Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Ginkgo biloba, arbre aux quarante écus : plantation, entretien et utilisation

Le Ginkgo biloba en quelques mots

  • Le Ginkgo biloba est un arbre majestueux réputé pour sa longévité et sa résistance,
  • Souvent qualifié de fossile vivant, il était là avant même les dinosaures et résiste pratiquement à tout : maladie, pollution…
  • Au jardin, on l’aime pour son superbe feuillage graphique prenant une couleur jaune doré en automne
  • L’espèce type est un peu encombrante mais il existe de nombreux cultivars nains ou fastigiés.
  • De croissance lente dans ses jeunes années, c’est un arbre à planter en isolé au jardin mais il pousse aussi bien en pot.

Le mot de notre expert

Bien que proche botaniquement des conifères, le Ginkgo biloba ou « arbre aux quarante écus » est un arbre à feuillage caduc. Il est le dernier représentant encore en vie de sa famille, les ginkgoacées. 

Proche des conifères par ses fleurs, ressemblant à un « simple » arbre caduc par ses feuilles et muni d’un mode de reproduction qui s’apparente à celui des fougères, le Ginkgo biloba est vraiment une curiosité botanique.

On le plante au jardin en isolé pour son feuillage graphique arborant une belle couleur jaune doré en automne. Mais on l’utilise aussi beaucoup en bonsaï ou en collection de mini-conifères (pour rappel ce n’en est pas un !) pour les cultivars nains, véritables bijoux végétaux.

Le Ginkgo biloba est un arbre d’une résistance remarquable. Il ne connaît pas de maladies ou prédateurs connus et il résiste admirablement à la pollution. C’est d’ailleurs le premier arbre qui a repoussé après l’explosion nucléaire à Hiroshima !

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Ginkgo biloba

Famille : Ginkgoaceae

Noms communs : Ginkgo biloba, Arbre aux quarante écus, Abricotier d'argent

Floraison : d'avril à mai

Hauteur : de 1 m à 40 m (en fonction des cultivars)

Exposition : soleil

Sol : ordinaire même calcaire, frais et drainé

Rusticité : Jusque -30°

Véritable fossile vivant, le Ginkgo biloba, appelé aussi « arbre aux quarante écus » ou « abricotier d’argent« , est apparu sur terre pendant le Jurassique, il y a environ 190 millions d’années. C’est désormais le dernier représentant encore en vie de sa famille, les ginkgoacées, la plus ancienne famille botanique encore présente sur terre et apparue  il y a près de 270 millions d’années.

Originaire du Sud-Est de la Chine, dans les monts Tianmuschan, il n’en reste pratiquement plus à l’état naturel. Son statut de conservation est d’ailleurs répertorié comme « en danger » et la réserve naturelle de Tianmushan a été créée dans le but de continuer de sauvegarder les derniers spécimens sauvages ainsi que ce biotope si particulier.

Il est cultivé en Chine depuis des millénaires et au Japon et en Corée depuis le XIIe siècle. Ce n’est qu’en 1730 que le premier Ginkgo biloba arrive en Europe, à Utrecht. En France, il fût rapporté par Auguste Broussonier en 1778 et planté au Jardin des Plantes de Montpellier. Une bouture de ce dernier fût prélevée et plantée en 1795 au Jardin des Plantes de Paris. L’un comme l’autre sont toujours en vie et en bonne santé à ce jour.

De croissance lente les premières années, le Ginkgo biloba peut devenir très grand, plus de quarante mètres, et vivre très vieux. Certains plantés en Asie sont millénaires. Selon Francis Hallé, il pourrait même être immortel car on ne lui connait aucun prédateur, aucune maladie ou aucun parasite. Seuls des aléas climatiques ou la hache du bûcheron peuvent en venir à bout. Même une simple explosion nucléaire n’a pas suffit… En effet, le Ginkgo biloba est le premier arbre à repousser à Hiroshima après la guerre.

arbre aux 40 écus

Ginkgo biloba – lithographie de Philipp Franz von Siebold et Joseph Gerhard Zuccarini

Son feuillage caduc en forme de palme est bilobé (d’où son nom d’espèce « biloba« ) et petiolé, les feuilles étant groupées par 3 ou 4 sur des rameaux courts. Les feuilles sont plus échancrées sur les pieds femelles (voir plus bas). D’abord vert tendre, le feuillage prend une teinte jaune doré en octobre particulièrement remarquable. Son écorce brun-grisâtre est d’abord lisse puis, avec le temps, se craquelle et se fissure. Sur les troncs des sujets âgés se forment des tchitchis, des excroissances ressemblant à des mamelles.

C’est une plante dioïque, c’est-à-dire, qu’il existe des arbres mâles et femelles. Les pieds mâles forment des sortes de petits chatons qui dispersent le pollen et les pieds femelles portent des fleurs nues, sans pièces florales. Celles-ci se transforment en ovules, qui une fois au sol et fécondés par le pollen, relâchent une odeur de beurre rance particulièrement désagréable (acide butyrique). Privilégiez donc les pieds mâles. D’ailleurs toutes les variétés sélectionnées sont des mâles, histoire d’éviter ce léger désagrément. Ne confondez pas les ovules, ces petites boules charnues jaune-brun, avec des fruits ou des graines. En effet, les ginkgo sont à classer dans les préspermaphytes, ils ne produisent donc pas de fruits ni de graines, ce qui implique que l’ovule une fois fécondé doit germer le plus rapidement possible, souvent au pied de l’arbre. Le jeune arbre ainsi formé ne sera mature sexuellement, au minimum, qu’après 15 ans.

Le Ginkgo biloba préfère pousser en plein soleil. Il est très rustique, très résistant et très tolérant au niveau du sol. Un sol ordinaire, drainé même un peu calcaire lui convient mais il n’apprécie pas l’humidité stagnante. Il résiste à la sécheresse, au vent et aux pollutions atmosphériques.

Dans sa jeunesse, le Ginkgo ressemble à une sorte de grand balai squelettique pour finir, au fil des ans, par adopter un port large et droit avec des rameaux très courts. Le pied mâle possède un port plus érigé tandis que le pied femelle adopte un port plus étalé et est un peu moins vigoureux. Il existe des variétés colonnaires (comme ‘Blagon’ par exemple) ou pleureurs (la variété ‘Pendula’).

feuilles d'arbre aux 40 écus

Feuillage du Ginkgo biloba au fil des saisons

Nos variétés préférées

Ginkgo Biloba ou Arbre aux quarante écus - Pot de 3L

Période de floraison Avril à Mai

Hauteur à maturité 1500 cm

C'est l'espèce type. Il est splendide en isolé dans un jardin ensoleillé. Il réclame une place conséquente car outre sa hauteur parfois spectaculaire, jusque vingt mètres, sa largeur d'environ dix mètres risque de l'exclure pour les petits jardins.

Ginkgo biloba Blagon 60/+ en pot de 3,5L

Période de floraison Avril à Mai

Hauteur à maturité 1000 cm

Ginkgo biloba 'Blagon' est bien moins encombrant que le précédent. Son port fastigié lui confère une largeur maximale de deux mètres ce qui l'autorise à s'insérer avec bonheur dans un jardin de taille modeste.

Ginkgo biloba Mariken - Arbre aux quarante écus nain en pot de 2L/3L

Période de floraison Avril à Mai

Hauteur à maturité 250 cm

Le Ginkgo biloba 'Mariken' pousse lentement et n'atteint les deux mètres qu'après de nombreuses années. Aussi somptueux en automne que l'espèce type, ses feuilles bilobées sont néanmoins plus petites et légèrement gaufrées.

Ginkgo biloba Troll - Arbre aux quarante écus nain

Période de floraison Avril à Mai

Hauteur à maturité 110 cm

Véritable petit bijou végétal, le Ginkgo biloba 'Troll' est parfait pour la culture en pot ou en bonsaï car il n'excède pas la taille d'un mètre en tout sens. Il fera sensation aussi dans une rocaille japonisante.

 

Plantation d'un Ginkgo biloba

Exposition et sol

Le Ginkgo biloba est très facile de culture et apprécie les situations ensoleillées. En ce qui concerne le sol, il n’est pas regardant : une bonne terre ordinaire même pauvre, caillouteuse ou calcaire, peu lui importe. La seule chose qu’il redoute dans le sol est l’humidité stagnante.

Période de plantation

Attendez le printemps, après les périodes de gel (mars-avril), pour planter votre Ginkgo biloba en motte ou en conteneur. Vous pouvez aussi, comme d’autres conifères et persistants, le planter au tout début d’automne en octobre pour lui assurer un bon enracinement avant d’affronter l’hiver. Privilégiez les jeunes arbres pour une reprise assurée.

arbre aux 40 écus en automne

Comment planter un Ginkgo ?

En pleine terre
  • Plongez le conteneur dans l’eau quelques heures pour ré humidifier la motte
  • Dépotez votre arbre mais ne détruisez pas la motte
  • Réalisez un trou de deux fois la largeur et de deux fois la profondeur de la motte
  • Le ginkgo possède une racine d’abord pivotante qui ancrera l’arbre dans la terre, avant la pousse des racines adventices. Par conséquent, il est sans doute préférable d’ameublir profondément la terre au fond du trou.
  • Une fois la terre ameublie, placez quelques poignées de compost bien mûr, vous pouvez ajoutez un peu de sable si votre sol est compact.
  • Placez la motte au fond du trou et rebouchez avec la terre extraite
  • Tassez en surface et apportez dix litres d’eau pour éviter les trous d’air éventuels
  • Placez un paillage (feuilles mortes, herbes, …) qui aidera votre arbre à passer sans encombre un épisode de sécheresse estival et/ou une phase de gel en hiver. Tout au moins, lors de ces premières années.
En pot
  • Plongez le conteneur dans l’eau quelques heures pour ré humidifier la motte
  • Dépotez votre arbre mais ne détruisez pas la motte
  • Choisissez un contenant d’un volume deux fois supérieur à la motte. Attention, il doit impérativement y avoir un ou des trous de drainage !
  • Privilégiez un mélange d’1/3 terreau – 1/3 terre ordinaire – 1/3 sable. Histoire de lui fournir une terre riche mais légère et drainée.
  • Placez une couche drainante de petits graviers au fond du pot puis une couche d’environ un tiers de la hauteur du pot de votre mélange terreux.
  • Placez la motte au fond du pot et rebouchez avec votre mélange terreux
  • Tassez en surface et arrosez bien pour éviter les trous d’air éventuels
  • Vous pouvez placer un « paillis » autour du tronc avec des galets ou de l’écorce.Nota bene : pour un bonsaï, la technique reste identique mais vous devrez tailler près de la moitié des racines avec une pince coupante stérilisée à l’alcool. La coupe devra être assez profonde, au moins 15-20 centimètres de profondeur. En hiver, abritez l’arbre dans un endroit à l’abri du gel. Le mélange terreux pourra être de 70% d’Akadama et 30% de terreau pour un meilleur drainage.

Multiplication

Par semis des ovules fécondés

Vous pouvez simplement récupérer délicatement des jeunes pousses ayant germées sous un arbre femelle adulte ou récupérer quelques ovules tombés au sol. Trempez vos ovules ainsi récoltés dans de l’eau à 70°C pendant cinq minutes pour que l’enveloppe se fendille. Si vous n’êtes pas pressé, vous pouvez placer les ovules à stratifier dans du sable humide tout l’hiver (moins efficace selon mon expérience). Semez aussitôt à l’abri dans un terreau pour bonsaï ou une terre légère et drainée (moitié terreau – moitié sable). Gardez votre jeune pousse un an avant de transplanter en pleine terre.

arbre aux 40 écus

Ovules de Ginkgo biloba

Par bouturage

Prélevez des courtes pousses latérales aoûtées, c’est-à-dire, une pousse de l’année qui a commencé à se lignifier à la base mais est restée tendre au bout. Retirez les feuilles sauf deux ou trois au bout. On enlève toujours la plupart des feuilles d’une pousse ou branche que l’on veut bouturer, cela évite une trop forte évapotranspiration tout en gardant une partie pour la photosynthèse. Enduisez le bout d’hormones de bouturage ou dans un peu d’eau dans laquelle vous aurez gardé quelques branches de saules durant une ou deux nuits (une hormone de bouturage naturelle et gratuite !) pour faciliter l’enracinement. Piquez la pousse dans un mélange de terreau et de sable. Attendez quelques mois après que la reprise soit effectivement visible pour placer l’arbre en pleine terre.

Par marcottage aérien

Pelez l’écorce d’une branche que vous souhaitez marcotter. Entourez cette plaie par de la sphaigne humide et empaquetez le tout avec un sac plastique muni de trous et maintenu par du raphia. Vaporisez quotidiennement pour éviter le dessèchement. Dès l’apparition, des racines dans cette boule de sphaigne, vous pouvez rempotez dans un substrat léger, moitié terreau et moitié sable. Attendez quelques mois avant de planter en pleine terre. Cette méthode est idéale pour obtenir des bonsaïs avec une forme torturés ou un peu tordus.

Par greffe latérale

Sur un jeune pied de Ginkgo biloba franc (c’est-à-dire espèce type), vous pouvez greffer dans la partie basse du tronc pour que, par la suite, la terre dissimule le point de greffe. Fendez verticalement le porte-greffe, le Ginkgo franc, sur deux centimètres avec un couteau à greffer. l’idée est d’inciser sur quelques millimètres de profondeur et d’ouvrir cette plaie en écartant l’écorce. Placez dans cette fente, une branche taillée en biseau de la variété que vous souhaitez reproduire. Entourez de raphia et attachez solidement (personnellement j’utilise des grosses pinces à linge si le porte-greffe n’est pas trop large, ce qui me permet de les retirer et de surveiller s’il n’y a pas de pourriture, la première cause d’un manque de reprise d’une greffe). Cette méthode est parfaite pour multiplier une variété précise et donc à réserver aux professionnels ou amateurs aguerris.

Entretien, taille et soin du Ginkgo biloba

Entretien

Durant ses premières années, il faut songer à garder une certaine humidité au pied de l’arbre. Mais pas trop ! En bref, un simple paillage d’herbes ou de feuilles mortes et de temps à autre un arrosoir si l’été est particulièrement sec et votre Ginkgo se portera comme un charme.

arbre aux 40 écus en automne

Taille

Bien qu’étant un sujet de choix pour les bonsaïs et étant résistant à tout, même aux plus mauvais traitements, le Ginkgo biloba n’apprécie pas particulièrement la taille. Si vous pouvez l’éviter, faites-le ! Vous éviterez ainsi à votre arbre des plaies inutiles et une structure déséquilibrée.

Maladies et ravageurs

A ce jour, aucune maladie, aucun ravageur et aucun parasite n’est connu pour le Ginkgo biloba.

Association et utilisation

En isolé, certes mais dans un bel écrin…

Le Ginkgo biloba est une merveille simplement placé tout seul (comme un grand !) au centre d’une pelouse. Mais… N’oubliez pas de lui offrir un beau contraste en arrière-plan, notamment en automne. Dans ce cas, sortez de votre chapeau (de paille) des conifères et persistants au feuillage sombre ou bleuté. Comme par exemple, cet étonnant Pinus nigra ‘Molette’ ou un toujours ravissant Picea pungens ‘Jeddeloh’ dont les épines bleutés contrasteront avec le jaune d’or du feuillage automnal du Ginkgo, et pourquoi pas un beau Magnolia grandiflora ‘Alta’ dont le feuillage persistant vert foncé renforcera le vert tendre de notre « arbre au quarante écus ». Ne placez pas ces derniers trop près l’un de l’autre, après tout, ils ont bien un océan d’écart dans leur milieu naturel… Pour habiller le pied de votre Ginkgo biloba, un tapis de Pachysandra terminalis sera une bonne idée si votre arbre leurs fournit assez d’ombre.

Dans un coin zen du jardin

Dans le coin le plus calme de votre jardin, celui où même votre voisin casse-pied n’ose pas vous interrompre dans votre médiation de peur de subir votre courroux : installez donc Ginkgo biloba ‘Blagon’ en compagnie d’un Acer Shirasawanum ‘Jordan’ aux couleurs automnales aussi éclatantes que son collègue, d’un charmant Prunus serrulata ‘Amanogawa’ au port aussi fastigié que son ami au quarante écus d’or et d’un tapis d’Hakonechloa macra. Votre jardin vient soudainement de se déplacer d’environ 10 000 km pour se retrouver dans le pays du Soleil Levant. Moshimoshi !

Pour une terrasse à l’ambiance chic et contemporaine

Ginkgo biloba ‘Mariken’ sera en bonne compagnie avec d’autres camarades asiatiques. La floraison du Camellia botanyuki égayera votre terrasse en hiver pendant que Ginkgo sera aux abonnés absents. Ajoutez-y un beau feuillage graphique et élégant en la personne d’un Fargesia murielae (n’oubliez pas de l’arroser !). Il nous manque encore des fleurs en saison… On rajoute alors deux persistants : ce bel Escallonia ‘Pink Elle’ à la spectaculaire floraison estivale et, pour sa présence parfumée, un Choisya nain ‘White Dazzler’. 

En rocaille, perdu dans une collection de conifères miniatures

Le tout mignon Ginkgo biloba ‘Troll’ (quelle idée ce nom !) sera tellement original au beau milieu de tous ces conifères nains et persistants : un Chamaecyparis obtusa ‘nana’ , un Cephalotaxus harringtonia ‘Korean Gold’, un Abies koreana ‘Kohout’s Icebreaker’, un Pinus densilora ‘Alice Verkade’ et autre Cryptomeria japonica…  Qui a dit que les conifères étaient encombrants ?! Un tapis d’Erica carnea fera office de couvre-sol du plus bel effet.

Questions fréquemment posées par les jardiniers

J'ai un petit jardin. Puis-je quand même planter un Ginkgo biloba ?

Il existe désormais de nombreux cultivars ou variétés naines ou fastigiées. Un Ginkgo fastigié poussera en hauteur mais ne nécessitera pas une grande largueur. On peut ainsi l'insérer sans peine dans un jardin de taille modeste. Mieux encore, les variétés naines permettent d'accueillir un Ginkgo même si vous n'avez pas de jardins, en pot sur une terrasse par exemple.

Mon Ginkgo ne semble pas pousser. Que lui arrive-t-il ?

Si vous avez été rigoureux lors de la plantation (voir plus haut) et que votre arbre est placé en plein soleil, rien ne l'empêche de pousser. Mais gardez à l'esprit que le Ginkgo, surtout lors de ces dix premières années, pousse très lentement. Il suffit juste de s'armer d'un peu de patience.

A quelle période puis-je tailler mon Ginkgo ?

Normalement le Ginkgo biloba ne se taille pas. Si par malheur et pour diverses raisons, vous devez absolument intervenir, attendez la fin de l'hiver (début mars) pour couper certaines branches et éliminer le bois mort (PS : le bois mort est souvent dû à un excès de taille chez le Ginkgo). Gardez à l'esprit de maintenir sa silhouette lorsque vous supprimez des branches. Sinon, laissez-le tranquille, il ne s'en portera que mieux.

Une odeur très désagréable empuantit les alentours de mon Ginkgo. Que se passe-t-il ?

Vous avez planté un pied femelle. En effet, le Gingko biloba est dioïque, c'est-à-dire qu'il existe des pieds mâles et des pieds femelles, et seuls les pieds femelles produisent des ovules, ces sortes de petits fruits qui, une fois fécondés par le pollen d'un mâle et tombés au sol produisent de l'acide butyrique qui donne cette odeur désagréable de beurre rance. Lorsqu'en septembre, vous voyez ces ovules tomber par terre, ramassez-les rapidement et remisez-les dans un coin du jardin éloigné de tout. Sinon, la prochaine fois, prenez soin de ne planter qu'un pied mâle. La plupart des variétés et cultivars ne sont que des mâles pour éviter ce désagrément.

Comment faire pour différencier à l'achat les Ginkgo mâles des Ginkgo femelles ?

Avant maturité sexuelle, après minimum quinze ans, parfois plus : c'est très compliqué. Leur port sont légèrement différents, trop légèrement d'ailleurs pour les reconnaître avec certitude et les feuilles sont un peu plus échancrées chez les Ginkgo femelles. Les mâles débourrent deux semaines environ avant les femelles au printemps et les perdent deux semaines avant elles aussi en automne. Mais encore faut-il avoir des pieds mâles et femelles dans les environs pour comparer ! Le plus simple est d'adopter une variété sélectionnée. Ces derniers sont toujours des mâles pour éviter le désagrément de l'odeur butyrique dégagée par les ovules tombés au sol.

Anecdotes inutiles

  • Les pseudo-graines sont consommées en Asie grillées comme des pistaches une fois débarrassées de la partie charnue, crues elles sont toxiques.
  • Le bois jaune-pâle du Ginkgo est utilisé en ébénisterie et en sculpture
  • Glisser quelques feuilles de Ginkgo dans les livres éloignerait les insectes
  • On cultive la plante aussi pour la médecine. Ses propriétés médicinales (troubles veineux, régulateur cardiaque, …) sont connues depuis des millénaires, bien que d’un effet non-significatif selon les récentes études. Des recherches sont entreprises en ce moment dans la lutte contre la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson, sans succès pour l’instant.
  • Étonnamment et exceptionnellement des Ginkgo monoïques (fleurs mâles et femelles sur un même pied) peuvent voir le jour à l’état sauvage, sans que l’on est la moindre explication plausible pour ce phénomène.
  • Son surnom « d’arbre aux quarante écus » proviendrait du fait que le botaniste français monsieur de Pétigny aurait acheté à un autre botaniste, anglais celui-là, cinq Ginkgo biloba pour la somme faramineuse de 40 écus par arbre. (ce qui est sans doute beaucoup plus cher que dans notre pépinière !)
  • On le nomme aussi « arbre au mille écus« , sans doute en regard de la couleur d’or dont le Ginkgo se pare en automne.
  • Une micro-algue symbiotique du genre Coccomyxa vit en symbiose au sein même des cellules du Ginkgo Biloba. Ce type d’endosymbiose est unique sur terre.
  • La feuille du Ginkgo est le symbole de la ville de Tokyo tandis que l’arbre lui-même est le symbole de la ville de… Weimar en Allemagne.
  • Les tchitchis, ces excroissances en forme de mamelle sur l’écorce vieillissante, servaient de porte-bonheur aux nourrisses et aux jeunes mères.

Ressources utiles

Découvrez notre sélection de Ginkgo biloba.

 

Articles connexes


Blog

5 grands conifères, pour un jardin de caractère

Les grands conifères sont des arbres indispensables pour structurer et équilibrer un jardin en hiver...
Lire la suite +

Blog

Le conifère, un arbuste kitsch?

Arbuste star dans les années 80, les conifères ont connu leur heure de gloire dans les cités...
Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(2 votes, moyenne: 5 sur 5)
Laisser un commentaire