Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
Paysandisia archon, bombyx du palmier
conseil

Le papillon du palmier, Paysandisia archon : lutte, traitement

pour éliminer ce ravageur

Si les palmiers sont en général peu sensibles aux nuisibles courants du jardin, la larve du papillon argentin Paysandisia archon constitue un véritable fléau, parti du sud de la France depuis son introduction accidentelle en 1997.

Ses ravages qui s’étendent sur le pourtour méditerranéen et la région du Sud-Ouest s’ajoutent à ceux de la larve d’un autre insecte, de la famille des Coléoptères cette fois-ci, le charançon rouge du palmier (Rhynchophorus ferrugineus) introduit en 2006 en France.

Ces deux vers des palmiers aboutissent le plus souvent à la mort de l’arbre au bout de quelques années.

Les autorités invitent donc les jardiniers amateurs à signaler la présence de ces deux ravageurs au maire ou à la DRAAF (Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt) et à exercer une lutte dans l’espoir de limiter leur progression à travers le territoire. Voici quels sont les moyens actuels pour s’en prémunir,  sachant qu’il ne faut pas hésiter à demander l’assistance du Service Espaces verts de votre commune, parfois très impliqué, ou du service Santé et Protection des Végétaux de votre région.

Quelles sont les espèces sensibles au ver du palmier Paysandisia archon ?

Le papillon Paysandisia archon peut s’attaquer à plus de 20 espèces de palmiers mais les dégâts les plus sérieux en France se sont d’abord portés sur les espèces les plus communes que sont :

Le charançon s’attaque plus particulièrement au genre Phoenix auquel appartiennent le Palmier dattier des Canaries (Phoenix canariensis) et le Palmier dattier (Phoenix dactylifera). La fréquence de ces espèces de palmier dans les jardins du Midi contribue à la propagation de ces ravageurs qui après leur métamorphose, s’accouple et recherche un nouveau lieu de ponte aisé à trouver.

Comment reconnaître une attaque du papillon Paysandisia archon ?

Il n’est pas toujours évident de détecter le papillon Paysandisia archon malgré son assez grande taille, son vol de jour et ses ailes vivement colorées. On peut l’apercevoir entre la fin avril et la fin septembre mais surtout à la mi-juillet.

L’envergure des ailes étalées peut atteindre 11 cm. Les ailes supérieures sont de couleur bronze rainuré de marron et recouvrent en grande partie les ailes inférieures rouge orangé au repos ce qui le rend moins voyant. Pour le reconnaître facilement, songez que le dessin des ailes inférieures fait penser à une citrouille d’Halloween marqué d’une rangée de dents blanches bordée en haut et en bas d’une bande noire.

bombyx du palmier

Papillon du palmier ou ver du palmier

Les premiers symptômes réellement visibles apparaissent sur les palmiers plusieurs mois après la pénétration des chenilles dans le haut du tronc, juste sous la couronne de palmes vertes :

  • La présence de palmes régulièrement perforées en ligne sur la largeur de l’éventail formé par la palme ne laisse aucun doute sur le passage de la chenille. Ce symptôme n’est malheureusement pas toujours observable car les palmes présentent parfois seulement des zones grignotées ou desséchées.

D’autres signes peuvent cependant vous aider à déceler la présence du ver du papillon entre la mi-mai et septembre comme :

  • Des amas de sciure brune dus aux déjections de la chenille en paquet ou en ruban sur le pétiole, la nervure de la palme ou encore sur de jeunes feuilles en croissance ou sur le tronc.
  • Les nouvelles palmes qui forment un plumeau étriqué du fait de l’absence d’allongement des pétioles.
  • Le bruit caractéristique des larves qui sectionnent les fibres internes du palmier lorsque vous collez votre oreille au tronc au printemps ou à l’automne.
  • Le stipe (tronc) qui pousse parfois en oblique ou se trouve déformé.
  • Des palmes qui sèchent sur un seul côté.
  • La présence au pied ou sur le tronc de mues (exuvies) de chrysalides. Les cocons sont en général placés à la naissance des inflorescences (entre les bractées brunes en forme de barque), à la base des palmes ou dans les fibres qui tapissent le tronc.
  • De la gomme ou un liquide visqueux qui marque l’entrée de galeries.
  • Des orifices correspondant à la sortie des chenilles se situant à la base des palmes.
  • Des galeries creusées dans le tronc, visibles lorsque vous coupez le tronc, confirment le passage des chenilles de Paysandisia.

Lorsque plusieurs chenilles ont pénétré dans le palmier, il s’ensuit généralement une mort de l’arbre dans les 3 à 4 années qui suivent. Certains palmiers peuvent ne présenter que des symptômes foliaires sans suite si la larve a disparu.

papillon Paysandisia archon

Récolte de chenilles du Paysandisia archon sur un jeune Trachycarpus

Les facteurs favorisant le papillon Paysandisia archon

Le beau temps et la chaleur favorisent la ponte du papillon. La présence de nombreux palmiers dans les jardins offre une nourriture de choix pour cette chenille capable de se nourrir uniquement de palmiers.

Pour bien comprendre comment lutter, il est bon de connaître le cycle du papillon :

  • La femelle dépose ses œufs dans les fibres du palmier à la base des premières couronnes de la mi-juin à la mi-octobre. Le papillon du palmier ne donne qu’une seule génération par an mais son cycle de vie complet varie entre un et deux ans.
  • Les œufs allongés, de moins de 5 mm de long, sont souvent par petits groupes d’une dizaine d’œufs et éclosent au bout de 2 à 3 semaines.
  • Les jeunes chenilles, de moins de 1 cm de long, couleur crème et boudinées comme le Bonhomme Michelin, pénètrent rapidement dans le cœur du palmier. Très gourmandes, leur taille décuple, atteignant 9 cm au bout de 11 mois (cas d’une ponte d’été à cycle annuel) ou de 19 mois (cas d’une ponte d’automne à cycle bisannuel) avant de former un cocon pour se transformer en papillon au bout de 2 à 3 semaines.

Traiter les palmiers contre le papillon Paysandisia archon

Outre les campagnes de sensibilisation et d’information sur la lutte contre le papillon palmivore dont les effets dévastateurs défigurent le paysage, certaines collectivités proposent des aides aux particuliers propriétaires de palmiers.

Plusieurs méthodes ont été expérimentées, parfois coûteuses, contraignantes et réservées aux professionnels du fait de leur possible toxicité pour l’environnement et l’utilisateur. Celles qui paraissent les plus simples à mettre en place pour l’amateur est l’application de nématodes microscopiques Steinernema carpocapsa (marques Nemapalmier, Palmanem…) présentés sous forme de poudre mélangés à de l’argile, et/ou celle de glu (marque Biopalm) qui installe un film protecteur contre les pontes du papillon.

Les Nématodes Steinernema carpocapsa

Il s’agit d’une technique de lutte biologique qui utilise des organismes vivants comme les coccinelles sur pucerons et non de pesticides. Elle agit aussi contre le charançon rouge du palmier mais elle est absolument sans danger pour les autres insectes, animaux ou les personnes qui sont en contact avec le produit.

Comment agit le Nématode ?

Le nématode pénètre dans la chenille ou le ver par ses voies naturelles et s’y multiplie jusqu’à entraîner sa mort au bout de quelques jours.

Quand l’appliquer ?

Dès que vous observez des palmiers mourants dans votre entourage ou si des signes évoqués ci-dessus vous ont alerté, procurez-vous une boîte de Steinernema carpocapsa en vérifiant la durée de conservation.

Appliquez cette solution 1 fois par mois à compter du mois de mars ou avril (la température interne du palmier doit être comprise entre 12 et 25°C) et jusqu’à octobre. Vous pouvez vous abstenir de traiter en juillet et août si la température dépasse 35°C au cœur du palmier.

Comment l’appliquer ?

Un sachet contenant 50 millions de nématodes se dilue dans 10 l d’eau et permet de traiter 1 à 5 arbres selon leur taille.

  • Choisissez un moment pas trop chaud de la journée qui suit une pluie ou dans le cas contraire, prenez soin de bien humidifier le sommet du tronc ainsi que la base des palmes. Ce film d’eau est nécessaire aux nématodes pour rejoindre les chenilles.
  • Diluez tout le contenu du sachet de poudre dans un arrosoir ou un pulvérisateur dans la moitié du volume d’eau nécessaire en mélangeant pendant 3 minutes puis complétez le volume d’eau.
  • Utilisez la bouillie immédiatement après préparation en continuant à agiter le bidon.
  • Pulvérisez le haut du stipe tout le tour et sur 1 m de hauteur ainsi que la base de la couronne.

nematode

La Glu Biopalm

Comment agit la Glu ?

Cette substance collante brevetée par l’INRA s’applique en préventif si possible avant la ponte et constitue une barrière physique qui décourage le papillon de pondre mais empêche aussi le jeune papillon de prendre son envol lorsqu’il émerge du cocon. Si les larves sont déjà dans le tronc, la glu n’a aucun effet sur leur effet destructeur !

La glu est composée de substances naturelles d’origines végétales (des huiles végétales, du latex et de la colophane issue du pin) absolument sans danger pour la santé. Elle est vendue sous forme d’aérosol de 400 ml, de bouteille de 1 l ou en seau de 5 kg.

Quand l’appliquer ?

La glu s’applique une fois par an contre le ver du papillon lorsqu’aucun risque de pluie n’est prévu dans les 24 h. Il faut que les feuilles de l’année aient déjà poussé soit entre le 15 juin et le 15 juillet, sachant que le pic de ponte se situe dans les 2 premières semaines de juillet.

Contre le charançon rouge, 2 applications sont recommandées, espacées de 4 à 7 mois sachant que son efficacité sur ce ravageur n’est pas totale.

Comment l’appliquer ?

Un pulvérisateur adapté est nécessaire à l’application de cette pâte fluide à moins de la passer à la spatule en 2 couches successives espacées de quelques minutes pour obtenir une épaisseur de 2 mm. L’aérosol est pratique à utiliser  lorsque l’on n’a qu’un petit sujet à traiter mais nécessite de se placer à 30 cm de la zone à traiter.

  • Commencez par ôter les vieilles palmes retombantes ou horizontales de l’arbre en coupant à la base du pétiole.
  • Appliquez la bouillie sur 20 à 30 cm de hauteur en dessous les premières feuilles en recouvrant bien les cicatrices fraîches laissées par la taille (cela limite le dégagement de substances attractives pour le charançon rouge) et la base de chaque feuille des deux côtés internes et externes : recouvrez 20-25 cm de longueur de cette base des palmes chez les Phoenix (Palmier dattier des Canaries) et Washingtonia et seulement 10 à 15 cm sur les Palmier de Chine et Palmier nain.

Le produit qui forme un enduit blanchâtre lors de son application se teinte d’ambre et passe inaperçu au bout de quelques heures.

 

Paysandisia archon

Aspect d’un Washingtonia après application de Biopalm

 

A savoir : il existe un autre traitement de lutte biologique constitué du champignon Beauvaria bassiana (Ostrinil) mais dont l’application est réservée aux professionnels. Il a une action sur tous les stades du papillons (œuf, chenille, papillon) et s’applique toutes les 3 semaines de début juin à septembre.

Que faire si mon palmier est mort ?

Le cœur est pourri et les palmes viennent en tirant dessus même si elles sont encore vertes. Lorsque l’arbre est mort, un abattage suivi d’un brûlage (autorisé dans ce cas) est obligatoire pour éviter que de nouveaux papillons sortent du tronc.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)

6 réflexions au sujet de « Le papillon du palmier, Paysandisia archon : lutte, traitement »

  • Vacher

    Nous avons traité notre palmier suite à papillon. . On a tout coupe. Il reste le tri c. Comment sait onsu il est mort ?

    Répondre
  • Sedou

    Bonjour,
    Nous avons 2 palmiers de Chine. Est il recommandé de traiter de manière préventive ? Si oui par quel moyen ? Les grappes de fruits sont dévorées en juin par les guêpes. Peuvent elles aussi détruire les larves du papillon ? Merci d'avance

    Répondre
    • Virginie D.

      Bonjour,
      Je ne vois pas comment remédier à cela, les guêpes et les fruits, c'est dans la nature des choses. Après je comprends que cela puisse être pénible pour vous. Elles ne vont pas s'attaquer au Paysandisia non.
      Cordialement Virginie

      Répondre
  • tomasini michel

    bonjour,
    vu ce matin le fameux papillon dans mon jardin ! posé sur le tronc du palmier (qui a une vingtaine d'années) pour la première fois . je vais surveiller .. que puis-je faire dans l'immédiat ? j'ai aussi deux bébés palmiers et un énorme yucca .
    merci de votre réponse ,
    cordialement, Michel.

    Répondre
Laisser un commentaire