Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Restio, elegia capensis : planter, tailler et entretenir

Le Restio, en quelques mots

  • Ces plantes rares forment des touffes aux feuilles effilochées, parfois imposantes, aux allures de joncs ou de bambous d’une extraordinaire diversité.
  • Originaires d’Afrique du Sud, elles apportent un graphisme et une note exotique incomparables avec leurs plumeaux de fleurs terminales.
  • Les Restios sont d’une culture relativement aisée en climat doux, dans un sol acide à neutre, sec à humide selon l’espèce.
  • Leur culture convient aussi en bac sur un balcon ou une terrasse, pouvant servir de brise-vue, avec une protection contre le froid excessif.

Le mot de notre experte

Les Restios ou Roseaux d’Afrique du Sud, dont l’Elegia capensis ou prêle restio est la plus connue en France, sont d’étonnantes plantes vivaces herbacées persistantes qui mêlent selon leurs dimensions à la fois des allures de joncs, de graminées (Thamnochortus pluristachyus ), de prêle ou encore de bambous atteignant 2,50 m de haut comme le Rhodocoma gigantea. Elles constituent au sein du fynbos en Afrique du Sud la grande famille des Restionacées, qui équivaut à celles des graminées dans nos contrées.

Ces plantes frileuses pour la plupart originaires d’Afrique du Sud mais aussi d’Australie sont peu adaptées aux climats froids car leur rusticité varie de -5 à -12°C maximum. Elles poussent généralement dans des sols pauvres schisteux, gréseux ou sableux, entre 0 et 1700 m d’altitude, où la végétation subit des feux périodiques qui permettent son renouvellement. Certaines espèces se régénèrent par semis tandis que d’autres repoussent depuis leur souche préservée des flammes.

Cette étonnante famille forme des touffes de tiges cylindriques dépourvues de feuilles qui font penser au jonc, roseau ou à la prêle grâce aux dessins qui marquent parfois les nœuds des tiges. Leur taille varie de 10 cm à 3 ou 4 m, offrant une diversité assez extraordinaire qui permet à chacun d’apporter une touche très personnelle à son jardin. On peut également utiliser les restios de manière très décorative en bac sur la terrasse, à remiser en climat froid. En pleine terre en climat doux ou en pot partout ailleurs, leur association avec les protées, les bruyères arbustives, les Leptospermum et les callistémons est toujours réussie.

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Elegia, Thamnocortus, Cannonois, Rhodocoma...

Famille : Restionaceae

Nom commun : Restios, Roseau d'Afrique du Sud

Floraison : entre mai et août

Hauteur : entre 0,10 et 4 m

Exposition : soleil ou mi-ombre

Sol : tout sol meuble acide à légèrement calcaire, plutôt bien drainé

Rusticité : faible (-5 à -12 °C)

La famille des Restionacées compte près de 490 espèces réparties en 56 genres (Elegia, Thamnocortus, Cannonois, Rhodocoma, Restio…), pratiquement toutes installées dans l’hémisphère sud. Le fynbos sud-africain, cette formation végétale bien particulière, de type méditerranéen propre à l’Afrique du Sud compte près de 330 espèces tandis que l’Australie en possède moitié moins avec ses 150 espèces. Le reste de la famille se partage entre la Nouvelle-Zélande (4 espèces), le Chili (1 espèce) et l’Asie du Sud-Est (1 espèce).

Les restios, avec les Ericacées (bruyères) et Protéacées sont les plantes typiques du fynbos, caractérisé par des sols de sables de quartz, pauvres en azote et phosphore qui couvre l’ensemble de chaînes montagneuses du sud-ouest du pays entre 0 et 1700 m d’altitude. La végétation qui ne dépasse pas 3-4 m de haut y est maintenue et renouvelée grâce à des feux périodiques environ tous les 12-15 ans qui grâce aux cendres enrichissent le sol et stimulent la germination des graines de certaines espèces de restio. D’autres restios resurgissent de la souche grâce aux puissants rhizomes préservés des flammes. Leur habitat varie fortement allant de plaines sableuses aux zones montagneuses, en passant par les rives des cours d’eau ou les falaises calcaires, aux sols secs à humides mais ils sont absents des milieux forestiers et aquatiques.

Les restios sont des vivaces herbacées appartenant au groupe des Monocotylédones comme les Graminées, les palmiers et les tulipes par exemple. Leurs tiges cannelées cylindriques parfois géantes évoquent tantôt les bambous avec une moindre tendance à drageonner, tantôt les joncs (Cypéracées ) avec leurs feuilles dépourvues de limbe.

La végétation offre un aspect frangé grâce aux gaines foliaires (partie qui précède le limbe chez les Graminées) fortement divisées qui sont caduques ou persistantes. Ce sont les tiges creuses et toujours vertes, parfois d’une autre teinte à l’état juvénile, et habituellement persistantes qui assurent l’essentiel de la photosynthèse. Leur dimension varie de 0,10 à 4 m de hauteur selon l’espèce mais leur diamètre reste assez faible contrairement à celui des bambous qui en général devient plus gros au fur et à mesure que les rejets surgissent de terre. Certaines espèces comme Elegia capensis portent des gaines papyracées couleur paille à chaque nœud qui ajoutent une note esthétique et sonore lorsque la brise souffle. Les jeunes canes présentent souvent un aspect bicolore vert et brun ou rosâtre très décoratif.

prele restio

Elegia capensis au graphisme remarquable, à mi-chemin entre la prêle et le bambou

Les sexes des fleurs sont séparés si bien qu’il existe des pieds mâles et femelles que rien ne permet de vraiment distinguer avant la maturité du plant. Les inflorescences très différentes selon le sexe paraissent en position terminale au lieu d’être dispersées le long des tiges comme chez les joncs. Elles forment des épis, des panicules ou de grappes d’épillets dans les tons bruns dont les fleurs mâles diffusent le pollen grâce au vent. La graine nue a l’aspect d’une petite noisette mais elle peut être enfermée dans une capsule, unie à d’autres graines selon l’espèce. La graine porte parfois un élaiosome blanc qui est un organe riche en protéines destiné à nourrir les fourmis. Ces dernières emportent la graine à la fourmilière dès qu’elle tombe au sol, consomment l’élaiosome et remisent la graine dans la zone de déchets de la fourmilière. Placée à l’abri des petits rongeurs et dans un milieu fertile, la graine ne tarde pas à germer, montrant un bel exemple de symbiose mutualiste.

En Afrique du Sud, les chaumes des grands restios comme ceux des Cannomois grandis et robusta, servaient de toiture ainsi qu’à la fabrication de balais après séchage. Les tiges fines de Elegia tectorum servent à fabriquer des paniers. L’utilisation pour la fleur coupée des tiges des restios est aussi très tendance.

Les principales variétés de Restios

Variétés basses

Elegia tectorum Fish Hoek - Restio

Période de floraison Juin à Août

Hauteur à maturité
80 cm

Vivace particulièrement compacte formant une petite touffe très dense composée de tiges raides, sans feuilles, vert-de-gris striées de brun. Ses épis de fleurs bronze-doré restent longtemps décoratifs. Une plante très originale pour sol frais, dans un pot, en rocaille ou même en bord de bassin. Elle est rustique jusqu'à -8°/-10°C.

Thamnochortus cinereus - Restio

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité
80 cm

Touffe moyenne dense composées de tiges souples et d'un fin feuillage argentés à l’aspect très plumeux. En été surgissent de grandes inflorescences en épis brun-doré, qui restent longtemps décoratives. Persistante, elle repart de la souche jusqu'à -10°C une fois bien établie. A cultiver au soleil, dans un sol ordinaire, même sec en été.

Variétés moyennes

Elegia capensis - Prêle restio - Pot de 2L/3L

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité
1.50 m

Elégante vivace qui ondule gracieusement sous le vent. Sa végétation, persistante, est composée de tiges ramifiées et pubescentes, d'un vert vif, dépourvues de feuilles. Bien adaptée aux sols pauvres, sableux, frais à ponctuellement secs. Elle est rustique jusqu'à -10/-12°C une fois bien installée et en sol très drainé.

Rhodocoma capensis - Restio

Période de floraison Mai à Juin

Hauteur à maturité
1.50 m

Restio parmi les plus rustiques avec une allure de grande graminée ou de bambou incroyablement plumeux. Il forme une touffe dense et souple, d'un vert clair et vif, très originale dans un pot ou en massif bien drainé, voire en sol pauvre et ponctuellement sec en région pas trop froide. Persistante, elle repart de la souche jusqu'à -12°C une fois bien établie.

Thamnochortus pluristachyus - Restio

Période de floraison Juin à Juil.

Hauteur à maturité
1.50 m

Vivace sud-africaine très verticale et persistante, composée de tiges un peu tortueuses, d'un vert vif, dépourvues de feuilles mais portant de fins rameaux. Ses grands épis bruns en fin d'été capturent en beauté le soleil de l'après-midi. Cette plante est bien adaptée à nos climats océaniques, doux et humides et tolère bien le calcaire. Elle est rustique jusqu'à -10/-12°C une fois bien installée.

Variétés hautes

Rhodocoma gigantea - Restio géant

Période de floraison Juin à Juil.

Hauteur à maturité
2.50 m

Ce restio sud-africain forme une énorme touffe de tiges arquées garnies de fin rameaux d'aspect duveteux. Dans de bonnes conditions et en climat doux, cette surprenante vivace atteindra 2,50 à 3 m de haut. Rustique jusqu'à -8°C, il adore le soleil, préfère les sols profonds et bien drainés, pas trop secs à frais.

Plantation

Où planter le restio ?

La rusticité des restios proposés oscille entre -5 à -12°C, ce qui fait que le climat doux méditerranéen ou le long de la côte atlantique lui convient bien. Certaines espèces réclament beaucoup d’humidité comme Restio tetraphyllus (qui supportent les eaux saumâtres), tandis que d’autres peuplent les milieux secs bien drainés. Les Restios demandent un sol pauvre (notamment en azote et phosphore), profond et meuble, généralement drainé qui pourra être argileux, limoneux, sableux, légèrement calcaire à vraiment calcaire pour l’espèce Thamnocortus pluristachyus. Attention aux grandes espèces comme Cannomois gigantea qui peuvent difficilement se diviser ou se déplacer une fois installées car les racines très profondes et solides plongent avec force dans le sol pour chercher l’eau.

Les Restios apprécient les endroits dégagés mais tolèrent la mi-ombre voire l’ombre selon l’espèce. On peut en faire des haies ou les intégrer dans un massif exotique en prenant soin de leur réserver un espace suffisant en fonction de leur vigueur.

Quand planter ?

Préférez le printemps pour installer le Restio qui peut mal supporter le froid. Attendez que les risques de gelées soient passés (mi-mai) pour le planter en pleine terre.

En pot, le rempotage des plants dont les racines débordent du pot peut se faire à l’automne.

Comment planter ?

  • Plongez la motte dans un grand seau d’eau pour bien l’humecter en profondeur.
  • Creusez un trou large jusqu’à 1,50-2 m s’il s’agit d’une grande espèce afin qu’elle puisse s’étendre à son aise.
  • Ajoutez quelques pelletées de sable et graviers à votre terre de jardin afin d’assurer un bon drainage et éviter d’avoir un sol trop fertile qui nuise à la plante. Dans son pays, les restios cèdent la place aux Poacées (Graminées) lorsque la terre devient trop riche.
  • Installez la plante dans le trou de plantation.
  • Replacez la terre et tassez légèrement.
  • Arrosez.
elegia restio

Un étonnante et robuste vivace sud-africaine qui évoque une prêle ou un roseau !

Entretien

  • Les restios ne connaissent pas d’ennemis dans nos contrées mis-à-part l’excès de froid.
  • Pensez à protéger les jeunes plants avec du voile d’hivernage doublé ou à placer le pot à l’abri dans un local éclairé pas trop chauffé. Après un froid excessif, un plant bien installé  peut rejeter de souche s’il est bien arrosé au cours de la saison suivante. Lorsque la plante a mauvaise mine, rabattez les tiges en fin d’automne pour simuler l’effet d’un feu ou coupez les tiges mortes au début du printemps suivant.
  • Arrosez les restios régulièrement en profondeur lorsqu’ils sont en pot et pour assurer une bonne reprise. S’il ne gèle pas l’hiver, ses plantes une fois  bien installées apprécieront d’avoir un sol frais à humide durant l’hiver et supporteront bien la saison sèche estivale. Cependant une plante en pot exige davantage d’arrosages en été.
  • Même si la plante n’est pas très gourmande, vous pouvez appliquer un engrais, organique de préférence, pauvre en phosphore ou du compost au printemps et en été chez les plantes en pot sinon la fertilisation est inutile. Si les rameaux restent de petite taille et sont peu fournis, cela signifie que la plante  manque d’eau. S’ils prennent une teinte jaunâtre, réalisez un apport d’engrais azoté ou de chélate de fer.
  • Une barrière anti-rhizome peut être utile avec les espèces à rhizomes qui ont tendance à beaucoup s’étaler.

Multiplication

Selon l’espèce, le restio se multiplie soit par semis au printemps sur un sol incendié soit par division de touffe en hiver. Il s’agit souvent d’une affaire de spécialiste car certaines espèces ne tolèrent pas d’être divisées et meurent. Dans le fynbos, chaque graine est précieuse et fait l’objet d’adaptations étonnantes pour éviter d’être mangée par les rongeurs ou de germer inutilement. Le passage d’un incendie lève la dormance de certaines graines grâce au gaz libéré par la combustion de la plante-mère tandis que les fourmis contribuent à leur dispersion en consommant l’élaiosome.

Division de touffe

  • Détourez un plant adulte et divisez les rhizomes en donnant quelques coups de bêche ou de sécateur.
  • Coupez les tiges feuillues à ras et replantez la souche dans un sol bien drainé maintenu humide.
  • Une astuce consiste à apporter un engrais riche en oligo-éléments (extrait d’algues) 1 fois par mois pour encourager l’émission de racines et la repousse des tiges au printemps.

Semis

  • Dans une terrine ou en pleine terre, constituez un substrat sableux mélangé à des cendres et semez les graines.
  • Maintenez l’humidité jusqu’à la levée des graines qui s’annonce au bout de quelques mois sous forme de buisson plumeux très ramifié.

Utilisations et associations

Les Restio peuvent s’employer sur les berges des points d’eau quand ils apprécient les sols humides, ou pour orner les abords d’une piscine, plantés dans un grand bac maintenu constamment humide. On peut les utiliser de manière très décorative également sur la terrasse, à remiser en climat froid. Ils ont aussi leur place dans un jardin sauvage ou de style contemporain, tout comme les graminées.

associer l'elegia

Un joli duo : Elegia capensis et Crinum powellii (jardin exotique et botanique de Roscoff – Bretagne)

En climat doux, constituez une scène australe en les associant avec des plantes à fleurs arbustives comme l’étonnant Boronia, sorte de bruyère à grosses clochettes rose vif, le Gomphostigma virgatum à feuillage argenté constamment étoilé de fleurs blanches, un Leucadendron ou un Polygala et des plantes à bulbes telles que la gracieuse Canne à pêche des anges (Dierama),  le lys des Cafres, le Watsonia

associer les restios

Une idée d’association en climat doux : Elegia elephantina, Beschorneria, Agave americana, Stipa tenuifolia, Yucca filamentosa ‘Bright Edge’ et Aeonium arboreum ‘Zwartkop’

En pot, composez une scène avec des plantes graphiques bien rustiques comme des prêles, les bambous nains (Sasa tessellata, Pleioblastus fortunei…), de petits miscanthus ou encore des carex.

Le saviez-vous ?

La collection CCVS des Restionacées se situe au jardin exotique de Roscoff.

Le nom fynbos signifie “ arbustes fins ” ou “ arbres fins ”en Africans, du fait sans doute de cette végétation composée de bruyères, des restios et de Protéacées.

Pour aller plus loin

Découvrez notre gamme de Restios.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire