Les différents paillages organiques

Les différents paillages organiques

Les paillis d'origine végétale : naturels et biodégradables

Sommaire

Mis à jour le 21 Mai 2024  par Marion 6 min.

Nous vous rappelons régulièrement l’importance d’un bon paillage, que ce soit au jardin, au potager ou même pour la culture en contenants. Pailler permet en effet de :

  • protéger le sol des intempéries ;
  • retenir plus longtemps l’humidité ;
  • limiter le développement d’adventices (« mauvaises herbes ») ;
  • isoler les végétaux contre le froid ou la chaleur ;
  • apporter une touche ornementale.

Le paillage peut être organique (d’origine végétale), minéral ou synthétique ; il peut provenir du commerce ou être un paillage maison, issu de la récupération de matières produites au jardin. Les paillages organiques ont l’avantage d’être naturels et biodégradables. Autre atout non négligeable : la plupart permettent aussi de nourrir petit à petit le sol en se décomposant. Ces paillages naturels s’adaptent à toutes les plantes, sauf celles ayant besoin d’un terrain sec (plantes de rocailles, succulentes, etc.).

Faisons le point sur les principaux paillages organiques et leurs fonctions.

Difficulté

Les cosses de sarrasin

Les cosses de sarrasin sont une matière renouvelable issue de résidus de culture, puisqu’elles constituent les enveloppes du blé noir.

Leurs atouts

  • Leur structure rugueuse limite les attaques des limaces et escargots en rendant leurs déplacements plus difficiles.
  • Elles enrichissent naturellement le substrat d’éléments nutritifs en se décomposant progressivement.
  • Dans des conditions protégées, elles sont assez durables (jusqu’à 2 ans).
  • Elles permettent de bien conserver l’humidité au pied des plantes grâce à leur pouvoir d’absorption naturel.
  • Elles limitent le développement d’adventices.
  • Elles sont légères, facile à étaler.
  • Leur coloris marron est décoratif, discret et naturel.

Leurs inconvénients

  • Elles sont difficiles à trouver dans le commerce.
  • Elles sont plus onéreuses.
  • Leur légèreté les rend volatiles : coups de vents et pluies peuvent vite altérer le paillage et obliger un renouvellement peu économique (veillez à arroser vos cosses de sarrasin après mise en place pour mieux les fixer au sol).

Pour quelles utilisations ?

Ce paillis organique peut être utilisé partout au jardin, dans les massifs de vivaces et d’annuelles, dans les jardinières et pots, mais il est surtout particulièrement apprécié au potager.

Un sac de 50 litres permet de couvrir environ 1 m2 pour une épaisseur de 3 à 5 cm.

paillis

Les cosses de sarrasin enrichissent le substrat de plantation

Les coques de cacao

Ce sont les déchets issus du concassage de cabosses de cacao, dans lesquelles se trouvent les fameuses fèves. Elles sont de couleur brune.

Leurs atouts

  • Les coques de cacao constituent un paillage esthétique original, car délicatement parfumé.
  • Elles sont riches en éléments nutritifs, en azote et potasse, qui leur permettent de fertiliser le sol petit à petit.
  • Elles limitent les phénomènes d’évaporation et le développement d’adventices.

Leurs inconvénients

  • Elles sont difficiles à trouver en magasins et chères à l’achat.
  • Elles peuvent se révéler toxiques par ingestion par les animaux de compagnie.
  • Elles se décomposent rapidement (en une année environ).

Pour quelles utilisations ?

Les coques de cacao font un très bon paillis pour le potager et les petits fruitiers. Vous pouvez aussi les utiliser en massif de fleurs annuelles et dans vos potées. Elles sont généralement utilisées pour enrichir les sols pauvres.

Un sac de 50 litres permet de couvrir environ 1 m2.

Notes : Les paillages organiques en coques ou cosses, issus de la revalorisation de déchets de l’industrie agro-alimentaire, se développent de plus en plus. Vous pourrez désormais aussi trouver du paillis de coco (coques, chips…), des cosses de noisettes, etc.

Les paillettes de chanvre, de lin et de miscanthus

Les paillis de chanvre, paillis de lin et paillis de miscanthus sont issus des tiges des plantes, qui ont été broyées et séchées. Elles sont de couleur beige.

Leurs atouts

  • Elles sont très esthétiques, mettent bien en valeur les plantes en permettant de jouer sur les contrastes. Elles apportent de la lumière grâce à leur couleur claire.
  • Leur structure légère permet d’aérer les sols lourds en se décomposant, tout en apportant carbone et nutriments.
  • Elles participent à réchauffer le sol.
  • Elles sont assez faciles à se procurer.
  • La culture du chanvre, du lin et du miscanthus a l’avantage de ne nécessiter aucun traitement chimique (ou peu), grâce à la résistance naturelle de ces plantes aux parasites et maladies. Leurs paillettes sont donc naturellement saines.

Leurs inconvénients

Le principal inconvénient de ces paillettes est qu’elles sont très légères. Elles peuvent s’envoler facilement sous l’effet du vent et nécessiter d’être régulièrement renouvelées (ici encore, un bon arrosage au moment de l’étalage permet de limiter ce risque).

Pour quelles utilisations ?

Paillez massifs, potagers ou contenants. Utilisez les paillettes au pied des légumes qui apprécient la chaleur, comme les solanacées (tomates, poivrons, aubergines…). Vous pouvez aussi installer ce paillage à l’automne pour protéger les pieds des plantes frileuses et au début du printemps au pied des bulbes.

Prévoyez 30 litres de paillettes pour 1 m2, pour une épaisseur de 10 cm environ.

paillis

Le miscanthus fait un paillis efficace

La paille

C’est le paillage organique le plus répandu. La paille est constituée des tiges de graminées fauchées après récolte des céréales (blé, riz, seigle…) ou légumineuses.

Ses atouts

  • La paille est très économique.
  • Elle est très facile à se procurer, aussi bien en magasin qu’auprès d’agriculteurs (elle peut même simplement provenir du recyclage de litières animales chez vous).
  • En couche épaisse, la paille protège les cultures du froid en hiver.
  • Bien aérée, elle assure une bonne ventilation du sol et permet à l’eau de pluie ou d’arrosage de bien pénétrer dans le substrat.
  • Elle apporte beaucoup de carbone dans le sol.

Ses inconvénients

  • La paille doit être installée en couche assez épaisse pour être efficace (au moins 10 à 15 cm).
  • Sa décomposition engendre une perte d’azote temporaire (appelée « faim d’azote ») : à éviter dans les sols carencés ou au pied des cultures demandeuses.
  • Elle est moins esthétique que d’autres paillis (son côté rustique ne s’adapte pas à tous les jardins).
  • Elle est plus encombrante à stocker.
  • Peu dense, elle peut laisser passer certains adventices.
  • Elle peut offrir un gîte douillet aux limaces et escargots.

Pour quelles utilisations ?

Utilisez la paille pour protéger les cultures annuelles au potager ou dans les massifs.

paillage

La paille est souvent utilisée au potager

Le foin

Le foin provient de la fauche d’herbes des champs encore vertes, avant qu’elles ne soient montées en graines. Il est constitué de tiges plus fines que celles de la paille. Le foin est conditionné sous forme de ballot ou de bottes.

Ses atouts

  • Il est très économique.
  • Il est facile de s’en procurer aussi bien en jardinerie qu’en animalerie ou auprès d’agriculteurs.
  • Encore riche en nutriments, le foin participe à la fertilisation du sol.
  • Il offre un bon équilibre azote-carbone.
  • Il est naturellement bien aéré, facilitant les échanges d’air et d’eau avec le sol.

Ses inconvénients

  • Le foin peut contenir des graines d’adventices susceptibles de germer.
  • Il doit être fréquemment renouvelé.
  • Il est plus encombrant à stocker.
  • Il peut parfois contenir des herbicides ou engrais chimiques, selon sa provenance.
  • Limaces et escargots peuvent profiter de la couverture protectrice qu’il offre.

Pour quelles utilisations ?

Le foin peut être utilisé partout au jardin : au pied d’arbustes, au verger, au potager, etc.

Le BRF, les écorces de pin et autres paillages à base de bois

Le BRF ou Bois Raméal Fragmenté provient du broyage de jeunes rameaux d’arbres ou arbustes.  Il existe d’autres paillages à base de bois, de différents calibres : écorces de pins maritimes, plaquettes ou encore copeaux.  Vous pouvez vous en procurer en magasins, conditionnés en sac ou en vrac.

Leurs atouts

  • Leur décomposition lente les rend durables (3 à 4 ans environ, davantage encore pour les écorces de pins maritimes).
  • Ils offrent une bonne protection contre le froid.
  • Ils ont un bon pouvoir de rétention d’eau, conservant l’humidité même en cas de sol sec.
  • Leur poids leur offre une bonne résistance au vent.
  • Ils apportent une touche esthétique et naturelle.
  • Ils peuvent ralentir la progression des gastéropodes.

Pour sa part, le BRF a encore d’autres qualités : il enrichit les sols pauvres en stimulant la vie du sol et aide à restructurer les substrats lourds. Il peut aussi être fait maison, à partir des déchets verts du jardin.

Leurs inconvénients

  • Leur décomposition consomme l’azote du sol et engendre temporairement une « faim d’azote ».
  • Ils ne sont pas toujours simples à se procurer. Faire son propre BRF demande du temps, du matériel (broyeur et protections) et une utilisation rapide (il se stocke mal).
  • Du fait de sa longue décomposition, l’écorce de pin ne participe pas à l’amélioration de la qualité du sol.

Pour quelles utilisations ?

Les paillages à base de bois peuvent s’utiliser en massif, au potager, mais aussi au jardin d’ornement. Comme ils se décomposent lentement, ils seront privilégiés pour les cultures qui restent en place au jardin (vivaces, aromatiques, arbustes, etc.). Installez-les en couche de 3 à 5 cm.

Très longues à se décomposer (entre 5 et 7 ans), les écorces de pins maritimes seront plutôt destinées au jardin d’ornement, aux massifs, aux potées et jardinières, ou à la protection du pied des vivaces.

Notes : l’écorce de pin à la réputation d’acidifier tous les sols, ce qui l’assignerait uniquement au paillage des plantes acidophiles et de terre de bruyère. Toutefois, comme nous vous l’expliquons dans l’article « Écorces de pin : utilisations, avantages et inconvénients », il s’agit d’une idée reçue qui n’a pas été confirmée par de récentes études. Elle ne contribuerait en fait à n’acidifier que les sols au Ph déjà acide (entre 4.5 et 5.5).

Pour aller plus loin : « Le BRF ou Bois Raméal Fragmenté : qu’est-ce que c’est ? Comment l’utiliser au jardin ? »

paillis

Le Bois Raméal Fragmenté se décompose lentement

Les déchets verts du jardin : tontes de gazon et feuilles mortes

Qu’elles proviennent de votre jardin, de celui d’amis ou de voisins, les tontes de gazon et les feuilles mortes peuvent facilement être revalorisées comme paillage. Les tontes seront utilisées au printemps et en été, quand les feuilles mortes constitueront une couverture protectrice en automne et en hiver.

Leurs atouts

  • Il s’agit d’une ressource gratuite et économique.
  • Ces paillis limitent le développement d’adventices.
  • Les feuilles mortes constituent un bon isolant en hiver et enrichissent naturellement le sol en se décomposant.
  • Les tontes de gazon sont riches en azote.

Leurs inconvénients

  • Les tontes sont denses et peuvent finir par former une couche compacte, réduisant les échanges d’air et d’eau avec le sol. Elles peuvent fermenter si elles n’ont pas été préalablement séchées ou étalées en assez fine couche. Peu durables, elles doivent être renouvelées régulièrement. Elles peuvent aussi contenir des graines d’adventices.
  • Les feuilles mortes ne doivent pas provenir de végétaux malades, afin d’éviter les risques de prolifération.

Pour quelles utilisations ?

Utilisez ces paillages dans les massifs, au pied des arbres et arbustes, voire au potager.

Notes : vous pouvez aussi revaloriser d’autres déchets en tant que paillis, comme les déchets de taille des vivaces, les déchets de cuisine (compost de surface), les engrais verts fauchés, etc.

paillis

Les tontes de gazon sont pratiques en paillis, mais peuvent fermenter

Commentaires

Paillis de végétaux