5 fruitiers pour jardins ou balcons de bord de mer

5 fruitiers pour jardins ou balcons de bord de mer

Notre sélection de fruitiers adaptés

Sommaire

Mis à jour le 20 Juin 2023  par Marion 6 min.

Les plantes qui sont cultivées en bord de mer ou d’océan doivent s’adapter à des conditions de culture contraignantes, parfois rudes : vents violents, embruns chargés de sel, mais aussi sol drainant sableux ou caillouteux, pauvre en éléments nutritifs.

A l’inverse, les végétaux y bénéficient souvent de températures douces même en hiver, voire de beaucoup de chaleur et de soleil. Pour installer des arbres ou arbustes fruitiers au jardin, il faudra donc privilégier des espèces ou variétés adaptées, supportant ces conditions. Voici donc notre sélection de 5 fruitiers à cultiver en bord de mer, en pleine terre ou en pot.

Difficulté

Le figuier : un fruitier emblématique de la Méditerranée, mais qui peut aussi se plaire ailleurs

Le figuier (Ficus carica) fait partie des paysages côtiers méditerranéens : de l’Espagne à la Grèce, en passant par de la Provence, l’Italie ou encore la Tunisie, cet arbuste est cultivé depuis des millénaires. Il y apprécie les expositions ensoleillées, dans les sols profonds, même caillouteux et pauvres en éléments nutritifs. Sa silhouette tortueuse est capable de s’adapter aux forts vents marins, tandis que sa résistance naturelle à la sécheresse, une fois bien installé, en fera un candidat idéal pour les jardins côtiers du sud de la France.

Appréciés pour ses fruits sucrés de couleur violette ou verte, il offre également un joli feuillage ornemental, constitué de feuilles profondément divisées en lobes. Elles lui donnent un petit air exotique. Caduques, elles disparaissent ensuite en hiver.

Il existe des variétés autofertiles, idéales entre autres pour les petits espaces, puisqu’elles ne nécessitent pas la présence d’au moins 1 pied mâle et 1 pied femelle. Les figuiers unifères produisent une récolte par an en fin d’été, quant les variétés bifères offrent deux fructifications dans l’année. Dans les régions côtières du nord de la Loire, comme en Bretagne, préférez les premières variétés, moins sensibles aux automnes frais et aux gelées tardives.

Faites votre choix parmi les nombreux figuiers disponibles :

  • ‘Goutte d’or’, une variété autofertile qui vient de France, produisant des fruits sucrés à la peau jaune d’or ;
  • ‘Dauphine’, un figuier précoce offrant une première récolte dès le mois de juillet ;
  • ‘Nazareth’, qui nous gratifie de gros fruits à la peau verte ;
  • le figuier panaché, aux fruits étonnants mêlant vert et jaune, qui offrent une chair rouge très parfumée ;
  • ‘Madeleine des 2 saisons’, adapté aux régions plus humides de l’océan atlantique.

Les variétés naines à petit développement, telles que ‘Figality’ et ‘Gustis Ficcolino’, pourront quant à elles tout à fait être cultivées en pot, pour apporter de l’ombre sur terrasse ou balcon de bord de mer.

Pour en savoir plus : « Figuier, ficus carica : planter, tailler et entretenir ».

figuiers

À gauche le figuier ‘Madeleine des 2 saisons’, adapté à la côte atlantique, et à droite la variété ‘Panachée’, qui produit une seule récolte, un meilleur choix pour les régions du nord

L’amélanchier : un arbuste aux fruits sous-cotés, idéal pour la façade Atlantique

L’amélanchier est surtout cultivé dans les jardins pour sa magnifique et hâtive floraison printanière, puis pour les couleurs flamboyantes que prend son feuillage en automne avant de tomber.

Mais ses fruits comestibles ne sont pas en reste, malgré leur manque de popularité. Ils sont d’ailleurs très appréciés et consommés au Canada, où ils sont appelés « petites poires ». Ces baies sucrées, ressemblant à des myrtilles, apparaissent en été après la floraison. D’abord rouges, elles deviennent ensuite pourpre foncé, puis d’un joli noir bleuté. Elles peuvent tout à fait être consommées crues, séchées ou cuites en tartes, confitures, chutneys, sauces, etc.

L’amélanchier fait partie de ces végétaux faciles à vivre : il supporte les embruns, se révèle robuste, rustique et tolérant sur le type de sol, tant qu’il est drainé. En bord de mer, il préfèrera toutefois les emplacements protégés des vents desséchants, par exemple derrière un mur ou une haie brise-vent.

Ne redoutant que les étés trop chauds et secs, il sera plutôt destiné aux jardins plus humides de la côte atlantique. Placez-le en exposition ensoleillée au nord de la Loire et à mi-ombre dans le sud.

Craquez par exemple pour :

Pour en savoir plus « Amélanchier : planter, tailler, cultiver » et « Comment récolter et conserver les fruits de l’amélanchier ? ».

baies comestibles

Les bons fruits de l’Amélanchier : Amelanchier laevis ‘Ballerina’, amelanchier lamarckii, ‘Amelanchier alnifolia Smoky’ et ‘Saskatoon Berry’

Les agrumes : des fruitiers iconiques des jardins méditerranéens

Orangers, citronniers, mandariniers… des arbustes fruitiers qui évoquent la chaleur, le soleil et le sud de la France ! Sur une partie du pourtour méditerranéen, les agrumes trouvent en effet des conditions favorables à leur développement. Ils pourront ainsi être cultivés en pleine terre sur la Côte d’Azur (la fameuse « zone de l’oranger »), mais aussi en Corse. Certaines espèces, comme le bigaradier (Citrus aurantium), pourront même être cultivées sur une zone sud plus élargie.

Dans les autres régions de bord de mer soumises à des gelées plus conséquentes, les fruits seront malheureusement bien souvent détruits par le froid et le rendement aléatoire. Mais il est tout à fait possible d’opter pour une culture en pot, si vous disposez d’un lieu adapté pour l’hivernage (véranda, serre…). Essayez par exemple le kumquat ‘Nagami’, le mandarinier ‘Keraji’, ou encore le citronnier ‘Meyer.

Vous pourrez ainsi profiter de leur floraison cireuse et parfumée, puis de leurs fruits vitaminés et acidulés. Leur feuillage persistant a également l’avantage de rester décoratif toute l’année, en apportant une petite note exotique.

Avides de chaleur et de soleil, les agrumes supporteront les sols sableux bien drainés, mais régulièrement amendés (nourris de matière organique). Une fois installés, ils peuvent ponctuellement supporter la sécheresse, mais préfèreront évoluer dans un sol frais (légèrement humide).

Pour en savoir plus : « Citronniers, orangers et autres agrumes : les planter et les cultiver en pot ou au jardin ».

agrumes

Le mandarinier et le kumquat sont des agrumes plus faciles à cultiver hors zone de l’oranger que le citronnier et l’oranger

Le mûrier : l’arbre produisant des mûres

Si nous connaissons bien les ronces de la famille des Rosacées, qui produisent entre autres les mûres sauvages, les fruits issus de l’arbre sont nettement moins populaires. Pourtant, les mûriers Morus produisent également de délicieux petits fruits sucrés et acidulés. Ils ont l’avantage de pousser sur une plante dépourvue d’épines.

Le mûrier blanc Morus alba a été fortement cultivé dans le sud de la France pour la production de vers à soie (sériciculture), puisque ses feuilles constituent la seule source de nourriture du papillon (Bombyx du mûrier). Aujourd’hui, de nombreux mûriers peuvent être encore observés, du Midi jusqu’à la côte atlantique.

Mais ses fruits, apparaissant à la fin du printemps, méritent pourtant d’être découverts, à l’instar de ceux juteux et sucrés du cultivar ‘Giant Fruit’. Le mûrier noir Morus nigra produit aussi des fruits comestibles, mais a besoin de beaucoup d’espace pour se développer.

Pour les petits jardins de bords de mer, ou encore les balcons et terrasses, optez pour la variété naine Morus rotundiloba ‘Mojo Berry’, à la fructification rapide et généreuse.

Les Morus ont l’avantage de stabiliser rapidement les sols, grâce à leur système racinaire. Ils se développent en terre bien drainée, même sableuse. Ces arbres tolèrent les embruns, le vent, mais supporteront aussi la sécheresse et la chaleur une fois installés.

À noter : certaines espèces ou variétés sont stériles (Morus alba ‘Fruitless’). Ils sont utilisés comme arbre d’ornement ou d’ombrage au jardin, mais en évitant les salissures causées par les fruits. Si vous souhaitez cultiver un Morus pour consommation, assurez-vous donc de choisir la bonne variété.

Pour en savoir plus : « Mûrier, Morus : planter, tailler et entretenir »

Morus

Morus nigra et fruits de la variété ‘Giant Fruit’

Le jujubier : pour les jardins de bord de mer chauds et secs

Le jujubier commun (Ziziphus jujuba) est un arbuste originaire de Chine, qui produit au début de l’automne des fruits comestibles appelés jujubes ou dattes chinoises. Ils sont ovoïdes, de saveur légèrement sucrée et acidulée. Il faisait jadis partie des végétaux facilement trouvables dans les vergers provençaux.

Les cultivars ‘Abundance’ et ‘Li’ ont l’avantage d’être peu épineux, tout en proposant une mise à fruits rapide et une production généreuse.

C’est un candidat idéal pour les jardins de bord de mer, puisqu’il ne craint ni les embruns, ni les sols salins. Il apprécie les sols secs et bien drainés, même pauvres et calcaires, mais demande de la chaleur pour fructifier. Le jujubier sera donc plutôt réservé aux jardins côtiers du sud de la France.

Pour en savoir plus : « Le jujubier : planter, tailler et entretenir ».

fruitier

Les fruits du Jujubier

D’autres fruits comestibles supportant les conditions de bord de mer, mais plutôt utilisés pour leurs qualités ornementales

L’olivier, le myrte, le chalef, l’arbousier ou encore l’argousier sont de très bons candidats pour les jardins ou terrasses côtiers, puisqu’ils supportent bien les conditions maritimes.

Mais ils ne sont généralement pas cultivés pour leurs fruits, même si ceux-ci sont tout à fait comestibles. L’olive demande effectivement un traitement long et fastidieux pour pouvoir être consommée ; le chalef, l’arbousier et l’argousier donnent des fruits peu goûteux, qui serviront plutôt à confectionner des confitures ou chutneys ; les petites baies du myrte, quant à elles, sont surtout connues pour leur utilisation dans la confection de la liqueur de mirto, appréciée surtout en Corse et en Sardaigne.

arbousier

Les fruits de l’arbousier et de l’argousier

Commentaires