Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Sabal : planter, cultiver et entretenir

Les Sabals en quelques mots

  • Les Sabals sont de beaux palmiers aux feuilles palmées, en éventail
  • Leur hauteur est très variable : il existe des Sabals nains, et des géants, pouvant atteindre jusqu’à 20 m de haut !
  • Les plus connus sont le Sabal minor, une espèce naine, presque sans stipe, et le Sabal palmetto
  • Certaines espèces sont très rustiques, supportant jusqu’à – 15 °C
  • Ils apprécient les emplacements chauds et les sols fertiles, plutôt frais, mais drainants

Le mot de notre experte

Les Sabals rassemblent une quinzaine d’espèces de splendides palmiers aux feuilles en éventail, originaires d’Amérique centrale et du sud des Etats-Unis. Les plus connus et cultivés sont le Sabal minor, une espèce qui n’excède pas 2 m de haut, et le Sabal palmetto, bien plus grand (jusqu’à 10 m). La hauteur de ces palmiers est en effet très variable suivant les différentes espèces : on trouve des Sabals géants, qui trouveront facilement leur place en isolé ou en alignement dans un jardin exotique, tout comme des Sabals nains, parfaits pour une culture en pot, ou en pleine terre dans de petits jardins de ville !

Les Sabals sont appréciés dans les jardins pour l’excellente rusticité dont font preuve certaines espèces ! Le Sabal minor, par exemple, supporte des températures de l’ordre de – 15 °C, et de nombreuses espèces résistent jusqu’à – 10 °C. Certains cependant, comme le Sabal mauritiiformis, ne supportent pas le gel, et sont à réserver aux jardins méridionaux, ou à une culture dans un grand bac sous abri.

Les Sabals se plaisent à un emplacement chaud et ensoleillé (ou à mi-ombre pour le Sabal minor et le Sabal mauritiiformis), dans un sol fertile, souple et frais, mais parfaitement drainé. Ils ont besoin de chaleur et d’humidité pour une croissance optimale. Les espèces les plus petites s’adaptent bien à une culture en pot, ce qui permet de les rentrer facilement sous abri pour les protéger du froid en hiver. Les Sabals sont parfaits pour agrémenter un jardin sec exotique, une grande rocaille, ou une terrasse ensoleillée. Découvrez dans cette fiche tous nos conseils pour réussir leur culture, les planter, les entretenir et les associer à d’autres plantes pour composer un superbe décor exotique !

Botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Sabal sp.

Famille : Arecaceae

Nom commun : Sabal, palmier chou

Floraison : estivale, en juillet-août, sur des sujets adultes

Hauteur : très variable, jusqu’à 20 m

Exposition : plein soleil ou mi-ombre suivant les variétés

Sol : plutôt fertile et frais

Rusticité : très variable, entre – 3 et – 20 °C

Les Sabal regroupent 16 espèces de superbes palmiers aux feuilles en éventail, encore trop peu cultivés dans les jardins. On les trouve naturellement au Mexique, dans le Sud des Etats-Unis, dans les Caraïbes, en Amérique centrale, et jusqu’au nord de l’Amérique du Sud. Suivant les espèces, les Sabals se développent dans des milieux variés : certains poussent dans des zones humides, tandis que d’autres poussent sur des terrains plus secs, parfois même sur des dunes. De même, certains Sabals poussent en sous-bois, tandis que d’autres se rencontrent en milieu ouvert, en plein soleil. Il s’agit d’un groupe de palmiers très diversifié, tant au niveau du milieu, de la rusticité ou de leur port et hauteur.

Les Sabals sont appréciés au jardin car certains d’entre eux font preuve d’une excellente rusticité (comme le Sabal minor, qui supporte jusqu’à – 15 °C, voire – 20 °C), ce qui permet de les cultiver dans la moitié nord du pays, sous un climat relativement frais. D’autres cependant sont bien plus frileux : comme le Sabal mauritiiformis, qui ne tolère pas des températures inférieures à – 3 °C.

Illustration botanique représentant le Sabal mauritiiformis

Sabal mauritiiformis : Planche botanique

Comme les autres palmiers, le Sabal appartient à la grande famille botanique des Arécacées. Les palmiers se caractérisent par leur stipe, habituellement solitaire et dressé, surmonté d’une couronne de feuilles palmées (en éventail) ou pennées (en forme de plume).

Le Sabal a été nommé ainsi par le botaniste Michel Adanson. Son nom semble provenir à l’origine d’un terme local indien.

La hauteur des Sabal est très variable : certains deviennent vraiment grands, jusqu’à 20 m de haut pour le Sabal mauritiiformis, tandis que d’autres sont nains : le Sabal minor, par exemple, n’excède pas 2 m de hauteur. Les Sabals poussent lentement, surtout durant les premières années de culture, mais ils ont une grande longévité.

Les Sabal forment habituellement un stipe dressé, avec au sommet une couronne de feuilles. Cependant, le Sabal etonia et le Sabal minor forment un stipe souterrain, qui peut sortir du sol mais ne deviendra jamais très grand. La plupart du temps, ces palmiers semblent quasiment acaules, sans stipe.

Au sommet du stipe, la couronne du Sabal rassemble en général 15 à 20 feuilles, parfois jusqu’à 30. Les feuilles sont costapalmées : elles sont palmées, en éventail, mais le pétiole se prolonge en un axe central. Suivant les espèces, l’axe central est plus ou moins visible. Les palmes sont épaisses, coriaces, et mesurent habituellement entre 1 et 2 m de diamètre. Elles sont profondément incisées, divisées en de nombreux segments fins. Les feuilles sont souvent de couleur verte, parfois bleutées, voire grises (Sabal uresana). Elles sont rattachées au stipe par un long pétiole lisse, non épineux, contrairement à d’autres palmiers comme le Brahea armata.

En général, les feuilles mortes persistent sur le stipe, en-dessous de la couronne de palmes vertes encore vivantes. Avec le temps, elles finissent par tomber, mais la base des pétioles des anciennes feuilles reste accrochée au stipe et y forme habituellement des motifs en croisillon très caractéristiques, comme chez le Sabal palmetto et le Sabal mexicana.

Les Sabal sont capables de fleurir assez tôt, lorsqu’ils sont encore jeunes, contrairement à d’autres palmiers comme les Brahea, qui doivent attendre au moins 30 ans avant de commencer à fleurir. Le Sabal palmetto, par exemple, peut fleurir au bout de 10 ans. La floraison du Sabal se produit alors chaque année en été, généralement en juillet-août. Le palmier produit de grandes inflorescences sous forme de panicules ramifiées, qui apparaissent entre les feuilles. Elles sont constituées de petites fleurs à trois pétales, de couleur blanc crème.

Le feuillage des Sabals

Une jeune palme de Sabal minor, et une feuille de Sabal palmetto, où l’on voit bien l’axe central qui prolonge le pétiole, ce qui donne à la feuille une inclinaison particulière, tridimensionnelle (photo Katja Schulz) / le stipe d’un Sabal etonia, sur lequel est restée accrochée la base des pétioles, formant un motif en croisillons, caractéristique des Sabals (photo Ryan Somma)

Les Sabals sont monoïques (chaque sujet est en même temps mâle et femelle). Leurs fleurs sont bisexuées, puisqu’elles portent à la fois des étamines et pistils. Un seul sujet suffit donc à donner des graines viables.

Le Sabal donne des fruits globuleux (drupes), d’environ 1 cm de diamètre, d’abord vertes, puis devenant noires à maturité. Chaque fruit renferme 1 à 3 graines. Il est possible de les récolter pour les semer.

Les palmes de Sabals ont été traditionnellement utilisées en Amérique pour composer des toitures en chaume, des chapeaux, paniers et cordages. Les stipes, relativement résistants à la décomposition et aux insectes, sont parfois utilisés comme poteaux ou pilotis pour les constructions. Quant aux baies, elles ont des propriétés médicinales.

Fleurs et fruits du Sabal

La floraison d’un Sabal bermudana, le détail de la floraison d’un Sabal minor, et les fruits d’un Sabal bermudana (photos : Malcolm Manners / ikenaikoto / Emőke Dénes)

Les principales variétés de Sabal

Les variétés les plus populaires

Sabal palmetto - Palmier chou

Période de floraison Juil. à Août

Hauteur à maturité
8.00 m

Surnommé le palmier chou de Floride, le Sabal palmetto devient bien plus grand que le Sabal minor, et forme un véritable stipe, sur lequel les anciens pétioles forment des motifs en croisillons.

Sabal minor - Sabal nain

Période de floraison Juil. à Août

Hauteur à maturité
2.00 m

Il s’agit d’un palmier nain, qui pousse sur un stipe très court et en partie enterré. Il forme des feuilles palmées rigides et vertes, parfois légèrement bleutées. C’est le plus rustique des Sabal. Il se plait au soleil mais aussi à mi-ombre.

Sabal etonia - Palmier nain

Période de floraison Juil. à Août

Hauteur à maturité
2.50 m

Le Sabal etonia est un palmier nain originaire de Floride, qui pousse lentement et porte des feuilles en éventail vert moyen, dont le pétiole semble sortir du sol. Il est facile à cultiver et peu exigeant, puisqu’il s’accommode de sols pauvres et secs.

 

Nos variétés préférées

Sabal uresana - Palmier sabal bleu

Période de floraison Juil. à Août

Hauteur à maturité
15.00 m

Le Sabal uresana est un grand palmier mexicain qui offre un beau feuillage gris bleuté. Il est rustique, capable de supporter jusqu’à – 10 °C. Très résistant, il supporte aussi bien le froid que la sécheresse et le vent.

Sabal causarium - Palmier sombrero

Période de floraison Juil. à Août

Hauteur à maturité
10.00 m

Surnommé Palmier sombrero, c’est l’un des Sabal qui pousse le plus vite. Il a un port très élancé, avec un long stipe bien droit, surmonté d’une couronne de feuilles en éventail, vert moyen, constituées de nombreux segments à l’aspect cassé, hirsute.

Sabal bermudana - Palmier des Bermudes

Période de floraison Juil. à Août

Hauteur à maturité
8.00 m

Il s’agit d’un grand palmier, imposant, qui porte des feuilles rigides, légèrement bleutées. Il a l’avantage d’être assez rustique, puisqu’il supporte jusqu’à – 10 / - 12 °C.

 

Les autres variétés à découvrir

Sabal mexicana - Palmier sombrero du Mexique

Période de floraison Juil. à Août

Hauteur à maturité
10.00 m

Ce palmier forme un stipe trapu, marqué par des motifs en croisillons formés par les pétioles des anciennes feuilles, et porte au sommer une couronne de grandes palmes vert clair à bleuté. Il est capable de supporter des températures descendant jusqu’à – 10 °C.

Sabal mauritiiformis - Palmier éventail

Période de floraison Juil. à Août

Hauteur à maturité
17.50 m

Ce palmier pousse assez rapidement et forme un stipe mince et très élancé, avec au sommet une ample couronne d’immenses palmes découpées en segments fins et retombants. C’est un palmier frileux, non rustique, et qui se plait à mi-ombre.

Pour choisir votre Sabal, prenez en compte la rusticité ! Le Sabal minor est le plus résistant, puisqu’il supporte jusqu’à – 15 °C. Le Sabal etonia, Sabal mexicana, Sabal palmetto, Sabal uresana, Sabal bermudana… supportent – 10 °C.

Plantation

Où planter ?

Si vous le cultivez en pleine terre, choisissez un Sabal adapté à votre climat. Le Sabal mauritiiformis, par exemple, est à réserver aux climats les plus cléments, comme le littoral méditerranéen, où les risques de gel sont très faibles. Dans le nord de la France, on choisira plutôt le Sabal minor, bien plus résistant au froid.

Nous vous conseillons de planter le Sabal en plein soleil, à un emplacement abrité des vents froids. Il pousse mieux et plus rapidement lorsqu’il bénéficie d’une chaleur importante. Le Sabal minor et le Sabal mauritiiformis acceptent aussi les expositions mi-ombragées. Les Sabals apprécient les sols fertiles, souples, humifères, et qui restent relativement frais, ce qui garantit une croissance optimale. Ils supportent également les sols secs, mais ils pousseront alors moins vite.

Vous pouvez aussi cultiver le Sabal dans un grand pot. Dans ce cas, nous vous conseillons de choisir les espèces les plus petites, par exemple le Sabal minor ou le Sabal etonia, qui n’excèdent pas 2 m de haut.

Quand planter ?

Plantez le Sabal au printemps, dès qu’il n’y a plus de risques de gel.

Comment planter ?

En pleine terre :

  1. Creusez un grand trou de plantation, de deux à trois fois le volume de la motte.
  2. Apportez du compost bien décomposé et un peu de sable grossier, que vous mélangerez à la terre.
  3. Plantez le Sabal au centre, en veillant à ce que son stipe soit droit, et à ne pas enterrer le collet (la base du stipe doit se trouver juste au niveau du sol ou légèrement au-dessus).
  4. Comblez avec du substrat.
  5. Arrosez généreusement.
  6. Vous pouvez former une cuvette d’arrosage autour du stipe, afin de faciliter les arrosages ultérieurs.

Continuez à arroser régulièrement durant l’été qui suit la plantation.

En pot :

  1. Choisissez un grand pot. Il doit être muni de trous de drainage pour permettre à l’eau d’arrosage de s’évacuer.
  2. Placez au fond une couche de drainage, constituée par exemple de graviers ou de billes d’argile.
  3. Placez ensuite un substrat drainant, par exemple constitué de terreau et de sable grossier.
  4. Plantez le Sabal au centre du pot.
  5. Comblez en replaçant du substrat tout autour.
  6. Tassez délicatement.
  7. Arrosez.
  8. Placez le palmier à un endroit lumineux sous abri s’il y a des risques de gel, ou en extérieur au soleil, par exemple sur votre terrasse, si les températures le permettent.
Le palmier Sabal palmetto

Sabal palmetto (photo Katja Schulz)

Entretien

En pleine terre

N’hésitez pas à arroser régulièrement le Sabal en été (surtout les trois premières années), car c’est un palmier qui a besoin de chaleur et d’eau pour bien pousser. Sa croissance devient bien plus lente en cas de sécheresse. Il met plusieurs années à être bien installé et demande pendant cette période des soins et arrosages plus réguliers, par la suite le Sabal ne demandera que très peu d’attention.

Vous pouvez apporter chaque année un peu de compost bien décomposé au pied du Sabal, et l’intégrer superficiellement au sol par un léger griffage. N’hésitez pas également à installer un paillage organique autour du pied du Sabal, afin que le sol reste frais plus longtemps.

Lorsque vous voyez les anciennes palmes (les plus basses) se dessécher, vous pouvez les tailler, en coupant le pétiole à quelques centimètres du stipe.

Si vous cultivez en pleine terre un Sabal, même s’il est rustique (comme le Sabal minor), nous vous conseillons néanmoins de le protéger durant les premiers hivers. Une fois adulte, il deviendra plus résistant au froid.

Découvrez tous nos conseils pour protéger les palmiers en hiver.

En pot

Si vous le cultivez en pot, nous vous conseillons d’arroser le palmier au moins une fois par semaine au printemps et en été, voire davantage si vous constatez que la terre est sèche. Attention cependant à ne pas laisser d’eau stagner dans la soucoupe. Il appréciera également si vous lui apportez de l’engrais liquide une à deux fois par mois durant la période de croissance (pensez à le diluer suffisamment, une solution trop concentrée risquerait de brûler ses racines). En hiver, réduisez les arrosages et stoppez les apports d’engrais.

Pensez à le rempoter de temps en temps, au moins une fois tous les trois ans. Les années où vous ne le rempotez pas, nous vous conseillons d’effectuer un surfaçage, en retirant le substrat sur les premiers centimètres et en le remplaçant par du terreau neuf.

Si le Sabal que vous cultivez est peu rustique, où si vous habitez une région au climat plutôt frais, pensez à le rentrer en automne, avant les premières gelées. Placez-le dans une véranda ou une serre bien lumineuse, hors-gel mais plutôt fraiche. Evitez de l’installer à l’intérieur de votre maison ou appartement, les températures risqueraient d’être trop élevées pour lui. Même s’il doit être protégé du gel, il a besoin d’une période de repos avec des températures un peu plus fraiches en hiver.

Lorsque vous le rentrez en automne et que vous le sortez sur votre terrasse au printemps, évitez les changements brusques de température et de luminosité ! Nous vous conseillons de l’acclimater progressivement, par exemple au printemps en le sortant dans un premier temps dehors à mi-ombre, le temps qu’il s’habitue, avant de le laisser en extérieur au soleil.

Maladies et parasites

En intérieur, le Sabal est parfois attaqué par les araignées rouges. Il s’agit de minuscules insectes, à peine visibles à l’œil nu, qui piquent les feuilles ou pétioles et se nourrissent de la sève. En cas d’infestation, on peut observer de petites toiles tissées sur le palmier. Pour les éliminer, le mieux est de brumiser le feuillage, car elles redoutent l’humidité et prolifèrent dans des atmosphères sèches.

Attention également aux cochenilles (farineuses ou à carapace). Comme les araignées rouges, ces insectes s’installent sur le palmier, piquent les tissus et consomment la sève, ce qui affaiblit la plante. Dans un premier temps, vous pouvez les éliminer manuellement lorsque vous les voyez, mais si l’invasion devient plus importante, nous vous conseillons de traiter à l’aide d’une solution anti-cochenilles. Réalisez par exemple un mélange en diluant dans un litre d’eau, une cuillère à café de savon noir, une cuillère à café d’alcool à brûler, et une cuillère à café d’huile de colza. Il ne vous reste plus qu’à pulvériser cette solution sur le feuillage du Sabal infesté.

En extérieur, le Sabal peut être la cible du papillon Paysandisia archon ou du charançon rouge, deux insectes qui sévissent surtout dans le sud de la France et qui causent de gros dégâts aux palmiers. Les symptômes observés sont, entre autres, la perforation des palmes (trous alignés horizontalement), l’affaissement de la couronne, ou la chute des palmes, qui tombent prématurément. N’hésitez pas à consulter nos fiches dédiées, pour tout connaitre sur ces ravageurs, les identifier et soigner vos palmiers :

Multiplication

Semis

Il est possible de récolter les graines du Sabal et de les semer. Pensez à bien les nettoyer afin d’enlever la pulpe du fruit autour de la graine.

Le semis s’effectue au printemps.

  1. Commencez par placer les graines dans de l’eau durant deux à trois jours, en renouvelant l’eau deux fois par jour.
  2. Préparez ensuite des pots avec un substrat drainant, par exemple un mélange de terreau et de sable, ou du terreau spécial semis.
  3. Disposez les graines sur le substrat.
  4. Recouvrez-les de terreau, sur 1 à 2 cm d’épaisseur.
  5. Tassez délicatement.
  6. Arrosez.
  7. Placez les pots à un endroit lumineux, à l’abri du soleil direct, à une température comprise entre 20 et 30 °C. L’idéal est d’avoir des températures plus élevées le jour (entre 25 et 30 °C) et plus fraiches la nuit (20-25 °C). Vous pouvez aussi utiliser une mini-serre afin de garder les pots dans un milieu chaud et humide. Dans ce cas, pensez à aérer régulièrement.

Veillez à ce que le substrat reste légèrement humide jusqu’à la germination.

Les Sabals peuvent mettre très longtemps à germer : vous les verrez peut-être se développer au bout de quelques mois, mais ils peuvent aussi mettre jusqu’à 1 an avant de commencer à pousser. Soyez patients ! De même, ces palmiers poussent lentement, surtout lorsqu’ils sont jeunes, les cinq à dix premières années.

Association

Avec ses amples palmes très graphiques, le Sabal constituera facilement la pièce maîtresse d’un jardin exotique ! Composez une belle scène luxuriante en l’associant aux feuillages généreux des Tetrapanax, Bananiers du Japon (Musa basjoo), Fatsia japonica, Datisca cannabina, Gunnera manicata, Cycas… Pour renforcer l’effet « jungle’, intégrez quelques plantes grimpantes, qui joueront le rôle de lianes, et pourront grimper sur le stipe des palmiers ou le feuillage des arbustes. Choisissez par exemple l’Akebia quinata, la bignone ou la passiflore. Vous pouvez également intégrer des fougères, comme le splendide Blechnum novae-zelandiae, et les fougères arborescentes (par exemple la Dicksonia antarctica). Pensez également aux bambous, qui constitueront une belle toile de fond pour cette scène exotique. N’oubliez pas les graphiques Yuccas, Cordylines et Phormiums, ainsi que les graminées comme l’Hakonechloa macra.

Toutes ces plantes vous créeront un splendide écrin végétal, débordant de feuillages. Amenez-y de petites touches de couleur avec la floraison des crocosmias, kniphofias, agapanthes, hedychiums ou lantanas. Privilégiez les teintes chaudes et vives (rouge, orange, jaune…), qui donnent un effet très exotique. Découvrez aussi le splendide Strelitzia reginae, joliment surnommé Oiseau du paradis. Ce style d’ambiance sera parfaite par exemple en bordure d’une piscine, pour donner à votre jardin un vrai air de vacance et d’exotisme !

Comme le Sabal apprécie les sols fertiles et frais, on évite de l’installer dans une rocaille ou un jardin sec exotique, aride (on réservera cette utilisation pour d’autres palmiers appréciant les sols secs et pauvres, comme le Brahea). Mieux vaut lui préférer les ambiances plus fraiches et luxuriantes !

A mi-ombre, vous pouvez associer le Sabal minor au palmier Rhapidophyllum hystrix, ou au Trachycarpus fortunei. Comme lui, ils s’adaptent très bien aux situations ombragées.

Inspiration pour composer un jardin exotique avec le Sabal

Composez un jardin-jungle avec le Kniphofia ‘Fiery Fred’, Sabal mexicana (photo Whitney Cranshaw), Crocosmia ‘Carmin Brilliant’, Cycas revoluta, Hedychium spicatum (photo peganum), et Tetrapanax papyrifera ‘Rex’

Ressources utiles

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire