Les plantes qui drageonnent

Les plantes qui drageonnent

Gare à l'envahissement

Sommaire

Mis à jour le 10 Avril 2024  par Olivier 3 min.

Certaines plantes s’étalent et se multiplient en produisant des rejets ou drageons. On appelle ce phénomène le drageonnement. Bien que parfois les drageons se révèlent être une bénédiction (maintien des talus, couvre-sol, jeunes plants à moindre frais…), les plantes drageonnantes peuvent vite devenir une calamité si on n’y prend garde.

→ Quelles sont les plantes qui drageonnent ? Pourquoi font-elles cela et comment y remédier ? On vous dit tout dans notre fiche conseil !

Difficulté

Pourquoi drageonnent-ils ?

Le terme « drageonner » veut dire : produire des rejets qui sortent du sol. Ces rejets apparaissent à partir des racines, des rhizomes ou bien des stolons. Certains rejets restent près de la plante mère, tandis que d’autres resurgissent parfois à plusieurs mètres de celle-ci. C’est une technique de reproduction végétative, c’est-à-dire qu’elle ne fait pas appel à une reproduction sexuée, donc sans brassage génétique. Un drageon est donc un clone parfait de la plante mère.

Il existe quelques avantages au drageonnement :

  • les rejets aident à faire face à l’érosion en maintenant le sol plus efficacement qu’un arbuste seul ;
  • les rejets permettent de végétaliser rapidement et efficacement les zones nues ;
  • les rejets peuvent être autant de petits plants gratuits à déplacer ou à donner.

Mais pas mal d’inconvénients aussi :

  • Les arbustes drageonnant peuvent devenir envahissant. Il faut parfois veiller à limiter un peu leur vigueur ;
  • Les drageons fatiguent un peu la plante mère en pompant une partie de l’eau et des nutriments. Dans le cas des fruitiers (pommiers, pruniers, …), cela peut réduire la production de fruits.
  • Des drageons ou rejets partent parfois des porte-greffes sur les fruitiers comme sur les ornementaux.  Il faut les éliminer au risque qu’ils prennent le dessus sur la plante principale.

→ Pour en savoir plus sur le drageonnement des végétaux, lisez : « Mon arbuste drageonne. Pourquoi ? Que faire ? »

Comment éviter cela ?

Si vous ne désirez pas retrouver des drageons partout dans votre jardin, vous devrez agir pour empêcher la plante d’en produire ou tout au moins les canaliser.

  • Première solution : planter dans un contenant muni d’un trou pour les petites plantes ou planter au sein d’une barrière anti-rhizomes pour contenir la plante sur une surface définie ;
  • Certaines plantes produisent des rejets si elles ne trouvent plus assez de nutriments. La plante va alors « se déplacer » par ses drageons pour aller voir si « l’herbe est plus verte ailleurs ». C’est le cas de la menthe ou, dans une moindre mesure, des bambous traçants. Si la plante mère est bien soignée, elle risquera moins de produire des drageons ;
  • Certaines plantes drageonnent fortement en réaction à un stress : taille, sécheresse, travail du sol trop près des racines… ;
  • Oubliez les plantes qui drageonnent trop si vous ne voulez pas être envahi. Pour cela, renseignez-vous bien avant l’acquisition d’une plante en pépinière ;
  • Enfin, certaines espèces drageonnent beaucoup, mais leurs variétés ou cultivars moins ou pas du tout. Par exemple, le Sorbaria sorbifolia est une plaie, mais sa variété ‘Sem’ est bien plus gérable.

Enfin, si des drageons apparaissent et que vous souhaitez les éliminer, vous pouvez simplement les tondre, les tailler, ou les éliminer en les désolidarisant de la plante mère.

plantes qui drageonnent, plantes drageonnant

Optez pour une barrière anti-rhizome à la plantation, ou pour certaines plantes comme la menthe, plantez en pot

Les plantes les plus drageonnantes

Les annuelles et les vivaces

Certaines persicaires, les menthes, l’Euphorbia cyparissias, l’Aegopodium, le Physostegia, l’ortie, certains asters comme Aster ageratoides, la balsamite ou menthe-coq, un grand nombre d’agaves, le physalis, le bananier…

Les grimpantes

La bignone

Les arbustes

Le lilas, les bambous traçants (par exemple le genre Phyllostachys), les Rubus (notamment les Framboisiers), le Mahonia, le Sumac de Virginie, l’Argousier, le Sorbaria, le Prunellier, le Cornouiller sanguin, le noisetier, le Rosa rugosa et ses hybrides (ainsi que d’autres rosiers anciens), les chalefs, le Clerodendron bungei, le Tetrapanax, le Corête du Japon, l’Ariala elata, le Xanthoriza simplicissima, la Symphorine

 

Les arbres

L’ailanthe, les peupliers, le Robinier faux-acacia, le Toona sinensis, le Pterocarya fraxinifolia, l’Acacia dealbata, le Broussonetia papyrifera, le Prunus avium, le Prunus tenella, …

plantes qui drageonnent, plantes drageonnant

Sorbaria sorbifolia, Aegopodium podagraria, Campsis radicans, Sumac, Acacia dealbata et Phyllostachys

Commentaires

phyllostachys