PROMOTION : profitez de -30% et -50% sur des centaines de bulbes d'été !
Lutter contre le charançon rouge du palmier

Lutter contre le charançon rouge du palmier

L'ennemi public n°1 du palmier

Sommaire

Mis à jour le 25 Octobre 2021  par François 4 min.

Originaire d’Océanie et introduit par accident en France en 2006, le charançon rouge du palmier –Rhynchophorus ferrugineus- est devenue une véritable hantise des pépiniéristes, des communes ainsi que des propriétaires de ces végétaux exotiques. Capables de s’attaquer à plus d’une dizaine d’espèces différentes de palmiers, ce coléoptère phytophage est capable de venir à bout d’un sujet en 2 ans seulement. Ce voyageur lointain ayant profité du commerce international pour se faufiler en Europe, est devenu le plus grand Curculionidé de nos contrés. La loi prévoit une obligation de la part des collectivités locales de combattre cette espèce invasive lorsque sa présence est avérée ou soupçonnée sur le territoire concerné.

Découvrez nos conseils afin de reconnaître les symptômes de ses attaques, ainsi que la marche à suivre pour lutter efficacement en cas d’infestation par ce ravageur des palmiers.

Printemps Difficulté

Quels sont les palmiers concernés ?

Responsable de la mort de plusieurs dizaines de milliers de palmiers depuis son apparition en Europe, le charançon rouge des palmiers est désormais présent sur une bonne partie du Sud de la France (Haute-Corse, Corse-du-Sud, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Var, Vaucluse, Gard, Hérault, Aude, Pyrénées-Orientales).

Il s’attaque à tous les sujets de la famille des Arecaceae. En France, les cibles préférées du charançon sont les dattiers (Phoenix dactylifera) et palmiers des Canaries (Phoenix canariensis). Cependant, de nombreuses autres espèces communes sont susceptibles d’être parasitées : Trachycarpus fortuneiChamaerops humilisWashingtonia.

Le cycle de vie du charançon rouge du palmier

Son cycle biologique débute par la ponte sur une partie endommagée du palmier ou plus fragile : une branche cassée, une fissure dans le tronc ou encore la base d’une feuille.

100 à 300 œufs peuvent être pondus par une seule femelle. Ceux-ci donneront naissance à une larve sans patte et rondouillette qui sera la principale cause de dépérissement de la plante. Celle-ci va creuser des galeries grâce à ses mandibules démesurées dans les palmes et le stipe (faux tronc des palmiers) tout en se nourrissant des tissus de la plante. Ces galeries offriront un terrain propice au pourrissement du végétal. Des petits tas de vermoulures vous confirmerons la présence des larves.

Le stade larvaire durera entre 3 et 10 mois (selon la période de ponte) et se terminera par une nymphose dans une loge faite de fibre du palmier. Un adulte de 3,5 cm de couleur rouge-orangée émergera alors de ce cocon.

Enfin, les adultes sont capables de voler sur plusieurs kilomètres pour se propager à d’autres arbres éloignés les uns des autres !

larves de charançon rouge

Larves du charançon rouge du palmier (T.K. Naliaka-Wikipédia)

Quels sont les symptômes du charançon rouge du palmier ?

Il faut avant tout bien comprendre que dès l’apparition des symptômes de dépérissement, il est déjà malheureusement trop tard pour sauver le palmier. En d’autres termes, il faudra surveiller très attentivement les indices indiquant la présence de ce charançon avant l’apparition des symptômes qui interviennent longtemps après la colonisation du sujet (plusieurs mois après l’émergence des larves !).

Lorsque son infestation est passée inaperçue, les symptômes les plus fréquents sont :

  • Des palmes  flétrissantes (brunies) et tombant au sol prématurément ;
  • Des palmes centrales se courbant ;
  • Un stipe percé de nombreux trous et commençant à pourrir ;
  • Des encoches sur les folioles des palmes ;
  • Désaxement des palmes du pinceau principal ;
  • Des galeries, de la sciure et des cocons à la base des palmes ;
  • Au sein de la tête du palmier surgit une pourriture à l’odeur caractéristique.

Quelque soit les symptômes, la mort de l’arbre est inévitable à ce stade.

rhynchophorus ferrugineus

Dégâts causés par le charançon rouge sur un palmier (Photo JR Villena) et un Phoenix canariensis (Photo : Tuvalkin)

Comment se débarrasser des charançons du palmier ?

La lutte préventive

Le charançon est plus facilement attiré vers un palmier portant une blessure dans laquelle il peut pondre facilement. Il est donc nécessaire de protéger les blessures de tailles et de fermer les diverses cicatrices via l’application d’un mastique. 

Une autre manière de lutte préventive est l’observation de la base des palmes et du stipe à partir du mois d’avril et ce de manière régulière : si votre commune est sujette à ce parasite, vérifiez qu’il n’y ait pas de signes de vermoulure à la base des palmes et du stipe de votre palmier ! Évitez de tailler les palmiers durant la période d’activité de l’insecte : de mars à octobre.

Si votre palmier est attaqué et que le fautif est formellement identifié, voici comment traiter le charançon rouge du palmier :

La lutte biologique

Un moyen de lutte biologique est la pulvérisation de nématodes comme le Steinernema carpocapsae, qui parasitera promptement la larve du charançon rouge. Ou on utilisera aussi un champignon pathogène, le Beauveria bassiana, actif contre les larves sera épandu sur le cœur des palmiers. Cette solution agit à la fois comme curatif et comme préventif.

La lutte chimique

Le benzoate d’emamectine est parfois injecté dans le stipe du palmier et semble efficace mais doit être utilisé comme solution de dernier recours en cas de situation critique.

Le piégeage

Les pièges à phéromones garantissent 3 mois de protection contre les charançons adultes. Ils permettent le piégeage et la détection de l’ensemble des ravageurs, mâles comme femelles. Ils limitent ainsi considérablement les risques de pontes. Ajoutez quelques morceaux de bananes au piège.

Attention : vous êtes légalement obligé de signaler la présence du parasite aux autorités compétentes (en mairie par exemple) et de contacter une entreprise agrée qui va prendre les dispositions nécessaires pour éradiquer cette espèce de votre propriété !

En conclusion

Le charançon rouge du palmier est dorénavant bien implanté sur le pourtour méditerranéen. Son pouvoir de dispersion et le coût élevé de son éradication le rendent presque impossible à éradiquer totalement. Il faudra sans doute apprendre à « vivre avec » comme le font les apiculteurs avec le frelon asiatique.

A noter que les moyens de lutte préventive sont les plus efficaces et les moins coûteux.

Une note positive pour terminer : sa faible résistance au froid (entre 0 et 5 °c, la plupart des adultes et larves meurent) l’empêche de s’entendre vers les régions plus au Nord de l’hexagone.

Commentaires

charancon rouge du palmier