Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
jardin minéral, quels arbustes planter ?
conseil

Jardin minéral : 7 arbustes idéaux !

Les meilleurs espèces et variétés pour votre jardin sur graviers !

Les jardins minéraux sur graviers sont relativement faciles à mettre en place, mais le choix des végétaux peut parfois faire hésiter. Si de nombreuses vivaces sont à l’aise dans ce type d’aménagements, elles ne permettent pas toujours d’apporter une structure forte, encore moins tout au long de l’année. Pour se faire, il est alors utile de se tourner vers des arbustes ou arbres de petites tailles, qui eux aussi acceptent de pousser entre les graviers ou les cailloux, tout en étant faciles à cultiver et ne nécessitant que peu de soins. Ils contribuent ainsi à confirmer l’ambiance retenue : jardin de type méditerranéen, jardin zen ou japonais, jardin plus naturaliste… Dans cet article, je vous propose une sélection d’arbustes parfaitement adaptés à la création d’un jardin de gravier. J’aurais pu vous parler des grands classiques que sont l’olivier et le laurier rose, mais j’ai choisi de vous présenter d’autres genres, qui apportent également  floraisons généreuses et originales, parfums envoûtants, feuillages décoratifs ou fructifications remarquables. 

Jardin sur gravier, jardin minéral, jardin sec

Le spectaculaire et renommé jardin de graviers de Beth Chatto en Angleterre

Les Cistes (Cistus)

Courant dans la garrigue méditerranéenne, le Ciste est un champion pour ce qui est de la résistance à la sécheresse et aux embruns. Son feuillage, persistant et aromatique, est majoritairement vert ou grisé, et couvert d’un fin duvet. Chez le Ciste des Corbières, il prend même des teintes violacées sous l’effet du froid, et la variété ‘Rospico’ se pare de marges jaune clair. Mais c’est avant tout pour sa longue floraison, entre avril et juillet, que le Ciste est apprécié. Ses fleurs d’églantine sont généralement blanc uni (Ciste à feuilles de sauge, Ciste de Montpellier), rose pâle (Cistus ‘Peggy Sammons’) ou plus foncé (Ciste pulverulent), rehaussées par un cœur d’étamines jaunes. Chez de nombreuses variétés, comme le très populaire Cistus purpureus, chaque pétale est souligné à sa base d’une tache d’un rouge pourpré. Le Ciste de Montpellier ajoute pour sa part le parfum à la beauté de ses fleurs. Les Cistes n’excèdent pas 1,50 de haut. Certains forment de vrais couvre-sol au port étalé et prostré (Cistus pulverulentus), d’autres adoptent un port en boule plus régulier (Ciste de crête, Ciste pourpre…). De croissance assez lente, et peu longévifs, ils acceptent les sols assez calcaires et demandent un sol très drainé. D’une rusticité moyenne (-10°C), ils sont à réserver aux régions à hiver doux, bien que certains puissent affronter des -15°C ponctuels dans de bonnes conditions de culture. S’ils ont une préférence pour le plein soleil, des variétés comme Cistus salviifolius poussent sans problème à l’ombre, même sèche, et au milieu de racines concurrentes. Indemnes de maladies, n’exigeant pas de taille, ils font de parfaits candidats pour votre jardin de gravier.

Les cistes se prêtent parfaitement à un jardin de gravier, ici la magnifique Cistus purpureus aux feuilles délicatement froissées

À découvrir aussi, deux genres voisins : Halimiocistus ‘Merrist Wood Cream’, pour sa floraison blanc crème, et Halimus commutatum, dont les corolles affichent un jaune pur lumineux.

→ Sélectionnez votre variété préférée parmi notre sélection de Cistes.

→ Tout savoir sur la plantation, la culture et l’entretien des Cistes dans notre dossier.

Les Céanothes ( Ceanothus)

Les Céanothes sont des arbustes ou de petits arbres appréciés pour leur généreuse floraison et leur diversité de tailles et de ports. Certains forment des couvre-sols prostrés, avoisinant alors les 40 cm mais s’étalant sur près de 2m, tel Ceanothus prostratus. D’autres affichent en revanche une stature de 3m ou plus, comme les variétés ‘Edinburgh’ ou ‘Trewinthen Blue’. La floraison, en grappes érigées de fleurs mellifères et plus ou moins parfumées, leur a valu leur surnom de Lilas de Californie. Majoritairement bleue (du plus foncé au plus pâle), il en existe également à fleurs blanches ou crème (Ceanothus ‘Millerton Point’) ou d’un délicat rose pâle (Ceanothus ‘Marie Rose’). Les fleurs s’épanouissent soit au printemps (généralement les variétés à feuillage persistant comme ‘Puget Blue’) soit en été (variétés caduques du type ‘Burkwoodii’). Certains offrent même plusieurs vagues de floraison, qui peuvent se prolonger jusqu’à l’automne (‘Victoria’ par exemple). Côté feuillage, le vert est largement présent (‘Concha’, ‘Gloire de Versailles’...), mais certains cultivars se déclinent en feuillages panachés (‘Cool Blue’, ‘Lemon and Lime’), en doré (‘African Queen’) ou même en pourpre sombre (‘Tuxedo’). De croissance plutôt rapide, les Céanothes sont bien adaptés à une utilisation en massifs minéraux, en sol ordinaire, même sec, et pas trop calcaire. Si leur durée de vie n’excède généralement pas une vingtaine d’années, ils présentent cependant l’avantage de résister à la pollution, aux embruns, et de n’être pas très sensibles aux maladies. Ils redoutent avant tout les sols détrempés, et leur rusticité, variable, doit guider votre choix. Les espèces caduques résistent jusqu’à -15°C et peuvent être installées dans de nombreuses régions. Celles à feuillage persistant affrontent plus difficilement des températures inférieures à -7°C et sont à réserver aux emplacements protégés ainsi qu’aux jardins de climat doux.

Port d’un Céanothe ‘Gloire de Versailles’ et l’inflorescence d’un bleu soutenu.

→ Découvrez toutes nos variétés de Céanothes.

Tout savoir sur la plantation, l’entretien et la taille des Céanothes dans notre dossier.

Les Genêts (Cytisus et Genista)

Derrière le nom de Genêt se cachent en réalité différents genres botaniques, comme les Cytisus, les Genista et les Spartium. Tous sont appréciés pour leur grâce et leur remarquable floraison, qui égayent les jardins du printemps à l’été selon le genre utilisé. Du couvre-sol au port tapissant ne dépassant pas une vingtaine de centimètres mais occupant jusqu’à 1 m au sol (Genêt rampant), aux grands sujets de plusieurs mètres (Genêt ananas, 4m x 3m), il existe une large gamme qui permet de les intégrer dans tous les plans d’un aménagement de jardin sur graviers. Leurs rameaux souples, et toujours verts, portent un petit feuillage caduc vert, qui disparaît sous une multitude de fleurs à la belle saison. Les corolles s’épanouissent solitaires ou en bouquets, soit au sommet des tiges, soit le long de celles-ci, et offrent une large palette de coloris, tous plus lumineux les uns que les autres. Le jaune vif est largement représenté (‘Golden Sunlight’, ‘Allgold’ ou le Genêt de Lydie, pour n’en citer que quelques-uns), mais de nombreux autres coloris, tout aussi toniques, apportent du dynamisme dans un massif. Rose pourpré chez le Genêt pourpre, rouge soutenu chez ‘Boskoop Ruby’, orangé pour la variété ‘Goldfinch’, multicolore pour le bien nommé ‘Palette’, et même blanc si vous optez pour le virginal Cytisus ‘Albus’. La floraison est souvent parfumée, qualité accentuée chez certaines variétés comme le Genêt d’Espagne, au caractère bien trempé ! De croissance normale à un peu lente, et à faible durée de vie (5 à 10 ans en moyenne), ils se moquent en revanche des sols secs et ingrats et beaucoup acceptent le calcaire. Peu enclins aux maladies, ils résistent aux embruns, tout comme aux températures de l’ordre de -15°C à -20°C, et s’ils se plaisent en plein soleil, ils peuvent se satisfaire d’une exposition mi-ombragée.

Un effet de garrigue pour ces coussins de genêts (photo : B. Malfondet). À droite, la fleur papillonacée jaune d’or.

→ Dans notre pépinière en ligne, nous vous proposons une large gamme de Genêts.

→ Dans notre article, découvrez comment planter, entretenir et tailler le Genêt.

Les Rince-bouteilles (Callistemon)

Les Callistemon sont des arbustes au look exotique et à la floraison originale. Leurs tailles et silhouettes variées les destinent à de nombreuses utilisations. Certains adoptent un port assez bas mais large (Callistemon salignus, 1,5 m x 4 m), tandis que d’autres forment à terme des sujets érigés destinés à l’arrière-plan des massifs. Ainsi, Callistemon viminalis peut atteindre 7 m de haut pour 3 d’envergure. Pour les petits jardins, des variétés peu encombrantes comme ‘Mini Red’ (1,20 m x 80 cm) sont idéales. Dans tous les cas, il est impossible de ne pas remarquer leur floraison éblouissante, en goupillons cylindriques plus ou moins dressés, qui leur a valu leur nom de ‘Rince-bouteilles’. Les fleurs sont portées à l’extrémité des jeunes rameaux et se déclinent en teintes vives, rehaussées d’étamines saillantes, elles aussi colorées. Souvent rouges (‘Captain Cook’ par exemple), les fleurs peuvent également être rose fuchsia (‘Hot Pink’), mauves (‘Mauve Mist’), blanches (‘Albus’) et il existe même des variétés jaunes. Les premières corolles peuvent s’épanouir dès le printemps, et se renouveler tout au long de la saison, jusqu’à la fin de l’été. Le jeune feuillage des Rince-bouteilles est souvent teinté de couleurs chaudes, pour se stabiliser ensuite en différentes nuances de vert, en feuilles plus ou moins allongées, ressemblant parfois à des aiguilles. Persistant, il est même aromatique chez certaines espèces, tel Callistemon citrinus. Une fois défleuris, de curieux fruits sphériques et décoratifs  font leur apparition, comme greffés à l’écorce. De croissance plutôt rapide, les Callistemon sont décoratifs toute l’année. Installés en sol drainé mais frais, ils supportent la sécheresse.  Résistants au vent et aux embruns, leur rusticité moyenne (-5°C à -8°C) les destinent avant tout aux régions à hivers cléments, bien que certaines espèces, comme Callistemon rigidus puisse affronter -12°C. Parfaitement à l’aise au soleil, en sol non calcaire, ils peuvent s’accommoder d’une exposition mi-ombragée.

La fleur étonnante et très graphique du rince-bouteille (photo : P. Balfe)

→ Découvrez notre sélection de Callistemon.

→ Tous nos conseils pour planter, entretenir et tailler le Callistemon.

Les Argousiers (Hippophae)

Connu sous différents noms (‘Faux nerprun’, ‘Saule épineux’, ‘Bourdaine marine’…), l’Argousier (Hippophae rhamnoides) est un dur à cuire ! Cet arbuste de 3 à 4 m en tous sens est en effet résistant à tout, ou presque : froid (-30°C), sécheresse, vent, embruns, sel, pollution… rien ne semble en effet l’atteindre. Cet arbuste au port tortueux développe de nombreux rameaux, couverts de poils argentés, mais également d’épines vigoureuses, le rendant quasi impénétrable. Son feuillage étroit et caduc, gris argenté, lui vaut parfois d’être appelé Olivier de Sibérie. Si sa floraison printanière, qui intervient sur le bois nu, passe relativement inaperçue, elle cède en revanche la place à de très nombreux petits fruits ronds, de couleur orangée, appréciés pour leurs vertus. Comestibles, ces baies sont en effet riches en différentes vitamines et peuvent se consommer crues ou cuites. Si vous ou les oiseaux ne les prélevaient pas, elles restent décoratives tout l’hiver. Pour fructifier, les plantes femelles, comme Hippophae ‘Leikora’, ont besoin d’être pollinisées par un pied mâle, tel ‘Pollmix’. Pour des variétés auto-fertiles, tournez-vous vers ‘Friesdorfer Orange’. De croissance très rapide, l’Argousier développe un système racinaire drageonnant, ce qui le rend idéal pour stabiliser les sols. Ils acceptent tout type de sol, même sablonneux et calcaire, en plein soleil.

L’argousier au fin feuillage grisé, et ses baies très décoratives (photo W. Cutler)

Nos différentes variétés d’Argousiers.

Tout savoir sur la plantation, la culture et l’entretien de l’Argousier dans notre dossier.

Les Grenadiers (Punica)

Les Grenadiers (Punica granatum) sont connus pour leurs fruits charnus, mais il existe également des variétés cultivées pour leur généreuse et longue floraison. Formant un arbuste trapu, au port tortueux, et de dimensions raisonnables (3 à 5m x 2 à 3m), ils portent un jeune feuillage bronze, qui vire au vert avant de se teinter d’or ou d’orangé à l’automne. Beaucoup de variétés de Grenadiers à fleurs sont inermes, et ne portent donc pas d’épines. L’écorce, d’un beige clair, s’admire particulièrement en hiver, lorsque l’arbuste, caduc, a perdu ses feuilles. La floraison est bien plus remarquable que sur les variétés fruitières, en corolles d’environ 6 cm, aux pétales froissés. Souvent doubles, ou très doubles, elles affichent des teintes chaudes, comme la variété ‘Maxima Rubra’, aux fleurs d’un rouge vermillon éclatant, ou encore ‘Noshi Shibari’, rouge et orange. Punica ‘California Sunset’ se pare quant à lui de corolles chiffonnées mêlant l’orange, le saumoné et le crème. Selon les régions, la floraison peut débuter en avril, mais la période la plus faste se situe en début d’été. Notez que ces variétés ne portent jamais de fruits. De croissance lente, mais vivant de très longues années, le Grenadier est d’une rusticité limitée (-12°C à -15°C) et doit bénéficier d’un emplacement protégé dans certaines régions. C’est un arbuste qui se plaît en tout sol drainé, même calcaire, pauvre, caillouteux ou argileux.

À gauche : la fleur panachée du cultivar ‘California sunset’ ou ‘Mme Gravelle’, à droite : un arbuste également très ornemental en produisant ses fruits (photo : A. Chapman)

→ Dans notre pépinière, nous vous proposons des Grenadiers à fleurs et à fruits.

→ Apprenez à planter, tailler et entretenir les Grenadiers dans notre article dédié.

Les Pins (Pinus)

Emblématiques à la fois des jardins méditerranéens et des jardins japonais, les Pins sont des conifères qui offrent une belle présence au jardin. S’il en existe de grande taille, certains conservent des dimensions plus modestes, permettant de les implanter dans les compositions sur graviers, même de petite taille. Leur feuillage persistant peut servir de toile de fond permanente, et certaines variétés ajoutent une réelle plus-value décorative à votre aménagement. Ainsi, Pinus ‘Fukai’ (2,5 m x 2m) produit de jeunes pousses bleu-vert au printemps et prend des teintes dorées en hiver, tout comme Pinus ‘Winter Gold’ (2m x 2,5m), aux teintes éblouissantes sous le soleil de la mauvaise saison. Si le vert foncé et le bleu sont bien représentés, vous pouvez créer de beaux contrastes avec des couleurs plus claires, comme celles offertes par Pinus ‘Ophir’ (1m x 1m), d’un vert clair et frais. Les cônes décoratifs sont aussi un facteur de choix, comme ceux, bleutés et pendants, de Pinus ‘Negishi’ (2m x 2m). Les ports et silhouettes sont très variables, du Pinus ‘Lilliput’ (1m x 1,5m), formant un buisson régulier et prostré, à Pinus ‘Green Tower’, dont la flèche régulière s’élève à 4m, pour 1m d’envergure. Certains cultivars adoptent un port tortueux (Pinus ‘Bergman’, 90cm x 1,2 m) ou affichent une silhouette en parasol (Pinus ‘Jane Kluis’, 50cm x 1,5m). Adeptes du plein soleil, les Pins développent un système racinaire superficiel et présentent une belle longévité. Très adaptables, ils acceptent différentes natures de sol, le plein soleil, la sécheresse, le vent et le froid (ils sont rustiques jusqu’à -15°C, voire davantage).

→ Découvrez notre très large gamme de Pins.

Planter, tailler et entretenir les pins, tous les conseils dans notre article.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire