Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
Nématodes auxiliaires : comment bien les utiliser au jardin ? Nos conseils
conseil

Lutte biologique, les Nématodes auxiliaires : comment bien les utiliser ?

au jardin et au potager

Les nématodes ou vers ronds, au sens large, sont des parasites naturels de beaucoup d’insectes et de mollusques dont certains peuvent causer des dommages aux plantes du jardin ou du potager. On utilisera donc les nématodes sur des larves de hannetons, des othiorynques, des chenilles… Les nématodes auxiliaires sont une solution biologique et sans chimie pour lutter efficacement contre tous les petits indésirables.  Mais comment et quand utiliser les nématodes auxiliaires ? Et surtout contre quels ravageurs peuvent-ils lutter ? On vous dit tout dans cette fiche conseil.

Qui sont ces nématodes auxiliaires ?

Les nématodes (Nematoda), ou vers ronds, sont des animaux très petits (entre 0.5 et 3 mm à taille adulte) et méconnus mais pourtant très nombreux : ils constituent en nombre d’individus les 4/5 du règne animal et on les retrouve dans les sols du monde entier. Les biologistes en ont déjà décrit plus de 40 000 espèces mais on considère qu’il pourrait y avoir dix fois plus d’espèces dans le monde. Les nématodes vivent principalement dans les sols, mais certains vivent dans l’eau, les sédiments ou même dans le bois mort ou la nécromasse en général (tout ce qui est mort sur un lieu donné). Selon les espèces et leur milieu de vie,  ils sont bactérivores, détritivores, prédateurs ou parasites. 

Les nématodes parasites peuvent, toujours selon les espèces, parasiter les végétaux et les champignons, ce qui pose problème aux cultures et même dans nos jardins. D’autres peuvent parasiter les animaux : animaux d’élevage et de compagnie mais aussi… l’Homme, notamment dans le cas des Ascarides. Les nématodes auxiliaires, quant à eux, sont des parasites des insectes et des mollusques terrestres. Ce sont ces nématodes-là qui nous intéresse dans le cadre de la lutte biologique.

Les espèces de nématodes utilisées sont surtout des Heterorhabditis bacteriophora, des Steinernema feltiae ou des Steinernema carpocapsae. Toutes ces espèces de nématodes se retrouvent dans la nature et sont sans aucun doute déjà présents dans votre jardin. Ces nématodes sont mono-spécifiques, c’est-à-dire qu’ils n’attaqueront pas une autre espèce d’insecte. Et encore moins une plante, votre chat ou vous-même !

Le p’tit mot d’Oli : Il est à noter que, bien que certains nématodes peuvent poser des problèmes de santé, des dégâts aux cultures et à l’élevage, les vers ronds contribuent au bon fonctionnement des cycles naturels grâce aux détritivores ou aux parasites et ravageurs qui régulent certaines populations en surnombre. Ils sont en outre d’excellents bio-indicateurs et permettent d’améliorer la croissance des plantes grâce à une meilleure répartition des nutriments. Les nématodes se retrouvent aussi dans le compost où ils participent au processus de décomposition.

Comment agissent les nématodes auxiliaires ?

Il existe plusieurs type de nématodes parasites mais ce sont ceux dits entomophages, entendez par là « qui mangent les insectes« , et mallophages (« qui mangent les mollusques« ) qui vont nous être utiles dans la lutte biologique. Au stade larvaire, les nématodes auxiliaires vont infester leur insecte cible en entrant par les différents orifices naturels. A ce stade là, les larves de nématodes sont tellement petites qu’on ne pourrait pas les voir à l’œil nu.

Les nématodes possèdent des petites poches dans lesquelles se retrouvent des bactéries. Ces bactéries vivent en symbiose avec les nématodes et permettent de tuer l’insecte parasité en seulement un ou deux jours. La larve de nématode peut alors continuer à grandir en mangeant l’intérieur de larve de l’insecte parasitée.

Le cycle de vie des nématodes est très court, au bout d’une petite semaine, une autre vague de jeunes larves est libérée à l’extérieur du cadavre de l’insecte, c’est-à-dire dans le sol. Ces larves vont se mettre à leur tour à chercher un autre insecte à parasiter et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il n’y ait plus aucun dans les parages.

nematodes auxiliaires du jardinier

Contre qui peut-on utiliser les nématodes auxiliaires ?

Il existe un grand nombre de nématodes auxiliaires spécifiques pour différents types de ravageurs.

En voici, une courte liste :

  • Les chenilles de Lépidoptères-papillons : Carpocapse des pommes et des poires (Cydia pomonella), certaines mineuses et quelques noctuelles.
  • Les larves de Diptères : les tipules ou la mouche des terreaux.
  • Les larves de Coléoptères : taupin, hanneton, courtilière et… les charançons, comme le Charençon rouge du palmier (Rhynchophorus ferrugineus) ou les terribles otiorhynques.
  • Les larves d’Hémiptères : notamment dans le cas du fameux Tigre du Platane (Corythucha ciliata).
  • Et on parle beaucoup de nématodes entomophages mais n’oublions pas les mallophages qui s’occupent des limaces et des escargots.

Comment et quand apporter les nématodes auxiliaires au jardin ?

Les larves de nématodes achetées dans le commerce se présentent sous forme de sachets qui contiennent entre 5 et 50 millions de larves de nématodes. Il suffit de diluer le contenu de ce sachet dans de l’eau puis, soit arroser le sol soit pulvériser l’eau sur la plante infestée de ravageur.

Une première vague de ravageurs va mourir rapidement, au cours des deux premiers jours. Mais il faut compter un cycle complet des larves de nématodes, soit une dizaine de jours, pour une efficacité maximale.

Que se passe-t-il lorsqu’il n’y a plus de ravageurs à parasiter ? Et bien, les larves de nématodes sont mono-spécifiques à un type d’insecte, parfois même une seule espèce. Lorsque l’insecte ravageur n’est plus présent, les larves de nématodes n’ont plus à manger. Ces dernières ne se reproduisent plus et meurent de faim.

Attention ! Vous l’aurez compris, ce type de « traitement » ne peut pas être préventif. On ne doit appliquer les larves de nématodes qu’à l’apparition des premiers nuisibles. 

Quelques règles à suivre pour une bonne application de larves de nématodes

  • les nématodes meurent en dessous de 4 °C et n’apprécient pas les fortes chaleurs : l’idéal est une application à une température supérieure à 15 °C ;
  • les nématodes ne se conservent pas bien : traitez si possible dès réception du sachet. Si ce n’est pas possible, conservez-les de quelques semaines à quelques mois en fonction des nématodes à une température entre 10 et 15 °C ;
  • les nématodes ont « peur » du soleil : si le traitement doit se faire sur les parties aériennes de la plante (dans le cas du Charançon du palmier par exemple), faites-le tôt le matin ou tard le soir pour que les larves aient le temps de « rentrer » dans les nuisibles et de se protéger des UV ;
  • les nématodes n’aiment pas le sec : pour une application sur le sol, faites-le sur un sol humide et gardez-le humide durant les dix jours qui suivent ;
  • les nématodes n’aiment pas la chimie : de toute façon c’est interdit !

 

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire