7 palmiers nains pour terrasse, balcon ou petit jardin

7 palmiers nains pour terrasse, balcon ou petit jardin

Des variétés compactes adaptées aux petits espaces et qui peuvent se cultiver en pot

Sommaire

Mis à jour le 10 Janvier 2024  par Marion 7 min.

Il n’est pas nécessaire d’avoir un grand jardin pour profiter de l’exotisme et de l’ombrage offerts par les palmiers. Certaines variétés disposent en effet d’une silhouette modeste, qui permettra de les cultiver en pot ou en espaces restreints.

Ces palmiers nains ne dépassent pas 3 mètres de hauteur, ce qui permet de les installer en petit jardin, sur la terrasse, sur le balcon ou même en intérieur.

Découvrez notre sélection de petits palmiers faciles à réussir, parfaits pour les espaces restreints.

Et pour plus de conseils culture : Les palmiers : planter, cultiver et entretenir

Difficulté

Le Rhapidophyllum hystrix : un petit palmier très rustique

Le palmier aiguille (Rhapidophyllum hystrix) est une espèce originaire des sous-bois humides d’Amérique du Nord. Il a l’avantage de supporter des températures très basses, jusqu’à -20°C. Cela permet de le cultiver en extérieur dans la plupart de nos régions. Contrairement à d’autres espèces, il adore les sols frais à humides, voire marécageux. Il se plaira donc même en climats froids et arrosés.

Profitez de ses belles grandes feuilles en forme d’éventail, qui arborent un vert bleuté brillant. Elles forment une touffe bien dense et buissonnante, qui apportera du volume et de la structure.  Sur les pétioles, nous pouvons distinguer les longues épines noires, qui valent son nom de « palmier aiguille » à cette espèce.

C’est un candidat parfait pour apporter une note exotique dans un massif au jardin, ou bien aux abords de points d’eau. Installez-le également sur la terrasse, le balcon ou dans une petite cour en ville. Ce palmier nain sera en effet cultivé aussi bien en pleine terre qu’en grand pot ou bac, du fait de sa silhouette modeste. Il atteindra 3 mètres de hauteur pour 2 mètres 50 d’envergure.

Cultivez-le à l’ombre ou à mi-ombre, toujours à l’abri des rayons directs du soleil. Installez ce palmier dans un sol riche en matière organique, par exemple aux côtés des feuillages ornementaux des Hostas, mais aussi d’exotiques Rodgersias.

Rhapidophyllum hystrix

Le Chamaerops humilis ‘Vulcano’ : une silhouette bien compacte

Les Chamaerops humilis font partie des palmiers nains les plus populaires. La variété ‘Vulcano’, originaire de l’île du même nom près de la Sicile, a l’avantage d’être particulièrement compacte et petite. Elle mesure seulement 2 mètres 50 de hauteur pour 1,70 mètre d’envergure. C’est donc une candidate idéale pour une culture en petit espace ou en pot.

Sa silhouette touffue se compose de feuilles palmées en forme d’éventail, d’un joli gris-vert. Elles ont l’avantage de ne pas porter d’épines, ce qui permet d’installer ce palmier même à proximité des lieux de passage.

Assez rustique malgré ses origines méditerranéennes, cette variété supportera des gelées jusqu’à -12°C. Offrez-lui toutefois un sol parfaitement drainé, qui ne se gorge pas d’eau en hiver, en exposition ensoleillée. Une fois installé, il supportera sans souci la sécheresse et tolère aussi les embruns. Ce palmier facile à cultiver s’accommodera d’un sol même pauvre, caillouteux ou sableux. Il sera parfait dans un jardin sec, auprès d’autres plantes frugales, comme la lavande, le romarin et le ciste.

Pour en savoir plus : Chamaerops, Palmier nain : planter, cultiver et entretenir

Chamaerops humilis

Le Phoenix roebelinii : un palmier nain qui peut se cultiver en intérieur

Le palmier dattier nain Phoenix roebelinii nous provient des régions tropicales d’Inde. Frileux, ne supportant pas de températures inférieures à -4°C, il devra être protégé du gel en hiver dans la plupart de nos régions. Mais il pourra tout à fait passer la belle saison à l’extérieur, dès lors que les gelées ne seront plus à craindre. Il a aussi l’avantage de supporter les conditions atmosphériques sèches de nos intérieurs : il n’est donc pas nécessaire de disposer d’une serre ou d’une véranda pour pouvoir le remiser.

Son port gracieux le rend particulièrement ornemental. Ce palmier produit des palmes joliment arquées, qui forment une couronne arrondie, tout en légèreté. Elles sont d’un vert bien vif et sont épineuses.

Profitez de sa petite silhouette, ne dépassant pas 2 mètres 50 de hauteur pour 1,75 mètre d’envergure. Il sera parfait en pot ou bien dans un petit jardin de la Côte d’Azur, où il ne gèle pas.

Facile à vivre, il supportera les arrosages pas toujours bien gérés (manque ou excès d’eau ponctuels) et se plaira au soleil ou à mi-ombre. Pour accentuer encore son exotisme, placez-le aux côtés d’autres palmiers d’intérieur, comme l’Areca.

Pour en savoir plus : Phoenix : plantation, culture, entretien

Phoenix roebelinii

Le Rhapis excelsa : des allures de bambou

Le Rhapis excelsa se distingue par ses airs de bambou. Cette espèce originaire de Chine produit en effet de multiples faux troncs (stipes), dévoilant un motif en anneaux verts. De ses tiges s’élèvent des feuilles palmées, découpées en grandes folioles, d’un beau vert vif. Une espèce très décorative et originale, idéale pour constituer un décor tropical.

Moyennement rustique, il supportera des gelées jusqu’à -7°C, ce qui permettra de le cultiver en pleine terre dans nos régions les plus douces. Il atteindra alors entre 3 et 4 mètres de hauteur pour 2 mètres d’envergure. Si vous cultivez ce mini palmier en pot, il ne dépassera pas 2 mètres de hauteur.

Le palmier bambou appréciera les expositions ombragées ou mi-ombragées, abritées du vent et des rayons directs du soleil. Il se développe en sol frais, qui ne s’assèche jamais totalement. Dans les régions connaissant de fortes gelées, il sera rentré sous abri en véranda ou serre pendant l’hiver, dans un lieu peu chauffé, mais lumineux. De ses origines, il a gardé une appétence pour les ambiances chaudes et humides : n’hésitez donc pas à brumiser son feuillage.

Bien sûr, il se mariera très bien avec des Fargesia, ces bambous non traçants parfaits pour les petits espaces. Pensez aussi à l’accompagner d’un Strelitzia reginae ou Oiseau de Paradis, avec sa magnifique floraison colorée.

Rhapis excelsa

Le Serenoa repens ‘Silver’ : un feuillage bleu argenté très ornemental

Le Serenoa repens ‘Silver’ est un candidat idéal pour l’aménagement d’un petit jardin. Mais c’est également un palmier parfait pour le balcon ou la terrasse. Il a une croissance très lente et atteindra au bout de plusieurs années environ 2 à 3 mètres en tous sens, ce qui permet de le cultiver aisément en pot ou en espace restreint.

Aussi appelé palmier de Floride, du fait de ses origines nord-américaines, cette espèce nous gratifie de feuilles palmées d’un beau vert-bleuté, virant à l’argenté. Ce feuillage apporte autant d’exotisme que de clarté. Les palmes peuvent atteindre jusqu’à 60 cm de longueur et les pétioles sont habillés de petites épines recourbées. D’allure buissonnante, ce palmier produit des faux troncs couchés, lui permettant de constituer une belle touffe végétale ornementale en s’étalant.

Assez rustique, ‘Silver’ est capable de tolérer des gelées jusqu’à -8°C. Installez-le dans un sol bien drainé, dans lequel l’eau ne stagne pas. Il tolérera les substrats même pauvres, sableux et salés, mais appréciera la fraîcheur (ne laissez jamais la terre s’assécher totalement). Il s’épanouira en situations mi-ombragées ou ensoleillées, mais pas trop brûlantes et sèches.

Installez-le par exemple aux côtés d’un petit Eucalyptus, au feuillage tout aussi persistant, coloré et décoratif.

Serenoa repens

Le Sabal etonia : un mini palmier facile à vivre

Le Sabal etonia est un palmier nain qui atteindra lentement 3 mètres de hauteur pour 2 mètres d’envergure. Ses faux troncs sont généralement sous-terrain (même s’ils peuvent émerger du sol au fil du temps). Cela donne l’impression que les pétioles des feuilles sortent directement de terre. Le feuillage coriace en éventail, de couleur verte, est typique des palmiers.

Cette espèce est originaire des garrigues de la Floride, ce qui explique sa frugalité. Elle est simple à cultiver, sans exigence particulière, tolérant les sols même pauvres et secs. Ce palmier présente aussi une bonne rusticité, jusqu’à -10°C à -12°C environ, ce qui permet de le cultiver dans les petits jardins de nombreuses régions. Ailleurs, une culture en pot sera évidemment tout à fait possible.

Dans un décor contemporain, il s’installera auprès d’un graphique Yucca.

Pour en savoir plus : Sabal : planter, cultiver et entretenir

Sabal etonia

L’ Arenga englerii : une belle silhouette élancée

Le palmier de Formose Arenga englerii nous plaît tout d’abord pour son petit développement, qui en fait une espèce adaptée à la culture en pot et aux petits jardins. Mais nous aimons aussi sa silhouette longiligne, qui apporte volume et verticalité.

À maturité, ce palmier nain atteindra 3 mètres de hauteur pour 2 mètres d’envergure. Il produit un ou plusieurs stipes élancés, de couleur foncée. En haut de ces faux troncs, se trouvent de palmes longues et étroites. Elles sont vertes, au revers blanc argenté.

La floraison estivale, sous forme de grappes colorées, demandera quelques années de patience. Elle signera la fin de vie de ce palmier, mais il aura d’abord pris soin de produire des rejets, qui assureront sa pérennité.

Cultivé au jardin, ce palmier est rustique jusqu’à -7°C. En pot par contre, les plantes sont toujours moins résistantes aux gelées. Si vous habitez dans une région aux hivers rudes, vous devrez donc rentrer votre mini palmier dans une pièce abritée pendant la saison froide.

Originaire d’Asie du sud-est, ce palmier aime les sols riches en matière organique, restant frais, mais bien drainés. Il se plaira en climats doux et humides, protégé des rayons les plus chauds du soleil.

Dans un décor exotique, il fera merveille auprès de bananiers et de cannas.

Arenga englerii

Commentaires

Rhapidophyllum hystrix