Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

5 idées reçues sur le lierre

S'il est une plante qui fait l'objet de tonnes d'idées reçues, c'est bien le lierre grimpant ou Hedera helix. Tout semble avoir commencé avec Pline l'Ancien durant le premier siècle après Jean-Claude qui ne voyait dans cette charmante grimpante qu'une destructrice de murs et d'arbres, allant jusqu'à le qualifier de « bourreau des arbres ».

Il devait sans aucun doute être mal luné le jour où il a pondu ces idioties... car, je vous l'assure, le lierre, cette belle plante grimpante indigène ne mérite pas cette ire, ce rejet catégorique.

Ensemble, tordons donc le cou à 5 idées reçues sur le lierre !

1) Le lierre est une plante parasite qui fait mourir les arbres

La seule notion qui n'est pas fausse dans cette phrase qu'on entend ou on lit pourtant partout est  : « le lierre est une plante ».

Ce n'est pas un parasite, l'arbre ne lui servant que de support. Le lierre ne va pas « pomper » de nutriments à votre arbre car ses crampons ne lui servent qu'à s'accrocher. Il a ses propres racines et réalise sa propre photosynthèse. Il n'a donc aucunement besoin de parasiter qui que ce soit pour vivre.

Et le lierre ne fait pas mourir vos arbres !

Lorsque j'anime des sorties dans la nature, dès qu'on passe sous de vieux arbres pittoresques, on m'affirme souvent  : «oui mais Monsieur, mon arbre est mort juste après avoir été envahi par cette peste de lierre !».
Je rétorque alors : « le lierre n'a utilisé votre arbre comme support que parce que celui-ci ne pousse plus en largeur car il était lui-même en fin de vie ou tout au moins assez âgé. »
En réalité, le lierre vit très vieux, plusieurs centaines d'années parfois, donc il survit souvent après la mort de son support. Voilà pourquoi les gens pensent que le lierre a tué l'arbre alors que l'arbre est finalement mort de sa belle mort et que le lierre lui a survécu.

hedera

Le lierre protège le tronc du gel, d'une trop forte humidité et même de certains grignoteurs comme les chevreuils. Certains composés produits par le lierre possèdent même des vertus fongicides ce qui permet de réduire le risque de maladie fongique pour l'arbre. De plus, le lierre fleurit à un autre moment que son support :  il n'y a donc pas concurrence au niveau de la pollinisation. Les feuilles du lierre tombent et enrichissent le sol à un autre moment que le feuillage de l'arbre support, ce qui est encore un bénéfice pour ce dernier. Le lierre ne "prendra pas non plus le soleil" à la place de l'arbre car il ne poussera que sur le tronc principal et certaines grosses branches. Bref, ce n'est donc pas du parasitisme mais au contraire un mutualisme car les deux parties y trouvent leur compte.

Le saviez-vous ? Le lierre continue de pousser après la mort de l'arbre. Bien que cela combine deux milieux extrêmement riches pour la biodiversité : lierre + bois mort sur pied, cela peut devenir une source de danger car le lierre offrira une prise au vent tandis que le bois mort peut casser à tout moment. A vous de voir si une telle association mérite d'être gardée au jardin ou s'il convient de réduire la taille de l'édifice.

2) Le lierre mange les maisons

Non. Le lierre n’abîme pas les murs en bon état. Et même sur les murs en mauvais état, tout ce qu'il fera sera de dégrader un peu plus les joints. Mais surtout, il fournit une protection physique concernant l'humidité et assainira le pied des murs. Il offre une isolation thermique durant l'hiver mais aussi durant l'été qui n'est pas anecdotique car de l'ordre de deux à trois degrés gagnés (ou perdus) pour nos intérieurs.

Deux bémols cependant, ne laissez pas trop grimper le lierre jusqu'à vos tuiles. Celles-ci pourraient être déplacées par des lianes qui passeraient sous elles. Attention aussi aux murs en terre, le lierre peut alors prendre cela pour de la « vraie » terre et laisser pousser ses racines à l'intérieur.

hedera

3) Le lierre attire les araignées

Et ? Saviez-vous qu'il attire aussi une foule d'insectes, notamment les derniers butineurs de la saison car le lierre est un des derniers à fleurir, aux alentours d'octobre, dans la nature ou au jardin. Les insectes inféodés ou vivant grâce au lierre sont extrêmement nombreux : abeilles sauvages, hyménoptères, syrphes, mouches, cétoines et même papillons. Le Citron, un papillon en forte régression, apprécie d'hiverner au sein du lierre et il n'est pas le seul. Pas étonnant dans ce cas que les araignées soient aussi très présentes... 

Le lierre fournit aussi abri et nourriture à beaucoup d'oiseaux : moineaux, merles, mésanges, grives... Les baies sont particulièrement riches en lipides et aident les oiseaux frugivores et omnivores à survivre en hiver. Le lierre sert aussi pour la nidification du Troglodyte mignon, des roitelets... et de dortoirs pour certains rapaces comme l'Hibou moyen-duc ou la Chouette hulotte.

hedera mellifère

Le lierre permet en outre de nourrir certains mammifères comme le lérot, la martre, le muscardin, et même... d'abriter quelques chauves-souris.

Enlever le lierre, c'est supprimer un véritable écosystème entier ! 

4) Le lierre est triste

Non. Ou alors nous n'avons pas la même définition de la tristesse... Le lierre, on l'a vu plus haut, regorge de vie mais est aussi une plante qui reste attractive toute l'année grâce à son feuillage persistant. Le lierre est joyeux car il en existe des variétés superbement colorées : panaché de crème, de blanc ou de jaune ou au feuillage plus ou moins découpé. On peut l'utiliser en couvre-sol, en topiaire, pour habiller des éléments disgracieux ou du grillage... Le lierre possède mille et une utilisations au jardin.

hedera

5) Le lierre ne sert à rien

M'enfin... En plus de tout ce dont nous avons déjà parlé, le lierre sert à de nombreuses choses :

  • Il protège le sol en forêt ou dans votre jardin en créant un couvert qui maintient l'humidité et une certaine fraîcheur. Il contribue ainsi à réduire l'érosion des sols et à protéger la faune du sol. 
  • C'est une plante médicinale connue depuis des temps immémoriaux : antitussif, antispasmodique, purgatif et utilisée dans le cadre des pommades anticellulites. Attention cependant de ne pas ingérer les baies qui sont toxiques. 
  • Le lierre est capable de dépolluer l'air, notamment en captant les poussières ou autres grosses particules.
  • On peut même en faire de la lessive pour laver le linge grâce aux saponosides que les feuilles contiennent
  • ...ou des couronnes pour orner les têtes blondes de nos enfants. 

hedera

Conclusion

Le lierre est donc bien plus qu'une simple grimpante. Elle  possède énormément d'attraits esthétiques et écologiques. On peut le planter en couvre-sol, pour habiller des éléments disgracieux, ou pour égayer un mur. Elle se révèle une plante à toute épreuve, pousse rapidement et dans les endroits les plus ombragés, et se bouture très facilement. Bref, laissez vivre votre lierre ou mieux encore plantez-en ! Symbole de longévité chez les celtes, il est certain que le lierre vous survivra...

Enfin, découvrez notre fiche complète sur le lierre !

Articles connexes


Fiche Famille

Le lierre grimpant, Hedera helix : planter, cultiver, tailler

Lire la suite +

association

Associer le lierre

Lire la suite +

association

Lierre en pot : 5 idées d'associations

Lire la suite +

Fiche Tutoriel

Comment faire un kokedama de lierre ?

Connaissez-vous le Kokedama ? Ces jolies petites boules de mousse où poussent une belle plante...
Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(5 votes, moyenne: 5 sur 5)

33 réflexions au sujet de « 5 idées reçues sur le lierre »

  • Patricia

    Merci pour cette réhabilitation du lierre. Une plante qui rend beaucoup de services et qui a sa place dans tous les jardins même petit. Vert toute l'année et on peut réaliser de très jolies scènes romantique.

    Répondre
  • Edith

    Ma voisine prétend que si l'on coupe à la base un lierre qui couvre un mur, il survit car il se suffit à lui-même, sans racines, puisant son énergie je ne sais pas où. Dans le mur ? Dans l'air ? Ça ne me paraît pas possible, pourtant, j'avais coupé le mien là où il envahissait la maison de ma voisine, mais il reste en grande partie vert et continue à pousser. Merci de m'éclairer.

    Répondre
    • Olivier

      Bonjour madame, si le lierre a réussi à glisser ses racines suffisamment profondément dans un interstices du mur, il pourra survivre encore quelques temps mais finira par mourir par manque de nutriments et d'eau en effet.

      Répondre
  • alain lagarde

    Bonjour Olivier... Intéressante votre réhabilitation du lierre, mais elle aurait été plus objective si vous aviez mentionné que :
    Le fruit est hautement toxique. La plante est allergisante.

    Cordi@lement
    alain l.

    Répondre
    • Olivier

      Bonjour Alain, le côté toxique des baies, je l'avais bel et bien écrit : "C'est une plante médicinale connue depuis des temps immémoriaux : antitussif, antispasmodique, purgatif et utilisée dans le cadre des pommades anticellulites. Attention cependant de ne pas ingérer les baies qui sont toxiques." Quant à l'allergie, elle ne se traduit que lors d'une utilisation médicinale immodérée. Les allergies fréquemment rapportées lors d'une exposition au lierre, comme lors d'une taille du lierre par exemple, sont la plupart du temps dues aux poussières qui restent sur les feuilles. Cependant, certaines personnes semblent effectivement subir des réactions désagréables au contact du lierre (principalement de simples démangeaisons). Cordialement.

      Répondre
  • Emily

    Bonjour, je plante mon lierre en pot en intérieur, et comme c'est une plante particuliérement résistante, je me demandais si elle pouvait beaucoup grandir même si je ne laisse que peu de places à ses racines pour s'étendre (il s'agit en effet d'un pot assez petit) ? Merci pour votre éventuelle réponse, et pour votre article !

    Répondre
    • Olivier

      Bonjour madame,
      bien que résistant à beaucoup de choses, la culture du lierre en intérieur et en pot sera plus délicate qu'en extérieur et en pleine terre. Disons que, en théorie, vu que votre pot est assez petit et que nos intérieurs sont souvent très secs, votre lierre ne devrait pas pousser trop haut (s'il monte sur une structure) ou trop bas (si vous le laissez "dégouliner" du pot). Si toutefois votre lierre est particulièrement vigoureux, eh bien, n'hésitez pas à le tailler de temps en temps pour qu'il garde un volume gérable.

      Répondre
  • Patrick BUNINO

    Je voudrais utiliser du lierre en tisane. Ce sont bien les feuilles qu’il faut utiliser ?

    Répondre
    • Virginie D.

      Bonjour,
      Ce sont bien les feuilles séchées (1 cuillère à soupe rase) que vous faites infuser dans de l'eau bouillante pendant 10 min.
      Cordialement Virginie D

      Répondre
  • Sylvia

    Bonjour, planté au pied d'un grillage en guise de brise-vue, le lierre ne risque pas, au fil du temps, d'écraser par son poids le grillage ?

    Répondre
    • Olivier

      Bonjour madame, cela dépend beaucoup du type de grillage lui-même mais, en effet, si on laisse pousser le lierre à sa guise, il finira par créer une masse d'un certain poids. Pour limiter cela, vous pouvez le tailler régulièrement de sorte qu'il ne fasse qu'une couche de "tapisserie" qui restera légère et uniquement sur le grillage.

      Répondre
  • Vautrot

    Merci pour cet article qui répond àla question que je me
    pose depuis longtemps surtout quand j'essayais de l'arracherau pied des arbustes d'une haie! Quel soulagement!

    Répondre
  • Lemarchand Muller Sandrine
    Lemarchand Muller Sandrine 20 janvier 2021 à 11 11 26 01261

    Bonjour Olivier.
    En achetant notre maison Lorraine avec son jardin buccolique, nous avons trouvé des plants de lierre un peu partout. Ils avaient envahi des troncs d'arbres, des clôtures, des murs , les toits, entre les tuiles, certaines parties du sol. Un peu trop à notre goût, ce qui laissait peu de place pour planter d'autres végétaux. Nous avons décidé d'éliminer certains pieds. Ceux-ci, âgés, ont des racines très profondes et l'arrachage est difficile, une vraie corvée...L'entretien des plants laissés en place nous prend un temps infini, car ils repoussent très vite. De plus, ils favorisent le développement des escargots !!!! Nous pourrions en faire un élevage quasi industriel. Les gastéropodes s'en donnent à coeur joie dans la dégustation des hostas, ecchinacėes et autres poussent tendres du jardins potager. Donc pour moi petit bémol sur le lierre...avec modération et si on a du temps pour l'entretien.

    Répondre
    • Olivier

      Bonjour, Le lierre est un couvre-sol parfois trop efficace en effet. J'ai personnellement renoncé à planter quoi que ce soit là où il avait tout recouvert (tant pis ! ou tant mieux je ne sais pas...), le long d'une allée. Je ne le gère qu'un peu pour éviter qu'il ne recouvre la surface du jardin et l'allée en elle-même. C'est évidement un choix parfois douloureux : se battre contre le lierre pour tenter de planter autre chose ou... laisser le lierre faire ce qu'il a à faire.

      Répondre
  • Geneviève

    Arrivé hors de portée sur un tronc d'arbre en bonne santé, le lierre fait du bois et devient arbustif . Le poids peut-être considérable et dangereux pour l'arbre en cas de grand vent. Couper le lierre à la base fera un manchon sec très moche sur le tronc, laisser le lierre est problématique, monter dans l'arbre l'est encore plus, que faire ?
    D'autre part, les oiseaux mangeurs de graines de lierre le sèment partout et c'est une lutte sans fin pour dégager les vivaces d'ombre étouffées par cet envahisseur.

    Répondre
    • Olivier

      Bonjour, pour moi, c'est le seul souci du lierre, c'est sa prise au vent sur un arbre, soit fragilisé pour diverses raisons, soit tout simplement et naturellement pas assez solide pour supporter cela. Dans ce cas-ci, je dirais de couper le plus possible à ras pour enlever tout le lierre. Tant pis, si le manchon parait laid sur le tronc. Puis-je connaitre l'essence de l'arbre en question ?

      Répondre
  • Geneviève

    Il s'agit d'un pin de l'Himalaya, arbre fragile au vent fréquent chez moi. Le lierre est arrivé au sommet de l'arbre âgé de 45 ans , en bonne santé et qui continue à pousser !

    Répondre
  • Demade

    Actuellement j’ai un lierre commun très envahissant tant sur le sol que sur un vieux mur fragile. Je suis intéressée par la variété Bellecour non grimpante que vous proposez. Mais pourra-t-elle prendre le dessus sur ce lierre commun au pied de ma haie de fusain ?

    Répondre
    • Olivier

      Bonjour, eh bien c'est une excellente question ! En théorie, le Lierre commun de par son côté sauvageon devrait être plus costaud que Bellecour MAIS si on l'aide à bien s'installer, en désherbant et en arrachant tout ce qui gène pendant 2-3 ans, dans ce cas c'est le Lierre 'Bellecour' qui reprendra le dessus. En conclusion, une fois lancé rien ne peut arrêter Bellecour mais il faut lui donner un coup de pouce au début, surtout dans ce cas de figure.

      Répondre
  • Antinea

    Ayant du lierre un peu partout dans mes jardins et ayant fait beaucoup de recherches sur les bienfaits du lierre , votre article m'a confortée dans ce que j'ai appris.Oui mais voilà sous un grand massif d' hortensias il a beaucoup proliféré.Est-ce nuisible aux hortensias ou au contraire le lierre protège les racines de la sécheresse?

    Répondre
  • Jodie

    Bonjour, comment savoir si on est allergique aux lierres ? Car je trouve cette plante jolie et j'aimerais bien en mettre autour de la cabane dans mon jardin. Merci.

    Répondre
  • Alexandre

    Bonjour, super article je trouve. J'ai cependant une question. J'ai du lierre qui pousse dans une haie d'aubépine, cela risque-t-il de prendre la place de l'aubépine ?

    Répondre
  • Lucie

    Bonjour, comment faire pour retirer le lierre sur toute la façade de ma maison, j'aimerais la vendre mais les acheteurs potentiel n'aime pas du tout ce lierre partout.

    Répondre
    • Ingrid

      Bonjour. Coupez les tiges avec un sécateur et sans oublier de mettre des gants de protection. Commencez du haut vers le bas. Les grosses branches demanderont surement d'être coupé à l'ébrancheur ou à la scie manuelle. Une fois les coupes réalisées, détachez les tiges en tirant dessus délicatement pour ne pas endommager le mur. Frottez ensuite la façade pour supprimer les résidus avec une brosse métallique.

      Répondre
  • Christophe

    Bonjour, merci pour cet article sur le lierre, c'est une plante bien plus intéressante que ce que je pensais.

    Répondre
  • Thomas

    Le lierre a beaucoup plus de points positifs que ce que je pensais, merci pour cet article.

    Répondre
  • Daniel

    Bonjour,
    J'ai un olivier (un seul..) dont cette année le tronc est couvert de lierre.C'est très esthétique mais est-ce dangereux pour mon olivier ?
    En tout cas merci de votre article très intéressant sur cette jolie plante.

    Répondre
    • Ingrid

      Bonjour. Votre olivier ne court aucun danger avec le lierre. Très souvent, le lierre utilise les arbres comme support. C'est parfois, mais pas toujours, le signe que l'arbre ne pousse plus en largeur (souvent des arbres âgés ou en fin de vie). Le lierre est au contraire bénéfique : il protège le tronc du gel, d'une trop forte humidité et il possède même des vertus fongicides ce qui permet de réduire le risque de maladie pour l'arbre. Les feuilles du lierre tombent et enrichissent le sol ce qui est encore un bénéfique pour l'olivier. En revenche, vous pouvez tailler le lierre sur sa hauteur si vous souhaitez limiter son emprise sur votre olivier.

      Répondre
  • Avis

    Merci pour cet article. Il est vrai de le lierre me fait souvent peur car il gagne très rapidement du terrain au détriment des autres végétaux voisins ! J'en prendrais plus soin à l'avenir :)

    Répondre
Laisser un commentaire