Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Rhodocoma : planter, cultiver et entretenir

Le Rhodocoma en quelques mots

  • Les rhodocomas sont des plantes originales dont on apprécie la silhouette évasée, très élégante
  • Ils forment de grandes touffes légères et aérées constituées de tiges fines, sans feuilles
  • Ce sont de grandes vivaces structurantes, architecturales, ressemblant à des roseaux
  • Ils se plaisent en plein soleil dans un sol drainant, plutôt pauvre, neutre à acide
  • Ils peuvent aussi être cultivés en pot pour agrémenter une terrasse

Le mot de notre experte

Les Rhodocoma sont de majestueuses vivaces originaires d’Afrique du Sud, dont la silhouette rappelle celle des roseaux. Ils forment de grandes touffes dressées, atteignant entre 1 m et 2,50 m de hauteur, et constituées de longues tiges joliment arquées. Ils sont très graphiques. Ces plantes peu connues, originales et surprenantes, ont l’avantage d’amener de la hauteur et de la structure dans les massifs. Elles s’intègrent très bien dans les massifs de style exotique, en compagnie d’autres plantes australes, ou dans les jardins graphiques. Les Rhodocomas sont des restios, comme l’Elegia capensis et le Thamnocortus.

Les Rhodocomas apprécient le plein soleil et la chaleur. Ils peuvent être cultivés en pleine terre si les hivers ne sont pas trop froids (ils supportent entre – 8 et – 12 °C). Ils conviennent bien au climat du bassin méditerranéen ou du littoral atlantique, et sont particulièrement adaptés aux jardins de bord de mer, d’autant plus qu’ils supportent le vent et les embruns. Dans les régions plus fraiches, comme au nord de la Loire, les Rhodocomas peuvent sans problème être cultivés dans de grands pots ou bacs et placés sur la terrasse. Il suffira de les rentrer sous abri pour l’hiver afin de les protéger du froid. Pour ce qui est du substrat, ils aiment les sols bien drainés, plutôt pauvres, neutres à acides. Une fois installés, les Rhodocomas ne demandent que peu d’attention. Découvrez dans cette fiche tous nos conseils pour réussir leur culture, en pleine terre ou en pot !

Botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Rhodocoma sp.

Famille : Restionaceae

Nom commun : Restio

Floraison : entre mai et juillet

Hauteur : entre 1 m et 2,50 m, voire 3 m

Exposition : plein soleil

Sol : drainant, plutôt pauvre, neutre à acide

Rusticité : entre – 8 °C et – 12 °C.

Les Rhodocoma réunissent 8 espèces originaires d’Afrique du Sud, principalement de la région du Cap. On les trouve notamment dans le fynbos, une formation végétale caractéristique, avec un climat méditerranéen et des sols pauvres en matière organique, où poussent de nombreuses protéacées, restionacées et ericacées, ainsi que des succulentes, plantes bulbeuses, astéracées… Les Rhodocoma sont des plantes encore rares dans les jardins, bien qu’ils aient de belles qualités ornementales. On trouve principalement en culture le Rhodocoma capensis et le Rhodocoma gigantea.

Le Rhodocoma fait partie de ces plantes que l’on appelle couramment Restio, comme l’Elegia capensis ou le Thamnocortus, car appartenant à la famille des Restionacées. Ce sont des plantes herbacées monocotylédones, qui réunissent plus de 400 espèces originaires de l’hémisphère Sud (Afrique du Sud, Australie, Nouvelle-Zélande, Madagascar, Chili…). Découvrez toute notre gamme de restios en cliquant ici.

Etymologiquement, le nom des restios vient du latin restis : « corde », car les tiges très solides de certaines espèces ont pu être utilisées pour fabriquer des cordes. De même, certaines restios ont été utilisées pour faire des toits en chaume ou des balais…  Pour ce qui est du nom du Rhodocoma, il vient du grec rhodo : rose, et kome : poils, par allusion aux fleurs rosées et plumeuses des plants femelles. Le Rhodocoma capensis a été nommé ainsi car il est originaire de l’ancienne province du Cap en Afrique du Sud (qui correspond aujourd’hui à environ la moitié du territoire de l’Afrique du Sud).

Les tiges du Rhodocoma

Détail des tiges du Rhodocoma capensis. Elles ne portent pas de vraies feuilles : celles-ci sont réduites à des écailles brunes au niveau des noeuds. (photos : Krzysztof Golik / Krzysztof Ziarnek / Adobe Stock)

Les rhodocoma sont de grandes vivaces au port bien dense, formant des touffes de tiges dressées. Ces tiges sont longues, solides, et joliment évasées, ce qui donne à la plante une allure très élégante. Elles sont arquées, inclinées chez les jeunes plants, mais deviennent de plus en plus droites et érigées avec le temps. Leur silhouette rappelle celle des roseaux ou de grandes graminées comme les Miscanthus. Le Rhodocoma capensis mesure entre 1 et 2 m de haut, tandis que le Rhodocoma gigantea mesure jusqu’à 2,50 m – 3 m de hauteur. Leurs tiges sont solides et ont des nœuds bien marqués, comme chez les bambous, d’où partent de nombreux rameaux fins et plumeux, très denses. Cela donne au Rhodocoma un style très graphique et léger. Comme chez les prêles, les rhodocomas n’ont pas de vraies feuilles : elles sont réduites à de petites écailles brunes au niveau des noeuds. Ce sont les tiges, vertes, qui font de la photosynthèse. L’absence de feuilles est une adaptation à la sécheresse : cela limite l’évapotranspiration et donc les pertes en eau.

Les Rhodocoma fleurissent en fin de printemps ou en début d’été, entre mai et juillet, suivant le climat et l’espèce cultivée. Les pieds de Rhodocoma sont soit mâles soit femelles, et donnent donc des inflorescences différentes. Les inflorescences femelles sont courtes et dressées, avec des fleurs portant des styles roses et plumeux, tandis que les inflorescences mâles sont longues et arquées, avec des épillets bruns retombant vers le sol.

Comme chez les autres Restionacées, la pollinisation s’effectue par le vent, qui transporte le pollen des pieds mâles vers les fleurs des pieds femelles. Cela explique d’ailleurs que les fleurs des Restios soient discrètes, pas très colorées ni parfumées… car les couleurs des fleurs et leurs parfums ont pour seule fonction d’attirer les insectes et autres animaux qui se chargent de la pollinisation.

Le Rhodocoma donne de toutes petites graines ovales et brunes. Lorsqu’elles sont mûres elles tombent au sol puis attendent que les conditions soient réunies avant de germer. En Afrique du Sud, les incendies sont fréquents dans le fynbos : les Rhodocomas s’y sont naturellement adaptés, et leurs graines ont donc besoin du passage du feu pour pouvoir germer.

Les racines du Rhodocoma sont fragiles, il n’aime pas être déplacé. Ainsi, mieux vaut choisir son emplacement avec soin avant de l’installer au jardin.

Les fleurs et graines du Rhodocoma

Les inflorescences mâles du Rhodocoma gigantea et les graines du Rhodocoma capensis. (photos : Krzysztof Ziarnek / Omar Hoftun)

Les principales variétés

Les variétés les plus populaires

En culture, on trouve essentiellement les deux espèces Rhodocoma capensis et Rhodocoma gigantea.

Rhodocoma capensis - Restio

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité
1.50 m

Originaire de la province du Cap en Afrique du Sud, il s’agit d’un très beau rhodocoma qui forme des touffes denses de tiges érigées et joliment arquées. Relativement rustique, il supporte jusqu’à – 12 °C une fois bien installé.

Rhodocoma gigantea - Restio géant

Période de floraison Juin à Juil.

Hauteur à maturité
2.50 m

Comme son nom l’indique, il s’agit d’un rhodocoma monumental, qui atteint jusqu’à 2,50 m, voire 3 m de hauteur. Il forme des touffes dressées constituées de tiges divisées en rameaux très fins, vert clair. Il est plus frileux que le Rhodocoma capensis.

Découvrez également les autres Restios, qui sont très proches des Rhodocoma.

Plantation

Où planter ?

Originaire d’Afrique du Sud, le Rhodocoma apprécie la chaleur et le soleil. Il pousse dans le fynbos, où les sols sont pauvres en matière organique, plutôt acides, argileux ou sablonneux. Au jardin, trouvez-lui une place en plein soleil (bien qu’il s’accomode également d’une ombre légère). Plantez-le dans un sol bien drainé, plutôt pauvre, neutre ou acide. Il n’aime pas les sols lourds et compacts, gorgés d’eau.

Les Rhodocomas apprécient les climats doux, pas trop froids en hiver. Ce sont des plantes idéales pour les jardins de bord de mer, d’autant plus qu’ils supportent sans problème le vent et les embruns. Une fois installés ils sont néanmoins capables de supporter des températures descendant entre – 8 et – 10 °C, en sol drainant (voire jusqu’à – 12 °C pour le Rhodocoma capensis).

Choisissez leur emplacement avec soin car une fois installées les Rhodocoma n’aiment pas être déplacés. Les Rhodocomas trouveront par exemple leur place dans un massif exotique, où leur silhouette amènera hauteur et structure, ou dans un jardin de plantes australes. Ce sont des plantes graphiques et très décoratives.

Les Rhodocomas s’adaptent aussi à une culture en pot : cela permet de les rentrer facilement sous abri pour l’hiver, et de les placer le reste de l’année sur une terrasse, où ils créeront facilement une ambiance exotique et graphique. Pour une plantation en pot, nous vous conseillons le Rhodocoma capensis, de taille plus modeste que le R. gigantea.

Quand planter ?

Nous vous conseillons de planter le Rhodocoma au printemps, vers le mois d’avril. Dans les régions où il y a peu de risques de gel, comme le pourtour méditerranéen, le rhodocoma peut également être planté en automne.

Comment planter ?

Lorsque vous plantez un rhodocoma, manipulez-le avec soin pour ne pas trop déranger ses racines.

En pleine terre :

  1. Commencez par placer la motte dans une bassine d’eau afin qu’elle se réhumidifie.
  2. Pendant ce temps, creusez un trou de plantation, d’environ trois fois la taille de la motte.
  3. Replacez-y un peu de terre mélangée à du sable grossier pour améliorer le drainage.
  4. Sortez le Rhodocoma de son pot et plantez-le.
  5. Replacez du substrat tout autour.
  6. Arrosez généreusement.

En pot :

  1. Prenez un grand pot muni de trous de drainage.
  2. Placez au fond une couche drainante, par exemple des graviers ou des billes d’argile.
  3. Placez ensuite un mélange de terreau, de terre de jardin et de sable.
  4. Placez le Rhodocoma dans le nouveau pot, bien au centre.
  5. Comblez ensuite avec du substrat, puis tassez légèrement.
  6. Arrosez généreusement.
Le Rhodocoma capensis forme de belles touffes de tiges dressées

Rhodocoma capensis

Entretien

Les Rhodocomas ne demandent que très peu d’entretien, et ne sont pas sensibles aux maladies et parasites. Ils apprécieront néanmoins quelques arrosages en été, en période de sécheresse. Arrosez de préférence avec de l’eau de pluie plutôt qu’avec l’eau du réseau, qui pourrait être trop calcaire pour lui. De même, n’hésitez pas à installer un paillage autour de la touffe, par exemple à base d’écorces de pin, pour que le sol reste frais plus longtemps.

En hiver, vous pouvez protéger du froid le Rhodocoma en l’enveloppant dans un voile d’hivernage et en déposant une épaisse couche de paillage à ses pieds, autour de la touffe.

Si vous constatez que certaines tiges ont été abimées par le gel en hiver, vous pouvez les tailler court.

Entretien d’un rhodocoma en pot :

Si vous le cultivez en pot, n’hésitez pas à le rentrer sous un abri hors-gel pour l’hiver. Au printemps, sortez le Rhodocoma sur votre terrasse, en plein soleil.

En pot, pensez à l’arroser régulièrement car le substrat sèche plus vite qu’en pleine terre, mais évitez de laisser de l’eau stagner dans la soucoupe. Réduisez les arrosages en automne et hiver.

Nous vous conseillons de rempoter le rhodocoma tous les deux ans. Cela permet à la fois de renouveler le substrat et de lui donner plus de place pour se développer. Les années où vous ne le rempotez pas, effectuez un surfaçage en retirant un peu de substrat sur les premiers centimètres pour y ajouter un peu de nouveau terreau.

Multiplication

Semis

Le Rhodocoma peut être multiplié à partir de graines. Cependant, celles-ci ne sont pas faciles à récolter car elles sont petites et tombent rapidement au sol, dès qu’elles sont mûres, et elles nécessitent des conditions particulières pour leur germination.

En Afrique du Sud, les incendies sont réguliers dans le fynbos, et les Rhodocomas s’y sont donc adaptées. C’est le passage du feu qui lève la dormance de leurs graines et leur permettent de germer. Il faudra donc imiter le feu, par exemple en mélangeant des cendres au substrat.

  1. Pour favoriser la germination, placez les graines à tremper pendant 24h dans de l’eau à laquelle vous ajouterez une cuillère à café de cendres.
  2. Remplissez un pot avec du terreau spécial semis (ou un mélange de terreau et de sable), auquel vous ajouterez un peu de cendres.
  3. Tassez légèrement et égalisez le niveau.
  4. Semez les graines.
  5. Recouvrez-les d’une fine couche de substrat.
  6. Arrosez.

Veillez à ce que le substrat reste légèrement humide jusqu’à la germination.

Division de touffes

Le Rhodocoma peut également être divisé en fin d’hiver ou début de printemps.

  1. Choisissez un grand plant, bien développé.
  2. Creusez tout autour pour le déterrer.
  3. Séparez-le en plusieurs touffes à l’aide d’une bêche ou d’un sécateur. Chacune doit être assez grande, car après une division le Rhodocoma met longtemps à se développer.
  4. Replantez à un nouvel emplacement ou en pot.

Association

Avec leur silhouette imposante, les Rhodocomas sont parfaites pour composer un jardin de style exotique. Associez-le à des plantes à la végétation luxuriante, comme les palmiers et bambous, le bananier Musa basjoo, le Datisca cannabina, le Fatsia japonica et le Tetrapanax. Cela créera un superbe écrin végétal qui évoquera une jungle tropicale ! Pour ce qui est des floraisons, optez pour des teintes chaleureuses (jaune, orange, rouge, pourpre…) : pensez par exemple aux kniphofias, crocosmias, cannas et hémérocalles.

Dans les régions au climat relativement frais, par exemple au nord de la Loire, vous pouvez cultiver le Rhodocoma en pot et le placer sur votre terrasse pour composer un superbe décor estival. Choisissez le Rhodocoma capensis, et placez le pot sur la terrasse en compagnie d’autres plantes à cultiver en bac et hiverner comme le Gloriosa superba, le Strelitzia reginae, ainsi qu’avec des palmiers, passiflores, lantanas, abutilons et cordylines. En automne, vous pourrez rentrer toutes ces plantes sous un abri hors-gel et lumineux afin de les protéger du froid durant la mauvaise saison.

Inspiration pour associer le Rhodocoma

Le Rhodocoma est parfait pour composer un jardin exotique avec d’autres plantes australes. Kniphofia ‘Fiery Fred’, Rhodocoma capensis, Anigozanthos, Dietes grandiflora, Leptospermum scoparium (photo J. Tann) et Libertia ixioides ‘Taupo Blaze’ (photo M. Hansen)

Le Rhodocoma est idéal pour composer un jardin de plantes australes. Il s’agit notamment de plantes originaires d’Australie, de Nouvelle-Zélande et d’Afrique du Sud, adaptées aux climats chauds et secs et aux sols pauvres, plutôt acides. Pensez par exemple aux protéacées, comme les Grevillea, Leucadendron et Protea. Profitez du feuillage très graphique du dasylirion, de la Cordyline australis, du Libertia ixioides et du Phormium tenax ! Pour ce qui est des floraisons, pensez par exemple au Watsonia, au Dietes grandiflora, à l’Anigozanthos flavidus et au Leptospermum. Cela vous donnera un beau jardin à la fois graphique et exotique !

Pour plus de conseils et d’informations, consultez notre fiche « Planter et cultiver des plantes australes »

Articles connexes


Fiche Famille

Restio, elegia capensis : planter, tailler et entretenir

Lire la suite +

plantation

Planter et cultiver des plantes australes

Lire la suite +
Exotisme Austral

Inspiration

Exotisme Austral

Cette jungle australe peuplée de plantes insolites et fascinantes, surprend par la riches
Lire la suite +

Blog

Voyage botanique en Afrique du Sud

Je suis partie cette année avec quelques amis jardiniers-botanistes à la découverte de la flore...
Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire