Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
potager en sol caillouteux
conseil

Créer un potager en sol caillouteux

Diagnostic et techniques d'améliorations

La création d’un potager est toujours un projet excitant et motivant pour un apprenti (ou expert) jardinier. Cependant, une situation peut varier d’un jardin à l’autre. La France comporte une diversité de terroirs et de sols tout à fait incroyable. Certains seront très propices aux cultures maraîchères, d’autres devront demander plus d’efforts et d’aménagements au jardinier. Parmi les sols plus compliqués à améliorer et travailler, les sols caillouteux n’ont rien à envier aux sols lourds ou sableux. Découvrez tous nos conseils pour valoriser votre lopin de terre pierreux et en tirer le meilleur parti.

potager sol calcaire, potager sol pierreux

On peut toujours améliorer une terre soi-disant ingrate pour en faire un potager

Quelles sont les principales contraintes d'un sol caillouteux ?

Les sols caillouteux sont compliqués à travailler et souvent calcaires. Ces propriétés vont vous donner beaucoup de fil à retordre au niveau de l’arrosage mais aussi au niveau du choix des végétaux à implanter dans votre potager. En effet, beaucoup de plantes potagères n’apprécient pas les excès de calcaire et ont besoin d’une belle quantité d’eau pour être beaux et productifs. Les pierres auront tendance à drainer le sol rapidement et à empêcher les racines de s’implanter en profondeur.  Malgré tout, quelques légumes trouveront leur place dans ce milieu bien particulier.

Les potagers caillouteux vont avoir une fâcheuse tendance à monter fortement en température durant les mois les plus chauds et à se dessécher rapidement. Les pierres de votre sol vont capter la chaleur et la restituer en soirée et dessécher d’autant plus la terre.  Lorsqu’on connait les besoins en eau de la plupart des légumes ainsi que les étés caniculaires de ces dernières années, il y a de quoi se demander s’il est judicieux de se lancer dans une telle entreprise dans des conditions de départ si compliquées.

Enfin, un potager contenant beaucoup de pierres et cailloux sera forcément très compliqué à travailler avec les outils classiques du jardinier (bêche, griffe, binette…).

Pourtant, il est possible, grâce à quelques astuces et à une gestion de l’eau correcte, d’obtenir de surprenants résultats !

Quels aménagements envisager ?

Il y a deux cas figures principaux :

  • si le sol est beaucoup trop chargé en pierres, il vous faudra le surélever ;
  • si vous pouvez le travailler, retirez les pierres et cultivez directement en l’améliorant avec un apport massif de compost et une panoplie de matières organiques.

Surélever votre potager

Lorsque votre sol est incultivable et impénétrable par quelques outils que ce soit, vous devrez vous adapter en surélevant votre potager. C’est une technique très en vogue de nos jours et utilisée à la fois pour les sols beaucoup trop pauvres, sableux, caillouteux ou gorgés d’eau. 

Elle pourra prendre la forme d’un carré potager, d’une culture en lasagne ou d’une culture sur botte de pailles rempli de diverses couches de matières organiques.

Avec quels ingrédients remplir votre coffrage ? Qu’il soit en bois, en bottes de paille ou qu’il s’agisse d’une bute classique, le choix et l’alternance des matériaux seront gages de votre réussite. Le but est le même que celui du compost : alternez les matériaux bruns (carbonés) et verts (azotés) afin d’obtenir un substrat fertile et propice à la bonne croissance des plantes.

En conservant un contact avec le sol, vous permettez aux bactéries, champignons, vers de terre, cloportes et autres microorganismes de transformer vos « ingrédients » en compost tout en vous affranchissant des pierres et du sol ingrat.

Amender et surélever !

En pratique : 

  • Installez votre coffrage sur une largeur d’1,20 m pour pouvoir accéder au centre de celui-ci en tout sens.
  • Arrosez abondamment le sol avant d’y déposer vos diverses couches. Remarque : ne vous fatiguez pas à travailler votre sol, les herbes indésirables seront étouffées par la matière organique et assimilées par la vie du sol l’enrichissant d’autant plus.
  • Disposez une première couche de matériaux bruns : copeaux, sciure, carton, Bois raméal fragmentés… sur 10 à 20 cm de hauteur. On commence toujours par une couche « brune » car bien souvent, les herbes présentes sur le terrain forment déjà une couche azotée (verte). Arrosez cette couche avec un arrosoir à pomme.
  • Ajoutez sur une hauteur équivalente une couche de matériaux verts (tontes de gazon, tailles  fraiches de haie, algues, déchets de cuisines, etc).
  • Renouvelez une nouvelle fois ces deux opérations selon la hauteur de votre coffrage ou, si vous vous approchez déjà du bord de votre structure, disposez une couche finale avec un terreau, une terre végétale légère ou un compost maison sur 20 cm de hauteur.
  • Plantez et semez directement vos plantes potagères dans ce substrat et paillez généreusement pour la protéger du dessèchement.

Découvrez la réalisation dans notre tutoriel vidéo : Créer un carré potager.

Au bout de quelques mois, vos couches se seront transformées en un terreau fertile qui aura perdu une bonne partie de sa hauteur. Son entretien se limitera au paillage et à l’ajout de temps à autre d’une nouvelle couche de compost. Cette technique permet de valoriser vos déchets de jardin tout en faisant pousser vos légumes directement dans un compost en formation sans attendre que celui-ci ne se crée dans un coin de votre jardin pendant 6 mois à un an.

D’un point de vue ergonomique, vous serez plus à l’aise pour travailler et ménagerez votre dos.

L’inconvénient des potagers élevés réside en la grande quantité de matières organiques nécessaires pour sa mise en place. Il faut se rappeler qu’il est difficile de se procurer des matériaux bruns durant la belle saison (ex : feuilles mortes, copeaux, sciure…) de mêmes que les matériaux verts le sont durant l’automne et l’hiver.

Retirez un maximum de cailloux et apportez de la matière végétale

Cette seconde option demande plus de persévérance que la première mais vous permettra d’exploiter une plus grande surface cultivable. Elle n’est envisageable que si vos outils percent le sol malgré les cailloux. Utilisez un râteau pour ramasser les cailloux. La fourche-bêche est l’outil indispensable pour travailler une terre caillouteuse. Il existe également des bêches spécialement conçues comme la bêche « requin ».

Pour améliorer votre terre, il vous faudra couvrir votre sol en permanence et apporter de forte quantité de compost, fumiers et matières organiques afin d’augmenter la rétention en eau de votre sol et de l’enrichir.

Le paillage devra être présent toute l’année pour protéger votre sol et le fertiliser celui-ci en permanence. Pour en savoir plus sur son importance et son utilité, consultez notre fiche conseil : Pailler, pourquoi, comment ?

L’hiver, semez des engrais verts et en particulier des légumineuses fixatrices d’azote pour ameublir le sol et retenir les éléments minéraux qui auront plus tendances à être lessivés dans ces sols poreux.

Quels légumes et condiments privilégier sur ce type de sol ?

Les choux, les navets, les rutabagas apprécieront les milieux caillouteux et calcaire tandis que asperges, tomates, betteraves, panais, radis, épinards, laitues tolèreront des sols légèrement alcalins.

Le thym, le romarin, la sarriette, l’hysope, l’origan et l‘ail des vignes (Allium vineale) prospèreront sur les sols caillouteux de votre lopin de terre.

Lors de la saison hivernale, utilisez des engrais verts adaptés à ce type de sol : trèfle incarnat, luzerne vivace, Vesce d’hiver, seigle ou avoine

potager sol calcaire, potager sol pierreux

Les betteraves et plantes aromatiques à petit feuillage acceptent le calcaire. Plantez de l’engrais vert (ici la luzerne) pour améliorer votre sol

Que faire des pierres extraites du sol ?

De nombreuses régions de France comme la Champagne ou la Bretagne sont bordés de murs en pierres sèches que les agriculteurs ont petit à petit construit pour rendre les sols plus cultivables. Ils ont ainsi permis à une multitude de végétaux et d’animaux d’y élire domicile tout en délimitant leurs parcelles et retenant leurs bétails.

Si vous décidez d’extraire les pierres de votre potager, pourquoi ne pas en faire de même pour attirer lézards, orvets et  plantes grasses qui rendront vos jardins encore plus attrayants ? Il est aussi possible de créer un « kern » donnant de l’originalité et de la verticalité à votre coin de verdure.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire