Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
conseil

Hanneton : identification, dégâts et moyens de lutte

contre ce drôle d'insecte...

Quel est donc ce bruyant insecte un peu maladroit qui se cogne à votre fenêtre le soir ? C’est probablement un Hanneton commun.

Redouté pour sa capacité à ravager les cultures, notamment dans les vergers, ce coléoptère nocturne a vu son nombre considérablement diminuer ces dernières décennies et il n’est plus si problématique que jadis.

Mais, sachant que la larve du hanneton se nourrit de racines, il subsiste une petite crainte lorsque nous en découvrons dans notre terre.

Comment le reconnaître surtout lorsqu’il est au stade de « ver blanc » ? Quel dégâts faut-il redouter ? Faut-il intervenir ou le laisser en paix ? On vous dit tout dans notre fiche conseil !

Qui est le Hanneton commun ?

Le Hanneton commun ou Melolontha melolontha est un gros coléoptère de 20 à 30 mm de long aux élytres brun-rougeâtre et que l’on voit épisodiquement de mai à début juillet dans nos jardins. On distingue plus ou moins facilement le mâle de la femelle en regardant les antennes : 7 lamelles chez le mâle pour seulement 6 lamelles pour la femelle.

Au stade larvaire, qui dure d’ailleurs plusieurs années, on peut confondre le Hanneton avec la Cétoine dorée, un autre coléoptère,  mais vert métallique, bien moins problématique que le Hanneton commun. Il est pourtant aisé de les différencier :

  • Larve de Hanneton commun alias le « vert blanc » : blanchâtre à jaunâtre en forme de virgule avec une tache noire au derrière et une grosse tête.
  • Larve de Cétoine dorée : de couleur blanc-grisâtre avec une petite tête, de courtes pattes et un gros derrière.

hanneton et cétoine

Pour en savoir plus, découvrez notre article : « Cétoine dorée, tout savoir sur ce gros insecte du jardin »

Le cycle complet de cet insecte se déroule sur 3 ans. Les larves éclosent 4 ou  5 semaines après la ponte au printemps puis elles s’enfoncent sous terre pour hiberner. Le printemps suivant, les larves remontent et s’attaquent aux racines des plantes pour se nourrir. Puis elles hibernent encore une fois, pour se nymphoser seulement l’été suivant. L’imago (le jeune adulte) sort de la nymphe, mais reste encore sous terre. C’est seulement le printemps suivant qu’il sortira de terre et volera dans le jardin. Les apparitions de hannetons sont ainsi périodiques, certaines années on en voit beaucoup, surtout aux jours les plus chauds.

Dégâts et moyens de lutte au jardin

Dégâts éventuels au jardin :

  • Les larves ou vers blancs rongent les racines des plantes. Si les larvers sont en nombre restreint, les « dégâts » restent très limités. Si elles sont en très grand nombre (ce qui n’arrive pratiquement plus jamais !), la situation peut devenir problématique.
  • Les larves peuvent aussi « abîmer » la pelouse en soulevant quelques mottes de terre.
  • Les adultes grignotent un peu les feuilles d’arbres ou d’arbustes caducs, parfois aussi quelques fleurs ou fruits.

Moyens de lutte :

  • Au potager, un bon labour d’hiver jusqu’à 50 cm permet de tuer une bonne partie des larves de hannetons. N’en abusez pas trop tout de même, votre sol est fragile et un labour trop conséquent perturbera l’équilibre fragile de celui-ci.
  • Un griffage ou un binage, même superficiel est suffisant pour détruire une partie des œufs ou réduire la population des larves.
  • Ne pas faire la chasse à ses prédateurs naturels est le meilleur moyen pour ne pas subir d’invasion de hannetons. Un jardin accueillant pour le hérisson par exemple ou un vieux pommier pour servir de « spot » de nidification aux Chevêches sont des exemples de bonnes solutions.
  • On peut appliquer en septembre et sur une zone infestée une solution d’eau et de nématodes Heterorhabditis bacteriophora qui se nourrissent des larves de hannetons.

hanneton

Intérêt écologique du Hanneton commun

Le Hanneton commun adulte sert de nourriture à de nombreux animaux volants : beaucoup d’oiseaux insectivores et même des rapaces nocturnes en période de nidification comme c’est le cas des Chevêches d’Athena, et des chauves-souris comme la Sérotine commune. La larve, quant à elle, est appréciée des hérissons, des mulots et des taupes. Le Hanneton commun a donc une place très importante dans la chaîne alimentaire.

Les hannetons sont absolument inoffensifs pour l’homme : ils ne piquent pas, ne mordent pas, ne griffent pas… Ils sont simplement attirés par les lumières le soir, voilà pourquoi ils se rapprochent des habitations et semblent prendre un malin plaisir à « toquer » à la fenêtre.

Les larves participent aussi à l’aération de la terre, comme toute la macro-faune du sol. De plus, elles contribuent, un peu malgré nous, à apporter de la matière organique au sol en mangeant les racines des plantes et puis en laissant leur petites crottes. Cette matière organique devient alors assimilable pour les plantes qui restent.

Nota bene : comme bon nombres d’insectes, les Hannetons communs ont été en régression en Europe pour diverses raisons comme la réduction d’habitats naturels, l’utilisation durant de nombreuses années de pesticides et la mécanisation du labour dans les cultures. Mais la véritable « chasse aux sorcières » de tous les hypothétiques ravageurs du jardin n’est pas innocente non plus. En résumé, laissons de la place à ces sympathiques bestioles et aux autres habitants du jardin.

hanneton

Le saviez-vous ?

  • La sous-famille des Melolonthinae regroupe 11000 espèces d’hannetons dans le monde comme, par exemple chez nous, le Hanneton des jardin et le Hanneton de la Saint-Jean.
  • Autrefois, les enfants attachaient une ficelle autour du corps de l’insecte pour le faire tournoyer au-dessus de leur tête.
  • Réputé ravageur des cultures, le Hanneton a été, vers la fin du XIXe siècle et le début du vingtième, chassé avec zèle. On encourageait les enfants à les attraper et les détruire, notamment dans les vergers. Cette pratique portait même un nom : le hannetonnage.
  • Il y a peu encore, les Hannetons communs étaient inscrits sur les listes d’espèces protégées en France et en Belgique. Ils n’y sont plus car, grâce à des changements bénéfiques dans les modes de culture et la diminution drastique de l’utilisation d’insecticide, les hannetons reprennent petit à petit du poil de l’insecte. Ouf !

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(2 votes, moyenne: 4.5 sur 5)
Laisser un commentaire

Plantfit,

Plantez adapté

 

Plantfit c’est notre tout nouveau service de conseils personnalisés. Gratuit, cet outil apporte à chacun des recommandations équivalentes à celles d'un bon jardinier et permet de sélectionner les végétaux les mieux adaptés à son jardin et à ses compétences en jardinage.

Que vous soyez débutant ou expérimenté, vous pouvez ainsi (re)découvrir les caractéristiques uniques de votre jardin et choisir les plantes qui pourront s’y épanouir sans difficultés. Observer et s’inspirer de la nature permet d’obtenir de meilleurs résultats. C’est aussi le premier pas vers une démarche de jardinage responsable !

 

Conseils sur mesure

Solution brevetée, Plantfit analyse les paramètres de votre jardin puis les croise avec les facteurs clés de réussite de chaque plante (zone climatique, exposition soleil et vent, type de sol, savoir-faire requis), établis d’après notre base de connaissances pour chacune des 12 000 plantes de la pépinière. Nous intégrons également à notre algorithme vos souhaits de couleur, hauteur ou style de massifs recherchés. 

 

Plantfit c’est tout simple !

Laissez-vous guider et répondez en quelques minutes à notre questionnaire. C'est une étape indispensable pour que nous puissions vous présenter le profil de votre jardin en quelques lignes, puis vous conseiller des plantes naturellement adaptées :

1- Organisez votre jardin ou votre terrasse en différents espaces

2- Répondez à nos questions sur les différents paramètres clés de chaque espace

3- Naviguez sur le site et pour chaque plante sélectionnée, découvrez si celle-ci est adaptée ou non à ces espaces, et pourquoi.

 

Que verrez-vous pour chaque plante ?

Cette plante nous paraît inadaptée à votre jardin ou votre massif
Cette plante nous paraît assez adaptée à votre jardin ou votre massif
Cette plante nous paraît bien adaptée à votre jardin ou votre massif !
Cette plante est peut-être un peu trop volumineuse pour votre massif 
Cette plante présente des caractéristiques ornementales que vous recherchez

Nos recommandations sont disponibles pour les végétaux d’ornement. Les plantes potagères et les fruitiers arriveront dans un second temps. 

 

À tout moment et d’un simple clic, vous pouvez choisir d’activer ou de désactiver Plantfit de votre navigation sur le site.

 

Compléter votre questionnaire >>>  Créer mon Jardin