Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
lamium, lamiastrum tout savoir

Lamier : planter, tailler et entretenir

Le Lamier, en quelques mots

  • Les Lamium et Lamiastrum sont des vivaces semi-persistantes à effet couvre-sol très décoratif à la fois par le feuillage et la floraison.
  • Certaines espèces à stolons comme le lamier doré type ont tendance à vagabonder alors que d’autres forment des coussins bien compacts ou des touffes dressées jusqu’à 50 cm.
  • Ces vivaces offrent un couvert intéressant facile à installer en sous-bois pas trop sombre voire au soleil lorsque le sol est suffisamment frais.

Le mot de notre experte

Les Lamium ou Lamiers sont des vivaces couvre-sol intéressantes pour leur floraison et leur joli feuillage caduc doré ou argenté qui éclairent les coins ombragés.  Le feuillage ample et dentelé de certaines espèces rappellent bien  les orties mais  les fleurs en casque typiques des Lamiacées, roses, blanches, jaunes ou pourpres ne trompent pas sur leur nature d’autant que le feuillage est plutôt doux et agréable au toucher.

Les Lamium sont en général des vivaces semi-persistantes qui tapissent le sol et comblent les trous entre les plantes avec une facilité déconcertante. Ils forment une couverture idéale pour courir autour de vivaces à grands feuillages comme des hostas, des arums d’Ethiopie, des lunaires (Lunaria rediviva) ou des myosotis du Caucase (Brunnera macrophylla). Au printemps, leur feuillage mousseux argenté ou doré se constelle de petites couronnes ou d’épis de fleurs roses chez Lamium maculatum Beacon Silver, blanches chez White Nancy, jaune pâle chez Lamiastrum galeobdolon, etc.

Le Lamiastrum galeobdolon, surnommé l’Ortie jaune, possède une forte tendance à vagabonder en raison de la rapide croissance de ses stolons formant des tapis jusqu’à 30 cm d’épaisseur, en sous-bois frais et relativement ombragé. Cependant ses cultivars Hermann’s Pride ou Silberteppich sont moins envahissants, formant des touffes en coussinets de 30 à 50 cm de large sur 15 à 20 de hauteur. Les Lamiers maculés (Lamium maculatum) ne produisent pas non plus de stolons mais des coussins denses à feuillage duveteux délicats surmontés d’épis roses ou blancs. Ils croissent à mi-ombre et peuvent aussi s’employer comme plante de bordure ou de massif atteignant 15 à 25 cm de haut selon la variété. Ces plantes  peuvent aussi s’associer aux bulbeuses de printemps qui fourniront un décor fleuri avant la repousse de leur feuillage. Le Lamier orvale, peu connu, élève de fortes touffes vertes jusque 50 cm de haut et 50-60 de large, surmontés d’épis délicats lie de vin ou blancs.

Les Lamium sont des plantes très faciles à cultiver qui évitent la corvée de désherbage  en zone ombragée et poussent là où le gazon manque de lumière. Ils apprécient tout sol frais, léger et bien drainé. Même si certaines espèces comme le Lamium maculatum supportent le soleil, il faut éviter le soleil direct.

Mais les Lamium n’ont pas fini de nous surprendre, planté en association avec la pomme de terreLamium maculatum White Nancy repousse les doryphores et améliore le goût des pommes de terre.

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Lamium, Lamiastrum

Famille : Lamiaceae

Nom commun : Lamier, ortie blanche, ortie rouge, ortie jaune

Floraison : entre avril et septembre

Hauteur : entre 0,20 et 0,50 m

Exposition : ombre à mi-ombre voire au soleil

Sol : tout sol léger, humifère, même calcaire

Rusticité : Bonne (-20 °C)

Les lamiers possèdent une large distribution à travers  l’Europe, l’Asie et l’Afrique du Nord.

Le genre Lamium possède plus de 150 espèces composées de vivaces ainsi que d’annuelles rhizomateuses comme le lamier pourpre (Lamium purpureum), une adventice commune visible toute l’année dans les cultures. Il appartient à la famille de la sauge et de la menthe à savoir celle des Lamiacées (ex Labiées), contrairement à ce que leur nom vernaculaire – ortie blanche, ortie rouge – laisse entendre. L’ortie incluse dans la famille des Urticacées, possède, en plus d’être urticante, des feuilles similaires dentelées et en forme de cœur, opposées décussées, mais qui sont accompagnées de stipules blanchâtres (languettes) à leur base contrairement à celles des Lamiers. La floraison de l’ortie se distingue en outre très bien de celle des lamiers avec ses fleurs verdâtres insignifiantes réunies en chatons mâles ou femelles.

Les Lamium ont des tiges de section carrée qui s’enracinent très superficiellement. La plante a tendance à ramper grâce aux rhizomes et parfois à produire des stolons qui augmentent sa vitesse d’extension comme chez le lamier doré (Lamiastrum galeobdon). Les feuilles pétiolées, souvent duveteuses et gaufrées sont cordées (base du limbe en forme de cœur) opposées ou en verticilles, à bords crénelés, de 1,5 à 3 cm de long. La macule argentée qui forme différents dessins sur le feuillage constitue l’intérêt de ces couvre-sols éclairant ainsi les zones d’ombre ou de mi-ombre au pied de grands végétaux. Ces teintes neutres mettent en valeur la délicate floraison pastel qui court entre avril et septembre selon le cultivar. Lamium maculatum Cannon’s Gold livre un feuillage uni intégralement doré, tandis que l’espèce Lamium orvala un feuillage denté, vert intense uniforme, terminé en pointe effilée. Cette dernière produit des touffes de 40 à 50 cm de hauteur sur 50 à 60 cm d’envergure que l’on pourrait confondre avec de l’ortie à la différence près que qu’elle émet de grandes fleurs roses dotées d’une « langue » blanche pictée de pourpre, évoquant la délicatesse d’une fleur d’orchidée, en avril-mai.

Les fleurs d’environ 10 à 25 mm de long sont rassemblées en verticilles ou en courts épis terminaux dans les tons roses, pourpres, blancs voire jaune clair pour le Lamiastrum galeobdon inclus parfois dans le genre Lamium. La corolle est en forme de gueule de loup, constituées de 2 lèvres soudées dont la supérieure est incurvée à la manière d’un casque et la lèvre inférieure est retombante ou en ‘u’. La floraison est attrayante pour les abeilles, les papillons et les oiseaux. 

Les fruits sont des tetrakènes (fruits secs divisés en 4 parties égales).

Le nom « Lamium » d’étymologie grecque évoque une gorge ou une gueule béante.

Les principales variétés de Lamiums

Variétés vagabondes

Lamiastrum galeobdolon Florentinum - Lamier doré

Période de floraison Juin à Juil.

Hauteur à maturité 25 cm

Vivace tapissante, stolonifère et persistante, de croissance semblable à celle de la pervenche. Excellent couvre-sol apportant beaucoup de clarté dans les parties ombragées du jardin grâce à son feuillage duveteux panaché de vert bordé d'argent et ses fleurs jaune vif.

Lamium maculatum Cannon s Gold - Lamier panaché

Période de floraison Mai à Sept.

Hauteur à maturité 15 cm

Couvre-sol de sous-bois ou de bordure pouvant atteindre 1 m d’envergure doté d’un feuillage très lumineux jaune doré et d’une durée de floraison exceptionnelle.

Variétés formant des touffes

Lamium maculatum White Nancy - Lamier blanc

Période de floraison Avril à Juil.

Hauteur à maturité 25 cm

Excellent couvre-sol persistant à fleurs blanches, muni d'un feuillage duveteux vert moyen largement maculé d'argent. S'étend sans agressivité et peut servir de bordure ou décorer un pot planté de narcisses, tulipes, hostas et heuchères. Pour sol frais drainé et toute exposition.

Lamiastrum galeobdolon Hermann's Pride - Lamier doré

Période de floraison Juin à Juil.

Hauteur à maturité 40 cm

Ce Lamium non envahissant donne des épis de fleurs tubulaires jaune vif de 1 à 2 cm de long en début d’été parmi une végétation semi-persistante très lumineuse vert strié d’argent. S’étend sur 40-50 cm.

Variétés dressées

Lamium orvala - Lamier orvale

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité 50 cm

Cette vivace caduque très rustique, de grande taille unit la rusticité du lamier blanc, le feuillage de l'ortie et la grâce de l'orchidée. Au printemps, le lamium orvale produit de gros épis rose pourpré aux fleurs dotées d'une languette blanche pictée de pourpre. Apprécie les expositions tamisés et les sols frais.

Lamium orvala Album - Lamier orvale

Période de floraison Mai à Juil.

Hauteur à maturité 50 cm

Son feuillage généreux, dont le dessus est particulièrement graphique, compose une belle touffe buissonnante. Ses charmantes fleurs, d'un blanc éclatant juste ombrées d'un rose léger, contrastent avec les feuilles vertes en arrière-plan.

Plantation

Où planter les Lamiums ?

Installez ces vivaces couvre-sols en zone mi-ombragée à ombragée mais conservant une certaine luminosité pour mettre en relief des plantes érigées arbustives ou autres. Elles tolèrent le soleil en sol suffisamment frais mais sont plus belles à l’ombre. Préférez un sol frais à humide mais sans excès d’eau, riche et léger mais certaines espèces comme le Lamier doré colonise à peu près toutes les zones défavorisées comme les talus ou le dessus des murets.

Quand planter ?

Opérez la plantation au printemps ou à l’automne de préférence.

Comment planter ?

Cette plante est de culture facile à la portée du jardinier débutant. Comptez environ 3 à 5 godets au mètre carré selon la vigueur de l’espèce pour couvrir toute une parcelle.

  • Plongez les godets dans une cuvette d’eau pour bien les humecter.
  • Creusez un trou 3 fois plus large que la motte et aérez la terre autour avec les dents de la fourche-bêche.
  • Ajoutez quelques poignées de sable et graviers afin d’assurer un bon drainage autour des racines. En sol lourd, optez pour une plantation sur butte ou au sein d’une rocaille.
  • Apportez du fumier ou du compost décomposé si la terre est sableuse.
  • Installez la plante dans le trou de plantation.
  • Replacez la terre et tassez légèrement.
  • Arrosez.
lamier

Lamium maculatum

Entretien

L’entretien des lamiers est simple et consiste à :

  • raccourcir les tiges du Lamium au printemps pour favoriser de nouvelles pousses et obtenir des plants plus compacts,
  • fertiliser de temps à autre avec une poignée de compost ou autre engrais organique.

Multiplication : diviser les lamiers

La multiplication du Lamium est très simple en effectuant la division de la touffe qui possède des racines rhizomateuses ou en détachant des stolons chez Lamiastrum galeobdon. Vous pouvez opérer au début du printemps ou en septembre.

Division de touffe

  • Plantez la bêche bien aiguisée dans le sol pour détacher un éclat ou sortez le plant complètement pour être plus à l’aise et utilisez un couteau ou un sécateur.
  • Replantez aussitôt les deux touffes et arrosez bien.

Utilisations et associations

Les Lamiers constituent toujours de ravissants couvre-sols. Ils ne nécessitent aucun entretien (sauf si le feuillage a séché) et sont parfaits pour combler l’espace entre des arbustes. Les Lamiers maculés en particulier offrent une variété de teintes argentées ou dorées mouchetées de fleurs roses, pourpres ou blanches, et croissent de façon raisonnable et gérable (20 cm de haut et une envergure de 100 cm maximum) qui permettent de les intégrer sur le devant des massifs pour former des bordures des rubans ou par petites touches, devant des Heuchères ou des Géraniums vivaces.

Ils s’accordent avec d’autres plantes de sous-bois comme le Chèvrefeuille nain ‘Chic et Choc®’, les Campanules lactiflora, les Anémones du Japon ou les Astilbes. Toutes les tailles sont là pour composer un massif harmonieux. Toutefois, en rocaille à mi-ombre, au pied d’un mur, ils s’insèrent aussi parmi les vivaces tapissantes, et éclairent à eux-seuls les recoins oubliés de leur tapis lumineux.

Le Lamier doré (Lamiastrum galeobdolon Florentinum) est une vivace beaucoup plus tapissante et stolonifère, d’une croissance comparable à celle de la pervenche. Cet excellent couvre-sol est très rustique, colonise rapidement les pentes d’un talus et pousse très bien au pied des arbres même en situation sèche. Vous pouvez  ainsi l’associer à des bulbes de  narcisses, notamment Narcissus ‘Actaea’ avec lequel il forme un duo parfait ou élaborer un joli patchwork de couleurs en compagnie d’autres robustes vivaces telles que des Geranium macrorrhizum ‘Spessart’, Epimedium, Fuchsia magellanica ou encore des fougères comme Dryopteris erythrosora ou Matteuccia strupthiopteris  (fougère plume d’autruche)…

 

Le saviez-vous ?

Les jeunes feuilles et les fleurs du Lamier blanc (Lamium album) se mangent en salade. Les sommités fleuries servent à soigner la goutte (inflammation des articulations) et possèdent des propriétés expectorante, calmante, cicatrisante astringente contre les hémorragies et les diarrhées.

Pour aller plus loin

Découvrez notre gamme de Lamiers.

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire