Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
maladie de la vigne
conseil

Les maladies de la vigne

Comment les prévenir et les traiter ?

Si la Vigne à raisin (Vitis vinifera) est appréciée pour ses fruits à la pulpe juteuse et sucrée, elle est aussi réputée pour la fréquence de ses maladies. Bien que rustique et facile à cultiver, la vigne est sensible à différentes maladies cryptogamiques et à certains ravageurs, qui menacent les grappes de raisin, ou parfois sa survie. Les maladies de la vigne sont fréquentes. Mildiou, à l’oïdium, pourriture grise (botrytis), sont les plus courantes. Heureusement, de bonnes pratiques culturales peuvent facilement éviter ces maladies sur vos pieds de vigne. Pour ces maladies cryptogamiques, vous utiliserez de la bouillie bordelaise dès les premiers symptômes.

Découvrez nos conseils pour faire rapidement le bon diagnostic et choisir le traitement approprié pour pouvoir profiter d’une belle récolte de raisins !

Qu'est-ce qui menace la vigne ?

Parmi les nombreuses maladies qui menacent vos plants de vigne, on distingue :

  • Les maladies parasitaires dues à des champignons cryptogamiques, des bactéries et des virus.
  • Les maladies non parasitaires causées notamment par les carences en nutriments (comme la chlorose ferrique de la vigne)
  • Les ravageurs tels que les acariens et les insectes tels que le vers de la grappe

maladie de la vigne

Comment prévenir les maladies de la vigne ?

Une vigne à raisin installée dans ses conditions de culture se montrera toujours moins vulnérable.

  1. Plantez-la en plein soleil, à une exposition très chaude et abritée des vents froids dominants, dans un sol bien drainé.
  2. Une plantation sur une pente facilitera le drainage. Un terrain retenant trop l’humidité favorise la pourriture des racines et l’apparition des maladies cryptogamiques. De plus, elle se montrera plus rustique dans une terre drainée.
  3. Choisissez des cépages résistants aux maladies comme les vignes Ampelia®.
  4. La culture des vignes très serrée favorise le développement des maladies. Taillez et palissez régulièrement les sarments pour éviter une végétation trop dense et pour faciliter la circulation d’air dans les parties aériennes.
  5. Lors de périodes chaudes et sèches, évitez d’arroser et si vous le faîtes, n’arrosez pas le feuillage.
  6. Limitez les apports d’engrais, la vigne est une plante frugale qui ne requiert pas d’apport en engrais régulier : un sol trop riche peut la rendre plus sensible.

Dans tous les cas, nous vous conseillons d’utiliser des produits issus de l’Agriculture Biologique, compatibles avec le jardinage écologique pour bénéficier d’un raisin sans traitement chimique.

Le Mildiou

Le mildiou (plasmopara viticola) est l’ennemi numéro 1 de la vigne. Ce champignon parasite apparaît principalement lors de printemps et étés doux et pluvieux, quand la température est comprise entre 16 et 22 ° C. Il se propage rapidement, par temps de pluie ou à la faveur de fortes rosées, affaiblit le cep entraînant généralement le pourrissement des grains de raisins déjà formés et d’importantes pertes de récoltes. Une bonne protection contre le mildiou s’impose.

Symptômes :

Feuilles, inflorescences, grappes, vrilles et rameaux, sont menacés car le mildiou attaque toutes les parties aériennes de la plante, les organes verts et jeunes de la vigne. Les attaques peuvent survenir dès le début de la floraison : la rafle prend alors une couleur brunâtre, se déforme, les inflorescences se dessèchent et tombent, réduisant à néant tout espoir de récolte. Dans un premier temps, de grandes taches brun- jaunâtres et d’aspect huileux apparaissent sur la face supérieure des feuilles. Ensuite, un duvet se manifeste sur la face inférieure des feuilles. Puis, les feuilles brunissent et se dessèchent. Très vite, ces taches gagnent les jeunes sarments qui se couvrent de lignes blanchâtres, les grappes de raisins qui finissent par pourrir sur le pied après avoir viré au blanc (Rot gris) puis dans un second temps au brun- rouge (Rot brun).

mildiou de la vigne

Comment y remédier ?

Prévention :

La lutte contre le mildiou est essentiellement préventive. Cultivez des variétés résistantes au mildiou. La meilleure des préventions est de choisir des variétés peu sensibles et cela est possible. Les nouvelles variétés se montrent plus résistantes aux maladies. C’est le cas des vignes Ampelia, très résistantes aux maladies cryptogamiques et qui ne nécessitent peu ou pas de traitements. Depuis l’attaque du phylloxéra en 1863, un insecte piqueur, qui décima le vignoble français et européen, des porte-greffes issus de cépages américains plus résistants sont également nés.

  • Espacez suffisamment vos plants et palissez les sarments au fur et à mesure afin de faciliter la circulation de l’air et un séchage rapide du feuillage, car le mildiou est favorisé par des conditions humides.
  • Lors des chaudes journées d’été, ne douchez pas vos ceps de vigne ! Arrosez toujours et avec parcimonie, au niveau de leur pied, en veillant bien à ne pas mouiller le feuillage.
  • Pulvérisez, à titre préventif de la bouillie bordelaise (15 g par litre d’eau), du soufre ou du purin de prêle. Renouvelez si le temps est pluvieux. Ramasser et brûlez les feuilles atteintes.

Traitement :

En de forte attaque, pulvérisez tous les 8 jours, de la bouillie bordelaise ou une décoction de prêle : ne procédez pas en période de floraison.

Le blanc ou oïdium

La maladie du blanc ou oïdium est une maladie cryptogamique fréquente causée par des champignons. Elle s’attaque à tous les organes de la vigne, des feuilles aux rameaux en passant par les grappes. La chaleur et l’excès d’humidité favorisent le développement, surtout en avril-mai et en fin d’été. Peu visible à ses débuts, elle devient difficile à contrôler une fois installée.

Symptômes :

Les feuilles se parent en premier lieu de taches huileuses et poussiéreuses puis le revers du limbe noircit. Un feutrage d’aspect farineux gris-blanc apparaît, puis les bords du limbe se crispent et les jeunes grains infectés se nécrosent et pourrissent.

Oidium de la vigne

Comment y remédier ?

Prévention :

En fin d’hiver, taillez pour avoir une vigne bien aérée.

Limitez les arrosages et évitez aussi d’arroser directement les feuilles et les rameaux, dirigez le jet plutôt sur le pied.

Pulvérisez un fongicide à base de soufre ou une décoction de prêle au moment du débourrement, avant et après la floraison.

Limitez son expansion en coupant les parties atteintes, et brûlez-les pour éviter la propagation.

Traitement :

En cas d’attaque, pulvérisez un fongicide à base de soufre à quinze jours d’intervalle ou dès qu’il a plu. Pour une efficacité optimale du traitement, la température extérieure doit être comprise entre 25 et 30°C.

Le botrytis

Le botrytis (botrytis cinerea) aussi appelé pourriture grise est une maladie causée par un champignon microscopique non spécifique. Il se développe rapidement autour de 18 à 20 °C dans une ambiance chaude et saturée en humidité. Il affecte principalement les baies à maturité.

Symptômes :

Les feuilles se recroquevillent et prennent un aspect brûlé. Elles se dessèchent et se couvrent d’un feutrage grisâtre sur la face inférieure. Les rameaux contaminés présentent des taches brunes. Les raisins pourrissent, brunissent et se couvrent d’un feutrage gris.

botrytis de la vigne

Comment y remédier ?

Prévention :

Pulvérisez de la bouillie bordelaise à l’automne. Évitez les fumures azotées.

Traitement :

Une fois présent, il est difficile de l’éliminer. Supprimez les parties malades et ramassez les fruits atteints pour éviter la propagation du champignon.

Les principaux ravageurs de la vigne

Le ver de la grappe et l’eudémis

  1. La cochylis appelée plus couramment tordeuse ou ver de la grappe est un lépidoptère, un petit papillon aux ailes couleur jaune ocre rayées de brun. Ses chenilles perforent les boutons floraux au printemps puis les grains de raisins pendant l’été occasionnant des blessures dans les fruits, ce qui favorise l’installation de la pourriture grise. Il se développe en climat frais et humide.
  2. L’eudémis est plutôt présent sur le pourtour méditerranéen, il préfère les climats secs et chauds. Il est également ocre jaune mais plus petit que la cochylis mais ses chenilles occasionnent des dégâts similaires.

En prévention :

Pour prévenir ces attaques de ver de la grappe sur vos vignes, visibles par l’apparition de fils de soie tissés par les chenilles, cela passe essentiellement par une lutte biologique avec la mise en place de pièges à phéromones (méthode de la confusion sexuelle) ou des préparations à base d’insecticide biologique de Bacillus thuringiensis.

L’érinose ou cloque de la vigne

C’est une maladie très fréquente chez la vigne mais bénigne, provoquée par de petits acariens qui se logent au revers des feuilles créant des boursouflures verdâtres puis rougeâtres ou des cloques par piqûres. Un feutrage blanc virant au brun rouge, peut également apparaître sur la face inférieure des feuilles. Les dégâts sont en général sans gravité et ne nécessite pas de traitement particulier si ce n’est un traitement préventif à base de soufre mouillable, dès l’apparition des galles. Cette maladie sans gravité n’a pas d’incidence sur la récolte.

Erinose ou cloque de la vigne

→  Découvrez vite au sein de notre boutique en ligne toutes nos solutions respectueuses de l’environnement pour lutter contre les maladies

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire