Préparer son potager pour l'hiver

Préparer son potager pour l'hiver

Quels sont les travaux à faire au potager pour aborder l'hiver et préparer le printemps ?

Sommaire

Mis à jour le 27 Novembre 2023  par Pascale 6 min.

C’est indéniable, l’été est derrière nous. Les jours sont plus courts, les températures fraîchissent, les précipitations augmentent… La nature se pare de flamboyantes couleurs et les feuilles mortes jonchent le sol de la pelouse. Quant au jardinier que vous êtes, il a tendance à chercher la chaleur réconfortante de son intérieur. Pourtant, il n’est pas encore temps de déserter votre potager. Bien au contraire, car l’automne est une saison de transition en termes de jardinage. C’est en effet le moment idéal pour vous occuper de ce potager qui vous a offert une profusion de beaux légumes pendant toute la belle saison. Un potager qui va entrer dans une période de relatif repos hivernal, très importante. Une période qui peut être mise à profit pour préparer les futurs semis, plantations et récoltes de façon optimale.

Découvrez les petits et gros travaux à mener au potager pour le préparer au mieux pour l’hiver et la saison de culture suivante.

Été, Automne Difficulté

Récolter les derniers légumes et s'occuper de ceux qui restent

Suivant la région où vous habitez et en fonction des conditions climatiques du moment, votre potager abrite peut-être encore quelques légumes à récolter. Parmi les légumes d’été, cultivés en pleine terre ou sous serre, il reste probablement encore quelques tomates. N’hésitez pas à les ramasser, même si elles sont à peine colorées ou encore vertes. En effet, enroulées dans un papier journal et installées à une relative chaleur, par exemple dans la véranda, les tomates continuent à rougir. Quant aux tomates vertes, elles peuvent être transformées en une délicieuse confiture dont Ingrid nous livre la recette. Découvrez aussi les conseils de Virginie T. pour savoir que faire des tomates vertes ? 

L’automne est aussi la saison idéale pour récolter les légumes racines (carottes, betteraves, navets, panais…) qui peuvent être conservés en jauge ou en silo et consommés tout au long de l’hiver. De même, n’hésitez pas à récolter l’ail, l’échalote et l’oignon. Je vous explique les différentes manières de faire des réserves de légumes pour l’hiver, de les récolter et de les conserver.

Enfin, en matière de récolte d’automne, il y a les incontournables courges, potirons, potimarrons et compagnie. Ils doivent être récoltés avant les premières gelées, revêtus de leurs jolies couleurs, bien fermes et lourds. En général, le pédoncule est largement lignifié. Veillez à bien récolter vos cucurbitacées avec le pédoncule. Pour aller plus loin, lisez aussi : Récolter et conserver les courges.

préparation potager pour hiver

Avant l’hiver, il y a encore des légumes à récolter au potager

D’autres légumes et petits fruits restent en terre tout l’hiver grâce à leur rusticité. Pour autant, dans certaines régions, il est essentiel de les protéger, non seulement pour les aider à supporter les gelées, mais aussi pour faciliter la récolte. Ainsi, les poireaux qui passent l’hiver en pleine terre peuvent être, dans un premier temps, buttés, puis protégés du froid par un épais paillage fait de paille ou de feuilles mortes. Les carottes, les betteraves, les panais, les topinambours qui restent en terre peuvent aussi recevoir la même protection hivernale. Pensez aussi à protéger les artichauts. Ce paillage aura aussi l’avantage de préserver la vie du sol. 

Il est également possible d’installer un voile d’hivernage ou un mini-tunnel pour abriter les légumes frileux.

Enlever les restes de culture

À présent que les derniers légumes ont été récoltés, il est temps de faire place nette au potager ! En effet, il reste encore tous les déchets de culture des différents légumes cultivés durant tout l’été. On ne peut que vous conseiller de garder ces déchets plutôt que de les emporter à la déchèterie. D’une part, vous économisez de l’essence, et, d’autre part, ces déchets peuvent être très utiles à votre potager. Sauf peut-être ceux qui ont été touchés par des maladies comme le mildiou. En la matière, la décision vous appartient, mais n’oubliez pas que ce sont surtout les conditions climatiques ou culturales qui favorisent l’apparition de certaines maladies comme le mildiou, l’oïdium, l’alternariose ou encore le cul noir pour les tomates.

Plusieurs possibilités s’offrent à vous pour exploiter ces déchets végétaux :

  • Les laisser sur le sol du potager où ils se décomposeront durant l’hiver
  • Les incorporer au compost 
  • Les utiliser comme paillis d’hiver, mélangés à d’autres paillages organiques et carbonés.

    préparation potager pour hiver

    Les déchets de culture peuvent être ramassés, laissés au sol ou compostés

L’astuce de Pascale : en revanche, j’ai l’habitude de ne pas arracher les plants de légumineuses qui ne produisent plus (haricots, petits pois, fèves…). Je préfère les couper à ras en laissant les racines dans le sol. Pour rappel, le système racinaire de ces Fabacées (ex-légumineuses), porteur de nodosités, a la capacité d’absorber l’azote atmosphérique pour le restituer au sol. Alors, je le laisse se décomposer dans la terre.

Pour en savoir plus :

Désherber puis travailler le sol

Nous arrivons à l’une des étapes les plus importantes en matière de préparation du potager pour l’hiver. En effet, une fois que le potager a été libéré des dernières récoltes et des déchets de culture, il faut certainement aérer et restructurer le sol. Il est vrai que les différentes cultures, mais aussi les piétements ou le ruissellement de l’eau d’arrosage, ont pu compacter le sol.

Donc, l’automne est la période idéale pour s’occuper du sol. Pour commencer, pratiquer un bon désherbage pour éliminer les mauvaises herbes les plus coriaces. Ensuite, place au travail du sol qui dépend de la nature de votre terre. Mais aussi des pratiques du jardinier, très traditionnelles ou plus inspirées de la permaculture. En effet, certains sont adeptes d’un bon bêchage, d’autres préfèrent ne pas travailler le sol et d’autres le décompactent à la grelinette®. S’il fallait résumer, on pourrait conseiller de bêcher les sols lourds et très argileux, car le bêchage a l’avantage de casser les mottes, et d’assouplir le sol. Dans votre sillage, n’hésitez pas à lâcher vos poules qui feront un festin de larves de hanneton ou de vers blancs, même si elles se régalent de quelques vers de terre au passage. Les sols plus légers, par exemple sableux, ne seront pas forcément beaucoup travaillés au risque de casser la structure du sol et de mettre à mal les microorganismes présents.

préparation potager pour hiver

Bêcher ou pas bêcher, telle est la question que se pose le jardinier en automne !

Le compromis entre les deux méthodes réside dans le décompactage du sol à la grelinette® ou biofourche qui permet d’aérer la terre sur les 20 à 25 cm premiers centimètres sans perturber la microfaune. 

Plus de détails sur cet outil de jardinage : À quoi sert une biofourche ? Pour prendre soin de la vie du sol.

Amender et fertiliser le sol

Une fois que vous avez bien travaillé le sol, place à l’amendement. Les amendements organiques vont non seulement améliorer la structure du sol, mais aussi nourrir la microfaune par leur décomposition et enrichir le sol grâce à leur richesse en éléments nutritifs (azote, phosphore et potassium). Car il est plus important de nourrir le sol que les plantes potagères !

En automne, il est donc recommandé de faire un bon apport de compost pas encore totalement décomposé ou de fumier frais. Ces amendements organiques vont se décomposer tout au long de l’hiver grâce aux intempéries et stimuler la vie du sol. Il suffit de les déposer sur le sol, sans les enfouir, la pluie, la neige et le gel feront le reste du travail. Et, au printemps, il suffira simplement d’incorporer le reste de ces amendements à la grelinette® et au croc.

En automne, tous les types de fumier peuvent être épandus. Le choix se fait essentiellement par rapport à la nature de votre sol. À cette période, on peut aussi utiliser la litière du poulailler. Très riche en azote, elle aura largement le temps de se décomposer pendant tout l’hiver. En revanche, il ne faut pas l’épandre au printemps au risque de brûler les végétaux.

Pour en savoir plus :

fumier

Le fumier frais s’épand en automne, le fumier composté ou bien décomposé au printemps

Ne pas laisser le sol nu

L’automne est la saison propice pour se balader en forêt. Que voyez-vous ? Un sol, recouvert de feuilles mortes, bien noir et riche en humus. Tout simplement, car dans la nature, un sol ne reste jamais à nu, toujours couvert de feuilles mortes ou de végétaux qui se décomposent naturellement.

Dans le potager, on va essayer d’appliquer la même règle. En effet, si vous laissez le sol de votre potager nu pendant l’hiver, vous courez le risque de le voir se compacter et s’éroder par les intempéries. Sur un sol nu, l’eau ruisselle et forme une croûte de battance qui empêche l’eau de s’infiltrer.

Donc, le sol de votre potager doit être abondamment paillé durant l’hiver. Ce paillage va bien évidemment limiter l’érosion du sol et par là-même augmenter sa porosité. Au-delà, le paillage permet au sol de gagner quelques degrés puisqu’il forme une barrière contre le froid. De même, ce paillage va se décomposer sous l’influence des intempéries et grâce à l’intervention de la microfaune (vers, insectes, champignons, bactéries…), certes moins active, mais pas totalement endormie. En se décomposant, ce paillage va former un riche humus, très utile à la croissance des futurs légumes. En parallèle, l’action de cette microfaune améliore la structure du sol.

préparation potager pour hiver

Le paillage est essentiel en hiver au potager pour ne pas laisser le sol nu

Pour pailler le sol du potager durant l’hiver, plusieurs possibilités s’offrent à vous :

  • Les feuilles mortes ramassées sur la pelouse et, éventuellement, broyées à la tondeuse à gazon
  • La paille ou le foin
  • Les tontes de gazon séchées
  • Le broyat issu de la taille des arbustes et des arbres ou le BRF (bois raméal fragmenté).

Pour ne pas laisser le sol nu, sur certaines parcelles du potager, il est envisageable de semer des engrais verts comme la vesce d’hiver, la moutarde, la féverole, la phacélie en association avec le sarrasin ou le seigle.

Nettoyer ses outils et vidanger les systèmes d'arrosage

L’automne est aussi la saison idéale pour prendre soin de ses outils de jardinage qui seront remisés pendant l’hiver. Une fois tous les travaux achevés, enlever avec soin la terre collée sur vos outils puis les nettoyer à l’eau savonneuse. Il est également conseillé de les désinfecter à l’alcool à brûler avant de les stocker dans un endroit sec et aéré.

Au potager, en cas de gel, les systèmes d’arrosage peuvent être endommagés s’ils n’ont pas été vidangés. Il est donc indispensable de procéder à cette vidange des tuyaux et autres systèmes, de laisser les robinets ouverts et de couper l’alimentation d’eau si elle est indépendante. Les petites cuves de récupération d’eau peuvent être vidées dans les régions au climat rude.

Pour aller plus loin : Nettoyer, entretenir et protéger vos outils de jardinage.

Planifier et préparer la saison prochaine

La préparation de votre potager pour l’hiver est finie, vous pouvez aspirer à un peu de repos au chaud. Profitez de cette période de relâche pour anticiper le printemps :

  • Faire l’inventaire de vos graines et passer votre commande de semences potagères.
  • Organiser votre potager sur un papier pour planifier temporellement et spatialement vos cultures, en tenant compte de la rotation des cultures et de l’association des légumes.
  • Planifier les semis précoces et les plantations d’hiver qui interviennent dès janvier et faire l’inventaire de votre matériel de semis.

Pour aller plus loin :

Commentaires

que faire en automne au potager avant l'hiver
Nous ne livrons que les articles des catégories graines et bulbes dans votre pays. Si vous ajoutez d'autres articles à votre panier, ceux-ci ne pourront pas être expédiés.