, l’orangé ou le rouge. Intégrez dans ce type de massif des graminées, des échinacées, quelques touffes de Sedum spectabile ou de verveine de Buenos-Aires.

Inspiration avec des asters, échinacées, sédums et verveine de Buenos Aires

Les asters sont parfaits pour composer un massif d’automne ! Echinacea pallida (crédit photo GAP Jo Whitworth), Echinacea purpurea ‘Magnus’ (photo Peter Rosbjerg), Sedum ‘Herbstfreude’ et Verbena bonariensis.

Certains asters se plairont en rocaille. C’est le cas des Asters alpinus et amellus, adaptés aux situations sèches et ensoleillées. Vous pouvez les associer à des sédums, joubarbes ou à de petites graminées comme Stipa tenuifolia. À l’inverse, Aster divaricatus appréciera si vous l’installez en sous-bois, où il accompagnera fougères et hostas.

Pour plus d’inspiration, consultez notre fiche conseil : « 10 idées pour associer les Asters »

Questions fréquentes

Le feuillage de mes Asters se couvre d’un feutrage blanc ! Que faire ?

Ils sont atteints par l’Oïdium. Évitez les expositions sombres : plantez plutôt vos asters en plein soleil. Cette maladie est favorisée par une conjonction de chaleur et d’humidité stagnante. Pour y remédier, supprimez les feuilles concernées afin de limiter l’expansion de la maladie, et pulvérisez du soufre. Cette maladie touche fréquemment les Aster novi-belgii. Nous vous conseillons de privilégier plutôt les Aster novae-angliae, plus résistants. En prévention, traitez avec du soufre ou du purin de prêles. Lorsque vous arrosez, évitez le mouiller le feuillage.

Le feuillage de mes asters est marqué de taches brunes et jaunes

Vos asters sont touchés par le mildiou. Vous pouvez aussi observer un feutrage blanc sur la face inférieure des feuilles. La chaleur, l’humidité, et une trop forte densité de plantation favorisent cette maladie. Comme pour l’oïdium, les Aster novi-belgii sont les plus sensibles. Vous pouvez traiter avec de la bouillie bordelaise ou avec du bicarbonate de soude. En prévention, choisissez des variétés résistantes, assurez-vous d’avoir un sol frais et drainant, et respectez une distance de plantation suffisante.

Nous sommes début avril et mon aster ne semble pas repartir, est-il mort ?

Non, c’est tout à fait normal, car les asters sont des plantes qui sortent tardivement, souvent courant avril, voire au mois de mai. Patientez, vous le verrez bientôt démarrer sa croissance !

Mon aster se dégarnit au centre de la touffe

Comme les asters ont tendance à s’étaler avec leurs rhizomes, il arrive qu’au bout de quelques années le centre de la touffe se dégarnisse. Il faut alors les diviser. Nous conseillons de le faire au moins tous les trois ans, au printemps. Déterrez les touffes à l’aide d’une bêche puis séparez-les en plusieurs fragments, avec suffisamment de racines à chaque fois. Replantez-les puis arrosez.

1 Étoile 2 Étoile 3 Étoile 4 Étoile 5 Étoile ( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire