PROMOTION : profitez de -30% et -50% sur des centaines de bulbes d'été !
8 idées reçues sur les rosiers

8 idées reçues sur les rosiers

pour tordre le cou aux fausses idées sur le rosier

Sommaire

Mis à jour le 23 Mai 2024  par Ingrid 4 min.

Même si la rose est le symbole incontesté de l’amour et du romantisme, il faut bien avouer que le rosier ne fait pas que des adeptes, et ce, à cause des idées reçues sur cette belle plante. Souvent jugé comme un arbuste difficile à entretenir ou à tailler, le rosier est pourtant l’une des plantes les plus cultivées dans nos jardins. Pas si difficile que ça lorsque l’on connait les bons gestes ! Et vous ? Savez-vous vraiment tout sur les rosiers ? Découvrez avec nous la vérité sur les idées reçues qui entourent le rosier.

Difficulté

Les rosiers doivent être taillés régulièrement pour produire plus de fleurs

La taille des rosiers n’est pas plus difficile que la taille des autres arbustes du jardin. On peut même le laisser totalement mener sa vie, sans lui donner le moindre coup de sécateur, mais il sera alors moins florifère et produira du bois mort. Alors, pour profiter de ses belles fleurs et d’un rosier en pleine santé, il faut faire un petit effort : le tailler au moins une fois par an. A contrario, une taille excessive peut être néfaste pour certains rosiers. Excepté les hybrides modernes que l’on taille assez court, les autres se taillent peu, 1/3 voire la moitié de chaque branche.

que tailler en hiver, tailles hivernales, taille hiver jardin, elagage en hiver, arbustes à tailler en hiver

Il faut commencer par distinguer si votre rosier fait partie des variétés remontantes (c’est-à-dire qui fleurissent deux fois dans l’année) ou des variétés non remontantes (une seule floraison au printemps). Les rosiers remontants se tailleront à la fin de l’hiver, entre février et avril selon votre région. Les rosiers non remontants se tailleront après la floraison, vers les mois de juillet-aout.

Armez-vous ensuite d’un bon sécateur et d’un ébrancheur préalablement désinfectés avant utilisation. Equipez-vous aussi de gants épais pour protéger vos mains des épines. Coupez simplement les branches mortes, les malades, les disgracieuses et celles qui empêchent la bonne circulation de l’air au sein de l’arbuste. S’il devient trop grand, raccourcissez-le en coupant chaque branche en biais, à 5 mm au-dessus d’un bourgeon. Et rassurez-vous, car le rosier n’est pas rancunier, puisque même mal taillé, il produira de nouvelles branches florifères. N’ayez pas peur, même si vous êtes débutant en la matière, puisque c’est en s’exerçant que l’on apprend.

Pour joindre le geste à la théorie, regardez cette vidéo d’Olivier sur la taille des rosiers :

Les rosiers sont souvent malades

Quel jardinier, à ses débuts, n’a pas levé les bras au ciel en s’écriant « Au secours, mes rosiers sont malades ! », à la vue de petites taches sur le beau feuillage ? Certes, le rosier peut attraper quelques maladies au jardin, notamment celle du blanc du rosier (oïdium) ou encore la fameuse tache noire (marsonia). Ces maladies sont généralement sans gravité sur la survie du rosier, mais plutôt inesthétiques et peuvent entrainer une diminution de la floraison. Elles sont habituellement causées par la chaleur, liées à de fortes précipitations. Lorsque les symptômes sont repérés suffisamment à temps, il est facile de traiter ces maladies.

Il existe également des variétés de rosier résistantes aux maladies et vigoureuses, notamment les rosiers labellisés ADR (Anerkannte Deutsche Rose). On compte plus de 100 variétés ayant obtenu ce certificat exigeant, sur des critères de résistance aux maladies, d’abondance de floraison et de bonne tenue des fleurs, mais aussi sur leur parfum. On y retrouve l’excellent rosier couvre-sol ‘Mirato’, au feuillage sain où éclosent des fleurs rose fuchsia. Parmi les multiples rosiers buissonnants, on s’arrêtera sur le célèbre rosier à fleurs groupées ‘Red Leonardo da Vinci’ dont la bonne résistance à la pluie n’est plus à démontrer. Sans oublier le rosier grimpant ‘Jasmina’ pour sa floraison remontante.

N’hésitez pas à découvrir nos rosiers Labellisés ADR et nos articles : « Les maladies des rosiers » et « Au secours, des taches sur mes rosiers !« .

rosier résistant aux maladies

Les rosiers ADR résistent bien aux maladies (ici : rosier ‘Red Leonardo da Vinci’ et rosier ‘Mirato’)

Les rosiers ont besoin d'être arrosés fréquemment

Comme la plupart des arbustes et des vivaces, les rosiers ont besoin d’être arrosés en cas de période de sécheresse, notamment au cours des deux ou trois premières années qui suivent la plantation. Mais ensuite, les rosiers adultes plantés en pleine terre, forment des racines profondes et résistent très bien à la sécheresse. Lors des étés très secs, ils vont simplement stopper leur floraison pour ne pas s’épuiser. La nature est bien faite !

Cependant, un rosier en pot demandera des arrosages un peu plus fréquents, car son substrat aura tendance à s’assécher rapidement. Il vous suffit d’enfoncer votre doigt dans les premiers centimètres de terre pour vérifier l’humidité présente. Si le sol est sec à 2-3 cm de profondeur, cela signifie qu’il est temps d’arroser vos rosiers, tout en prenant soin de ne pas mouiller leurs feuillages.

À noter que certaines variétés de rosier s’adaptent et prospèrent mieux que d’autres sous les climats chauds et secs, comme le Rosier liane de Banks ou le Rosier rugosa ‘Hansa’ aux belles fleurs doubles rose fuchsia.

Découvrez notre sélection des meilleurs rosiers pour climat méditerranéen dans notre article.

rosier arroser

Les rosiers ne fleurissent qu'une fois par an

En réalité, même si certains rosiers ne fleurissent qu’une seule fois par an, au printemps ou en début d’été, de nombreuses variétés de rosiers refleurissent une seconde fois plus tardivement dans la saison. Ces rosiers, que l’on appelle remontants, fleurissent d’abord au printemps, vers mai à juin, puis en aout jusqu’aux gelées. Il s’agit principalement des rosiers modernes, issus des croisements entre les rosiers anciens et les rosiers asiatiques (Rosa Chinensis). Certains cultivars fleurirent même sans discontinuer, par vagues successives durant tout l’été, lorsque de bonnes conditions de culture sont réunies. Par exemple, le rosier à fleurs groupées ‘Anny Duperey’ apporte une touche de soleil grâce à sa longue floraison jaune, du mois de mai jusqu’aux premiers froids de l’automne.

rosier longue floraison

Le rosier à fleurs groupées ‘Anny Duperey’

Les rosiers ne se cultivent pas en pot

Quand on pense au rosier, on pense avant tout aux belles variétés florissantes, cultivées en pleine terre. Mais les petits cultivars, bien plus compacts, conviennent parfaitement à une culture en pot pour embellir les petits jardins, la terrasse ou le balcon. On privilégiera ainsi des rosiers de petites tailles, au port dense et au développement lent, comme les rosiers miniatures, les rosiers buissons ou les beaux rosiers couvre-sols. Pour bien s’épanouir et offrir une abondante floraison, ce rosier cultivé en pot aura besoin de quelques soins supplémentaires, en comparaison à son congénère en pleine terre. Choisissez un grand pot, au moins 50 cm en tous sens. Il faudra ainsi être plus assidu sur les arrosages et sur la fertilisation de son substrat, à l’aide d’un engrais spécial rosier de mars à septembre.

Pour en savoir plus, lisez notre fiche-conseil : « Cultiver un rosier en pot ».

cultiver un rosier en pot

Les rosiers ont toujours des épines

Certes, bon nombre de rosiers aux floraisons incroyables possèdent des tiges épineuses, armes de défense par excellence, qui ne manquent pas de piquant. Il existe cependant des variétés dépourvues d’aiguillons ou très peu épineuses, comme le rosier grimpant ‘Madame Alfred Carrière’, les rosiers de Banks ou encore le rosier David Austin ‘Kew Gardens’. Ces beaux spécimens pourront facilement être plantés à proximité des lieux de passage, aux abords des allées ou des terrasses, en pot comme en pleine terre, sans trop de risque de se piquer. De plus, leurs tiges presque nues seront faciles à tailler et à entretenir.

Découvrez notre sélection de 12 rosiers sans épines ou presque.

rosier sans épines

Le rosier grimpant ‘Madame Alfred Carrière’

Les rosiers ne se plantent qu'au soleil

L’on pense souvent, à tort, que pour avoir de beaux rosiers, il faut nécessairement avoir un jardin exposé au sud et en plein soleil. Cependant, beaucoup de variétés de rosiers apprécient également une exposition à la mi-ombre et certains cultivars s’adaptent même à l’ombre légère, notamment en climat chaud. C’est par exemple le cas du rosier ‘Blush Noisette’ ou du rosier grimpant ‘Narrow Water’. Ces variétés apportent ainsi une touche de romantisme aux coins plus ombragés du jardin et même de luminosité pour les cultivars à fleurs blanches. De quoi embellir les terrasses, balcons et jardins, quelle que soit l’exposition.

Découvrez notre sélection de 7 rosiers pour jardin ombragé.

rosier ombre

Le rosier ‘Blush Noisette’

Les rosiers ont besoin d'être nourris régulièrement avec des engrais

Il est vrai que certains rosiers apprécient un sol fertile, mais il existe également des rosiers peu gourmands, offrant même une incroyable floraison en terrain pauvre et qui peuvent donc se passer d’engrais. Parmi eux, on pense en premier, aux rosiers anciens, souvent plus robustes, résistants aux maladies et bien moins exigeant. Par exemple, le rosier ancien ‘Jacques Cartier’, réputé pour son excellente floribondité, sa résistance aux maladies et sa facilité de culture.

Certains rosiers grimpants ou lianes sont également connu pour leur vigueur et leur culture facile, comme le rosier liane ‘Albéric Barbier’, le rosier de Banks (‘Alba Plena‘ ou ‘Rosea‘ ou ‘Lutea‘) et l’incontournable rosier grimpant ‘Madame Alfred Carrière’.

De même, les rosiers botaniques sont d’anciens cultivars sauvages, robustes et solides, qui ne demandent que très peu d’entretien. À l’image du Rosier ancien ‘Complicata’, ces variétés s’adapteront sans problème aux sols pauvres et secs, y compris en climat méditerranéen.  

Découvrez d’autres variétés peu gourmandes dans notre article : les meilleurs rosiers pour climat méditerranéen

Rosier de banks cultiver, Rosier de banks culture, rosier de banks conseils culture plantation, Rosa banksiae

Les différents cultivars du Rosier de Banks; ‘Alba’, ‘Lutea’, ‘Rosea’ et ‘Alba Plena’

Pour aller plus loin

Commentaires

  • Perot bernard, le 16 Mai 2023

    Je voudrais vous envoyer une photo de mon rosier
    Comment faire ?
    Merci

    • Réponse de Ingrid, le 16 Mai 2023

      Bonjour. Vous pouvez contacter nos conseillers par mail serviceclient@promessedefleurs.com et en joignant une photo. Vous avez aussi la possibilité de cliquer tout en bas du site sur « nous contacter ».

  • bouthors, le 4 Juin 2023

    Bonjour
    J’ai une petite question ? Si je vous envoies une photo de mon rosier (de 15ans ) pouvez vous me dire si c’est un rosier qui a des racines profondes ???? Merci d’avance

    • Réponse de Ingrid, le 5 Juin 2023

      Bonjour. La profondeur des racines d'un vieux rosier peut varier en fonction de plusieurs facteurs, selon la nature du sol et le type de rosier. En général, les racines d'un rosier se trouvent généralement dans les premiers centimètres et jusqu'à quelques mètres de profondeur sol. Les racines superficielles sont responsables de l'absorption de l'eau et des nutriments, tandis que les racines plus profondes contribuent à la stabilité de la plante et à l'ancrage dans le sol. Les rosiers grimpants auront des racines plus profondes qu'un rosier couvre-sol par son envergure. Dans les sols rocailleux et peu profond, le rosier aura moins de racines en profondeur.

      Les rosiers ont tendance à développer un système racinaire étendu et bien ramifié, ce qui leur permet d'explorer une zone plus large du sol pour trouver les ressources nécessaires à leur croissance. En vieillissant, les racines peuvent également s'étendre davantage et pénétrer plus en profondeur dans le sol.

      Vous pouvez prendre contact avec nos conseillers par téléphone au 03 61 76 08 10 ou par mail: serviceclient@promessedefleurs.com

rosier