Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Kumquat : plantation, culture et récolte

Le Kumquat en quelques mots

  • Le Kumquat offre des fruits très décoratifs, qui ressemblent à des oranges miniatures
  • C’est l’un des rares agrumes dont les fruits se mangent avec la peau. On apprécie leur goût sucré et acidulé
  • Au printemps, le kumquat offre de belles petites fleurs blanches, parfumées
  • Il porte des feuilles persistantes, vert foncé et brillantes
  • Cet agrume s’adapte très bien à une culture en pot et peut être installé en pleine terre dans les régions au climat doux

Le mot de notre Experte

Le kumquat est un ravissant agrume qui offre de petits fruits ovales ou arrondis, ressemblant à des oranges miniatures, au goût sucré et acidulé ! Ils ont la particularité de se manger avec la peau. Il forme un arbuste au port assez arrondi dont les feuilles, vert foncé et brillantes, persistent en hiver. Le kumquat offre aussi au printemps de petites fleurs étoilées, formées de cinq pétales blancs, agréablement parfumées. On cultive principalement deux variétés, le Kumquat ‘Marumi’, aussi appelé Fortunella japonica, et le Kumquat ‘Nagami’, Fortunella margarita.

Le kumquat est l’un des arbustes les plus rustiques, puisqu’il supporte jusqu’à – 10 °C… Cependant, sa fructification est compromise dès que les températures atteignent – 4°C, c’est pourquoi on réservera sa culture en pleine terre aux régions au climat doux. Ailleurs, pour profiter de ses fruits, mieux vaut le planter en pot et le rentrer sous abri pour l’hiver ! Le kumquat a besoin d’un substrat drainant, léger, et riche en éléments minéraux. Comme beaucoup d’agrumes, il craint les terrains calcaires. Découvrez tous nos conseils pour réussir sa culture et profiter ainsi d’une belle récolte de fruits.

Botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Fortunella sp.

Famille : Rutaceae

Nom commun : Kumquat

Floraison : entre avril et juin

Hauteur : jusqu’à 3-4 mètres

Exposition : ensoleillée

Sol : drainant, riche, non calcaire

Rusticité : supporte - 10 °C, mais les fruits gèlent à partir de – 4 °C

Le kumquat est un ravissant agrume apprécié pour ses petits fruits ovales, au goût sucré et acidulé, que l’on consomme avec la peau. Il possède un feuillage persistant, vert et brillant, ainsi qu’une floraison parfumée, blanche. Le Kumquat est originaire d’Asie, et notamment du sud de la Chine, où il pousse dans des forêts humides. Sa culture s’est répandue depuis très longtemps dans les autres pays d’Asie du Sud-Est : Malaisie, Hongkong, Birmanie, Japon, Taiwan, Philippines…

Le nom du kumquat vient du cantonnais gām-gwāt et signifie « orange d’or ». Il a été introduit en Europe en 1846 par le botaniste anglais Robert Fortune (1812-1880). C’est ce qui lui vaut son nom scientifique, Fortunella. Cependant, les études les plus récentes placent les kumquats dans le genre Citrus, au même titre que les citronniers, mandariniers ou orangers.

Le Kumquat est l’un des agrumes les plus rustiques : il se montre capable de supporter jusqu’à – 10 °C, mais ses fruits, eux, sont très sensibles au froid. D’autant plus qu’ils apparaissent en automne-hiver ! Ainsi, pour en profiter, il vaut mieux rentrer l’arbuste sous abri pour l’hiver.

Illustration botanique représentant le Kumquat

Fortunella japonica (W. Fitch – Wellcome Collection)

Le Kumquat appartient à la famille botanique des agrumes, les Rutacées, qui rassemblent 1 730 espèces. C’est la Rue, Ruta graveolens, qui a donné son nom à cette famille. Les Rutacées possèdent en général dans leurs tissus des glandes aromatiques qui renferment des huiles essentielles… c’est ce qui explique que beaucoup de ces plantes aient un feuillage odorant. De même, leur floraison est souvent parfumée, tandis que les fruits ont un goût prononcé, acidulé (agrumes) ou épicé (Zanthoxylum). De nombreuses plantes de cette famille renferment dans leurs tissus des huiles essentielles. On trouve aussi dans cette famille d’autres plantes ornementales, comme le Choisya ou le Skimmia.

Aujourd’hui, le kumquat est cultivé en Asie, en Floride, en Grèce (notamment sur l’île de Corfou), dans le sud de la France. Les plus fréquents en culture sont les Fortunella margarita, Fortunella japonica et Fortunella obovata. Le croisement du kumquat avec d’autres agrumes a permis de donner naissance à de nouvelles variétés, comme le calamondin (croisement d’un kumquat avec un mandarinier), le limequat (croisement avec un citronnier), ou l’orangequat (croisement avec un oranger).

Le kumquat pousse lentement et prend la forme d’un arbuste au port assez arrondi. Il peut atteindre jusqu’à 4 mètres de hauteur. Cependant, lorsqu’il est en culture, et notamment en pot, il dépasse rarement 2 mètres de haut. Les branches du kumquat portent parfois des épines.

Le kumquat fleurit en général au printemps, entre avril et juin-juillet. Les fleurs sont ravissantes, de petite taille et de forme très simple. On apprécie aussi leur parfum ! Elles sont constituées de cinq pétales blancs, entourant un bouquet d’étamines (organes mâles, émettant le pollen), avec au centre un pistil (organe femelle, recueillant le pollen). Les fleurs peuvent être solitaires ou rassemblées en petites cymes axillaires.

Il s’agit d’une floraison mellifère, appréciée par les abeilles. Celles-ci viennent chercher le nectar renfermé dans les fleurs, et assurent en même temps la pollinisation.

La floraison du Kumquat

Les fleurs blanches et parfumées du kumquat (photos : Frank Vincentz / Thanh Nam Nguyen)

Les feuilles du kumquat sont entières, ovales et mesurent 4 à 10 cm de longueur. Elles sont vert foncé et brillantes, plus claires à la face inférieure. Elles sont assez épaisses, coriaces. Elles sont assez caractéristiques des feuilles d’agrumes. Elles sont disposées de façon alterne sur les tiges. Les feuilles portent des glandes aromatiques, qui renferment des huiles essentielles.

Les feuilles sont persistantes, elles restent sur l’arbuste tout au long de l’année.

Entre novembre et janvier (mais parfois jusqu’en mars), le Kumquat produit de petits fruits ovales et orange vif, qui mesurent 3 à 5 cm de longueur. On les grignote tels quels, avec la peau, celle-ci étant fine et tout à fait comestible. Ils ont un agréable goût acidulé. On les consomme généralement crus, mais il est aussi possible de les faire cuire. Les fruits peuvent rester très longtemps sur l’arbuste avant de tomber. Comme le feuillage du Citrus, les fruits renferment eux aussi des huiles essentielles. Les fruits du kumquat sont sensibles au froid et risquent de geler dès que les températures atteignent – 4 °C. Un kumquat âgé peut produire des centaines de fruits chaque année. Les fruits sont plus souvent sphériques chez le Fortunella japonica, tandis qu’ils sont plutôt ovales chez le Fortunella margarita.

Les fruits du kumquat

Les petits fruits orangés du kumquat

Les principales variétés de Kumquat

Les variétés les plus populaires

Kumquat Nagami - Fortunella margarita

Période de floraison Juin à Août

Hauteur à maturité
2.50 m

C’est l’une des variétés les plus cultivées ! Elle a l’avantage d’être assez vigoureuse et d’offrir une généreuse fructification. Ses fruits sont ovales, un peu allongés, avec une saveur légèrement acide.

Kumquat Marumi - Fortunella japonica

Période de floraison Juin à Août

Hauteur à maturité
2.50 m

Issu de l’espèce Fortunella japonica, les fruits de ce kumquat sont ronds, avec une écorce douce et sucrée, tandis que la chair est acidulée. Les feuilles sont également un peu plus arrondies que chez les autres kumquats.

Kumquat Fukushu ou Jiangsu - Fortunella obovata

Période de floraison Juin à Août

Hauteur à maturité
2.50 m

Ce kumquat est moins connu et moins fréquent en culture que les autres variétés. Ses fruits sont un peu plus acides, mais l’écorce du fruit reste relativement douce et sucrée. Les feuilles ont une forme assez arrondie.

Plantation

Où planter ?

Supportant jusqu’à – 10 °C, le Kumquat est l’un des agrumes les plus rustiques. Cependant, ses fruits sont plus sensibles au gel que l’arbuste lui-même, et dès – 4 °C sa fructification (qui survient d’ailleurs en hiver) risque d’être compromise ! On réservera donc la plantation en pleine terre aux régions les plus douces (sud de la France, Corse). Ailleurs, il est préférable de le planter en pot et de le rentrer sous abri pour l’hiver ! On évitera aussi de le cultiver toute l’année à l’intérieur d’une maison ou d’un appartement, car l’atmosphère serait trop chaude et sèche pour lui.

Choisissez un emplacement ensoleillé et assez chaud, où il profitera d’une importante luminosité. Cependant, si vous habitez le sud de la France, il est préférable que le kumquat soit abrité du soleil aux heures les plus chaudes, afin de ne pas brûler son feuillage. A l’inverse, dans la moitié nord du pays, n’hésitez pas à l’installer en plein soleil ! Il se plaira par exemple au pied d’un mur exposé au sud. Nous vous conseillons aussi de choisir pour le kumquat un emplacement abrité du vent.

Le kumquat apprécie les sols légers et drainants, où l’eau ne stagne pas. Qu’il soit installé en pleine terre ou en pot, il est en général préférable d’apporter un peu de sable grossier au substrat de plantation. Arbuste gourmand, le kumquat a besoin d’un sol riche et fertile. Il est préférable de lui apporter au moment de la plantation du compost bien décomposé, et, en cours de culture, d’effectuer quelques apports d’engrais. Cultivé dans un substrat pauvre, il risquerait d’être carencé, ce qui pourrait faire jaunir le feuillage ou empêcher la production de fruits. Il aime les terrains au pH neutre ou acide, mais – comme beaucoup d’agrumes – redoute les substrats calcaires.

 

Quand planter ?

Plantez le kumquat au printemps, à partir du mois d’avril.

 

Comment planter ?

Pour une plantation en pot :

  1. Prenez un grand contenant. Vous pouvez par exemple choisir un pot en terre cuite ou un bac en bois. L’important est que le fond soit percé, pour permettre le drainage de l’eau d’arrosage.
  2. Placez au fond une couche de billes d’argiles ou de graviers, sur quelques centimètres d’épaisseur, afin d’assurer un drainage efficace
  3. Installez le substrat, idéalement un mélange de terreau, de compost bien décomposé et de sable grossier. Vous pouvez aussi ajouter un engrais spécial agrumes.
  4. Plantez votre kumquat dans le pot.
  5. Replacez la terre tout autour, mais faites attention à ne pas enterrer le collet !
  6. Arrosez généreusement.

 

Pour une plantation en pleine terre :

  1. Creusez un trou de plantation, de deux à trois fois la taille de la motte.
  2. Installez au fond un mélange de terreau, de compost bien décomposé et de sable grossier. N’hésitez pas à apporter également un engrais spécial agrumes.
  3. Plantez le kumquat.
  4. Comblez le trou de plantation autour de l’arbuste.
  5. Arrosez généreusement.

N’hésitez pas à installer une couche de paillage (feuilles mortes, BRF…) autour de votre kumquat : cela aidera à conserver la fraicheur du sol, tout en limitant la croissance des mauvaises herbes. De plus, en hiver, le paillage constitue une protection supplémentaire contre le froid ! Enfin, en se décomposant, le paillage permet d’enrichir le sol en matières organiques.

Une branche de kumquat, portant des fruits immatures

Fortunella japonica (photo Krzysztof Golik)

Entretien

Culture en pot

Arrosez régulièrement du printemps à l’automne, en apportant de l’eau dès que le substrat devient sec (arrosages une à deux fois par semaine). Nous vous conseillons d’utiliser de l’eau de pluie plutôt que l’eau du réseau. Evitez dans tous les cas de laisser de l’eau stagner dans le dessous de pot. D’ailleurs, une bonne astuce consiste à placer quelques graviers dans la soucoupe afin de surélever un peu le pot, pour éviter que le fond du pot ne baigne dans le surplus d’eau d’arrosage. Comme le kumquat est un arbuste gourmand en éléments minéraux, effectuez régulièrement des apports d’engrais liquide, par exemple une fois par mois. Vous pouvez aussi utiliser de l’engrais à libération lente. En hiver, réduisez les apports d’eau et d’engrais.

A moins d’habiter la région méditerranéenne, le kumquat doit être protégé du froid en hiver… sinon, il y a peu de chances que vous puissiez profiter de ses fruits ! En automne, vers le mois d’octobre, rentrez-le sous un abri hors-gel, par exemple dans une serre froide ou une véranda. Choisissez un emplacement lumineux, mais non chauffé : l’idéal serait une température entre 7 et 10 °C. Au printemps, à partir du mois de mai, sortez votre kumquat en extérieur, pour le placer à un endroit ensoleillé.

Pour plus d’informations, découvrez nos conseils pour hiverner les agrumes.

Rempotez votre kumquat en moyenne tous les deux ans, de préférence au printemps. Cela permettra de donner plus de place à votre kumquat en l’installant dans un pot légèrement plus grand, tout en renouvelant son substrat. Les années où vous ne le rempotez pas, vous pouvez effectuer un surfaçage : retirer le substrat en surface, sur quelques centimètres, pour le remplacer par un nouveau terreau.

Vous pouvez tailler le kumquat au printemps. Cela permet de lui donner une forme plus harmonieuse, trapue et ramifiée, tout en limitant son développement. Cela aère également le feuillage, en permettant à l’air et la lumière de pénétrer au centre de l’arbuste. Eliminez en priorité les branches mortes ou abimées, et celles qui vous semblent mal placées. Vous pouvez aussi supprimer quelques branches au centre de l’arbuste, pour aérer le feuillage.

Lorsqu’il est sous serre, le kumquat peut être attaqué par des cochenilles (notamment les cochenilles farineuses). Elles se repèrent par l’apparition de petits amas blanchâtres et à l’aspect cotonneux. Elles affaiblissent l’arbuste et peuvent entrainer l’apparition de fumagine (champignon se caractérisant par la présence d’un dépôt noir sur le feuillage). Pour éliminer les cochenilles, utilisez un chiffon imbibé d’alcool à 90°, de savon noir et d’huile végétale. Le kumquat peut aussi être attaqué par les araignées rouges. Comme elles apprécient particulièrement les atmosphères sèches, vous arriverez facilement à vous en débarrasser en pulvérisant de l’eau sur le feuillage… Elles ont horreur de l’humidité ! Enfin, les pucerons peuvent aussi poser problème. Ces petits insectes se posent sur les tiges ou feuilles, et prélèvent la sève, ce qui fragilise la plante et peut faire apparaitre de la fumagine. Pour les éliminer, pulvérisez sur le feuillage une solution à base de savon noir dilué dans de l’eau.

Culture en extérieur

Si vous avez planté votre agrume en extérieur, pensez à effectuer des arrosages réguliers, au moins durant la première année, puis par la suite en période de sécheresse, en utilisant de préférence de l’eau de pluie. Faites aussi des apports d’engrais organique ou de compost bien décomposé, afin de nourrir l’arbuste. Il est aussi préférable de pailler le pied avec des feuilles mortes, de l’écorce de pin ou du BRF (Bois Raméal Fragmenté), car cela aide à préserver un sol frais plus longtemps, tout en limitant la croissance des mauvaises herbes.

En automne, lorsque les températures se refroidissent, vous pouvez en utilisant un voile d’hivernage. Cela vise essentiellement à protéger les fruits, assez sensibles au gel, tandis que l’arbuste, lui, peut supporter jusqu’à – 10 °C.

Récolte et consommation

Les fruits sont généralement récoltés entre novembre et janvier, parfois jusqu’en mars, suivant les variétés et conditions de culture. Lorsqu’ils sont mûrs, ils prennent une belle couleur orangée et se décrochent facilement. Ils peuvent naturellement rester très longtemps sur l’arbuste avant de tomber (ils deviennent de plus en plus doux… mais au fil du temps, ils risqueraient de perdre leur saveur ! Mieux vaut donc les récolter avant). A l’inverse, avant leur maturité, les fruits ont un goût amer.

Lorsqu’ils sont mûrs, les kumquats ont une saveur assez douce, sucrée et acidulée. Comme la plupart des agrumes, ses fruits sont riches en vitamine C. Ils renferment assez peu de pépins. On les consomme généralement crus, tels quels, leur petite taille les rendant parfaits à grignoter à n’importe quel moment de la journée ! A la différence des autres agrumes, les kumquats se consomment avec la peau, celle-ci étant assez douce et fine. On peut également faire cuire les kumquats, pour les consommer en confiture, en marmelade, ou en chutney… On peut aussi les confire, ou en faire des sorbets. Ils peuvent aussi être simplement utilisés pour décorer les desserts et gâteaux. Ils accompagnent des plats salés (tajines…), ou entrent dans la composition de sauces aigres-douces, dans des plats asiatiques par exemple.

Les fruits du kumquat Fortunella hindsii

Fortunella hindsii

Multiplication

Semis

Le semis s’effectue au printemps, de préférence à partir de graines fraiches. Le mieux est d’utiliser les graines que vous récupérez sur un kumquat prêt à être mangé. Rincez les graines, mais ne les faites pas sécher.

  1. Prenez un pot et remplissez-le avec du terreau spécial semis.
  2. Semez les graines, puis recouvrez d’une couche de terreau, sur environ 1 cm d’épaisseur.
  3. Tassez légèrement.
  4. Arrosez en pluie fine.
  5. Placez le pot à un endroit lumineux, à une température comprise entre 19 et 24 °C.

Veillez à ce que le substrat reste légèrement humide jusqu’à la germination.

Il faudra attendre plusieurs années avant que le kumquat ne commence à produire des fruits.

Greffage

Le greffage du kumquat s’effectue au printemps, à partir du mois de mai, afin de profiter de températures assez douces. On réalise une greffe en écusson.

Comme porte-greffe, on utilise en général le Poncirus trifoliata, un citronnier épineux qui a l’avantage d’être robuste et très rustique. Il est aussi possible de greffer le kumquat sur un bigaradier.

Bouturage

Le kumquat se bouture en été, vers le mois d’août, jusqu’en début septembre.

  1. Prélevez un segment de tige, d’environ 15 cm de longueur, en coupant juste avant d’un nœud (point d’insertion des feuilles sur la branche). Effectuez une coupe nette, à l’aide d’un couteau aiguisé et désinfecté.
  2. Supprimez les feuilles situées à la base de la bouture, n’en conservez que quelques-unes en haut de la tige.
  3. Préparez un pot avec un mélange de terreau et de sable grossier, et arrosez pour l’humidifier.
  4. Plantez la base de la tige dans le substrat, et tassez bien tout autour.
  5. Placez un sac transparent ou une bouteille en plastique sur le pot, pour créer une atmosphère saturée en humidité (bouturage à l’étouffée).
  6. Installez le pot à un endroit lumineux, sans soleil direct.
  7. Veillez à ce que le substrat reste légèrement humide, et aérez de temps en temps la bouture pour éviter qu’elle ne pourrisse.

Association

Au jardin, le kumquat peut trouver sa place auprès d’autres arbustes fruitiers et originaux. Découvrez par exemple l’Asiminier, le Feijoa, le Goumi du Japon ou le Zanthoxylum ! Certains agrumes se montrent relativement rustiques : le mandarinier ‘Satsuma’ ou le bigaradier, qui semblent capables de supporter – 10 °C. Vous pouvez aussi profiter des fruits originaux de l’Arbousier.

Pour plus d’idées et d’inspirations, découvrez l’article d’Ingrid sur notre blog : « 7 fruitiers exotiques et rustiques, à cultiver au jardin »

Dans le sud de la France, il entrera dans la composition d’un jardin de style méditerranéen ! Associez-le à des lauriers-roses, bougainvilliers, lavande, olivier, santoline… Ces plantes peu exigeantes apprécient le plein soleil et supportent bien les terrains pauvres et secs. Elles vous demanderont peu d’entretien ! Profitez aussi de l’originalité des euphorbes et de la floraison colorée des hélianthèmes.

Si vous habitez une région plus fraiche, vous pouvez aussi constituer ce genre d’ambiance évoquant le sud. Cultivez le kumquat en pot, et, du printemps à l’automne, placez-le sur votre terrasse ou à un autre endroit ensoleillé, parmi des plantes de style méditerranéen.

Profitez du kumquat pour créer une ambiance méditerranéenne. Fortunella margarita, Lavande, Laurier-rose (photo Challiyan), Hélianthème ‘Ben Fhada’ et Olivier

Vous pouvez aussi l’installer en isolé, ou installer simplement quelques vivaces à ses pieds, comme des graminées. Ainsi, il aura la place de bien se développé, et son feuillage ne sera pas gêné par l’ombre d’autres arbres ou arbustes.

Questions fréquentes

Puis-je cultiver le kumquat à l’intérieur d’une maison ou d’un appartement ?

Non, car l’air des maisons et appartements est en général trop chaud et sec pour le kumquat ! Même si vous le cultivez en pot et que vous le rentrez sous abri en hiver, il vaut toujours mieux l’installer par exemple sous une serre froide, un châssis ou une véranda, où la température ne dépassera pas 10 °C... Puis le ressortir en extérieur au printemps. Le kumquat a besoin de températures fraiches !

Mon kumquat ne donne pas de fruits. Pourquoi ?

Vérifiez que les conditions lui conviennent : il doit être installé à un endroit lumineux et ensoleillé. L’ombre dense nuit à la production de fruits. Il a aussi besoin d’un sol riche : n’hésitez pas à apporter de l’engrais pour le nourrir. Si votre kumquat est en extérieur en hiver, la fructification peut être empêchée par des températures trop basses. Les fruits sont en effet sensibles au gel.

Les feuilles de mon kumquat deviennent jaunes ! Que faire ?

Il est probable que cela soit causé par une carence. Le kumquat est une plante gourmande, apportez-lui régulièrement de l’engrais ! S’il est installé en terrain calcaire, il est probable que le calcaire présent dans le sol empêche l’absorption des éléments minéraux. Dans ce cas, déterrez l’arbuste et cultivez-le plutôt en pot.
Le jaunissement des feuilles peut aussi être causé par des araignées rouges, qui piquent les tissus et consomment la sève.

Mon kumquat porte sur ses tiges et feuilles de petits amas blancs, à l’aspect feutré

Il est attaqué par des cochenilles farineuses. Elles piquent les tissus de la plante et prélèvent la sève, ce qui affaiblit l’arbuste et peut entrainer l’apparition de fumagine : un dépôt noir sur les feuilles, causé par un champignon. Vous pouvez éliminer les cochenilles à l’aide d’un chiffon imbibé d’un mélange d’alcool à 90°, de savon noir et d’huile végétale.

Mon kumquat a ses feuilles qui deviennent jaunes et tombent !

Les deux causes les plus probables sont soit un manque d’eau, soit un excès d’eau. L’arbuste est sans doute en stress hydrique. Vérifiez l’humidité du substrat, et arrosez dès que celui-ci commence à devenir sec. Par contre, évitez absolument de laisser de l’eau stagner dans le dessous-de-pot. Assurez-vous également que le substrat est suffisamment drainant. Si la terre de plantation est lourde, les racines risquent d’être asphyxiées et de pourrir. Si nécessaire, rempotez le kumquat dans un substrat constitué d’un mélange de terreau, de compost bien décomposé et de sable grossier.
Si vous avez placé votre kumquat en intérieur, par exemple dans votre maison ou appartement, il est probable que l’atmosphère trop chaude et sèche soit responsable de la chute de ses feuilles ! Du printemps à l’automne, préférez laisser le kumquat en extérieur, puis, en hiver, l’installer dans une véranda ou serre froide, avec une température n’excédant pas 10°C.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire