Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
planter rosier climat très froid
conseil

Planter un rosier en climat très froid

Tout pour l'aider à affronter l'hiver !

Les rosiers sont généralement dotés d’une bonne rusticité. Cependant, dans les régions les plus froides et venteuses, certains rosiers n’ont pas la capacité de résister à des températures négatives extrêmement basses, parfois au-delà de -20 °C. Pour planter un rosier en climat montagnard (principalement les zones de rusticité entre 4 et 7 en France) et le faire prospérer, il y a quelques astuces à connaître : types de rosier à privilégier, période de plantation, buttage, protection hivernale, fertilisation et taille. Découvrez nos conseils pour réussir la plantation et l’entretien de votre rosier remontant ou non-remontant en climat très froid !

Quel rosier choisir ?

Pour la culture de rosiers en climat très froid, nous vous conseillons de privilégier des rosiers aptes à surmonter les hivers rudes :

quel rosier pour région très froide

Rosier ancien ‘Cuisse de Nymphe (photo Wikipédia), Rosier ‘Tuscany Superb’, Rosier rugueux ‘Hansa’ et Rosier ancien ‘Chapeau de Napoleon’ (photo Wikipédia)

Concernant les rosiers grimpants, voici une sélection des spécimens les plus résistants aux grands froids et au gel : le rosier ‘New Dawn’, le rosier ancien ‘Ghislaine de Féligonde’, le rosier ‘Madame Ernest Calvat’, le rosier grimpant ‘Madame Isaac Péreire’, le rosier grimpant ‘Pink Cloud’ et le rosier grimpant ‘Zéphirine Drouhin’ parfait en région montagnarde.

À l’inverse, évitez les rosiers thé (appelés aussi rosiers à odeur de thé), les hybrides de thé (rosiers buissons à grandes fleurs), les Rosa floribunda, les Rosa grandiflora, les rosiers de Chine (Rosa chinensis), les hybrides de rosiers moschata (ou rosiers musqués) et les rosiers Noisette.

Abstenez-vous aussi de planter des rosiers tiges et pleureurs, car leur point de greffe aérien est particulièrement soumis au vent. Dans les régions les plus froides, il y a de forts risques qu’il gèle même s’il est protégé par un voile d’hivernage.

Choisissez de préférence des rosiers “francs de pied”, c’est-à-dire des rosiers non greffés. Ceux-ci poussent sur leurs propres racines et sont beaucoup plus rustiques que les rosiers greffés.

Les rosiers greffés sont reconnaissables par le point de greffe qui est un gros renflement à la base du rosier, là où se font les départs de tiges. Ce bourrelet est la cicatrisation entre le porte greffe et le greffon qui proviennent tous deux de rosiers différents. Le point de greffe est la partie du rosier la plus sensible au froid. Si celui-ci n’est pas protégé, le greffon va mourir et le porte greffe va s’affranchir : sous le point de greffe, des tiges se développent, mais elles n’ont rien à voir avec la variété du greffon. Vous n’aurez plus les roses correspondant au cultivar que vous avez choisi. Ce sont les rosiers greffés qu’il faut impérativement butter en région froide.

Pourquoi les rosiers sont-ils greffés ?

Quand planter des rosiers en climat très froid ?

En climat très froid, il est préférable de planter les rosiers en racines nues ou en motte de novembre à mars. Les rosiers vendus en pot peuvent être plantés toute l’année, avec une préférence pour la période de septembre à juin. D’un point de vue tarifs, c’est à l’automne que les prix sont les plus attractifs. Sachez qu’une plantation automnale permet à la plante de s’endurcir face au gel. De manière générale, ne faites aucune plantation lors des périodes de gel, de fortes pluies et de grosses chaleurs.

plantation rosier région très froide

Rosiers en racines nues et en conteneur

Nos conseils pour planter et entretenir un rosier en climat très froid

La plantation

Que vous soyez en région douce ou en région froide, la technique pour planter un rosier est la même. Il n’y a qu’une seule différence. En climat très froid, il faut butter le rosier avant l’arrivée des grands froids. Si vous plantez votre rosier vraiment tôt en début d’année (février), protégez-le d’une butte pour une durée minimum de 4 semaines, car des gelées restent à craindre à cette période.

Le buttage

Lorsque les températures descendent au-delà de -10 °C (en général en novembre), il faut procéder au buttage en région froide pour les rosiers greffés, les rosiers peu rustiques ou les rosiers plantés récemment. Cela consiste à enterrer le point de greffe sous un monticule de terre sèche. Cette terre doit être prélevée ailleurs dans le jardin. Déposez-la à côté de votre rosier et ramenez-la sur votre rosier à l’aide d’une binette pour former une butte d’environ 15-20 cm de haut. Celle-ci doit recouvrir le point de greffe et la base des branches. La tourbe peut aussi servir pour le buttage, mais avec son exploitation intensive, elle commence à manquer. Pour protéger cette ressource limitée, préférez une bonne terre de jardin qui fait parfaitement l’affaire (ne buttez pas avec du compost, car il « brûle » la plante par un excès d’azote). Laissez la butte en place jusqu’en mars lorsque les températures remontent. Vous pourrez ensuite l’étalez.

butter un rosier

En région très froide, procédez au buttage de votre rosier et déposez une couche de paillage.

Le paillage

En plus du buttage, le paillage est nécessaire si le rosier doit résister à des conditions hivernales extrêmes. Ne mettez pas une couche trop épaisse, 2 à 3 cm est amplement suffisant. Plus, cela provoque une lente asphyxie du sol et le dépérissement de la flore microbienne. Vous pouvez opter pour un paillis à décomposition rapide : de la paille, des feuilles (saines) ou tontes de gazon séchées, du paillis de chanvre, de lin ou de miscanthus. N’utilisez pas d’écorce de pin qui acidifie le sol ou de copeaux de bois qui contiennent des tanins lents à se décomposer et consommateurs d’azote. Azote dont le rosier a besoin pour son développement. À la fin de l’hiver, étalez le paillage en même temps que la butte en mars.

→ En savoir plus avec notre fiche conseil : Comment pailler les rosiers ?

Le voile d’hivernage

Le voile d’hivernage est indispensable si vous n’avez pas la possibilité de remiser vos rosiers en pot à l’abri du froid. Le voile est à mettre le plus tard possible en automne/hiver, dès que des gelées sont attendues. Placez le pot dans un endroit abrité du vent. En cas de rosier greffé, buttez le point de greffe et déposez une couche de paillage. Enveloppez la couronne du rosier avec le voile léger que vous maintiendrez fermé avec un lien (ficelle, raphia…). Emballez le pot dans un film à bulles et surélevez-le avec des cales en bois afin qu’il ne soit pas en contact avec le sol très froid. Autre possibilité : vous pouvez aussi protéger votre rosier en pot avec des branches de sapin. En revanche, n’utilisez pas de bâche en plastique, car elle n’est pas respirante. La condensation qui se forme sous la bâche provoque des moisissures et maladies.

Enlevez le voile au redoux à la fin de l’hiver, par temps nuageux. Un soleil trop fort peut être un traumatisme pour la plante qui a besoin d’une période d’acclimatation avant les journées très ensoleillées.

Le voile d’hivernage est aussi utilisé pour les rosiers tiges, les rosiers pleureurs ou les rosiers peu rustiques (mais, comme expliqué précédemment, ils sont à éviter en région très froide).

protection pour rosier, rosier sous la neige

Des rosiers grimpants protégés par un voile d’hivernage

La fertilisation

En été, dès la mi-juillet, stoppez les apports d’engrais azotés qui favorisent l’apparition de jeunes rameaux. En effet, ceux-ci n’ont pas le temps de s’aoûter (de se rigidifier, on parle aussi d’aoûtage ou lignification) avant l’hiver. Ces jeunes pousses ne résistent pas au froid hivernal. Ils gèlent, sèchent et forment des plaies qui deviennent des portes d’entrée pour les maladies.

⇒ Découvrez quand et comment fertiliser vos rosiers : Engrais pour rosiers.

La taille

La taille du rosier stimule aussi la production de nouveaux rameaux. Dès la fin de l’été, ne supprimez plus les fleurs fanées pour éviter d’avoir des jeunes pousses sensibles au froid. 

La taille des rosiers en automne n’est pas recommandées dans les régions aux hivers rigoureux, car elle affaiblit la plante avant une période rude. Cependant, dans les régions fortement enneigées en hiver, vous pouvez réduire la longueur des branches d’un tiers de leur longueur pour éviter qu’elles ne cassent sous le poids de la neige. Procédez à cette taille très légère au mois de novembre (hors jours de gel), uniquement sur les rosiers de plus de trois ans. Cette taille peut aussi faciliter l’emballage des rosiers en pot dans un voile d’hivernage. C’est à la sortie de l’hiver lorsque les dernières gelées sont passées et avant la reprise de la végétation (début avril), que vous pouvez tailler vos rosiers remontants : supprimer le bois mort, les vieilles branches, les branches malades, les rameaux au centre de la plante, raccourcir les branches et enlever les feuilles mortes. Les rosiers non-remontants se taillent juste après leur floraison (été).

Si vous choisissez de planter votre rosier au printemps (mars), sachez qu’une taille légère de raccourcissement des branches peut aider à la reprise et à l’enracinement du végétal.

Pour éviter la transmission de maladies d’un végétal à l’autre, pensez à désinfecter votre sécateur avant de tailler la plante suivante. De plus, pour avoir des coupures bien nettes, votre sécateur doit être parfaitement affuté.

⇒ Découvrez nos conseils pour tout savoir sur la taille des rosiers

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire