Le gazon steppique

Le gazon steppique

Un gazon écologique, idéal pour un jardin sans arrosage

Sommaire

Mis à jour le 6 Septembre 2023  par Alexandra 7 min.

Avec des sécheresses estivales et des canicules de plus en plus fréquentes, le gazon a tendance à jaunir en été sous l’effet de la chaleur et du manque d’eau. Il nécessite des arrosages réguliers pour rester bien vert, et se montre donc peu adapté en périodes de sécheresses et de restrictions d’eau. Les plantes originaires des steppes, elles, ont l’avantage de bien supporter les sols secs et pauvres, et pourront entrer dans la composition d’un nouveau type de gazon, écologique, qui ne nécessite pas d’arrosages ni d’apports d’engrais. Découvrez tous nos conseils pour réaliser un gazon steppique : quelles plantes choisir, comment les implanter et comment entretenir ce type de gazon.

Difficulté

Qu'est-ce qu'un gazon steppique ?

Les steppes sont une formation végétale constituée de grandes étendues d’herbes xérophytes. Ce terme désigne à l’origine les steppes eurasiennes (qui sont les plus connues et que l’on trouve en Europe de l’Est et Asie centrale, notamment en Ukraine, Russie, Mongolie, Ouzbékistan, Kazakhstan…), mais il existe des steppes sous différentes latitudes. On trouve en effet des formations végétales similaires dans le centre des États-Unis et l’ouest du Canada, en Patagonie et en Afrique du Sud.

Il s’agit de pelouses sèches regroupant des plantes xérophiles, adaptées au manque d’eau. Les plantes ont des racines profondes, qui leur permettent d’aller chercher l’eau en profondeur. Les steppes sont en général soumises à un climat aride, avec des étés chauds et secs et des hivers longs et froids. Les différences de températures sont bien marquées entre le jour et la nuit et entre l’été et l’hiver. Les sols sont peu profonds, riches en éléments minéraux, mais très pauvres en matière organique. Les différentes plantes composant la steppe forment généralement des tapis discontinus. Au jardin, un gazon inspiré des steppes ne formera pas une pelouse bien verte et homogène, au contraire, mais il y aura différents groupes de plantes, réunies en taches discontinues, avec une vraie diversité florale.

On pourra trouver à la fois des graminées, quelques plantes succulentes (Sédums, Euphorbes…), des bulbes à fleurs, des vivaces et éventuellement quelques annuelles. Loin d’être monotone toute l’année, la pelouse steppique se colore à quelques périodes-clés, lors de la floraison des plantes bulbeuses et de certaines vivaces. Le gazon steppique sera particulièrement adapté si vous possédez un sol rocailleux, pauvre et sec, ingrat, où la plupart des plantes ont du mal à pousser.

steppe

La graminée Stipa pennata, dans une steppe en Ukraine

Quelles plantes choisir ?

De nombreuses plantes peuvent trouver leur place dans les gazons steppiques. On choisit des espèces adaptées à la sécheresse, aux sols pauvres et secs. Les plantes doivent être basses, formant de petites touffes ou des couvre-sols, ce qui permet de voir l’ensemble de l’espace sans arrêter le regard. Plantez de nombreuses graminées comme les Stipas pour créer un effet de gazon, et intégrez parmi elles des bulbes, des vivaces et éventuellement quelques annuelles.

Graminées :

  • Stipa tenuifolia : joliment surnommée « cheveux d’ange », cette graminée au style très naturel forme des touffes constituées de feuilles très fines, portant en été des épis soyeux, blonds et légers, qui ondulent à la moindre brise.
  • Stipa barbata : cette stipe forme en juin-juillet des inflorescences en longs pinceaux argentés, doux et soyeux, qui émergent au-dessus de son feuillage linéaire, vert moyen. Elle atteint environ 60 cm de hauteur lorsqu’elle est en fleurs.
  • Sporobolus heterolepis : il s’agit d’une très belle graminée originaire des steppes nord-américaines, particulièrement adaptée aux sols ingrats, secs et rocailleux. Elle forme des touffes soyeuses, de 30 cm en tous sens, constituées de feuilles fines, souples et arquées, vert émeraude au printemps puis orange cuivré en automne.
  • Koeleria glauca : la koélérie bleue est une graminée d’Europe de l’Est aux feuilles persistantes bleu-vert, portant en début d’été de fines panicules argentées.
  • Bouteloua gracilis : cette graminée forme des touffes de feuilles fines, raides et dressées, et porte en été des épis floraux horizontaux, en forme de peigne, très originaux.
Gazon steppique : graminées

Stipa tenuifolia, Stipa barbata et Bouteloua gracilis (photo Agnieszka Kwiecień, Nova)

Bulbes :

  • Triteleia laxa : aussi appelée Brodiaea, il s’agit d’une bulbeuse peu connue, qui porte en mai-juin des ombelles constituées d’une dizaine de fleurs bleues étoilées. Elle est rustique jusqu’à – 10 °C.
  • Gagées : ces ravissantes petites plantes offrent au printemps des fleurs jaunes étoilées, à six pétales. Elles sont originaires de la région méditerranéenne, où elles poussent sur des sols secs et calcaires.
  • Tulipes botaniques : offrant des fleurs colorées, souvent plus petites et délicates que celles des variétés horticoles, les tulipes botaniques sont proches des espèces sauvages, et plusieurs d’entre elles sont originaires des steppes d’Asie centrale. Vous pouvez par exemple choisir la Tulipa greigii, qui offre des fleurs lumineuses, généralement rouges, parfois jaunes ou orangées, ou la Tulipa turkestanica, dont les tiges portent chacune une douzaine de petites fleurs étoilées blanches et jaunes.
  • Crocus : ils ont l’avantage de fleurir très tôt au printemps, entre février et avril, et offrent des fleurs très délicates, en coupe évasée, de couleur blanc, violet, mauve ou jaune. Faciles à cultiver, ils apprécient les sols pauvres et drainants, et seront donc parfaits dans un gazon steppique.
  • Allium karataviense : surnommé l’Ail du Turkestan, cet ail d’ornement originaire d’Asie centrale porte de larges feuilles gris bleuté et offre au printemps des ombelles de fleurs blanches ou rosées, de 7 à 10 cm de diamètre.
Gazon steppique : bulbes

Triteleia laxa, Gagea fibrosa (photo Zeynel Cebeci) et Tulipa turkestanica

Vivaces :

  • Adonis vernalis : l’Adonis de printemps est une plante vivace qui pousse spontanément dans les steppes calcaires eurasiennes ainsi que dans des pelouses sèches et des pentes rocailleuses. Elle offre de belles fleurs jaunes, de 5 à 7 cm de diamètre, et porte un feuillage découpé en fines lanières.
  • Euphorbia rigida : cette euphorbe forme des touffes gris bleuté, de 40 à 50 cm de haut, constituées de feuilles fines disposées tout autour de tiges dressées et évasées. Au printemps, elle porte des inflorescences vert clair – jaune.
  • Euphorbia myrsinites : l’euphorbe de Corse est une petite plante aux tiges étalées, tapissantes, portant des feuilles vert bleuté et des fleurs vert chartreuse.
  • Delosperma : il s’agit d’une petite vivace couvre-sol de sol sec, qui porte des feuilles succulentes et persistantes, ainsi que des fleurs spectaculaires, violet, rose, orange ou jaune. Il fleurit de juin jusqu’aux premières gelées.
  • Sedum acre : cet orpin forme un tapis constitué de tiges rampantes portant de petites feuilles imbriquées. Il se couvre de juin à août d’innombrables petites fleurs jaunes étoilées. Plante frugale, résistant à la sécheresse, il est souvent utilisé sur les toits végétalisés.
  • Sedum album : l’orpin blanc est une plante tapissante qui porte des feuilles charnues et arrondies, changeant de couleur suivant la saison et l’exposition. Il offre en été de belles fleurs blanches étoilées.
  • Sedum spurium : Originaire des montagnes du Caucase, ce sédum est également tapissant et porte des feuilles vertes plus ou moins lavées de rouge, parfois panachées suivant les variétés. Il s’orne également en été de fleurs étoilées blanches, roses ou violettes.
  • Thymus hirsutus : le thym hirsute forme un tapis au ras du sol constitué de feuilles vert foncé, persistantes, et se couvre en mai-juin de nombreuses petites fleurs roses.
  • Goniolimon tataricum : la statice vivace est une plante originaire des steppes du sud-est de l’Europe, du Caucase et de Russie, et qui offre en été de superbes inflorescences vaporeuses, constituées d’innombrables petites fleurs bleu mauve très clair.
  • Achillea crithmifolia : il s’agit d’une belle achillée couvre-sol aux feuilles gris vert, très finement divisées, duveteuses, et à la floraison estivale en ombelles blanc crème.
  • Iris pumila : originaire des steppes eurasiennes, cet iris nain forme de belles touffes qui s’ornent en avril-mai de superbes fleurs bleu pâle, violet, mauve, jaune ou rouge pourpré suivant les variétés. Il mesure 10 à 20 cm de haut.
  • Anaphalis triplinervis : l’immortelle de l’Himalaya est une très belle plante au feuillage gris feutré et qui porte en été des bouquets de fleurs blanches argentées.
Gazon steppique : vivaces

Adonis vernalis, Achillea crithmifolia et Anaphalis triplinervis

Comment les installer ?

Nous vous conseillons d’installer le gazon steppique en automne, car il s’agit de la période idéale pour planter les bulbes à floraison printanière (Crocus, Tulipes…), et vous pouvez installer au même moment les vivaces et graminées qui composeront le gazon.

  • Commencez par préparer le terrain : décompactez le sol et désherbez. N’apportez pas d’engrais, ni de compost ou terreau. Suivant la nature de votre terrain, vous pouvez apporter des matériaux drainants : sable grossier, graviers et pierres, pour éviter que le sol ne retienne l’eau.
  • Creusez des poches de plantation puis plantez les vivaces et bulbes qui composeront votre gazon steppique. Nous vous conseillons de les installer par groupes, pour créer des taches de couleurs.
  • Arrosez après la plantation et dans les semaines qui suivent
gazon steppique

La graminée Achnatherum splendens, dans la zone steppique du Jardin botanique de Denver

Comment entretenir un gazon steppique ?

Le gazon steppique ne demande que très peu d’entretien, car les plantes qui le composent sont autonomes, résistantes à la sécheresse. Une fois bien installées, elles n’auront pas besoin d’arrosages ni d’apports d’engrais. Vous pouvez effectuer des désherbages occasionnels si vous constatez que des adventices s’installent parmi elles. Taillez et limitez les plantes les plus vigoureuses si nécessaire. Concernant les graminées, en fin d’hiver, vous pouvez coiffer les espèces persistantes comme les Stipa et le Koeleria, afin d’éliminer les feuilles mortes, et tailler à ras les espèces caduques comme le Bouteloua.

À ce sujet, découvrez l’article de Michael sur notre blog : « Les graminées : celles que l’on taille, celles que l’on coiffe »

Pour aller plus loin

Commentaires

gazon écologique sans arrosage