Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Le lierre grimpant, Hedera helix : planter, cultiver, tailler

le lierre grimpant en quelques mots

  • Les lierres sont des grimpantes persistantes utiles pour recouvrir un mur, une clôture ou couvrir un talus
  • Ce sont des plantes faciles et sans exigence particulière
  • Les lierres à feuilles vertes supportent l’ombre et les lierres panachés ont besoin de soleil pour être bien colorés
  • Le lierre s’adapte à tout : on peut aussi le cultiver en pot à l’intérieur comme à l’extérieur
  • Leur floraison et fructification tardives sont une aubaine pour les insectes butineurs et les oiseaux

Le mot de notre experte

Le lierre est une plante mal aimée quand elle s’installe avec vigueur dans les arbres ou prend l’assaut des murs. C’est pourtant une grimpante polyvalente qui rend de précieux services au jardin ! En effet, rien de mieux que le lierre pour habiller avec élégance les murs ombragés ou pour couvrir le sol des endroits problématiques comme le pied des arbres ou des gros arbustes, où rien de pousse. Et les jardinières ne sont pas en reste : le lierre en tombant gracieusement assure un spectacle permanent et forme un écrin pour les fleurs qui l’accompagnent. Enfin, le lierre permet de réaliser de jolies topiaires, au charme classique et romantique.

Champion des conditions difficiles, le lierre offre aussi l’avantage d’être doté d’un feuillage persistant, plus ou moins large, parfois panaché, qui reste beau même en hiver.

Mais si l’on aime le lierre, c’est aussi pour son intérêt écologique. Ses fleurs discrètes de fin de saison apportent nourriture aux butineurs et ses fruits, en fin d’hiver, sont une manne pour les oiseaux. Il abrite également toute une faune indispensable à la biodiversité et donc à l’équilibre du jardin.

Espèce spontanée d’Europe, rustique et nécessitant peu d’entretien, le lierre s’accroche à tout support comme le laisse suggérer ses racines-crampons. Ses feuilles bien vertes remplissent bien leur rôle photosynthétique, il s’alimente seul et, en aucun cas, ne se nourrit des murs. Alors, réhabilitons le lierre en l’accueillant dans notre jardin et nos potées !

Hedera helix

Les feuilles des lierres grimpants sont très décoratives : Hedera helix, Hedera helix ‘Goldheart’, Hedera helix ‘Sagittifolia’, Hedera helix ‘Marginata Elegantissima’, Hedera helix ‘Fanette’.

 

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Hedera helix

Famille : Araliaceae

Nom commun : lierre, lierre anglais

Floraison : septembre-octobre

Hauteur : 7 à 20 m (2 à 4m pour les plus petits cultivars)

Exposition : mi-ombre, ombre

Sol : tout sol drainé

Rusticité : selon les variétés de – 12°C à -25°C

Le lierre est une plante grimpante ou rampante qui se sert de ses racines crampons pour s’agripper aux supports et qui peut atteindre 20 m de long. Ils ont une très grande durée de vie (plusieurs fois centenaires, voire 1000 ans !).

C’est une espèce endémique des zones tempérées de l’hémisphère Nord. Son nom vient du latin haedere qui signifie « être attaché » et helix qui veut dire « spirale ». Le lierre est la seule espèce sauvage européenne des Araliaceae, famille qui rassemble une majorité d’espèces tropicales comme les Schefflera, Fatsia, Aralia… Ces arbres, arbustes, lianes présentent des feuilles alternes ou composées et des fleurs actinomorphes (symétriques) à 5 pièces florales. Les feuilles du lierre sont triangulaires avec 3 à 5 lobes assez pointus. Elles se renouvellent à peu près tous les 6 ans. En fin d’été, au moment de la floraison, les feuilles des rameaux à fleurs changent d’aspect : elles sont ovales et pointues à l’extrémité. Les fleurs mellifères ont 5 pétales, 5 sépales et 5 étamines et sont regroupées en ombelles. Les baies sont vertes, puis rouges et enfin d’un noir-bleuté à maturité. Elles sont toxiques pour l’homme, mais font le régal des oiseaux pendant la période de disette que représente la fin de l’hiver.

Les lierres ne sont pas exigeants : ils se contentent d’un sol ordinaire et drainé et, après une année pour s’installer, ils poussent vite.

Lierre grimpant

Hedera helix – illustration botanique

De plus, le froid et la sècheresse ne leur font pas peur : ils résistent à des températures très basses (-25°C) et aux manques d’eau une fois installés. Cependant, en zone méditerranéenne, préférez l’ombre pour leur éviter un soleil trop brûlant.

Dans le jardin, le lierre pourra constituer une haie mitoyenne de faible épaisseur si on le fait grimper sur un grillage. En alternant les variétés, vous jouerez sur les couleurs et vous aurez une haie changeante à moindre coût qui n’empiète pas sur le jardin. Il recouvrira aussi un mur disgracieux ou intègrera dans la végétation une cabane de jardin ou une construction trop présente.

Il existe plusieurs espèces de lierres :

  • Hedera helix ou lierre commun (dit « lierre anglais », « herbe de Saint-Jean »…). C’est certainement le plus connu. Il présente des feuilles lobées d’un vert très foncé. C’est une espèce européenne parfaitement adapté à nos climats. C’est aussi le plus facile à cultiver à l’intérieur. Il existe de très nombreuses variétés qui se distinguent surtout par la couleur et la forme de leurs feuillages.
  • Hedera colchica ou lierre de Colchide (dit « lierre de Perse ») nous vient du Caucase. Il se distingue par ses grandes feuilles en forme de cœur mais aussi par son grand développement. Cette espèce est meilleure rampante que grimpante et se plaît particulièrement bien en sol frais. Les variétés à feuillage panaché offrent un impact visuel fort.
  • Hedera canariensis (syn. Hedera algeriensis) ou lierre des Canaries. C’est un lierre relativement peu rustique (-12°C) du fait de ses origines nord-africaines mais il fait partie de ces plantes qui repoussent vite et reprennent rapidement belle allure en cas de gelée. Ses tiges et rameaux sont pourpres à rouge lie-de vin et ses feuilles sont grandes, bombées et portées par des pétioles rouges. C’est un lierre souvent utilisé en couvre-sol. Il est idéal en sol sec et climat chaud.

Notez qu’on classe parfois, parmi les lierres, le Glechoma hederaceae ou lierre terrestre. Il ne s’agit pas d’un lierre mais d’une vivace tapissante de la famille des Lamiaceae et qui donne de petites fleurs bleues en été.  Il est moyennement rustique et se plaît en sol ordinaire à l’ombre ou la mi-ombre.

Lierre grimpant

Evolution d’une inflorescence d’Hedera helix.

Les principales variétés de lierre

Les variétés les plus populaires

Lierre commun - Hedera helix

Période de floraison Jan. à Fév.

Hauteur à maturité
10.00 m

Variété sauvage du lierre : il est très vigoureux et doté d'un beau feuillage vert foncé.

Lierre commun - Hedera helix Goldchild

Période de floraison Sept. à Oct.

Hauteur à maturité
1.50 m

Goldchild est une variété de faible développement du lierre commun. Son feuillage est très lumineux, panaché de jaune. On peut le cultiver en pot à l'intérieur ou à l'extérieur.

Lierre commun - Hedera helix Glacier

Période de floraison Sept. à Oct.

Hauteur à maturité
3.00 m

Ce lierre peu encombrant a un feuillage panaché de blanc. Il préfère une situation lumineuse, sans soleil direct. Son faible développement lui permet d'être cultivé en pot (à l'intérieur ou à l'extérieur).

Nos variétés préférées

Lierre commun - Hedera helix Marginata Elegantissima

Période de floraison Sept. à Oct.

Hauteur à maturité
2.50 m

Lierre peu encombrant, au feuillage élégant. Ses feuilles sont gris-vert éclaboussé de blanc-crême et soulignées d'un liseré rose. Magnifique en hiver.

Lierre d'ornement - Hedera helix Kolibri

Période de floraison Sept. à Oct.

Hauteur à maturité
60 cm

Ce lierre est tout petit ! il est parfait pour les pots d'où il tombera avec grâce. On peut le cultiver à l'intérieur.

Variétés à découvrir

Lierre des Canaries - Hedera algeriensis Gloire de Marengo

Période de floraison Sept. à Oct.

Hauteur à maturité
6.00 m

Magnifique variété panachée d'argent et de crême. Ses pétioles rouges rosissent en hiver ! Il fera merveille à l'ombre ou à la mi-ombre. Un peu frileux, il faudra le remiser à l'abri des hivers rigoureux.

Lierre commun - Hedera helix Needlepoint

Période de floraison Sept. à Oct.

Hauteur à maturité
4.00 m

Cette variété présente un feuillage très graphique. En bac, des tailles répétées contiendront son développement.

Lierre de Colchide - Hedera colchica

Période de floraison Sept. à Oct.

Hauteur à maturité
12.00 m

Lierre peu commun originaire des zones humides du Moyen-Orient. Fantastique variété luxuriante et très vigoureuse, qui couvrira de très grandes surfaces.

 

Plantation du lierre

Où planter le lierre ?

Le lierre se plaît à l’ombre ou la mi-ombre, il peut être installer sur un mur au nord, au pied d’un arbre pour grimper ou pourquoi pas sur un talus à l’ombre sèche. Les variétés à feuillages panachés demandent quant à elle, une exposition plus lumineuse. Le sol importe peu au lierre, même s’il préfère quand même un sol fertile il résiste assez bien à la sécheresse et tolère la plupart des sols pauvres. Selon les variétés, il est rustique de -12°C à -25°C.

Quand planter ?

Septembre à novembre et février à mars sont les mois les plus raisonnables pour une plantation, avec une préférence pour l’automne pour que la liane puisse s’installer avant l’été.

Comment planter ?

En pleine terre :

  • Pour faciliter la reprise, hydrater la motte en la plaçant dans un bac rempli d’eau
  • Creusez un trou de 2 à 3 fois la taille de la motte
  • Sortez le lierre de son pot et démêlez les racines de la périphérie de la motte
  • Placez la plante au centre du trou de manière à ce que le haut de la motte (le collet) affleure le sol
  • Ajoutez un mélange de terre de jardin et de terreau autour de la motte pour combler le trou en vérifiant que le collet ne soit pas enterré
  • Tassez et arroser copieusement
  • Arrosez une à deux fois par semaine les deux premiers étés

En pot :

  • Hydrater la motte en plongeant le pot dans un bac rempli d’eau
  • Étalez une couche de drainage au fond du pot ou de la jardinière (billes d’argile, graviers, tessons de terre cuite)
  • Remplir le fond du pot avec un mélange de terreau et de terre de jardin
  • Placer le lierre et comblez avec le mélange terre/terreau
  • Arroser (plombez)
lierre en pot

L’Hedera helix ‘Bredon’ orne une jardinière en compagnie d’une belle heuchère colorée.

Entretien et taille du lierre

L’entretien

Le lierre est facile à vivre, il ne nécessite pas de soins spécifiques. De plus, il résiste bien à la sécheresse une fois installé.

Les sujets en pot pourront recevoir un apport d’engrais organique tous les deux mois en période de croissance, de mars à octobre.  Laissez sécher légèrement le substrat entre chaque arrosage. En hiver, ne pas amender et laisser sécher complètement le substrat avant d’arroser.

La taille

Le lierre peut être vite envahissant, sauf les variétés à petits développement. Une taille régulière évitera tout débordement, tout simplement en pinçant régulièrement les jeunes branches pour le ramifier. En automne, vous pouvez rajeunir le pied en coupant les rameaux anciens ce qui permettra de garder le contrôle et n’hésitez pas à couper les branches comportant des feuilles non panachées (pour les variétés concernées).

Les précautions à prendre avec le lierre

Le Lierre est souvent redouté pour sa vigueur. Sachez qu’il peut facilement être contrôlé en prenant ces quelques précautions :

  • si le lierre colonise un jeune un arbre, surveillez sa vigueur et détournez-le tant qu’il est encore temps.
  • si votre lierre habille une façade ou un pignon, évitez, en le taillant à chaque printemps, qu’il n’arrive jusqu’au toit. Il pourrait se faufiler dans les moindres interstices et l’endommager
  • Pour éviter une charge trop lourde sur un enduit en mauvais état, taillez le lierre chaque année.

Maladies et ravageurs

Le lierre est peu sensible aux maladies et ravageurs : c’est une espèce sauvage, il a su développer les meilleures défenses et résistances face aux maladies.

Cependant, sous un soleil brûlant, il se desséchera. Il faudra éviter de le placer derrière une vitre s’il est à l’intérieur et choisir un emplacement plus clément s’il est dehors. Ses feuilles noircissent s’il est trop arrosé et un excès d’engrais font verdir les sujets panachés : arrêtez l’apport d’engrais et coupez les feuilles vertes.

Les araignées rouges ou les cochenilles peuvent l’envahir lorsqu’il est cultivé sous serre, il suffira dans un premier temps de couper les branches touchées et d’aérer le lierre. Si les pucerons sont trop voraces, traitez localement avec des pulvérisations d’eau savonneuse.

Le lierre abrite beaucoup d’insectes utiles, les traitements contre les pucerons peuvent également atteindre des auxiliaires, c’est pourquoi il est préférable de n’agir qu’en cas de grosse infestation.

Multiplication du lierre

Le lierre est une plante facile à multiplier. Les techniques de propagation les plus employées sont le bouturage ou le marcottage.

Bouturer le lierre

Le lierre peut se bouturer dans l’eau et dans la terre. En mars- avril et octobre novembre, vous aurez de plus grandes chances de réussite.

Bouturer dans l’eau

  • Prélevez 10 à 12cm d’un jeune rameau
  • Coupez les feuilles à la base
  • Placer ces tronçons dans un verre rempli d’eau
  • Quand les racines sont apparues au bout de quelques jours à une semaine, repiquez-les dans un pot de mélange terreau/terre de jardin (1/3)
  • Maintenez humide et mettez en place au printemps ou à l’automne suivant

Bouturer dans la terre

  • Prélevez un tronçon de jeune rameau de 10 à 12 cm
  • Supprimez les feuilles basales
  • Plantez dans des pots remplis de mélange terreau/sable (1/3)
  • Recouvrez d’un film, d’un sachet plastique ou fabriquez une cloche, avec la partie supérieure de bouteille, par exemple, et laissez-les s’enraciner
  • Au printemps ou à l’automne suivant, transplantez dans un pot ou mettez en place

Marcotter le lierre

Le lierre se marcotte naturellement, c’est donc une méthode facile de multiplication. Au printemps, soit de mars à avril, vous pouvez suivre cette méthode :

  • sélectionnez une branche située près du sol, enlevez les feuilles sur la zone à enterrer,
  • entaillez l’écorce de cette partie pour permettre l’émission de racines,
  • enterrez ce tronçon entaillé dans un pot contenant un mélange terreau/sable (1/3) et maintenez humide tout l’été,
  • à l’automne, « sevrez » (séparez-la du pied mère) la marcotte et transplantez soit dans un pot, soit à sa place définitive

Associer le lierre au jardin

Le Lierre, du fait de son caractère vigoureux, n’est pas facile à associer mais ses fleurs, bien que  charmantes, sont assez discrètes. Au jardin, vous pourrez avoir envie de l’associer avec des végétaux à floraisons plus remarquables. A condition de contenir votre lierre, vous pourrez le faire voisiner avec des grimpantes fleuries comme des rosiers ou des clématites. Cela apportera couleur et fantaisie sur des lierres au feuillage uni.

Lierre grimpant et vigne vierge

Un exemple d’association aux couleurs automnales pour cache-misère : Hedera helix et Parthenocissus tricuspidata ‘Veitchii’.

Par exemple, la longue floraison bleue de la clématite Clematis julii accompagnera avec grâce le lierre H. helix Sagittifolia.

Pour les lierres au feuillage panaché, jouez avec les couleurs : des fleurs blanches de la passiflore « Constance Elliott » s’accorderont avec les feuilles marginées de blanc de Hedera helix Marginata Elegantissima et à l’ombre, Hydrangea petiolaris ‘Silver Lining’ remplacera avantageusement la passiflore.

En couvre-sol, des bulbes de printemps comme les narcisses ou les tulipes ponctueront le feuillage de leur floraison et marqueront le début de la saison.

L’iris gigot (Iris foetidissima) avec ses fleurs mauves en mai puis ses fruits rouge-orangés en septembre, sera aussi une bonne compagne du couvre-sol.

Intérêt écologique du lierre

Le lierre dissimule un écosystème très riche et varié.  Il abrite une grande variété d’insectes, oiseaux et petits mammifères. Rouges-gorges, roitelets, troglodytes y nichent et beaucoup d’insectes vivent et hibernent au sein de son feuillage persistant.

Le lierre fleurit après la plupart des autres végétaux, permettant d’allonger la période de récolte des butineurs et les fruits de fin d’hiver nourrissent les oiseaux.

Les inflorescences de lierre sont très appréciées des butineuses.

Ce n’est pas un parasite de l’arbre : ses racines-crampons ne servent qu’à grimper et non pas à ponctionner la sève de l’arbre ou même à l’étouffer. Il s’adapte à la croissance de l’arbre. Il permet au contraire de le protéger d’un feu, du gel, des animaux qui rongent l’écorce des arbres. Le lierre absorbe l’excès d’humidité au pied de l’arbre et inhibe l’action des champignons et bactéries qui pourraient s’attaquer à l’arbre. Ils se rendent mutuellement service.

En couvre-sol, il maintient l’humidité et une température constante et sert de refuge à la faune du sol. Il empêche également l’érosion des sols.

Le lierre, aux vertus dé-polluantes, est un véritable filtre à particules qui permet une purification naturelle de l’air. Le lierre traitera poussières et autres composés chimiques tels que le benzène et ses dérivés (toluène, xylène), le formaldéhyde…

 

Quelques questions souvent posées par les jardiniers

Quel lierre choisir pour l’intérieur ?

Hedera Helix s’adapte le mieux à l’intérieur. Choisissez les cultivars plus petits, comme H. helix 'Kolibri ' (le plus petit) ou le lierre des Canaries (Hedera algeriensis, le plus frileux). Évitez de les placer derrière une vitre ou près d’un radiateur. L’entretien en pot n’est pas contraignant : arrosez en laissant légèrement sécher le substrat de mars à octobre et ajoutez de l’engrais tous les deux mois. Durant la période de novembre à mars, espacez les arrosages et arrêtez l’engrais.

Je voudrais planter un lierre, est-ce-que ses racines risquent d’abimer les canalisations ?

Les racines sont plutôt superficielles (pour ne pas entrer en concurrence avec son support) et elles ne s’attaquent aux canalisations alentour. Cependant, il est plus sage de choisir un cultivar moins vigoureux que l’espèce sauvage… d’autant plus que vous aurez un plus grand choix de feuillage (très découpé comme H. helix Needlepoint, marginés de blanc, comme H. helix Marginata Elegantissima ou de jaune comme H. helix 'Goldflame'…).

Un vieux lierre détériore mon mur, comment faire pour s’en débarrasser ?

Une construction en bon état ne sera pas abîmée par un lierre. Il suffit de le tailler régulièrement pour ne pas alourdir le mur. Cependant, quand il s’agit d’une vieille construction et que l’on doive enlever le lierre, une solution est de tout arracher en veillant bien à éliminer le moindre tronçon de lierre qui pourrait « redémarrer ». C’est long et douloureux… La meilleure solution sera de choisir en amont la bonne variété : un cultivar sera moins vigoureux que l’espèce sauvage.

Dans mon jardin, un lierre grimpe sur un arbre assez imposant. Faut-il couper le lierre pour éviter qu'il étouffe l'arbre ?

Le lierre n'est pas un parasite et n'"étouffera" que les arbres en fin de vie. En effet, il existe un équilibre entre le lierre et l'arbre : le lierre grandit jusqu'à ce que les feuilles de son hôte lui cachent la lumière. Là, les deux compères se rendent mutuellement service : le lierre le protège du gel l'hiver, du soleil l'été et de l'attaque de la grande faune et l'arbre offre sa hauteur au lierre. Quand l'arbre vieillit, il a moins de feuilles et le lierre reprend sa croissance, précipitant sa mort, d'où la croyance du lierre tueur d'arbre… il était simplement trop vieux.
Vous pouvez limiter la vigueur du lierre en le taillant au niveau des branches charpentières, ce sera très décoratif et préservera un abri pour faune sauvage.

Le saviez-vous ?

Le lierre est également une plante médicinale et était grandement utilisée dans la pharmacopée traditionnelle. Aujourd’hui, il entre dans la composition de sirops, pastilles pour la toux, mais également dans des lotions, crèmes, gels et shampoings.

Autrefois, on se servait du lierre pour faire la lessive. Il contient des saponines, tensioactifs naturels. Les tensioactifs stabilisent les émulsions, c’est-à-dire les micro gouttelettes d’huile dans l’eau. En gros, on solubilise l’huile (=la saleté) dans l’eau ! L’avantage est que les saponines sont des molécules naturelles biodégradables.  Pour faire sa lessive de lierre, découvrez cet article de la « La Ruche qui dit Oui »

Ressources utiles

Découvrez notre collection de lierres

Pour de plus amples informations sur le lierre et les oiseaux, découvrez l’article de Zoom Nature

 

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(1 votes, moyenne: 1 sur 5)
Laisser un commentaire