Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
Terre de bruyere : l'utiliser au jardin - conseils
conseil

Terre de bruyère : comment bien l'utiliser au jardin ?

Les précautions à prendre avec ce substrat

Camélias, azalées, rhododendrons, hortensias, érables du Japon… Ces plantes sont souvent classées dans la catégorie des arbustes de « terre de bruyère ». Leurs magnifiques floraison font rêver plus d’un jardinier mais elles sont acidophiles, c’est-à-dire qu’elles apprécient les sols acides et redoute le calcaire, ce qui limite parfois les possibilités de plantation dans certains jardins.

Faut-il alors dans ce cas remplacer sa bonne terre de jardin par de la terre de bruyère pour profiter de ces plantes ? Mais c’est quoi au juste cette fameuse « terre de bruyère » ? Et surtout, est-ce vraiment bon pour les plantes, même celle dites « de terre de bruyère » ? On vous explique tout ça dans notre fiche conseil !

Qu'est-ce que la terre de bruyère ?

Sous le terme « terre de bruyère », on trouve deux substrats assez différents :

  • la véritable terre de bruyère,
  • la terre dite de bruyère.

La véritable terre de bruyère

La vraie terre de bruyère, naturelle, se trouve dans les sous-bois, sur un sol sableux, au pieds des conifères ou dans les landes à bruyères. Cette terre est créée principalement par décomposition des bruyères, une matière organique pauvre en nutriments. La terre de bruyère est très acide (pH < 5), l’azote et le phosphore sont peu disponibles et on constate souvent une présence de polluants ou de métaux lourds comme des ions aluminium. Cette terre n’étant plus exploitée qu’à très petite échelle en Sologne (France), elle est rare et donc chère.

véritable terre de bruyère

La terre dite « de bruyère »

C’est une « ‘imitation » de la véritable terre de bruyère. Elle est composée de terre siliceuse, d’un peu de sable pour la perméabilité, d’écorces et d’aiguilles de pin réduits en poudre, de fibres végétales, du compost et parfois de tourbe. Dans certains cas, un ajout de fertilisant est  aussi inclut dans ce « terreau« .

Nota bene : les tourbières sont des milieux naturels acides très fragiles où vit une flore et une faune tout à fait particulière. L’exploitation de ces tourbières les détruit quasi irrémédiablement car il faut des milliers d’années pour qu’elles se reconstituent. Évitons donc les « terres dite de bruyère » du commerce contenant de la tourbe blonde.

Les inconvénients de la terre de bruyère

Les jardiniers sont généralement des gens sont de bonne volonté. S’ils lisent « plante de terre de bruyère », ils plantent dans de la véritable terre de bruyère pure. Malheureusement, il n’y a rien de plus efficace pour faire crever une plante, même « de terre de bruyère » ! C’est d’ailleurs l’une des premières causes d’échec pour la culture de plantes de milieux acides.

Pourquoi ? Parce que la vraie terre de bruyère ne doit jamais être utilisée pure !

En réalité, ce substrat a les défauts de ces qualités :

  • Une forte acidité : youpi, chouette ! C’est acide donc c’est bon pour les plantes acidophiles. Certes, mais pas au point de planter directement dans ce substrat très acide. Une acidification trop importante du sol va réduire l’activité de la pédofaune et limiter ainsi la disponibilité des éléments nutritifs. La pédofaune est la faune du sol (vers, invertébrés, collemboles et même bactéries) qui permet de créer un sol et de minéraliser les éléments organiques donc de  nourrir les plantes.
  • Riche en humus mais… pauvres en éléments nutritifs : cette terre est issue de décomposition de bruyères. De plus, le peu qu’il y a est difficilement assimilable (voir plus haut).
  • Elle ne retient pas l’eau : de par sa composition, c’est une terre qui est très perméable. Cela est un avantage car les plantes de terre de bruyère préfèrent les sols drainés, surtout en hiver, mais… une fois sèche, ce substrat est quasiment impossible à ré-humidifier, semant alors la mort et la désolation sur vos petites plantes chéries. 
  • Elle se réchauffe rapidement au printemps : cela peut parfois causer des soucis à certaines plantes acidophiles qui fleurissent tôt dans la saison. Elles se font alors surprendre par une gelée tardive qui avorte la floraison.

La plantation dans de la terre de bruyère pure est une des principales causes d’échecs au jardin, si vous cherchez les neuf autres, lisez notre article : « 10 façons de faire mourir une plante naturellement« 

terre de bruyère

Comment mieux utiliser la terre de bruyère, par quoi la remplacer ?

A la plantation

La terre de bruyère et le substrat dit de terre de bruyère sont utilisés pour augmenter l’acidité d’un sol et améliorer le drainage.

  • La véritable terre de bruyère

La vraie terre de bruyère ne doit en aucun cas être utilisée pure ! Elle ne doit être utilisée qu’à raison de 30 % maximum : 1/3 terre de bruyère et 2/3 terre franche est un minimum.

Mais, pour installer des plantes acidophiles, le must reste de composer un mélange de :

1/4 terre de bruyère + 1/4 terreau de feuilles + 1/4 terre franche + 1/4 « substrat » drainant comme du gravier, du sable ou de la pouzzolane.

  • La terre dite de bruyère

Avec de la terre « dite de bruyère » : vous devrez la mélanger avec la terre de votre sol à raison de 50 % de terre « dite de bruyère » avec 50 % terre franche. Vous pouvez, à la rigueur, utiliser de la terre « dite de bruyère » pure uniquement dans les plantations en pots. Mais n’oubliez pas les arrosages !

Si vous n’avez pas de terre de bruyère ou de terre « dite de bruyère », remplacez-la par :

  • des aiguilles et des écorces de pin : le sol sous les conifères est souvent très acide car il est issu de l’accumulation d’aiguilles. Vous pouvez donc faire un ajout en surface d’un peu d’aiguilles de pin. vous pouvez aussi ajoutez quelques morceaux d’écorces en décomposition.
  • du terreau de feuilles : c’est le résultat de la fermentation et de la décomposition de feuilles. Ce terreau est un substrat plus acide que le compost conventionnel. Les meilleures feuilles à utiliser sont les feuilles de chêne et de châtaignier. Pour le réaliser, vous pouvez entreposer des feuilles dans un silo grillagé que vous aérerez de temps en temps en mélangeant à l’aide d’une fourche.

Et bien entendu, vous pouvez utiliser les feuilles mortes et les aiguilles de pin en paillage. Cela gardera une fraîcheur et une humidité aux pieds de vos arbustes, tout en enrichissant le sol et en maintenant une certaine acidité.

Pour en savoir plus...

La plantation des plantes de terre de bruyère n’est pas si compliquée si on suit les bons conseils de Michael. Il vous donne, en outre,  5 trucs savoir pour réussir les arbustes de terre de bruyère.

Avec tout cela, vous aurez sans aucun doute envie de vous lancer dans la plantation de plantes acidophiles. Les plus belles plantes de cette catégorie se retrouvent dans notre pépinière en ligne : arbustes de terre de bruyère.

 

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire