Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Fraisier : planter, cultiver, entretenir

Le Fraisier, en quelques mots

  • Les fraisiers sont des plantes vivaces très rustiques, munies de stolons qui permettent de les multiplier aisément et de former un bon couvre-sol.
  • Le renouvellement de la planche de culture est conseillée tous les 3 ans afin d’obtenir un haut niveau de rendement.
  • Les variétés sont à gros ou petits fruits, remontantes ou non. Ces dernières offrent une récolte groupée sur environ 3 semaines entre mai et juillet, convenant mieux à la confection de confitures. Les remontantes produisent de juin jusqu’aux gelées.

Le mot de notre experte

La fraise (Fragaria x ananassa) est l’un des premiers fruits du jardin, il annonce l’arrivée de l’été avec ses fruits frais, très parfumés, d’un rouge brillant extraordinaire et qui se mangent crus avec du sucre ou de la chantilly, en salade, en tarte, séchés ou sous forme de sorbet ou encore cuits en vue de réaliser des coulis et confitures. Le fraisier est considéré comme une plante maraîchère car les plants de fraisier sont plus souvent présents dans les potagers que dans les vergers, même s’il fait partie de la même famille que pommiers, poiriers et pêchers. On le place dans la catégorie des « petits fruits ».

Les fraisiers forment de jolis couvre-sols aux feuilles composées de 3 folioles dentelées souvent brillantes d’un très beau vert mais aussi des suspensions à la fois gourmandes et ornementales surtout avec les variétés Mount Everest ou Toscana qui montre des fleurs roses et des fruits excellents. La touffe herbacée s’épaissit lentement ou s’étend  en formant des stolons, très faciles à repiquer en fin d’été pour agrandir la parcelle.

La fraise est une plante facile à cultiver au jardin, en pleine terre mais aussi en grand pot, sur la terrasse ou le balcon. On peut étaler la production sur plusieurs mois grâce à la chaleur de la serre mais aussi à ses multiples variétés remontantes ou pas qui permettent une récolte de mai jusqu’aux gelées. La plante a tout de même besoin de froid pour bien initier la floraison. C’est d’ailleurs pourquoi la plupart des cultures de fraises se font sous serre dans des pains de laine de roche pour limiter les maladies dues aux champignons du sol, et sont renouvelées tous les ans.  Au jardin, le renouvellement des plants se fait généralement tous les 3-4 ans.

Saviez-vous que le nom scientifique du fraisier, Fragaria vient du latin « fragare » qui signifie « parfumer », d’où dérive le mot fragrance, terme qualifiant une exaltation d’odeurs suaves ? Le nom d’espèce ananassa vient du parfum d’ananas obtenu par le croisement de deux espèces, la fraise de Virginie (Fragaria virginiana), native du Canada, à saveur prononcée et ramenée par Jacques Cartier au XVIe siècle, et de la fraise du Chili (Fragaria chiloensis) à gros fruits à chair blanche, que le navigateur Amédée François Frézier, passionné de botanique, introduisit en France en 1714, sous le règne de Louis XIV, soit deux siècles plus tard !

N’oublions pas notre petite fraise des bois (Fragaria vesca), fréquente dans nos sous-bois européens excepté en Méditerranée au parfum bien particulier qui séduit encore le consommateur et que l’on retrouve par exemple dans la fraise ‘Mara des bois’. Ce type de fraisiers forme des touffes de 20-30 cm en tous sens, dépourvus de stolons.

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Fragaria x ananassa

Famille : Rosaceae

Nom commun : Fraisier

Floraison : de mai à octobre

Hauteur : entre 20 et 30 cm

Exposition : soleil ou mi-ombre

Sol : tout sol meuble, riche et bien drainé, légèrement acide.

Rusticité : Excellente (-28 °C)

Le genre Fragaria rassemble une quinzaine d’espèces originaires des zones tempérées de l’hémisphère nord excepté une qui a sans doute changé le cours de l’histoire de la fraise. Sans la fraise du Chili (Fragaria chiloensis), ce petit fruit rouge serait resté sans doute une culture anecdotique. L’histoire de la fraise découle en effet d’un concours de circonstances assez ahurissant. La cueillette de la fraise des bois (Fragaria vesca) démarre en Europe au moment de la préhistoire. Cette espèce est aussi présente en Amérique Nord et Sud, en Afrique du Nord et Asie tempérée, et peuple les bois ou le pied des haies jusqu’à 1600 m d’altitude, dans des sols plutôt secs à tendance basique. Dès le XIVe siècle, elle fait l’objet d’une culture visant à l’emploi médicinal de ses racines, feuilles et fruits, avec 12 000 plants plantés dans les jardins du Louvre en 1368.

La plupart des fraisiers cultivés aujourd’hui sont des hybrides issus le croisement de deux espèces, la fraise de Virginie (Canada) ou fraisier écarlate (Fragaria virginiana) et la fraise chilienne (Fragaria chiloensis). La première, très savoureuse et plus rustique que les fraisiers européens, est rapportée par Jacques Cartier, parti à la découverte du Canada sous François 1er. Elle connaît un grand succès et se cultive en France autour de Brest et en Angleterre jusqu’à la fin du XIXe. La seconde, Fragaria chiloensis produit aussi des fruits assez gros à la peau blanche ou rouge mais à chair blanche. Il se trouve que les quelques plants ayant survécu au voyage d’Amédée François Frézier, ingénieur en armement, envoyé-là par Louis XIV pour espionner les fortifications espagnoles, et passionné de botanique, ne donnent aucun fruit. Ils provenaient pourtant de l’île Chiloé soumise à de rudes conditions (fortes précipitations (2000 mm), vents forts et température moyenne annuelle de 8,5°C). D’ordinaire hermaphrodite, les 5 plants rapportés ne portaient malheureusement pas d’étamines empêchant toute fructification. Le hasard fait que l’on cultive les deux espèces dans un même lieu,  à Plougastel-Daoulas (Finistère) ce qui donne naissance en 1760 à un hybride extraordinaire, baptisé Fragaria x ananassa aux gros fruits dont le parfum évoque celui de l’ananas, à l’origine de la plupart de nos fraisiers actuels. En parallèle, un jeune botaniste de Versailles, Antoine Nicolas Duchesne obtient volontairement des croisements en 1761 entre ces deux espèces qu’il baptise « Fraisier de Versailles ».

fraise des bois

Fragaria vesca – illustration botanique

Les fraisiers sont des vivaces semi-persistantes, rampantes ou en touffes trapues, de croissance lente. Le feuillage disposé en rosette, disparaît en partie en fin d’été, souvent taché par l’anthracnose  et se reconstitue sans problème dès les premiers signes de réchauffement. Les feuilles munies d’un long pétiole épais sont composées de 3 (parfois 5) folioles ovales et crénelées, de 3-4 cm de long, au limbe fortement nervuré plus ou moins duveteux selon l’espèce, d’un vert franc lustré.

Les fleurs, disposées en cymes alternes au bout d’une longue tige qui généralement dépasse du feuillage, sont typiques de la famille des Rosacées avec leurs 5 pétales blancs ou rosâtres, aux bords arrondis distribués autour d’un cœur jaune. Le calice doublé de la calicule forment une collerette à grosses dents qui persiste à la base du fruit. Le réceptacle floral reçoit quelques rangs d’étamines qui entourent de nombreux carpelles libres, prolongés par de minuscules pistils,  à l’origine des petits grains couvrant la surface de la fraise. Chaque carpelle fécondé par l’abeille est un akène (carpelle à une seule ovule qui donne un fruit sec) qui produit une hormone faisant grossir le réceptacle floral devenant charnu. Ce polyakène est appelé faux-fruit. Les petits grains qui ponctuent la fraise correspondent aux akènes tandis que la chair du fruit provient du réceptacle qui gonfle, s’épaissit prenant une forme ronde, allongée ou triangulaire. La plupart des fraises sont rouges avec toutefois des nuances, allant du rouge orangé comme chez la Gariguette au rouge pourpre chez Cherry Berry mais il existe des formes à fruits blancs comme Ananas ou chez certaines formes de fraise du Chili. Comme on l’a vu dans l’histoire de la fraise, certaines fleurs ou plants peuvent être unisexués, ce qui implique la présence d’un partenaire pour fructifier. Notez que même chez les plants hermaphrodites, la présence des abeilles reste primordiale pour assurer le développement régulier du fruit.

La fraise, plus riche en vitamine C que l’orange, fait partie des fruits les moins caloriques. Il suffit de 150 g pour couvrir les besoins journaliers. Elle stimule les défenses immunitaires grâce à sa teneur en provitamine A, ainsi que le renouvellement cellulaire grâce à la vitamine B9, indispensable chez la femme enceinte notamment. Elle contient aussi une quantité importante de magnésium, calcium et fer. Elle peut aussi causer de l’urticaire chez les personnes sensibles. Les infusions  ou décoctions de feuilles cueillies au printemps et des rhizomes récoltés en hiver, de la fraise des bois sont diurétiques et astringentes. Le célèbre botaniste Carl von Linné soigna sa goutte douloureuse grâce à cette plante.

 

Les principales variétés de fraisier

Les différentes variétés de fraisiers se classent en plusieurs catégories. En effet, on distingue :

  • Les fraisiers non remontants, à gros fruits comme Gariguette, Ciflorette  qui ont une production groupée très abondante autour de juin, sur environ 3 semaines, à choisir selon le stade de récolte (précoce, de saison ou tardive) afin d’étaler sa récolte.
  • Les fraisiers remontants à gros fruits comme Gento, Ostara qui ont une production étalée de mai aux gelées mais en plus petites quantités, avec souvent une période repos en juillet-août .
  • Les fraises des bois ou des 4 saisons comme Reine des Vallées, produisant de petits fruits très parfumés de juin à octobre sans discontinuer.
  • Des variétés ornementales et gourmandes comme Mount Everest qui se cultive en suspension ou Toscana qui présente une jolie floraison rose. Le Fraisier Pink Panda à fleurs rose vif pourvues de 6 pétales et plus, résulte du croisement entre un fraisier de jardin et une potentille des marais. Il fructifie rarement.

Nos variétés préférées non remontantes

Fraisier Gariguette (non remontant) en racines nues


Hauteur à maturité
25 cm

Cette variété précoce et productive, très cultivée en France est la première à donner des fraises dès le mois de mai ! Non remontante, elle produit une belle récolte de fruits allongés rouge orangé à la chair ferme et juteuse très parfumée.

Fraisier Ciflorette (non remontant) en godet de 7cm


Hauteur à maturité
25 cm

Fraise haut de gamme appréciée pour ses fruits très riches en saveurs! Ce fraisier non remontant et demi-précoce, donne en mai et juin un bon rendement de fraises couleur orangée à rouge brique et de forme ovoïde très régulière, assez brillante, d’un poids moyen de 17 g.

 

Fraisier Magnum Marionnet 97 (non remontant)


Hauteur à maturité
25 cm

Variété non remontante, fournissant de très gros fruits rouges, de 20 à 25 g, très savoureux, fermes et bien sucrés. Rendements élevés et sensibilité faible aux maladies.

Nos variétés préférées remontantes

Fraisier Mara des Bois (remontant) en racines nues


Hauteur à maturité
25 cm

Variété productive, très remontante fournissant des fruits très parfumés, au goût de fraise des bois. A déguster nature ou sur une tarte pour profiter au mieux de son parfum exceptionnel. Facile à cultiver, cette variété plusieurs fois primée est devenue un grand classique au succès jamais démenti.

Fraisier Gento (remontant)


Hauteur à maturité
25 cm

Variété productive qui donne de très grosses fraises pèsant entre 40 et 50 g ! Les fruits sont juteux, sucrés et très parfumés. C’est un fraisier rustique et remontant qui donne plusieurs récoltes régulières de fin mai jusqu’aux gelées en octobre.

Fraisier Ostara (remontant)


Hauteur à maturité
25 cm

Variété remontante produisant à partir de juin jusqu’aux premières gelées. Fraises moyenne, de 8 à 10 g, de forme conique, rouge brillant, à chair acidulée, fondante et juteuse, de bonne saveur. Les plants vigoureux, très productifs et de bonne résistance aux maladies, apprécient les sols légèrement alcalins contrairement à la plupart des variétés de fraises.

Variétés particulièrement décoratives

Fraisier Toscana F1 Deep Rose en minimottes


Hauteur à maturité
10 cm

Variété hybride très productive, aux larges fleurs de couleur rose foncé, fournissant de beaux fruits rouges coniques très savoureux. Cette variété remontante au port retombant est particulièrement adaptée à une culture en pot ou en suspension.

Fraisier grimpant Mount Everest en godet de 10,5cm

Période de floraison Mai à Juil.

Hauteur à maturité
1.25 m

Variété remontante, produisant de longues tiges de 1 à 1,50 m, à palisser sur un support ou à laisser retomber le long d’une suspension, produisant de gros fruits rouges, d’une très bonne qualité gustative. Permet un gain de place et facilite la cueillette.

 

Fraisier rose - Fragaria Pink Panda

Période de floraison Mai à Sept.

Hauteur à maturité
30 cm

Ce fraisier d'ornement très rustique offre une floraison d’une très longue durée, aux corolles pétillantes roses à cœur jaune. S'utilise aussi bien en couvre-sol qu'en jardinière.

Planter des fraises

Où planter des fraisiers ?

Le fraisier est une vivace très rustique (-28°C), tolérant bien le climat montagnard à l’instar de la myrtille ou de la framboise.  Les variétés hybrides tolèrent des gels situés entre -15 et -20°C. La plante a même besoin de froid pour induire la floraison si bien que la montée en température d’une culture en serre ne doit débuter qu’à partir de février.

Les fraisiers apprécient une bonne terre de jardin, profonde, humifère et souple, légèrement acide que vous enrichissez annuellement en compost, fumier ou autre engrais organique. Choisissez un endroit assez ensoleillé bien que la fraise se contente aussi de la mi-ombre. Les plants de fraisiers sont de bons compagnons de l’ail, des haricots, de la laitue, des oignons, du poireau, du thym et des épinards. Par contre, ils n’apprécient pas la compagnie des choux et autres Brassicacées. Les fraisiers restent en place pendant 3 à 4 ans.

Bon à savoir : Suivant la variété, un pied de fraisier, produit entre 200 g et 1,5 kg de fruits dans l’année, surtout en juin, puis en septembre pour les variétés remontantes. Les variétés comme Gariguette, Charlotte, Ciflorette ou Cijosée conviennent particulièrement bien à la culture sous serre.

Quand planter les fraises ?

Préférez  l’automne, voire l’été (chez les professionnels), pour installer vos fraisiers car la récolte sera ainsi plus abondante l’année suivante. La plantation au printemps reste toutefois possible  et même conseillée chez les variétés de fruits des bois !

à lire, sur le sujet : « Fraisiers, 3 raisons pour les planter en automne »

Comment planter en pleine terre ?

Cette plante est de culture très facile surtout si vous prenez soin de vous procurer des plants certifiés indemnes de virus et autres maladies. Les variétés résistantes à certaines maladies sont un plus si votre sol est lourd ou a reçu des fraisiers dans les années précédentes. Attendez au moins 3-4 ans avant de réinstaller des fraisiers sur une même parcelle. Les plants sont fournis en godets ou en racines nues en été-automne.

Pour tout savoir, rendez-vous sur cette fiche : « Planter des fraisiers en racines nues »

Les étapes pour planter des fraisiers :

  • Quelques mois avant la plantation, ameublissez la terre et faites un apport généreux de compost bien mûr. Si votre terre est calcaire, apportez de la tourbe et prévoyez ensuite un paillis à base de matériaux acides (épines ou écorces de pin…). Si votre terre est humide, plantez les plants sur des buttes ou andains de 10 à 20 cm de hauteur.
  • Enlevez les adventices et cailloux présents dans le sol.
  • Espacez les plants de 35 cm en tous sens.
  • Creusez un trou et placez le fraisier avec le collet affleurant au niveau du sol. Refermez le trou avec de la terre fine.
  • Arrosez copieusement et paillez, à la fois pou maintenir la fraîcheur, éviter les contaminations par les éclaboussures et contrôler les mauvaises herbes.

Pour information, des études réalisées par l’association Terre Vivante ont montré que le paillage à base de BRF (copeaux de bois raméal) voire de vieux terreau de rempotage donnaient les meilleurs résultats en termes de rendement et de lutte contre les mauvaises herbes, comparé à la paille et au plastique.

fragaria

En pot : installez au fond du pot une couche de graviers ou de billes d’agiles pour faciliter le drainage. Remplissez le pot avec un mélange de terreau, de terre de jardin et de compost.

Entretien, maladies

L’entretien des fraisiers est simple :

  • Maintenez la fraîcheur du sol par des arrosages réguliers en période de floraison et fructification, surtout en cas de fortes chaleurs.
  • La plante est sensible au gel dès qu’elle a commencé à fleurir. Pour garantir d’abondantes récoltes, installez un tunnel ou un voile d’hivernage pendant les nuits fraîches.
  • Installez un filet de protection contre les oiseaux avant que les fruits ne rougissent.
  • A l’automne, supprimez les feuilles sèches ou tachées.
  • Apportez du compost en surface au printemps.
  • Supprimez les stolons trop abondants ou séparez-les du pied-mère pour les replanter ailleurs.
  • Les pieds sont à renouveler tous les 3 ou 4 ans.

Attendez 4 ans avant de replanter des pieds de Fraisier au même emplacement.

Les limaces et escargots peuvent s’attaquer aux jeunes plants ainsi qu’aux fraises. Installez de la cendre ou du marc de café ou autres pièges à bière pour les éloigner.

La maladie des taches pourpres qui affecte souvent le feuillage à l’automne nécessite rarement un traitement. Ôtez les feuilles tachées ou flétries avant la reprise de la végétation. Le botrytis est une pourriture grise qui affecte les fraises  si la culture manque d’aération. ou sont plantés trop serrés.

Le mildiou du fraisier et l’anthracnose sont deux maladies graves engendrées par des champignons du sol qui se déclarent sur sol humide ou quand le feuillage est mal aéré. Arrachez les plants et évitez de replanter des fraisiers avant un certain nombre d’années (voir fiches dédiées)

Pour en savoir plus , rendez-vous sur cette fiche : Comment cultiver les fraises 

Multiplication

La séparation des stolons à l’automne est un moyen très facile de multiplier le fraisier  à gros fruits à condition qu’il ne soit pas atteint par des viroses (jaunisse ou frisure du feuillage). On effectue la division de touffe ou le semis sur la fraise des bois et ses cultivars.

Division de touffes ou séparation de stolons

  • Dès que les racines apparaissent à la base de la jeune rosette du stolon, séparez-la du pied-mère en sectionnant le stolon (tige horizontale aérienne) avec une lame propre bien affûtée.
  • replantez les rosettes aussitôt pour étendre la culture ou en donner à un voisin.

Cette opération évite aussi d’épuiser le pied-mère.

fragaria

Séparation de stolon et repiquage d’un nouveau plant de fraisier

Semer des fraisiers

Ce sont les fraisiers des bois qui sont proposés sous forme de semences car ils ne forment pas de stolons et conservent leurs caractères.

Quand semer les graines de fraisier ?

Le semis peut débuter à partir de février et jusqu’en juin du moment que la température se situe au-dessus de 16°C (optimum à 22°C), ou bien en automne. La culture sous châssis, sous serre ou en véranda est donc indispensable si vous commencez tôt. La levée se fait à l’ombre. En fonction de la date du semis, vous serez amené à conserver ou pas les plants repiqués sous châssis (non chauffé).

Comment semer ?

  • Placez vos graines quelques jours dans le compartiment freezer de votre réfrigérateur puis dans le bac à légumes. Cette opération met les graines en conditions naturelles pendant lesquelles la période froide hivernale suivie du redoux printanier stimule la germination.
  • Préparez votre substrat la veille de préférence avec un tiers de terreau ‘spécial semis’ mélangé à un tiers de terre de jardin fine et un tiers de sable. Humidifiez le mélange en vaporisant de l’eau si besoin.
  • Le lendemain, remplissez une caissette ou une plaque alvéolée jusqu’à ras-bord sans tasser.
  • Semez vos graines aussi clair que possible, avec une pince à épiler au besoin.
  • Recouvrez éventuellement d’une fine couche de terreau ou vermiculite de 1 à 2 mm d’épaisseur puis tassez légèrement.
  • Arrosez en pluie fine et veillez à conserver le substrat humide.

Les pieds de fraisier sont parfois longs à lever , jusqu’à 35 jours, mais ils ne mettent que 15 jours en juin.

  • Lorsque les plants présentent 2 à 3 feuilles, repiquez-les individuellement dans des godets de 7 à 8 cm de côté, dans un substrat composé de terre de jardin et terreau ou compost.

La plantation en pleine terre

Une fois que les gelées ne sont plus à craindre, généralement après les Saints de Glace à la mi-mai, et que vos plants ont plusieurs feuilles :

  • Ameublissez la terre  sur 20 cm de profondeur que vous enrichissez de compost bien mûr.
  • Ratissez pour aplanir puis creusez des trous espacés de 35 cm,
  • Enfouissez les mottes sans enterrer le collet en appuyant suffisamment pour bien caler la plante.

Un semis en février permet de récolter des fraises de la mi-juin à novembre, tandis qu’un semis à l’automne permet de récolter à partir de mai.

Récolte et conservation

Récolte des fraises

Cueillez les fruits sur les plants au fur et à mesure de leur maturité. Les fraises sont fragiles, cueillez-les avec leur pédoncule en pinçant la tige 1 à 2 cm au-dessus de celui-ci. La texture du fruit est un bon indicateur de son mûrissement. Il doit être ferme et souple sous le doigt.

Les rendements varient de 400 à 700 g/m² pour la saison pour les fraises à petits fruits, et sont en moyenne de 1,5 kg/m²pour les espèces à gros fruits remontants et non remontants.

La conservation

Les fraises se conservent une semaine environ dans le bac à légumes de votre réfrigérateur mais il est préférable de les consommer rapidement car la peau est très sensible aux chocs, pressions…

  • Elles se consomment crues après lavage rapide sous le robinet, avec  éventuellement un peu de sucre, de la crème chantilly ou en garniture de tartes. (Ôtez les pédoncules après le lavage).
  • Si votre récolte est importante, le sucre est un excellent moyen de transformer et conserver le produit sous forme de confitures, marmelades, compotes ou sirops. Il est bien entendu possible de confectionner des glaces, sorbets ou coulis, mais vous les garderez moins longtemps.
  • Vous pouvez aussi les sécher au four après les avoir tranchées en fines lamelles de 1 mm minimum que vous incorporerez à vos mueslis.
  • Enfin, la fraise se congèle très bien. On trouve désormais de petites barquettes pour la congélation pour les petits fruits comme les fraises, framboises ou groseilles, etc.

Utilisations et associations

Les plants de fraisiers peuvent former des bordures autour d’un potager afin de gagner de la place. Ils peuvent aussi être associés  à l’ail, aux oignons et poireaux, ou encore  aux haricots, à la laitue, aux épinards ou avec le thym. Par contre, ils n’apprécient pas la compagnie des choux et autres brassicacées.

Avec leur production de stolons, ils forment aussi de belles suspensions, peuvent orner des murs végétaux ensoleillés, s’installer dans des bacs en bois ou une pyramide de cadres empilés, permettant une récolte debout.

associer fraisier

Une idée d’agencement en pots sur une terrasse : cultivez des fraisiers avec à proximité des courgettes (non coureuses), des tomates, des poivrons et des piments, des salades et des plantes aromatiques (thym, romarin, persil, basilic, ciboulette, origan…). Vous pouvez ajouter des fleurs aussi : tagètes, oeillet, bourrache, lavande, bruyère d’été, sauge…)

Articles connexes


Blog

Fraises au potager : halte au pillage !

S’il est un fruit qui gagne vraiment à être installé au jardin, et même au...
Lire la suite +

Blog

Fraisiers : 3 raisons pour les planter en automne

Avez-vous remarqué que c'est toujours au printemps, lorsqu'il y a mille choses à faire au...
Lire la suite +

conseil

Cultiver les fraisiers

Lire la suite +

plantation

Planter des fraisiers en racines nues

Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire