Potager : la rotation des cultures en automne

Potager : la rotation des cultures en automne

Nos conseils pour une rotation réussie

Sommaire

Mis à jour le 14 Novembre 2023  par Ingrid 6 min.

Les feuilles des arbres rougissent, tout comme les potirons du potager. Et oui, l’automne est là et il est temps de récolter les derniers légumes de la belle saison ! Mais qui dit automne, dit aussi : préparation du jardin pour l’hiver ! Et cette belle période est idéale pour planifier et mettre en place la rotation des cultures au potager, pour perpétuer un sol sain et une production abondante. Dans cet article, découvrez pourquoi la rotation des cultures est si importante pour la santé du jardin et comment l’automne offre des conditions favorables pour cette pratique. Le tout avec nos conseils pour planifier et effectuer une rotation réussie, de la préparation du sol et au choix des nouvelles plantes à cultiver. 

un potager et ses cultures

Été, Automne Difficulté

Pourquoi faire une rotation au potager ?

Prévention des maladies et parasites

L’un des avantages les plus évidents de la rotation des cultures est la réduction du risque de maladies et de parasites. En effet, certaines maladies du sol et parasites se spécialisent dans l’attaque de certaines familles de plantes spécifiques, comme le redoutable mildiou qui affectionne les tomates et les pommes de terre, toutes deux issues de la famille des solanacées.

En changeant l’emplacement des plantes chaque année, vous réduisez la probabilité que ces maladies ou nuisibles s’établissent de manière permanente dans votre sol et n’attaquent de nouveau les futurs plants.

Amélioration de la qualité du sol

Chaque type de plante a ses propres besoins en nutriments. En faisant une rotation des cultures, vous pouvez aider à équilibrer les niveaux de nutriments dans le sol. Par exemple, les légumineuses fixent l’azote dans le sol, ce qui peut ensuite profiter à des plantes gourmandes en azote comme le maïs.

De même, certaines plantes, comme les tomates, peuvent épuiser rapidement les nutriments du sol, tandis que d’autres, comme les carottes, ont des besoins moins exigeants. En alternant ces cultures, vous pouvez tirer le meilleur parti de votre potager tout au long de l’année et sans l’épuiser !

un jardin potager

Pourquoi en automne ?

L’automne est une période de transition au potager. Bien souvent, on récolte les derniers légumes de la saison et certaines zones sont inoccupées ou remplacées par des engrais verts. Les légumes d’hiver déjà en place poussent doucement et la plupart des maladies ou parasites ont achevé leur cycle de vie, ce qui permet de repérer les zones à problème. C’est donc une période relativement calme et d’observation.

L’automne offre aussi des températures plus clémentes et un sol plus humide (et de ce fait ameubli), ce qui facilite le travail au jardin. C’est aussi la saison idéale pour enrichir votre sol en matières organiques comme le compost ou le fumier. Ils auront tout l’hiver pour enrichir la terre et contribueront à améliorer la structure, ainsi que la fertilité du sol, rendant ainsi votre rotation de cultures encore plus efficace.

Par exemple, si vous avez cultivé des légumes-feuilles comme la laitue ou les épinards au printemps et en été, l’automne serait le moment idéal pour apporter du compost riche en phosphore et en potassium pour préparer le terrain pour des légumes-racines comme les carottes ou les betteraves.

En somme, l’automne vous donne le temps et l’espace pour travailler plus efficacement !

potager et jardiner avec les enfants

Les étapes pour planifier sa rotation

L’une des clés du succès en matière de rotation des cultures est une planification minutieuse. Pour maximiser les avantages de cette pratique, suivez les étapes suivantes :

Identifier les familles de plantes

Avant de décider où planter quoi, il est crucial de connaître les familles des légumes que vous souhaitez cultiver. Chaque famille a des besoins nutritionnels spécifiques et est sujette à des maladies ou parasites particuliers. Voici une classification simplifiée des principales familles de légumes que vous pouvez cultiver :

  • Solanacées : tomates, pommes de terre, aubergines, poivrons, piments…
  • Légumineuses : pois, haricots, fèves, lentilles…
  • Apiacées : carottes, céleri, persil, panais, fenouil…
  • Brassicacées : choux, radis, brocoli, navet, rutabaga…
  • Cucurbitacées : courges, courgettes, potirons, melons, concombres…
  • Astéracées : laitues, chicorées, mâches
  • Amaryllidacées (anciennement Alliacées) : poireaux, oignons,

À noter : il existe d’autres familles, par exemples les poacées (maïs), les convolvulacées (patate douce), etc.

Établir un schéma de rotation

Avec une compréhension claire des différentes familles de légumes, vous pouvez désormais élaborer un plan de rotation sur plusieurs années. L’idée est de ne pas replanter des légumes de la même famille au même endroit avant au moins 3 ou 4 ans. Voici un exemple simple de rotation sur 4 ans, basé sur la diversité des familles :
  • 1ʳᵉ année : Légumes feuilles (Brassicacées et Astéracées)
    • Exemples : choux, brocoli, épinards, salades (laitues, chicorées, mâches…).
  • 2ᵉ année : Légumes racines (Apiacées et autres)
    • Exemples : carottes, panais, betterave, patate douce.
  • 3ᵉ année : Légumes fruits (Cucurbitacées et Solanacées)
  • 4ᵉ année : Légumes grains ou légumes bulbes ou engrais vert (Légumineuses et Amaryllidacées)
    • Exemples : pois, haricots, fèves, poireaux, oignons ou engrais verts comme la phacélie, la moutarde.

L’astuce d’Ingrid : ce schéma est établi sur 4 années, mais rien ne vous empêche de le faire sur 3 années, 5 années ou plusieurs années selon les légumes choisis.

potager et rotations

Réorganiser l’espace au potager

La mise en œuvre de votre plan de rotation nécessite une organisation réfléchie de votre espace potager. Positionnez vos légumes de manière à respecter non seulement la rotation, mais aussi à tirer parti des avantages des cultures associées, qui mettent en relation des plantes ayant des interactions bénéfiques.

Exemple : Si vous avez prévu de planter des carottes cette année dans une parcelle spécifique (2ᵉ année de rotation), envisagez de les associer à des oignons. Les carottes peuvent repousser la mouche de l’oignon, tandis que les oignons peuvent repousser la mouche de la carotte. En combinant ces deux légumes dans une même zone, vous maximisez l’espace tout en protégeant naturellement vos cultures contre ces nuisibles.

Pour en savoir plus, lisez notre article : L’association des cultures au potager.

Mise en pratique de la rotation : les gestes à faire à l'automne

Une fois votre planification en place, le véritable travail commence au jardin. Sortez bottes et bêche, on passe à l’action !

A. Préparation du sol :

La santé du sol est primordiale pour une rotation réussie. Avant de planter quoi que ce soit, assurez-vous que le sol est bien préparé.

  • Un test de sol peut être utile pour connaître le pH, ainsi que les niveaux de nutriments. Cela vous aidera à déterminer si des amendements sont nécessaires.
  • Selon les résultats du test, ajoutez compost, fumier ou autres amendements pour enrichir le sol.
  • Ameublissez le sol en évitant le sur-labourage. Utilisez des outils comme la grelinette ou la fourche-bêche pour aérer le sol sans le retourner et le perturber excessivement.

B. Transplantation :

Si vous avez prévu de déplacer des plantes existantes pour respecter votre rotation, l’automne est le moment idéal. Les températures plus douces et le sol humide facilitent le déplacement des plantes.

  • Arrosage préalable : Avant de transplanter, arrosez bien les plantes pour réduire le stress.
  • Manipulation délicate : Manipulez les racines avec précaution pour éviter de les endommager. Assurez-vous de prendre un maximum de racines lors du déplacement.
  • Placement : Placez les plantes transplantées à une profondeur similaire à leur emplacement précédent et arrosez-les bien.

C. Choix des nouvelles plantes :

Lors de la sélection des nouvelles plantes à introduire après la rotation, plusieurs critères sont à considérer.

  • Compatibilité avec le sol : Certaines plantes préfèrent des sols acides, d’autres alcalins. Assurez-vous que vos nouvelles plantes soient adaptées au pH et à la composition de votre sol.
  • Besoin en lumière : Tenez compte de la quantité de lumière que chaque zone de votre potager reçoit. Certaines plantes ont besoin de plein soleil, tandis que d’autres tolèrent l’ombre.
  • Résistance aux maladies : Si possible, choisissez des variétés résistantes aux maladies communes de votre région.

grelinette

Réflexion et ajustements pour les années à venir

Après avoir mis en œuvre la rotation des cultures pendant un cycle complet, il est essentiel de prendre du recul, d’évaluer ce qui a fonctionné et d’apporter les ajustements nécessaires.

  • Tenez un journal de jardinage : Notez ce que vous avez planté et où, les problèmes que vous avez rencontrés, les réussites que vous avez eues. Cela vous fournira des données précieuses pour les prochaines années.
  • Évaluez la santé du sol : À la fin de la saison, il peut être utile de réaliser un nouveau test de sol pour voir comment les niveaux de nutriments ont évolué et si d’autres amendements sont nécessaires.
  • Adaptez votre rotation : Si vous avez remarqué que certaines plantes n’ont pas bien performé à un endroit spécifique ou si vous avez rencontré des problèmes récurrents de maladies, pensez à ajuster votre schéma de rotation pour l’année suivante.
  • Un sol jamais à nu : Si certaines parties de votre potager ne sont pas utilisées pendant l’hiver, plantez des engrais verts. Ces plantes, comme la moutarde ou la phacélie, contribueront à améliorer la structure du sol et à fixer certains nutriments. Au printemps, elles peuvent être enfouies pour enrichir le sol. Vous pouvez aussi pailler le sol pour le protéger du froid, conserver l’humidité et prévenir l’érosion.

Pour en savoir plus, parcourez notre article : « Engrais verts : tout savoir ! »

un jardin potager

Commentaires

mettre en place la rotation au potager