Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Codonopsis : planter, cultiver et entretenir

Les codonopsis en quelques mots

  • Les codonopsis sont des vivaces asiatiques rares et peu connues
  • Elles forment de délicates clochettes retombantes, blanches, jaune crème, bleues ou vertes
  • Leurs fleurs portent parfois à l’intérieur de très beaux motifs
  • Il existe de nombreuses espèces, dont certaines sont grimpantes
  • Ce sont des plantes bien rustiques, qui supportent jusqu’à – 15 °C

Le mot de notre experte

Les Codonopsis sont des plantes vivaces herbacées originaires d’Asie, qui offrent (généralement en été) de très belles fleurs étoilées ou en clochettes, de couleur blanche, jaune crème, bleu, vert, pourpre… qui ne sont pas sans rappeler celles des campanules ! L’intérieur de leurs fleurs est parfois maculé de jolis motifs colorés. Les codonopsis portent également un généreux feuillage vert tendre. Certaines espèces sont grimpantes et peuvent atteindre jusqu’à deux mètres de haut, tandis que d’autres sont des vivaces qui n’excèdent pas 40-50 cm de hauteur.

En plus de leur intérêt ornemental, plusieurs espèces sont utilisées en médecine traditionnelle chinoise. Le Codonopsis pilosula par exemple est réputé pour ses propriétés énergétiques, qui lui valent son surnom de « ginseng du pauvre ». Le Codonopsis lanceolata, quant à lui, est utilisé dans la cuisine coréenne.

Les codonopsis sont des plantes bien rustiques, qui supportent sans problème des températures descendant à – 15 °C. Ils apprécient les sols riches en humus, frais et drainants, et se plaisent au soleil non brûlant ou à mi-ombre. Les plus petites espèces seront parfaites en rocaille, tandis que les plus grandes trouveront leur place en sous-bois ou dans un massif de vivaces. Les espèces grimpantes, quant à elles, devront être installées au pied d’un support, par exemple devant un mur muni d’un treillage ou au pied d’un arbuste sur lequel elles pourront grimper.

Botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Codonopsis sp.

Famille : Campanulaceae

Noms communs : Codonopsis, ginseng du pauvre

Floraison : estivale

Hauteur : très variable, entre 30 cm et 2 m

Exposition : soleil ou mi-ombre

Sol : humifère, frais, drainant

Rusticité : - 15 °C

Les codonopsis sont des vivaces herbacées, parfois grimpantes, originaires d’Asie de l’Est. Il existe 53 espèces, que l’on trouve en Chine, dans l’Himalaya, au Japon, en Corée, en Mongolie… Elles sont encore très peu connues et rarement cultivées en France. Quelques espèces sont réputées médicinales ou comestibles et sont pour cette raison traditionnellement utilisées en Asie. Les codonopsis se rencontrent généralement à l’état sauvage sur des pentes rocheuses, dans les fourrés, en prairie ou lisière de sous-bois dans les régions montagneuses (notamment dans l’Himalaya). Ce sont des plantes bien rustiques : ils supportent sans souci des températures descendant jusqu’à – 15 °C.

Le Codonopsis appartient à la famille des campanulacées, dans laquelle on trouve évidemment les campanules, mais aussi d’autres plantes ornementales comme les lobelia, raiponces (Phyteuma), platycodon, jasione… Les fleurs en clochettes du codonopsis rappellent d’ailleurs celles des campanules.

Planche botanique représentant le Codonopsis ovata

Codonopsis ovata : Illustration botanique

Les codonopsis sont des plantes aux tiges dressées, couchées ou grimpantes. Leur hauteur est donc très variable suivant les différentes espèces : ainsi le Codonopsis ovata ne dépasse pas 30-40 cm de haut, tandis que le Codonopsis convolvulacea et le C. pilosula, qui sont grimpants, ont des tiges volubiles qui peuvent atteindre 2 mètres de hauteur.

La plupart des codonopsis fleurissent en été, entre juillet et septembre. Ils donnent alors des fleurs en clochettes, rappelant celles des campanules (rien d’étonnant puisqu’ils sont de la même famille)… on parle d’ailleurs de « clochettes campanulées » ! Les fleurs sont solitaires et retombantes, inclinées vers le sol. Elles sont généralement terminales (insérées au sommet des tiges), et plus rarement chez certaines espèces elles peuvent être axillaires (insérées à l’aisselle des feuilles ou tiges secondaires). Les fleurs sont constituées de cinq pétales (corolle) et de cinq sépales (calice) soudés, formant ainsi des clochettes à cinq lobes. Elles renferment cinq étamines, portant le pollen. Les fleurs se déclinent dans des nuances de bleu, mauve, vert, jaune crème et blanc. Elles ont souvent de jolies taches colorées à l’intérieur du tube de la corolle, comme c’est le cas notamment chez le Codonopsis lanceolata !

Le Codonopsis pilosula porte de ravissantes fleurs en clochette de couleur jaune crème – vert. Elles sont blanches chez les Codonopsis clematidea et C. ovata, et d’une surprenante teinte pourpre chez le Codonopsis ussuriensis. Au lieu de former des clochettes, le Codonopsis vinciflora se distingue par ses fleurs en étoiles bien ouvertes, d’une belle couleur bleu violet, une teinte plus intense que chez la plupart des autres espèces cultivées.

Les codonopsis portent de belles feuilles vert tendre. Elles sont simples, lancéolées, elliptiques ou cordiformes. En général elles mesurent entre 2 et 5 cm de long. Suivant les espèces, elles peuvent être insérées sur les tiges de façon alterne (l’une après l’autre) ou opposée (deux feuilles face à face au même point d’insertion). En général, les feuilles des codonopsis dégagent une odeur désagréable lorsqu’on les froisse.

Les fruits des Codonopsis sont des capsules (fruits secs qui s’ouvrent à maturité) renfermant de nombreuses graines, parfois ailées.

Les feuilles des Codonopsis

Le feuillage des Codonopsis ussuriensis (photo peganum), C. clematidea et C. lanceolata (photo Alpsdake)

Les codonopsis ont généralement des racines épaisses et charnues, fusiformes ou tubéreuses.

Les racines du Codonopsis lanceolata sont comestibles. Elles sont consommées en Asie, notamment dans la cuisine coréenne. On les trouve sous le nom de deodeok. Elles peuvent être consommées crues ou cuites, mais sont généralement préparées marinées et grillées à la poêle.

Le Codonopsis pilosula, lui, est apprécié en Asie pour ses propriétés médicinales, où il est connu sous le nom de Dang Shen. On utilise ses racines en décoction : elles sont réputées pour lutter contre la fatigue et redonner de l’énergie (ce qui vaut à cette plante d’être appelée le « Ginseng du pauvre »), mais aussi pour faciliter la digestion, tonifier les poumons, traiter les maux de gorges et problèmes respiratoires, renforcer le système immunitaire, améliorer la circulation sanguine… Elles seraient également antistress et adaptogènes.

La floraison des Codonopsis

Les fleurs des Codonopsis ovata, C. rotundifolia, C. ussuriensis et C. vinciflora (photos : Krzysztof Ziarnek / AdobeStock / Σ64 / C. T. Johansson)

Plantation

Où planter ?

Les Codonopsis se plaisent à mi-ombre ou au soleil non brûlant. Cela dépend aussi de votre situation géographique : si vous habitez le sud de la France, plantez-les de préférence à mi-ombre, tandis que dans le nord du pays vous pouvez sans problème les placer au soleil. Plantez-les dans une bonne terre de jardin, humifère, fraiche mais drainante, sans humidité stagnante, de préférence avec un pH neutre ou acide.

Pour les espèces grimpantes, n’hésitez pas à les planter près d’un support sur lequel ils pourront grimper : par exemple au pied d’une tonnelle ou pergola, contre une clôture ou un treillage, ou même au pied d’un arbuste.

Choisissez l’emplacement en fonction de la taille et du port des espèces que vous cultivez : les plus petits codonopsis seront parfaits en rocaille, les plus grands trouveront leur place en massif avec d’autres vivaces ou en sous-bois, tandis que les codonopsis grimpants devront être installés au pied d’un arbuste, d’un support ou d’un mur avec un treillage sur lequel ils pourront grimper.

N’hésitez pas à placer les Codonopsis (notamment les espèces non grimpantes) de façon à ce qu’ils soient un peu en hauteur, par exemple dans un massif surélevé, sur une butte ou une rocaille, afin d’admirer plus facilement leurs fleurs en clochettes, et notamment l’intérieur de celles-ci, qui est souvent joliment coloré ! Vous pouvez aussi les cultiver en pot et les placer sur un muret, une table de jardin ou un rebord de fenêtre.

Quand planter ?

Plantez le Codonopsis au printemps (avril-mai) ou en automne, vers le mois d’octobre.

Comment planter ?

Si vous installez plusieurs plants, respectez au moins 30 cm de distance entre eux.

  1. Commencez par préparer un trou de plantation, de deux à trois fois la taille de la motte.
  2. Apportez un peu de compost bien décomposé, que vous mélangerez à la terre de plantation.
  3. Sortez le Codonopsis de son pot et plantez-le.
  4. Replacez un peu de terre tout autour, puis tassez légèrement.
  5. Arrosez généreusement.
  6. Si vous cultivez un codonopsis grimpant (C. convolvulacea, C. tangshen, C. vinciflora…), prévoyez-lui un support sur lequel il pourra s’accrocher.

Continuez à arroser régulièrement dans les semaines qui suivent la plantation.

Les fleurs de la plante grimpante Codonopsis ussuriensis

La floraison du Codonopsis ussuriensis (photo peganum)

Entretien

Le Codonopsis est une plante qui demande assez peu d’entretien, mais il a besoin que le sol reste relativement frais en été : n’hésitez pas à arroser si besoin. Vous pouvez installer une couche de paillage au sol autour de vos plants de Codonopsis : cela aidera à conserver plus longtemps la fraicheur du sol, tout en empêchant les mauvaises herbes de pousser.

Si vous cultivez un Codonopsis grimpant, n’hésitez pas au départ à l’aider à s’accrocher à son support en guidant ses tiges autour de celui-ci.

Au jardin, les feuilles et jeunes pousses du codonopsis sont appréciées par les escargots et limaces, qui ont tendance à les grignoter. Vous pouvez disposer autour de vos plants de la cendre ou des coquilles d’oeufs, afin de faire barrière et de les protéger. Si besoin, n’hésitez pas à consulter notre fiche sur les différentes techniques pour lutter contre les limaces. Sous serre, les codonopsis sont parfois attaqués par les araignées rouges.

Si vous souhaitez récolter les racines du Codonopsis pilulosa, il faut attendre que la plante soit âgée d’au moins 3 ans. La récolte s’effectue en fin d’été, vers le mois de septembre. Déterrez-les délicatement, puis mettez-les à sécher, avant de pouvoir les utiliser en infusion ou décoction.

Multiplication

La meilleure façon de multiplier le Codonopsis est le semis.

Semis

Le semis s’effectue au début du printemps, vers le mois d’avril.

  1. Préparez un pot ou une terrine en y plaçant du terreau spécial semis.
  2. Tassez légèrement et égalisez le niveau.
  3. Semez les graines en les répartissant à la surface.
  4. Recouvrez d’une fine couche de substrat.
  5. Arrosez délicatement, en pluie fine.
  6. Placez le pot sous abri, à un endroit lumineux mais sans soleil direct, à une température idéalement comprise entre 16 et 20 °C.

Veillez à ce que le terreau reste légèrement humide jusqu’à la germination, qui se produit habituellement entre 10 jours et un mois après le semis. Dès que les jeunes plants atteignent une taille permettant leur manipulation, repiquez-les dans des pots individuels.

Cultivé à partir de graines, il faudra attendre quelques années avant que le codonopsis commence à fleurir.

Association

Vous pouvez intégrer les codonopsis dans un massif avec d’autres vivaces à floraison estivale, à mi-ombre ou au soleil non brûlant. Privilégiez les plantes qui offrent une floraison naturelle et délicate, dans des teintes douces (par exemple bleu clair, mauve, rose tendre, jaune crème…), comme les digitales, aconits, astrances, géraniums vivaces, linaires et sanguisorbes. Découvrez aussi la superbe apiacée Selinum wallichianum, qui porte en été de belles ombelles blanches ! Les codonopsis accompagnent à merveille la floraison des campanules, qui offrent comme eux de petites clochettes retombantes. Les codonopsis grimpants, comme le C. pilosula, seront parfaits en compagnie d’une clématite, que vous pourrez faire grimper ensemble sur une tonnelle ou un treillage. Enfin, pour un bel effet naturel et luxuriant, n’hésitez pas à intégrer quelques plantes au feuillage décoratif, comme les fougères, graminées (par exemple Hakonechloa macra), heuchères et alchémilles.

Inspiration pour associer le Codonopsis au jardin

Clematis ‘Arabella’, Digitalis grandiflora, Codonopsis clematidea, Codonopsis pilosula et Clematis serratifolia (photo peganum), Astrantia major ‘Ruby Star’ et Aconitum scaposum (photo Jan Norman)

Comme ils sont originaires de Chine, du Japon et de Corée, les Codonopsis trouveront également leur place dans un jardin épuré de style asiatique. Composez un jardin zen, propice à la méditation, en les associant par exemple à des érables du Japon, bambous, rhododendrons, hostas, fougères, Hakonechloa macra… N’hésitez pas à consulter notre sélection d’arbustes et de vivaces pour jardin japonais.

Le Codonopsis pilosula s’intègrera aisément dans un jardin de plantes aromatiques et médicinales. Vous aurez ainsi à votre disposition toutes les plantes nécessaires pour réaliser vos infusions, décoctions et autres préparations médicinales. Plantez-le en compagnie de la sauge officinale, de soucis, de camomilles, de menthe et de valériane.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire