Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Le persil : semer, planter, cultiver

Le persil en quelques mots

  • Le persil est une plante aromatique réputée pour son goût mais aussi pour ses multiples bienfaits sur la santé
  • Le persil plat est plus parfumé que le persil frisé
  • Il est facile à cultiver, la seule difficulté réside dans son semis qui demande patience et attention
  • Il est généralement cultivé en annuel, c’est pourtant une plante bisannuelle dont les fleurs attirent une foule d’insectes auxiliaires la seconde année
  • Il est plus résistant au froid que d’autres aromates du jardin
  • Le persil est bien connu pour son usage condimentaire, mais moins pour utilisation en tant que légume racine

Le mot de notre expert

Le persil est une plante aromatique robuste, facile à cultiver, en pleine terre mais aussi en pot ou jardinière, sur le rebord d’une fenêtre ou au balcon. Ses nombreuses variétés se décomposent en deux types principaux : le persil plat (petrosilum sativum) et le persil frisé (petrosilum crispum). C’est une valeur sûre au jardin car sa récolte est possible presque toute l’année. Aromatiques, parfumées, ses les feuilles sont très utilisée en cuisine mais aussi pour élaborer tisanes et jus de persil aux nombreux bienfaits.

De type bisannuel, le persil a un cycle de vie particulier : la première année de culture, il offre une récolte abondante de feuilles vertes aux problèmes quasi inexistants. La seconde année est complètement différente, les feuilles sont plus pâles et plus coriaces, les hampes florales apparaissent puis de délicates fleurs en ombelles très mellifères, offrent du nectar à de nombreux insectes auxiliaires.
Bien qu’on puisse récolter les premières feuilles printanières en seconde année, il est prudent de le semer ou d’en planter tous les ans afin d’obtenir des plants qui remplaceront rapidement ceux de l’année précédente.

Botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Petroselinum sativum (L.)

Famille : Apiaceae

Nom commun : Persil commun ou plat ; Persil frisé ; Persil tubéreux

Type : Bisannuelle

Germination : 20 jours à 20°C - Faculté germinative : 3 ans

Exposition : soleil, mi-ombre , voir ombre si votre l’été est chaud et sec

Sol : riche, humifère, drainant

Rusticité : La racine résiste jusqu’à -10°C

Le persil (Petroselinum sativum L.) est une plante herbacée bisannuelle qui appartient, comme la carotte, le panais, le fenouil… à la grande famille des ombellifères ou  Apiacées.

Les plus connus sont le persil plat et le persil frisé (Petroselinum sativum var. crispum) consommés pour leurs feuilles aromatiques rehaussant la saveur des plats. Plus confidentiel, le persil tubéreux (Petroselinum crispum radicosum) est, lui, cultivé pour sa racine et son feuillage (moins aromatique), il est cultivé comme la carotte. Les pieds de persil atteignent en moyenne 30 cm de haut la première année, bien qu’il existe des variétés naines plus petites. Les tiges florales les portent à 60 cm la seconde année.

Les feuilles du persil sont vert franc, divisées en trois folioles puis en lobes profondément marqués. La seconde année qui suit son semis, le persil produit, dès le printemps, des hampes florales portant des ombelles de minuscules fleurs vert jaunâtre à blanc. La pollinisation est dite entomophile, elle nécessite la présence des insectes pour le transport du pollen. Les insectes sont très attirés par le nectar et le pollen du persil. En fin d’été, il monte en graines et apparaissent alors de petites graines brunes.

Dans la Grèce antique, le persil symbolisait la force, l’appétit et la joie de vivre. Il était aussi adulé des Romains qui l’ont introduit dans les pays de l’Empire où ils le cultivaient principalement pour la décoration. Il tombe en disgrâce au Moyen-âge où il est associé à la mort et aux mauvaises récoltes.

Les principales variétés de persil

Il existe de nombreuses variétés de persil. Elles se distinguent par l’aspect de leur feuillage (plat ou frisé) mais aussi par leur taille et leur port, plus ou moins compact.

Persil frisé ou persil plat, plutôt que choisir, cultivez les deux !

Variétés de persil plat

Graines de Persil plat

Période de floraison Jan.

Hauteur à maturité
70 cm

Le persil commun ou persil plat est celui que l'on a coutume de consommer dans les plats. Il est décoratif et sa saveur plus prononcée que celle du persil frisé. Il produit de grandes feuilles vert foncé, lâches et très échancrées qui s'assemblent en rosettes.

Persil plat commun d'Amsterdam


Hauteur à maturité
60 cm

Variété classique, très facile à cultiver, qui offre l'avantage de pousser vite et en tous terrains.

Persil Géant d'Italie


Hauteur à maturité
60 cm

Variété haute de 50 cm, aux feuilles plus grandes que le persil plat commun. Variété parfumée. Pousse bien en pot.

Persil plat Laura


Hauteur à maturité
60 cm

Variété à feuilles plates, de type Géant d'Italie, à fort développement et aux feuilles larges et bien découpées. Son port est compact et son arôme plus puissant et subtil que la variété type. Il se récolte d'avril aux premiers frimas et plus longtemps encore s'il est cultivé en pot

Variétés de persil frisé

Persil frisé Alto (Création Vilmorin) - Vilmorin


Hauteur à maturité
40 cm

Variété haute de 40 cm de haut au feuillage frisé luisant vert foncé, très productive et résistante au froid. Une sélection Vilmorin.

Persil frisé Bravour


Hauteur à maturité
30 cm

Variété plutôt basse, assez compacte, supportant particulièrement bien le froid. Sa vitesse de repousse est exceptionnelle et lui permet d'avoir un bon rendement sur une période de récolte tout spécialement longue.

Persil frisé Champion


Hauteur à maturité
30 cm

Variété fine et frisée, assez compacte, supportant particulièrement bien le froid. Sa vitesse de repousse est bonne et lui permet d'avoir un bon rendement sur une longue période.

Persil frisé vert foncé en plants


Hauteur à maturité
20 cm

La variété Grüne Perle produit un feuillage vert foncé, luisant à frisure très fine. Il est résistant au froid et repousse rapidement après récolte.

Persil frisé Lisette


Hauteur à maturité
25 cm

Variété naine, haute de 25 cm maximum, parfaitement adaptée à la culture en pot et très résistante au froid. Très frisé, de type mousse, ce qui rend son feuillage exceptionnellement compact et dense.

 

Persil frisé nain mousse Bio


Hauteur à maturité
25 cm

Variété naine, haute de 25 cm maximum, qui se cultive aussi bien au jardin qu'en pot. Compact, il produit un feuillage dense, très frisé et découpé, semblable à de la mousse.

Variétés de persil tubéreux

Persil tubéreux - Persil de Hambourg


Hauteur à maturité
60 cm

Variété produisant une grosse racine pivotante blanche, longue de 12 à 20 cm. Ce persil est cultivé pour ses feuilles mais surtout pour cette racine, semblable à un panais ou une carotte blanche, au petit goût de noisette.

Persil tubéreux Gros Hâtif Pietruzska


Hauteur à maturité
40 cm

Variété de persil qui développe une grosse racine blanchâtre d’environ 15 cm. Charnue, elle est consommée comme le panais ou le céleri. Ses feuilles sont utilisées comme le persil classique. A cultiver comme la carotte.

Variété origniale, à découvrir

Persil Mitsuba NT - Ferme de Sainte Marthe


Hauteur à maturité
50 cm

Le Persil Mitsuba, également appelé persil japonais, est un genre différent, son nom latin est Cryptotaenia japonica. C’est une plante condimentaire herbacée vivace, haute de 50 cm. Elle se démarque par sa saveur remarquable mais moins forte, sa texture croquante. Ses tiges sont longues et ses feuilles rappellent la forme du trèfle. Il s’utilise de la même façon que le persil plat ou frisé.

Semer du persil

Le persil n’est pas une plante très pressée de germer, il faut compter en moyenne 20 jours pour la levée, à une température moyenne de 20°C. Cette durée peut s’allonger jusqu’à un mois à une température inférieure. Afin d’accélérer la germination, il est conseillé de faire tremper les semences pendant toute une journée dans un verre d’eau.

Le semis peut se faire de différentes façon : en godet, en mini-motte ou directement en terre.

Le semis en godet ou mini-motte

Préparer ses plants est la façon la plus facile de contrôler la levée des graines de persil. Cette méthode permet également de réduire la corvée d’éclaircissage. Le semis en godet s’effectue dès le mois de mars sous abri non chauffé. La température optimale pour la levée est de 20 ° (15 ° minimum).

Pour semer en godet ou mini-motte :

  • Commencez par garnir vos contenants ou préparez vos mini-mottes à l’aide d’un presse-motte avec un bon terreau pour semis,
  • Humidifiez correctement le substrat sans pour autant le détremper à outrance,
  • Disposez trois ou quatre graines par godet ou petite motte,
  • Recouvrez d’une fine couche de terreau (ou de sable),
  • Arrosez doucement à l’aide d’un pulvérisateur,
  • Renouvelez cette dernière opération jusqu’à la levée : le substrat doit toujours rester humide.

Vos plants de persil pourront être installés en pleine terre dès qu’ils auront au minimum deux vraies feuilles en plus des cotylédons présents lors de la germination.

Semis de persil en mini-mottes : 1) les graines sont imbibées une dans de l’eau avant d’être semées – 2) les mini-mottes sont pulvérisées – 3) le début de la levée à lieu au bout de 8 jours seulement – 4) quelques semaines plus tard le persil est prêt à être repiqué au jardin

Le semis en pleine terre

Le semis en place, directement en plein terre se fait généralement en avril mai. Il comporte aussi des avantages : il est rapide et permet de ne pas déranger les racines lors du repiquage.

Pour semer en pleine terre :

  • Ratissez pour casser les dernières mottes et obtenir un lit de semence assez fin,
  • Procédez à un premier arrosage pour bien humidifier la terre,
  • Semez vos graines à l’emplacement voulu en veillant de ne pas en semer trop,
  • Recouvrez d’une fine couche de terre ou de terreau,
  • Arrosez doucement, à l’aide d’une pomme d’arrosoir, afin de ne pas déranger les graines,
  • Marquez l’emplacement du semis à l’aide d’une étiquette,
  • Maintenir le sol humide jusqu’à la levée,
  • Continuez à arroser jusqu’à ce que les plants soient bien établis car les jeunes plants sont vulnérables en cas de déficit en eau.

Si vous avez semé trop de graines, il vous faudra peut-être éclaircir votre semis : découvrez comment procéder dans notre fiche conseil « L’éclaircissage des semis » (lien : https://www.promessedefleurs.com/conseil-plantes-jardin/ficheconseil/eclaircir-ses-semis)

Astuce : pour maintenir l’humidité de la terre, vous pouvez, le temps de la levée, couvrir le semis d’un textile, comme une toile de jute.

Planter du persil, au jardin ou en pot

Planter du  persil au jardin

Les plants de persil sont installés au jardin à la fin du mois d’avril, une fois les dernières gelées sévères passées. Si les plantes sont issus de vos semis, vous les planterez généralement deux ou trois mois après le semis ou plus tôt s’ils sont bien ramifiés et qu’il atteignent une bonne dizaine de centimètres.

Lors de la plantation, respectez un espacement de 25 cm entre deux plants ou deux touffes de quelques plants.

Comme pour le semis, la plantation s’effectue en sol ameubli et désherbé. Pour planter vos plants de persil :

  • Creusez un trou dont la taille correspond à celle du plant,
  • Disposez votre plant de persil,
  • Comblez les vide avec de la terre,
  • Procédez à un premier arrosage.
Planter du persil au jardin

La plantation du persil au jardin

Planter du persil en pot

Cultiver le persil en pot, au balcon ou sur le rebord d’une fenêtre, est tout à fait possible. C’est même très pratique pour en avoir toujours à portée de main.

Pour planter du persil en pot :

  • Installez un peu de gravier ou de billes d’argile au fond d’un pot pour faciliter le drainage.
  • Remplissez le pot d’un bon terreau,
  • Décompactez, si besoin, les racines de votre plant,
  • Ajustez la motte dans son nouveau contenant en complétant avec du terreau préalablement humidifié.
  • Arrosez-les et ombrez-les du soleil avec une cagette retournée jusqu’à la bonne reprise des plants.

Attention : les plantes cultivées en pot ont besoin d’arrosages réguliers, le terreau doit toujours rester humide !

Culture, entretien et arrosage

Le persil se plaît dans un large éventail de sol mais préfère les sols humifères, drainants et relativement frais. Il se cultive également en pot. Au jardin, il s’installe, que ce soit à partir de graines ou de plants, dans une terre préalablement ameublie et bien désherbée. Pour ce faire, décompactez la terre à l’aide d’une grelinette ou d’une fourche bêche prenant soin d’enlever les herbes éventuelles.

Le persil ne nécessite pas d’entretien particulier sauf si l’été s’avère sec. Il faudra, dans ce cas, procéder à des arrosages réguliers pour éviter qu’il ne meure. Soyez particulièrement vigilant si vous cultivez votre persil en pot ou si votre sol est à dominance sableuse et qu’il ne retient pas l’humidité.

Un paillis nutritif composé de tontes séchées ou même des adventices (anciennement nommées « mauvaises herbes ») arrachées aux alentours sera des plus profitable au maintien de l’humidité de la terre, à sa protection et à sa fertilisation naturelle.

Le paillage des plants de persil au potager

Pailler le pied des plants de persil permet de conserver une bonne humidité à la terre

Association au potager

De manière générale au potager, les ombellifères (Apiacées) et les Alliacées se protègent mutuellement de leurs ravageurs respectifs. Une association bien connue est la carotte qui repousse la mouche de l’oignon et l’oignon qui repousse la mouche de la carotte. Ainsi, lorsque ces deux plantes sont cultivées l’une près de l’autre, il se passe une synergie protectrice contre les ravageurs. Le persil, rappelons-le, fait partie de la famille des Apiacées et appréciera la proximité de l’oignon, du poireau, de la ciboulette etc. Il renforcerait également le parfum des rosiers. Évitez, en revanche, de cultiver du persil à proximité d’autres Apiacées (carotte, céleri, panais, fenouil, coriandre etc…)

D’un point de vue pratique, dans un potager familial, il est rare que l’on cultive des rangs entiers de persil. On réservera de préférence un emplacement en bout de plate-bande ou un petit carré à cet aromate singulier.

Quelques pieds de persil en bout de plate-bande suffisent pour des récoltes régulières et généreuses – Il est associé ici à de la ciboulette

Récolte et conservation

Récolter le persil

La récolte du persil intervient dès la première année, généralement trois mois après le semis, dès que les plants font environ 15 cm de haut. Elle se poursuit, si votre climat régional le permet, jusqu’en novembre ou décembre. Elle se fait directement aux ciseaux ou en pinçant les tiges, au fur et à mesure des besoins en cuisine.

La récolte se réaliser en commençant toujours par les feuilles extérieures en premier sans sectionner la pousse centrale, ce qui stimule la plante et favorise la formation de nouvelles pousses.

Pour poursuivre la production de feuilles la seconde année, on coupe les tiges florales au printemps pour forcer les plants à produire des feuilles, sauf si on décide de faire ses semences.

Conserver le persil

Le persil est bien meilleur consommé frais, cueilli au fur et à mesure des besoins. Mais il arrive souvent que l’on récolte plus que les besoins immédiats. Plutôt qu’il ne finisse directement au compost, voici quelques astuces de conservation :

  • Si vous pensez le consommer dans la semaine, mettez tout simplement les tiges dans un verre rempli d’eau. Si vous y pensez, changez l’eau tous deux jours environ pour éviter que les feuilles ne jaunissent trop vite.
  • Pour continuer à profiter de votre persil en hiver il est possible également de le congeler. Pour ce faire, lavez-le puis laissez-le bien sécher. Rassemblez les tiges en fagots que vous mettrez dans un sac de congélation.
  • Si vous préférez le laisser sécher, lavez les branches, essuyez soigneusement puis laissez sécher les bottes têtes en bas dans un endroit sec et ventilé. Lorsque les branches deviennent friables émiettez-les puis transférez dans un récipient hermétiquement clos et protégé de la lumière.

 

Produire ses propres graines de persil

A la fin de la première année de culture, il tout à fait possible de conserver ses pieds de persil. Étant une plante bisannuelle, elle produira ses hampes florales la seconde année de culture, vous pourrez alors en profiter pour récolter quelques feuilles mais surtout récolter vos propres graines.

A partir de la fin d’été, en août-septembre de la seconde année, les ombelles vont se dessécher et les graines se détacher. On récolte les semences en frottant les ombelles entre les doigts pour les décrocher. Il est possible également de couper les ombelles et continuer le séchage dans un endroit ventilé jusqu’à ce que les graines se détachent aisément.

Une autre approche consiste tout simplement à laisser les graines se ressemer spontanément. Elles germeront à la fin d’été de la seconde année ou dès le printemps de l’année suivante. Cette façon de procéder est peu indiquée aux jardiniers qui aiment la linéarité dans les plates-bandes, mais dans une approche de potager naturel ou permaculturel, c’est tout à fait pertinent.

Si vous cultivez plusieurs variétés de persil il est préférable de laisser monter une seule variété par an afin d’éviter une hybridation avec les autres variétés. On évite également de laisser monter en graines du céleri la même année, en effet ce dernier peut s’hybrider avec le persil. Vous pouvez ajouter un critère de sélection qui consiste à supprimer les plants les plus chétifs ou malades. Enfin, au moment de récolter les semences vous ne gardez que les ombelles principales, celles dont les graines ont le plus de réserves nutritives et germeront mieux.

graines de persil

Les graines de persil, prêtes à être récoltées

Utilisation et bienfaits du persil

Utiliser le persil en cuisine

Le persil est polyvalent en cuisine, avoir toujours à portée de main un pot de persil rend les meilleurs services culinaires !

Il est souvent mis dans les bouquets garnis en association avec du thym, du laurier et du romarin. Associez-le à de l’ail et de l’huile d’olive et vous obtenez la fameuse persillade capable de vivifier n’importe quel plat de légume.  Il est aussi très souvent utilisé en élément de décoration sur les plats (peut-on imaginer des oeufs mimosa sans persil ?). On peut le hacher finement et le rajouter aux plats en fin de cuisson, tout juste retirés du feu. Ainsi on évite de perdre son goût et de dénaturer ses vitamines.

Le Persil tubéreux est quant à lui utilisé dans les soupes.

Conservation et ciselage du persil

Conservation et préparation du persil

Les bienfaits du persil

Le persil favorise l’élimination et favorise ainsi une bonne digestion. Pour profiter de ces propriétés il est possible de préparer une tisane de persil en hâchant l’équivalent d’une cuillère à café de feuilles par tasse d’eau bouillante. Laissez infuser 5 minutes et filtrez avant de boire.

Outre son goût aromatique, le persil est une plante aux nombreuses vertus :

  • Il prévient les anémies car il est riche en vitamines et en minéraux. On retiendra surtout sa teneur très élevée en vitamines C et A : 100 g de persil cru contiennent quatre fois plus de vitamines C que 100 g d’une orange et quatre fois la dose nécessaire journalière en vitamines A. Pour profiter pleinement de ces vitamines il faut toutefois éviter de les dénaturer à la cuisson
  • C’est un bon stimulant du système nerveux
  • Il possède un pouvoir détoxifiant et diurétique qui favorise l’élimination.
  • Il accélère la venue des règles et régule le cycle menstruel
  • C’est aussi une plante efficace pour lutter contre la mauvaise haleine.

Questions fréquentes à propos du persil

Pourquoi le persil jaunit ?

Les causes possibles sont multiples, tout dépend à quel endroit et quand le persil jaunit.
- Les feuilles les plus extérieures jaunissent, c’est tout à fait naturel, elles ont terminé leur fonction et laissent place aux jeunes feuilles.
- L’ensemble de la plante jaunit ? Cela peut être un problème nutritionnel (terre ou substrat trop pauvre) ou physique (les températures rafraîchissent) mais aussi à cause d’un ravageur. En ce qui concerne le persil c’est la mouche de la carotte qui peut être la responsable : sa larve creuse au niveau des racines, la plante jauni et fini par mourir.
- Notez aussi que la seconde année de culture les feuilles sont moins belles que la première année. En effet la plante va diriger son énergie pour sa reproduction (formation des hampes florales, des fleurs puis des graines). Les feuilles passent alors au second plan et sont plus pâles.

Mon persil monte en graines, pourquoi ?

Le persil est une plante bisannuelle dont le cycle de vie se fait sur deux années. La première année le persil développe son appareil végétatif (feuilles, racine) et la seconde année il le consacre à sa reproduction (fleurs, graines). Il est donc tout à fait normal qu’il monte en graine dès la seconde année de culture.
Cependant si le persil souffre, s’il est exposé à un endroit trop chaud et sec ou s’il manque d’eau sur une trop longue période, il peut arriver qu’il monte en graines prématurément. Il faut donc lui réserver un emplacement plus propice lors des prochains semis : à l’ombre d’un arbre ou d’un mur par exemple.

Pourquoi mon persil ne lève pas ?

Il est tout à fait possible que des graines ne lèvent pas, même chez les jardiniers les plus expérimentés :
• Une graine est vivante. Renseignez-vous toujours sur la durée de faculté germinative. Cela correspond à la durée pendant laquelle la graine est en capacité de germer. Cette information est systématiquement mentionnée sur les sachets de graines. Pour le persil, elle est de 3 ans.
• De mauvaises conditions de conservation des graines implique une diminution de la faculté germinative. Conservez vos sachets de graines à l’intérieur de votre habitation à un endroit sec, pas trop chaud l’été, non exposé aux rayons du soleil.
• La plupart des graines potagères ont principalement deux (parfois plus) besoins essentiels pour bien germer : une température et une humidité suffisante. Le plus important est de pouvoir garder une humidité constante, ni excessive, ni déficitaire. Pour cela on arrose peu et régulièrement le temps de la levée et on poursuit tant que les plantes sont jeunes. Il faut également semer aux périodes indiquées sur les sachets de graines.
• La fonte de semis est également un problème possible mais plus rare, elle est causée par différentes espèces de champignons pathogènes qui vont tuer les jeunes plantules. On peut prévenir ce problème en évitant les arrosages trop excessifs et en saupoudrant le semis de charbon de bois ou de cannelle en poudre.

Ressources utiles

Découvrez notre large gamme de persil : de nombreuses variétés vous sont proposées en graines ou en plants.

Articles connexes


Blog

Aromatiques : 5 bonnes façons de les intégrer au jardin

Exhalant mille saveurs et autant de parfums, du plus subtil au plus puissant, les plantes...
Lire la suite +

plantation

Le semis des aromatiques

Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(2 votes, moyenne: 5 sur 5)

Une réflexion au sujet de « Le persil : semer, planter, cultiver »

Laisser un commentaire