Comment choisir un cerisier ?

Comment choisir un cerisier ?

5 critères à considérer

Sommaire

Rédigé le 13 Novembre 2022  par Patricia 6 min.

Arbre majestueux, plébiscité aussi bien pour ses délicieux fruits que pour sa belle floraison printanière, le cerisier se cultive en pot ou en pleine terre dans toutes les régions de France. En Europe, on distingue deux espèces originaires d’Asie Mineure : le merisier aux fruits doux (bigarreau, guigne) et le griottier à l’acidité plus prononcée. À partir d’elles, des centaines de variétés sont disponibles et certaines fructifient seules, tandis que d’autres ont besoin d’un second cerisier à proximité pour vous régaler de ses fruits.

Nous vous proposons ce petit guide pour choisir votre cerisier en fonction de 5 critères essentiels : le type de culture (en pot ou en pleine terre), le caractère autofertile ou pollinisateur, la période de fructification, la variété de cerises et l’utilisation des fruits… de quoi orienter votre choix parmi les nombreuses variétés !

Difficulté

Culture en pot ou en pleine terre ?

Planter un cerisier n’est pas l’apanage des grands jardins : ce bel arbre fruitier peut s’inviter sur un balcon ou une terrasse, dans la mesure où l’on choisit la variété adaptée à ces conditions de culture.

Les variétés de cerises qui se développent bien en pot sont les « mini-cerisiers » ou « cerisiers nains » ne dépassant pas 2,5 mètres de hauteur à maturité. À l’image du Garden Bing aux fruits rouge vif et sucrés ou du très parfumé Griotella aux fruits rouge brillant et acidulés.

La plantation d’un cerisier en pleine terre est en tout point identique, mais s’ouvre à un éventail de variétés plus large. Le Bigarreau est la famille de cerise la plus connue et la plus répandue dans les jardins et les variétés Burlat, Napoléon ou Coeur de Pigeon sont les plus gouteuses, les plus sucrées et les plus consommées. Prévoyez néanmoins suffisamment de place, en vue du développement de l’arbre à l’âge adulte et choisissez donc une variété adaptée à la taille de votre jardin : ce sont en général des arbres vigoureux atteignant 5 à 10 m de hauteur à l’âge adulte. Au jardin, le cerisier se plante généralement en isolé sur une pelouse, au fond d’un massif ou au sein d’un verger.

Cerisier auto-fertile ou pas ?

L’obtention d’une bonne récolte de cerises dépend directement des propriétés de l’arbre fruitier choisi : peut-elle se développer seule ou doit-elle placer à proximité d’une autre variété de cerises, pour augmenter sa fructification ? Or, si les griottiers sont autofertiles, la plupart des merisiers doivent être pollinisés – ce qui implique de choisir une variété de cerises ayant une période de floraison identique et des pollens compatibles.

Parmi les cerisiers autofertiles, vous pouvez choisir la cerise acide de Montmorency, la Bigarreau ‘Sweetheart Sumtare’ ou la Bigarreau ‘Summit’. Pour les autres et afin d’assurer une bonne pollinisation, vous pouvez opter pour ces duos :

La griotte de Montmorency et la Bigarreau Stark Gold Georges Delbard sont autofertiles

La période de fructification

En fonction de la variété de cerises retenue, la période de fructification variera entre le mois de mai ou le mois de juillet. Naturellement, si vous décidez d’en planter plusieurs, il peut être intéressant d’échelonner les récoltes – tout en veillant, le cas échéant, à leur pollinisation.

Le cerisier ‘Burlat’ affiche un très bon rendement, apportant de grosses cerises à la fois rouges et brillantes à partir de la fin mai, tout comme les cerises noires ‘Moreau’ (même si leur rendement est moindre). Pour les ‘Cœurs de pigeon’, reconnaissables par leur couleur jaune et rouge en forme de cœur, il faut attendre la fin du mois de juin. Et ce n’est qu’en juillet qu’apparaissent les très productives griottes ‘Chatenay’, à la chair rouge tantôt acidulée, tantôt sucrée.La période de fructification dépend de la variété de cerises plantée

La saveur des fruits

Au-delà des conditions de culture, un cerisier se choisit aussi en fonction du goût de ses fruits ! Des deux espèces originelles, le cerisier doux (Prunus Avium) et le griottier (Prunus cerasus) sont nés de nombreuses variétés de cerises.

Très fortement plébiscités en France, les Bigarreaux sont à chair ferme et croquante, couleur blanc ou rouge. À l’image du cerisier ‘Canada Giant’ productif et vigoureux (mais non autofertile !) ou du cerisier ‘Marmotte’, plus tardif, mais idéal à marier avec une Burlat.

Les guignes offrent, quant à eux, des fruits sucrés à la chair molle, comme le cerisier ‘Early Rivers’. Mais si vous appréciez des cerises plus acides, il faut privilégier les amarelles à jus clair ou les griottes à jus coloré.

Cerises sucrées ou acidulées, à chair ferme ou molle, à jus clair ou coloré ?

L’utilisation des fruits

Dernier critère à considérer avant de choisir son cerisier : quelle sera votre utilisation de ses fruits ? Consommation de tables, confitures, conserves, accompagnements, eau-de-vie, kirsch ou pâtisserie, chaque variété de cerises a ses destinations privilégiées.

Par exemple, les variétés de cerises ‘Cœurs de pigeon’, ‘Reverchon’ ou ‘Napoléon’, sont souvent utilisées pour une consommation seule, directement sur l’arbre ! Tout comme les ‘Burlat’, même si elles sont aussi préconisées en pâtisserie et en coulis. Les ‘Marmotte’ sont parfaites en confiture, pour leur fructification satisfaisante et leur légère acidité. Traditionnellement, les griottes agrémentent les plats (canard, porc…) et servent de base à l’eau-de-vie, avec les cerises ‘Montmorency’. Pour la confection du kirch, il faut préférer les guignes : le cerisier ‘Belle Magnifique’ offre des fruits à la chair tendre et juteuse, au goût acidulé et sucré. À des fins de dégustations pour l’hiver, optez pour des cerises anglaises (Prunus cerasus Anglaise Hâtive’).

Confitures, conserves, eau-de-vie, kirsch ou pâtisserie… quelle utilisation faites-vous de la cerise ?

Commentaires

sélectionner un cerisier