Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Orchidées de jardin : planter, cultiver et entretenir

Les orchidées de jardin en quelques mots

  • Les orchidées de jardin offrent de belles fleurs à la fois sophistiquées et très naturelles
  • Elles se déclinent dans une grande variété de formes et de couleurs
  • Elles s’intègrent à merveille dans les jardins naturalistes
  • Certaines orchidées trouveront leur place sur les berges d’un bassin, en rocaille ou en sous-bois

Le mot de notre experte

Les orchidées de jardin sont des plantes vivaces appréciées pour la singularité de leurs fleurs, à la fois sophistiquées, mais au style très naturel. Elles ont tout le charme des fleurs sauvages et créent une belle ambiance naturaliste dans les jardins ! Leurs fleurs se déclinent dans une grande variété de formes et de couleurs. Des impressionnants Sabots de Vénus (Cypripedium) aux très poétiques fleurs blanches des Habenaria, en passant par les superbes fleurs colorées des Bletillas, Calanthes et Pleiones, découvrez toute la diversité des orchidées de jardin !

Les orchidées de jardin trouvent facilement leur place dans les jardins naturalistes. La plupart se plaisent à mi-ombre ou au soleil non brûlant, dans un sol frais, plutôt pauvre, neutre à acide. Cependant, en raison de leur diversité, elles s’adaptent à différentes situations suivant les espèces : certaines par exemple se plairont sur les berges d’un bassin, d’autres en sous-bois, ou en pot sur la terrasse. Découvrez dans cette fiche tous nos conseils pour réussir la culture des orchidées de jardin !

Botanique

Fiche d'identité

Noms latins : Bletilla sp, Calanthe sp, Cypripedium sp…

Famille : Orchidaceae

Nom commun : orchidées de jardin

Floraison : entre mai et août suivant les espèces

Hauteur : généralement entre 20 et 50 cm

Exposition : mi-ombre ou soleil non brûlant

Sol : frais, pauvre et drainant, plutôt acide

Rusticité : variable, entre – 5 et – 20 °C

Les orchidées sont bien connues pour leurs fleurs raffinées et colorées qui décorent nos intérieurs, mais il existe également de nombreuses espèces rustiques qui peuvent être cultivées en extérieur sous nos climats. Celles-ci sont originaires des régions tempérées du globe, notamment d’Asie ou d’Europe. Dans la nature en France, il existe environ 160 espèces d’orchidées, parmi lesquelles nombreuses sont protégées. On trouve notamment les genres Dactylorhiza, Cypripedium, Epipactis, Orchis, Ophrys… Les Bletillas et les Pleiones proviennent d’Asie, où elles poussent généralement en altitude dans les régions montagneuses, voilà pourquoi elles sont relativement rustiques.

Les orchidées sont rassemblées dans leur propre famille botanique, les Orchidacées. Avec 18 500 à 20 000 espèces, c’est l’une des plus grandes familles de plantes à fleurs. Ce sont des vivaces herbacées que l’on apprécie pour leurs fleurs originales, parfois très sophistiquées et leur style naturel. Les orchidées de jardin, rustiques, sont une minorité. Elles sont terrestres, poussant au sol, tandis que beaucoup d’orchidées tropicales sont épiphytes, poussant sur les troncs des arbres.

Planche botanique représentant le Sabot-de-Venus, Cypripedium calceolus

Cypripedium calceolus : Illustration botanique

Attention aux confusions : certaines plantes de jardin ressemblent aux orchidées par la forme de leurs fleurs, mais n’en sont pas. C’est le cas par exemple du Roscoea, et du Tricyrtis, que l’on surnomme d’ailleurs Gingembre-orchidée et Lys-orchidée.

Ce nom générique d’orchidées de jardin cache une grande diversité, tant dans les conditions et la facilité de culture, que dans le style, la couleur de la floraison ou la taille de la plante. Les orchidées de jardin sont variées et très différentes suivant les espèces ! Ainsi, le Bletilla est l’une des orchidées de jardin les plus faciles à cultiver, tandis que les Cypripediums et Orchis sont bien plus exigeantes et délicates à réussir.

Les orchidées de jardin mesurent le plus souvent entre 20 et 50 cm de haut. Les plus grandes sont les Cypripediums (40 à 70 cm, voire 80 cm pour le Cypripedium kentuckiense) et l’Epipactis gigantea (70-80 cm)… tandis que les plus basses sont les Pleiones qui n’excèdent pas 15-20 cm, et qui paradoxalement possèdent de très grandes fleurs (environ 8 cm) par rapport à leur hauteur totale !

Les touffes du Bletilla s’étendent assez rapidement. Lorsque les conditions lui plaisent, il peut même se naturaliser !

Les orchidées de jardin fleurissent au printemps ou en été, généralement entre mai et août. Les Pleiones sont les premières à fleurir, en avril-mai. Ensuite viennent les Calanthes, les Bletillas, puis les Cypripediums. La plus tardive est la Spiranthes ‘Chadd’s Ford’, qui fleurit habituellement en octobre-novembre.

Les fleurs des orchidées sont fréquemment réunies en grappes au sommet de tiges dressées, bien rigides. La forme des inflorescences diffère néanmoins selon les espèces : le Dactylorhiza porte des épis denses, constitués de nombreuses fleurs, le Calanthe porte des grappes de fleurs beaucoup plus lâches et aérées, tandis que le Cypripedium et la Pleione portent des fleurs solitaires.

La floraison des orchidées de jardin

Les fleurs des Bletilla striata, Epipactis gigantea et Pleione formosana

On apprécie les orchidées pour leur floraison originale, très sophistiquée. Leurs fleurs sont complexes et très caractéristiques. Elles sont constituées de trois sépales externes, généralement colorés et ressemblant à des pétales, qui entourent trois vrais pétales. Le pétale central est le labelle : il s’agit d’un pétale bien développé, particulièrement décoratif, souvent d’une couleur différente par rapport aux deux autres pétales. Les fleurs des orchidées sont résupinées : elles effectuent une torsion à 180 °. Le labelle devrait se situer en haut de la fleur, mais en raison de cette torsion, il se retrouve vers le bas. Le labelle est parfois muni d’un éperon qui contient le nectar dont se nourrissent les insectes pollinisateurs. Les fleurs des orchidées sont hermaphrodites : elles portent à la fois les étamines (organes sexuels mâles, portant le pollen), et le pistil (organe sexuel femelle, recevant le pollen). Les étamines sont soudées au pistil pour former le gynostène. Les grains de pollen ont également la particularité d’être réunis en amas, appelés pollinies. Certaines espèces offrent une floraison parfumée : c’est le cas notamment de la Spiranthes ‘Chadd’s Ford’

Les fleurs les plus délicates sont sans conteste celles de l’Habenaria radiata. De petite taille (environ 3 cm de diamètre) et entièrement blanches, elles ressemblent à de minuscules colombes prêtent à prendre leur envol. À l’inverse, les fleurs les plus impressionnantes sont celles des Cypripedium, notamment de l’espèce Cypripedium kentuckiense, qui atteignent jusqu’à 12-13 cm de diamètre et sont constituées d’une grande gorge blanche (labelle), entourée de longs sépales pourpres effilés.

Les fleurs des Pleiones et des Bletillas font penser à celles des orchidées d’intérieur, cultivées en pot dans les maisons. Elles ressemblent aux fleurs du Cattleya.

De nombreuses espèces d’orchidées ont besoin d’un insecte spécifique pour être pollinisées. Les Ophrys créent un leurre sexuel pour attirer les insectes. La fleur mime l’abdomen de la femelle de l’insecte qui les pollinise, et libère en même temps des phéromones, ainsi les mâles sont attirés et se couvrent de pollen en tentant se s’accoupler avec la fleur !

Les fleurs des Cypripediums constituent un véritable piège à insectes : l’abeille qui les pollinise est attiré par la forme, la couleur et les phéromones dégagées par la fleur. Elle entre dans le labelle en forme de sabot, puis ne trouve plus la sortie et finit par être guidée dans un étroit passage qui la fera passer contre le stigmate, puis contre les anthères couvertes de pollen, avant de pouvoir ressortir. Elle amènera ainsi le pollen dans une autre fleur de Cypripedium, en se faisant à nouveau piéger et déposera alors le pollen sur le stigmate.

La floraison des orchidées de jardin

Les fleurs des Calanthe tricarinata, Cypripedium kentuckiense et Habenaria radiata

Les orchidées ont généralement des feuilles assez ordinaires et discrètes. Elles sont vertes, de forme ovale, avec des nervures parallèles (caractéristique des monocotylédones). Elles sont généralement alternes, insérées l’une après l’autre sur la tige. Les feuilles de l’Habenaria radiata sont longues et très fines : elles ressemblent à des feuilles de graminées, et ne dépassent pas 1 cm de largeur. Le Calanthe sieboldii, lui, possède de grandes feuilles aux nervures bien marquées, qui ressemblent aux feuilles des vératres et gentianes. Le Cypripedium japonicum se distingue par ses feuilles très surprenantes en éventail.

Il existe également des orchidées panachées : c’est le cas par exemple du Bletilla ‘Alba Variegata’ et du Bletilla ‘Gotemba Stripes’. L’Epipactis gigantea ‘Night Serpentine’, lui, se distingue par son feuillage pourpre. Le Calanthe argenteostriata possède un très beau feuillage vert strié de gris argenté.

La plupart des orchidées de jardin sont caduques. C’est le cas par exemple des Cypripediums, Pleiones, Bletillas, Dactylorhiza et Epipactis. Après la floraison, le feuillage se fane, la plante entre alors en dormance. Il est important que le sol soit bien drainant et ne se gorge pas d’eau en hiver, sinon les pseudo-bulbes risqueraient de pourrir.

Les Calanthes rustiques et la Spiranthes ‘Chadd’s Ford’ sont semi-persistantes. Elles peuvent perdre leurs feuilles dans le cas de températures basses en hiver, mais les gardent sous un climat où les hivers sont doux.

Après avoir fleuri, les orchidées produisent des capsules qui s’ouvrent à maturité pour libérer une multitude de graines minuscules, ressemblant à de la poussière. Elles sont dispersées par le vent. Les graines ne contiennent pas les réserves nutritives permettant la germination : elles doivent s’associer avec un champignon (symbiose), qui leur apportera les éléments nécessaires. Elles ont donc besoin du champignon pour se nourrir, c’est ce qui les rend difficiles à multiplier par semis.

Contrairement à la plupart des orchidées, le Bletilla ne vit pas en symbiose avec un champignon, ce qui la rend bien plus facile à implanter au jardin.

La rusticité est très variable suivant les espèces. Les Cypripediums sont en général bien rustiques (certaines supportent jusqu’à – 30 °C), tandis que les Pleiones et l’orchidée Habenaria radiata se montrent assez frileuses (jusqu’à – 4 °C).

Les principales variétés

Les variétés les plus populaires

Bletilla striata Rose - Orchidée jacinthe

Période de floraison Juin à Juil.

Hauteur à maturité
50 cm

Surnommée Orchidée jacinthe, le Bletilla est une belle orchidée qui donne en début d’été des fleurs aux pétales roses entourant un labelle blanc strié de pourpre.

Calanthe discolor

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité
40 cm

Cette orchidée bien rustique offre au printemps des fleurs bicolores, blanches et brun-marron. Elle se plait en sous-bois, dans les sols frais, acides et riches en humus.

Cypripedium calceolus - Sabot de Venus

Période de floraison Mai à Juil.

Hauteur à maturité
40 cm

Le Sabot de Vénus est une superbe orchidée aux fleurs constituées de longs sépales brun-chocolat et d’une gorge (labelle) jaune et renflée.

 

Nos variétés préférées

Pleione formosana - Pleione de Formose bulbe

Période de floraison Avril à Mai

Hauteur à maturité
15 cm

La Pleione de Formose est une ravissante petite orchidée, qui porte au début du printemps de grandes fleurs roses-mauves au labelle blanc moucheté de rose orangé.

Habenaria radiata - Orchidée colombe

Période de floraison Juil. à Août

Hauteur à maturité
25 cm

Cette superbe orchidée offre en été de petites fleurs blanc pur qui ressemblent à des colombes aux ailes déployées. On apprécie sa floraison très poétique.

Spiranthes Chadd's Ford - Orchidée terrestre

Période de floraison Oct. à Nov.

Hauteur à maturité
50 cm

Cette orchidée donne en fin d’été ou début d’automne des épis constitués de nombreuses fleurs blanc pur, qui libèrent un agréable parfum de vanille. On apprécie son style à la fois graphique et très naturel !

 

Les autres variétés à découvrir

Epipactis gigantea - Helleborine

Période de floraison Mai à Juil.

Hauteur à maturité
70 cm

Il s’agit d’une grande orchidée, au style très naturel ! Elle porte des fleurs constituées de trois pétales effilés, brun clair à verdâtre, ainsi que de deux pétales brun rougeâtre et d’un labelle rouge et jaune. Elle se plait en sol frais à humide, et est parfaite en bordure de bassin ! Il existe une variété au feuillage pourpré : l’Epipactis gigantea ‘Night Serpentine’.

Dactylorhiza praetermissa - Orchis négligé

Période de floraison Mai à Juil.

Hauteur à maturité
50 cm

Cette orchidée donne en été des épis denses constitués de nombreuses petites fleurs, d’une teinte rose à mauve. Elle apprécie les sols humides et se plait sur les berges des bassins.

Calanthe tricarinata - Orchidée vivace

Période de floraison Mai

Hauteur à maturité
60 cm

Cette orchidée porte de ravissantes fleurs aux teintes chaleureuses, jaunes et orangées, idéales pour illuminer un coin d'ombre !

Plantation

Où planter ?

La plupart des orchidées de jardin apprécient la mi-ombre ou le soleil non brûlant. L’idéal serait qu’elles profitent du soleil le matin, mais qu’elles soient sous une ombre tamisée l’après-midi, aux heures les plus chaudes. Cela dépend aussi de votre situation géographique : dans le nord de la France, plantez-les au soleil, dans le sud mieux vaut les installer à mi-ombre. Choisissez également un emplacement abrité des vents froids. Les orchidées de jardin aiment en général les sols qui restent frais en été, plutôt pauvres et drainants, neutres à acides. Les conditions de culture varient cependant suivant les espèces. Le Cypripedium calceolus, par exemple, a une préférence pour les sols calcaires.

Certaines orchidées sont idéales pour agrémenter les berges d’un bassin, car elles aiment les sols frais à humides. Choisissez par exemple les Epipactis, Spiranthes, Bletillas et Dactylorhiza praetermissa.

Les Calanthes se plaisent à l’ombre ou mi-ombre : elles sont parfaites en sous-bois, dans un sol frais, riche et humifère.

Les orchidées les plus frileuses gagnent à être plantées en pot, pour les protéger du froid en hiver. C’est le cas par exemple des Pleiones et de l’Habenaria radiata. De même, si votre terrain est calcaire, nous vous conseillons de les cultiver en pot, ou de choisir une espèce adaptée, comme le Cypripedium calceolus.

Quand planter ?

Nous vous conseillons de planter les orchidées de jardin au printemps, vers le mois d’avril. Évitez de planter en période de gel ou de fortes chaleurs !

Comment planter ?

En pleine terre :

  1. Creusez un trou de plantation. Si votre terrain est lourd, n’hésitez pas à apporter des éléments drainants, par exemple des graviers ou du sable grossier, que vous mélangerez à la terre de plantation. De même, si vous cultivez les bletillas ou calanthes, vous pouvez apporter du compost bien décomposé, car ils apprécient les sols riches et fertiles (tandis que les autres orchidées de jardin préfèrent les sols pauvres).
  2. Vous pouvez déposer dans le trou de plantation 1/3 de sable grossier (pour le drainage), 1/3 de terre de jardin et 1/3 de terreau.
  3. Si votre orchidée était en pot, placez le substrat du pot dans le trou de plantation, car il contient le champignon symbiotique dont l’orchidée a besoin pour vivre.
  4. Plantez le pseudo-bulbe dans le trou de plantation. Il doit être enterré entre 5 et 7 cm de profondeur. Recouvrez-le ensuite de substrat. Si votre orchidée était en pot, plantez-la au centre du trou de plantation, en veillant à ne pas enterrer le collet, puis replacez le substrat tout autour.
  5. Arrosez généreusement.

En pot :

La plantation en pot est une bonne solution pour les orchidées les plus frileuses, comme les Pleiones et l’Habenaria radiata, car cela permet de les rentrer facilement sous abri pour l’hiver.

  1. Choisissez un pot muni de trous de drainage.
  2. Placez au fond une couche de graviers ou de billes d’argile.
  3. Installez ensuite un substrat spécial orchidées, ou un mélange constitué de terreau, de sable grossier et de terre de bruyère (pour l’acidité).
  4. Plantez l’orchidée bien au centre, puis comblez en replaçant du substrat tout autour.
  5. Arrosez généreusement.
Orchidées de jardin Cypripedium calceolus

Les fleurs du Sabot-de-Venus, Cypripedium calceolus

Entretien

La plupart des orchidées de jardin apprécient les sols pauvres, et n’ont pas spécialement besoin d’engrais. C’est particulièrement le cas pour les Cypripediums. Vous pouvez par contre en apporter aux Bletillas et aux Calanthes, surtout s’ils sont en pot. Privilégiez un engrais équilibré à libération lente, à apporter au début du printemps et en été.

Nous vous conseillons de couper la hampe florale lorsque vous voyez que les fleurs sont fanées, à la fois pour l’aspect esthétique et pour que la plante économise son énergie.

Les orchidées apprécient les sols qui restent relativement frais, nous vous conseillons d’effectuer des arrosages réguliers en été. Lorsque vous arrosez, utilisez si possible de l’eau de pluie, car la plupart des orchidées n’aiment pas le calcaire. De même, n’hésitez pas à déposer une couche de paillage autour de la touffe : cela aidera à maintenir le sol frais plus longtemps, et limitera la fréquence des arrosages ainsi que du désherbage. Diminuez également les arrosages en automne et hiver. Les orchidées craignent l’excès d’humidité, qui peut faire pourrir leurs pseudo-bulbes et leur système racinaire.

Si vous les cultivez en pot, rentrez en automne les orchidées les moins rustiques, notamment les Pleiones et l’Habenaria radiata. Placez-les sous un abri hors gel, mais néanmoins assez frais. Les orchidées de jardin ne sont pas des plantes d’intérieur : elles ont besoin d’une période de froid relatif, l’idéal étant une température entre 1 et 4 °C. Vous pourrez les sortir à nouveau au printemps, vers le mois d’avril.

Si vous ne les rentrez pas, nous vous conseillons de déposer en automne une épaisse couche de paillage (à base de feuilles mortes par exemple) sur la touffe afin de protéger le pseudobulbe du froid.

Les limaces et escargots apprécient de grignoter les jeunes pousses des orchidées. Vous pouvez les protéger en fabriquant un piège à limaces ou en utilisant de l’anti-limaces. Les Bletillas sont parfois attaquées par les pucerons.

Multiplication

Le semis des orchidées est compliqué, car les graines ne renferment pas de réserves nutritives et doivent s’associer avec un champignon pour pouvoir germer. Mieux vaut les multiplier par division de touffes.

Division de touffes

Les Bletillas et Pleiones se multiplient assez bien par division. Vous pouvez diviser les touffes tous les 3 à 4 ans.

  • Choisissez une orchidée bien installée, en place depuis plusieurs années, et qui a commencé à s’étendre.
  • Déterrez-la en creusant assez large pour ne pas abîmer les racines. Si elle est en pot, sortez la motte délicatement.
  • Séparez le rhizome en plusieurs sections, à l’aide d’une lame propre et bien aiguisée. Chaque section doit conserver des racines et un ou plusieurs pseudo-bulbes.
  • Supprimez les feuilles mortes et les racines desséchées, si vous en voyez.
  • Replantez en pot ou en pleine terre après avoir préparé le terrain.
  • Arrosez généreusement.

Association

Les orchidées de jardin sont idéales pour constituer un jardin naturaliste ! Vous pouvez les associer à d’autres vivaces aux floraisons légères et aérées, comme les penstemons, gauras, verveines de Buenos-Aires, épilobes, achillées et géraniums vivaces. N’hésitez pas à intégrer à leurs côtés quelques touffes de graminées, comme les Pennisetums ou Stipas. Cela donnera à votre jardin un air de prairie sauvage. Vous pouvez mettre en valeur ces floraisons libres et aérées en créant des bordures nettes et des passages où la pelouse sera soigneusement tondue, afin de créer un joli contraste !

Appréciant les sols humides, les Epipactis, le Spiranthes ‘Chadd’s Ford’ et le Dactylorhiza praetermissa trouveront leur place sur les berges d’un bassin. Associez-les à des primevères du Japon, épilobes, Reines des Prés et astilbes. Pensez aussi aux fougères, comme la Matteuccia struthiopteris, le Thelipteris palustris et les osmondes.

Orchidées de jardin : association en bordure de bassin

Certaines orchidées de jardin sont parfaites pour agrémenter les berges d’un bassin en compagnie d’autres vivaces de sol humide. Ici, Filipendula ulmaria (photo Algirdas), Epilobium angustifolium, Primula japonica ‘Alba’, Epipactis gigantea, Matteuccia struthiopteris (photo Ryan Somma) et Dactylorhiza praetermissa

Dans un jardin de sous-bois, plantez des orchidées appréciant l’ombre, comme les calanthes. Nous vous conseillons en particulier la superbe Calanthe tricarinata, qui offre une belle floraison aux tons chauds, jaune et orangé. Elle sera idéale pour amener de la luminosité dans un coin ombragé du jardin ! Vous pouvez l’associer à des fougères, brunneras, hostas, sceaux-de-Salomon, trilliums, aspérules odorantes et épimediums. Pensez aussi à l’ail des ours, qui offre de ravissantes fleurs blanches au printemps !

Orchidées de jardin : association dans un jardin de sous-bois

Les orchidées de jardin appréciant l’ombre, notamment les Calanthes, trouveront leur place dans un jardin de sous-bois. Ici, Allium ursinum, Polygonatum multiflorum (photo Radio Tonreg), Epimedium ‘Amber Queen’, Calanthe tricarinata, Brunnera ‘Jack Frost’ et Dryopteris wallichiana

Ressources utiles

 

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire