Le Foodscaping ou comment aménager un jardin comestible

Le Foodscaping ou comment aménager un jardin comestible

Pour un jardin beau à croquer !

Sommaire

Mis à jour le 19 Juin 2024  par Gwenaëlle 7 min.

Et si notre jardin d’ornement s’avérait aussi bon que beau ? De nombreux jardiniers en quête de bien manger s’intéressent de plus en plus à un jardin qui sait concilier l’art du beau et du comestible. Il existe en effet une grande quantité de plantes comestibles capables de rivaliser avec les plantes ornementales traditionnelles. Leur floraison, leur feuillage ou leurs couleurs n’ont d’égal que leur fructification dont on se délecte à point nommé. Légumes et fleurs condimentaires peuvent ainsi rejoindre les autres beautés au sein du jardin, et c’est d’autant plus vrai dans un petit jardin où l’on n’a pas la place d’intégrer un potager.
Quand charmant rime avec gourmand, que l’esthétique et le fonctionnel ne font plus qu’un, le jardin devient un lieu encore plus magique, durable, complètement dans l’air du temps !

Difficulté

Le "foodscaping", qu'est-ce que c'est ?

Sous ce terme anglais un peu étrange se cache une nouvelle tendance qui fait fureur outre atlantique. Né de la contraction de food (nourriture) et de landscaping (paysager) il s’agit de l’art d’intégrer des comestibles au milieu des fleurs et arbustes du jardin.
Cette nouvelle façon de concevoir le jardin prend tout son sens dans une période où se nourrir sainement devient primordial, et où s’auto-alimenter permet de faire bien des économies. Cela permet aussi d’amener la permaculture au jardin d’ornement, et de tendre vers un jardin plus soucieux de l’environnement. En remplaçant certaines plantes d’ornement par des plantes comestibles, mais esthétiques, on arrive ainsi à combler les interstices de massifs, ce qui profite au sol et allège le désherbage. Allier l’utile à l’agréable en créant un jardin aussi beau que bon, voilà donc le principe du « foodscaping ».

Il nous rappelle forcément un autre jardin nourricier beaucoup plus ancien, le jardin médiéval qui était à la fois médicinal, condimentaire, décoratif et fruitier… mais de conception close et symétrique, ou tout du moins régulière. Le nouveau jardin nourricier s’intègre à la fois dans des jardins urbains, des petits ou très grands espaces !

foodscaping definition, jardin comestible, jardin durable, jardin economique, jardin tendance, jardin beau et bon

Ramener de la couleur, des textures, des fleurs et fruits issues de plantes comestibles : le nouveau jardin nourricier nous attend !

Comment créer des massifs ou plates-bandes comestibles ?

Au lieu de confiner les plantes comestibles entre elles comme on le ferait au potager, alignées en bataillons bien sages, investissez les différents espaces du jardin avec les plus belles plantes potagères, petits fruits et plantes grimpantes : en les plantant directement auprès de vivaces et d’arbustes, elles acquièrent une nouvelle dimension, se mêlent harmonieusement et apportent une touche d’originalité.

  • Commencez par des projets simples, en insérant ça et là quelques-uns de vos fruitiers favoris ou de vos légumes fétiches, quelques vivaces faciles dotées de jolies floraisons, ainsi que des plantes médicinales et aromatiques par exemple.
  • Sur les jardins matures, il s’agit principalement d’installer des plantes entre celles déjà en place et opulentes, voire de créer des bordures
  • Prenez en compte l’exposition et les besoins en arrosage : gardez à l’esprit que les plantes comestibles fructifiant ont pour la plupart besoin de soleil pour former suffisamment de fruits. Placez les dans les plates-bandes les mieux exposées. Les plantes sélectionnées pour leur feuillage apprécieront quant à elles souvent la mi-ombre (mis à part les feuillages grisés). Les grandes plantes procurent de leur côté un ombrage bienfaisant. Plantez chacune à la bonne place dans un massif ou une haie, en n’oubliant par leurs besoins en arrosage (surtout pour les légumes), le caractère drainant ou riche du sol propre à chacune : ainsi une sauge officinale sera rapprochée d’une Verveine de Buenos Aire, quand un shiso rougi prendra place à côté de Dahlias rosés à violacées ou orangés.
  • Optimisez les associations de couleurs entre les légumes ou fruits et les fleurs et feuillages déjà en place pour des effets visuels très réussis : des aubergines violacées s’acoquineront fort bien à des fleurs jaunes et de feuillages pourpres, des choux au feuillage bleuté contrasteront avec des digitales et des campanules, les fleurs de courgettes jaunes s’alanguiront sur des massif solaires…
  • Intégrez des plantes « point de mire », hautes ou sculpturales, en milieu ou fond de massif comme l’angélique, la rhubarbe, le cardon, l’artichaut, fenouil et des plantes rampantes pour border des allées ou vous en servir comme couvre-sol : patate douce, thyms, origans…
  • Profitez-en pour créer les bon duos de plantes comestibles et de plantes ornementales, et réussir des associations gagnantes entre plantes compagnes, bénéfiques pour contrer les maladies et pour augmenter la biodiversité. Les arbres fruitiers comme le pommier ou le poirier viendront par paire pour assurer une pollinisation croisée
  • Installez tuteurs et tipi ou obélisques pour gagner de la hauteur et accueillir capucines, faire grimper des cucurbitacées de toutes sortes, mais aussi des fraisiers ou tomates cerises grimpants : la couleur rouge, orangée ou jaune sera bien visible ainsi mise en scène
  • Ne sous-estimez pas le fort impact visuel des formes fruitières palissées pour apporter une structure verticale (ou horizontale pour former des bordures avec les cordons simples) et une élégante géométrie non négligeable. Recherchez aussi les fruitiers de forme colonnaire comme le poirier ‘Obelus’ ou ‘Londres’ ou des formes sur tige. Inspirez vous des jardins de curé et des jardins de grand-mère qui intégraient déjà il y a fort longtemps l’utile à l’agréable
  • Enfin, pour certaines plantes comme l’artichaut ou le fenouil, conservez quelques pieds monter à fleurs, ils n’en seront que plus attractifs !

→ A lire :  Comment créer une forêt-jardin ? pour les grandes surfaces. Inspirez vous également de nos fiches association par couleur de massif !

jardin comestible, jardin durable, jardin economique, jardin tendance, jardin beau et bon

Plante structurante comme le cardon, formes fruitières en espalier, fleurs rampantes ou grimpantes comme les capucines : ils jouent tous un rôle décoratif ou volumateur dans le jardin, en plus de leur aspect garde-manger

Quelles sont les plantes ornementales comestibles ?

Un grand nombre de plantes jouent sur deux registres, belles à regarder et bonnes à déguster, et ont ainsi une très belle carte à jouer en mode foodscaping. Certaines variétés sont souvent intéressantes pour la couleur ou panachure de leur feuillage ou pour leurs fleurs, avant même que les fruits n’entrent en scène. On privilégie les feuillages dorés, grisés ou pourpres de nombreux légumes feuilles, vivaces ou arbustes. En voici une sélection non exhaustive, à consommer sans modération, sucrées ou salées :

foodscaping definition, jardin comestible, jardin durable, jardin economique, jardin tendance, jardin beau et bon

Fruits, fleurs, feuillages : exploitez les atouts charme de chaque plante au jardin (ici groseillier à maquereau, poirées rouges et jaunes, sauge ananas, arroche pourpre, sauge officinale pourpre et grenadier)

→ Lire aussi : Comment utiliser la capucine en cuisine ?L’hélianthi : comment le récolter, le conserver et le cuisiner ? ; Cultiver des superfruits, c’est possible !, Vigne à raisin : choisir la bonne variété, Cultiver le cornouiller mâle pour ses fruits, Planter une haie fruitière qui sort de l’ordinaire ; Cultiver le Goumi du Japon pour ses fruits comestibles ; L’argousier, un fruit comestible aux multiples bienfaits

Pour aller plus loin

De nombreux ouvrages récemment publiés abordent le concept du foodscaping. En voici quelques-uns pour en savoir beaucoup plus sur l’art de convier les plantes comestibles dans son jardin :

Commentaires

  • Kilroy, le 4 Mai 2023

    Personnellement, j'aurais traduit foodscaping par "jardin comestible" ou "jardin qui se mange" (au hasard), mais c'est très bien d'en parler, d'autant que c'est rarement évoqué en France. Même les pros du potager sont dubitatifs et pourtant...
    Foodscaping et jardin forêt sont une combinaison très intéressante : les concepts de strate et de couvre sols se marient très bien avec une approche plus esthétique du jardin nourricier.
    Côté ressources vidéos, on peut aller voir sur des chaînes Youtube anglophones: Brie the Plant Lady ou Suburban Homestead qui ont des jardins très esthétiques et productifs.

jardin nourricier