Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

J'ai visité... les Jardins de la Fontaine à Nîmes

En juillet dernier, décidément bien maussade, je suis partie dans le Sud, direction le Gard, à Nîmes, visiter ses superbes Jardins de la Fontaine. En plein cœur de la ville, établi sur une colline, ce jardin labellisé remarquable de 15 hectares offre non seulement aux nîmois et aux touristes un cadre verdoyant enchanteur, mais aussi un site historique doté de vestiges antiques faisant la renommée de la ville, autant que sa Maison carrée ou ses arènes.

Allons faire un petit tour dans ce magnifique parc qui se révèle être multi-facette, à la fois un jardin à la française et un jardin méditerranéen !

Un jardin mêlant plantes exotiques, succulentes, plantes aquatiques, arbres et arbustes méditerranéens...

Un peu d'histoire

Le quartier où se situe le jardin est au Nord-Est de l’Ecusson, centre névralgique de la ville, où se trouvent la Maison Carrée et les Arènes de Nimes. C’est en réalité le centre historique de l’antique Nemausus.

Les jardins de la Fontaine naissent à la fin du 18ème siècle, en 1745, lorsque suite à la mise à jour de vestiges antiques et d’une source, l’ingénieur du roi Jacques-Philippe Mareschal commence à travailler des plans. Son ambition est de construire un jardin à la française, déployant une symétrie d’allées, une succession de terrasses et des alignements d’arbres au centre du projet, autour de la source. Le projet se veut également un projet économique pour augmenter le débit de la source et créer des réservoirs. Il voit le jour, mais sans la création de deux autres terrasses jugées trop coûteuses et dont le style est trop froid au goût des nîmois. Le jardin devient à l’époque l’un des premiers jardins publics d’Europe.

Ce n’est que plus tard, début 19ème siècle, sous l’impulsion du Maire de Nîmes, Augustin Cavalier, que le jardin se trouve enrichi et agrandi sur les hauteurs, qui se verront végétalisées d’essences essentiellement méditerranéennes. C’est Cavalier qui trace lui même les plans, influencé par le style d’aménagement anglais en vogue à l’époque. Le jardin prend alors une allure très paysagère, avec des cheminements beaucoup plus souples, la création de rocailles, de quelques bosquets et pelouses circulaires, le tout menant le visiteur jusqu’à la Tour Magne, en haut du jardin. 

Les jardins de la Fontaine sont donc un jardin à la fois classique dans sa conception dans sa partie basse (18è siècle), et un jardin de type méditerranéen et paysager lorsque l’on s’aventure sur ses hauteurs, qui permettent de jouir de très jolies vues sur l’ensemble du parc et sur la ville.

Ballustrades, jeux d'eau et terrasse composent le magnifique jardin bas (© Gwenaëlle David)

Le jardin à la française

L’entrée principale du jardin se fait par un portail datant de 1750. On accède à une vaste esplanade aux lignes droites et régulières, conduisant au lieu même de la source originelle fondatrice de la ville, le sanctuaire sacré de la Fontaine.

L'entrée des Jardins (© Gwenaëlle David)

Balustrades et jeux d’eaux, symétrie des bassins, escalier monumental, pelouses, vasques, statuaire… nous sommes au cœur du jardin à la française qui contraste fortement -même vu d’en bas- avec le jardin qui s’offre au regard sur les collines. Ce jardin bas est le le terrain de jeu des enfants, le lieu de promenades des familles, et des pauses gourmandes aux Tables de la Fontaine… On y trouve près du Temple de Diane plusieurs espaces végétalisés, composés essentiellement de palmiers grandioses, d’Agaves, d’Aloes striata, de Tulbaghias

Le grand bassin (© Gwenaëlle David)

Le jardin paysager méditerranéen

La partie haute est située sur la colline où l’on déambule le long d’allées sinueuses, bordées tantôt par des feuillus de résineux et de cèdres, de Pins d'Alep et de Chênes vert, apportant une ombre bienfaisante au plus fort de l’été, tantôt par des espaces retenus par des murets faisant la part belle aux espèces exotiques et méditerranéennes : Cordylines, énormes Agaves americana, Eriobotryas, Oliviers, Lauriers roses, Euphorbes de Corse, Cistus, romarins, Cercis siliquastrum, etc.

Au fil de la promenade, on tombe sur un plan d’eau alimenté par une source et une cascade rafraichissante : sous ce climat propice s’épanouissent de superbes plantes aquatiques : Cyperus Papyrus, Colocasias, Nympheas, Equisetum, Thalias dealbata

Le bassin Montgolfier, avec une belle gamme de plantes aquatiques

Plus haut, on s’échappe le long d’allées toutes plus magnifiques les unes que les autres, le chant des cigales accompagnant cette balade décidément enchanteresse.

Les Oliviers sur la partie haute des jardins, plantés en petits bosquets terrassés (© Gwenaëlle David)

Un jardin magnifié par les vestiges romains

Ce qui fait également la singularité de ce jardin est la présence de deux vestiges gallo-romains majeurs. Le premier est la célèbre Tour Magne qui domine le jardin et la ville sur le mont Cavalier. De forme octogonale, elle impressionne le visiteur quand il s’aventure tout en haut du jardin, par une allée des Cyprès. Cette tour est l’unique vestige nous restant du rempart qui ceinturait la ville romaine. Le parc y est ici grandiose, la tour habitant magistralement l’espace en ce point culminant, rendu théâtral par la présence de pins centenaires.

La Tour Magne (© Gwenaëlle David)

Le second, le Temple de Diane, est lui situé dans la partie basse du jardin. Le temple romain faisait partie du sanctuaire originel et date du 1er siècle. Inspirant tour à tour les poètes et peintres romantiques, dont le célèbre Hubert Robert (son tableau est visible au Louvre), il apporte une grâce infinie au jardin, et son très bon état de conservation permet ce retour dans l’Histoire, si saisissant à Nîmes. C'est un autre terrain de jeux pour les enfants dans un dédale de pierres.

Temple de Diane et sa végétation exotique : Dasylirions, Yuccas, Aloes striata, Agaves... (© Gwenaëlle David)

Un très beau théâtre antique avait également été mis à jour au 18è siècle, mais trop enfoui, il n’a pu être intégré dans l’aménagement de Mareschal.

Quelques lectures...

  • "Dans les jardins de la Fontaine, Promenades entre histoire et botanique". Philippe Ibars, Manuel Adamczyk. Ed. Alcide, 2019.
  • le site jardinsdenimes.com nous livre une belle actualité sur les Jardins de la Fontaine

L'allée menant à la grotte, et son très beau palmier Butia capitata (© Gwenaëlle David)

Jardins de la Fontaine
26, Quai de la Fontaine
Nîmes
Ouvert tous les jours, gratuit
Tel : 04.66.76.70.01

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(1 votes, moyenne: 5 sur 5)
Laisser un commentaire