Maladies et parasites de la bignone

Maladies et parasites de la bignone

Reconnaître et lutter contre les affections des Campsis

Sommaire

Mis à jour le 9 Février 2024  par Solenne 4 min.

La bignone est une grimpante vigoureuse, qui profite notamment d’une bonne résistance aux maladies. Elle est également largement dédaignée des parasites. Néanmoins, l’oïdium peut parfois s’inviter sur son feuillage. Bien que rarement redoutables, elle peut également faire l’objet d’attaques de cochenilles farineuses, de pucerons, d’araignées rouges, ou encore de cicadelle blanche dans le sud de l’hexagone.

Identification et traitements, voici comment lutter contre les maladies et parasites de la bignone.

Difficulté

La bignone et l’oïdium

Maladie cryptogamique courante au jardin, l’oïdium est aussi parfois appelé « maladie du blanc » et « pourriture blanche » en raison des Érysiphacées, des champignons microscopiques, qui la provoquent. En effet, l’oïdium est facilement reconnaissable au feutrage blanc grisâtre, farineux et plus ou moins épais, qui s’installe sur les jeunes feuilles, les premières pousses, ou encore sur les boutons floraux.

Autres caractéristiques, les feuilles touchées par l’oïdium se raidissent et se déforment. Il arrive même parfois qu’elles se perforent. Quant aux boutons floraux et aux fruits, ils se recroquevillent, provoquant une diminution importante de la floraison de la bignone.

Apparition de l’oïdium, les causes

Le développement de l’oïdium est favorisé par les ambiances confinées, une météo fraiche et humide avec des températures autour des 15°C. Cette maladie se manifeste donc principalement à la fin du printemps et à l’automne.

oidium

Oïdium

Prévenir l’oïdium sur la bignone

Pour préserver votre bignone de l’oïdium :

  • installez-la de préférence dans un espace bien aéré. Une bonne circulation de l’air autour des plantes est ici primordiale.
  • Paillez le pied de votre bignone et évitez les arrosages trop fréquents et abondants.
  • Évitez les amendements trop riches en azote qui accroissent la sensibilité de la plante à l’oïdium, et diminuent sa floraison au profit de son feuillage.
  • Évitez aussi de tailler trop sévèrement votre bignone, car l’opération stimule le développement des nouvelles pousses, plus sensibles à l’oïdium.

Les traitements naturels pour lutter contre l’oïdium

Aux premiers symptômes de l’oïdium, supprimez immédiatement toutes les feuilles infectées et jetez-les. Attention, ne les placez pas dans votre composteur au risque de contaminer tout le jardin.

Durant le mois qui suit, pulvérisez chaque semaine une solution à base de bicarbonate de soude sur le feuillage sec de votre bignone. Pour préparer cette solution, mélangez :

  • 5 cuillères à café de bicarbonate de soude ;
  • 3 cuillères à soupe de savon noir ;
  • et 5 litres d’eau tiède.

Bicarbonate de soude

Il ne s’agit pas d’un fongicide, puisque cette solution ne tue pas les champignons. En revanche, elle bloque efficacement leur développement.

La décoction de prêle est également un bon traitement contre l’oïdium. Tous les 10 jours durant la saison sensible, pulvérisez cette décoction le matin ou le soir sur les feuilles de la bignone.

Si ces deux solutions ne suffisent pas, utilisez une huile essentielle d’ail ou de serpolet. Celles-ci bénéficient de propriétés fongicides. Attention toutefois à bien vous protéger lorsque vous les utilisez. Pour obtenir votre fongicide, dissolvez 20 gouttes d’huile essentielle d’ail ou de serpolet dans une cuillère à café de savon noir, et mélangez le tout avec un verre d’eau.

Les parasites de la bignone

Les principaux ennemis de la bignone sont la cochenille farineuse, le puceron, l’araignée rouge, et la cicadelle blanche. Notez également que les bignones sont très souvent visitées par les fourmis, mais leur présence est généralement sans dommage pour la plante, bien qu’elles puissent être le signe d’une invasion de pucerons (les fourmis élèvent les pucerons afin de se nourrir de leur miellat.)

Les pucerons et la bignone

Généralement bien visibles, les pucerons forment des colonies compactes sur les tiges, les jeunes pousses et les bourgeons de la bignone.

Pucerons et fourmis

Ils sécrètent notamment un miellat collant sur les feuilles. Les pucerons se logent souvent sur le revers des feuilles, ce qui provoque l’enroulement de ces dernières.

  • En favorisant la biodiversité dans votre jardin, les pucerons seront rapidement éliminés par les oiseaux, les coccinelles, ou encore les chrysopes, qui sont leurs prédateurs naturels.
  • Procédez à des pulvérisations d’eau savonneuse afin de déloger les pucerons.
  • Le purin d’ortie, une décoction obtenue à partir de la macération de feuilles d’ortie hachées dans l’eau, est également relativement efficace contre ce parasite.
  • Notez qu’il existe aussi des produits de traitements prêts à l’emploi pour lutter contre les pucerons, et qui sont admis en agriculture biologique. Des produits à base de pyréthrines naturelles, de deltaméthrine, ou d’acides gras.

Les cochenilles farineuses et la bignone

Les cochenilles farineuses sont facilement reconnaissables aux amas blancs et cotonneux qu’elles forment sur les feuilles de la bignone.

Cochenille farineuse

  • Pour éliminer la progression de la cochenille farineuse, commencez par imbiber un coton avec de l’alcool à 90°C, et utilisez-le pour nettoyer les feuilles de votre bignone. Rincez-les ensuite avec un chiffon mouillé d’eau.
  • Pour finir, procédez à des pulvérisations d’huile de colza qui devront être renouvelées deux ou trois fois à 15 jours d’intervalle.

Les araignées rouges et la bignone

L’araignée rouge, Tetranychus urticae, est un minuscule acarien qui apprécie les atmosphères chaudes et sèches. Les invasions d’araignées rouges sont donc plus fréquentes en été.

Les araignées rouges

Cet acarien a la particularité de s’attaquer aux plantes cultivées dans le jardin, mais aussi celles conservées sous serre ou en intérieur. Difficilement visibles à l’œil nu, en raison de leur petite taille, les araignées rouges peuvent être repérées aux fines toiles qu’elles tissent autour des feuilles et des tiges. Les feuilles piquetées de points blancs ou jaunes, devenant entièrement jaunes ou grisâtres, peuvent également vous alerter.

  • Pour en débarrasser votre bignone, vaporisez régulièrement de l’eau sur le feuillage de la bignone. L’opération suffit généralement à enrayer une faible infestation.
  • En cas d’invasion étendue, pulvérisez une macération d’ortie sur le feuillage de la plante.

Cicadelle blanche

La cicadelle blanche, ou cicadelle pruineuse (Metcalfa pruinosa), est uniquement présente dans le sud de la France. Cousine de la cigale et du puceron, elle ressemble beaucoup à une sauterelle blanche.

On la repère notamment à la décoloration des feuilles de la bignone qui se produit sous la forme de minuscules ponctuations, puis de taches plus étendues. La présence de miellat, des gouttelettes noirâtres, collantes et visqueuse, est également un bon indicateur.

Pour lutter contre la cicadelle blanche, utilisez des pulvérisations de pyrèthre, d’huile de neem, de savon noir, ou de solution de kaolinite.

Commentaires

  • Cressens claudette, le 29 Juillet 2023

    Bonjour, Ma bignone a fleuri pendant longtemps.....de très grosses fleurs et son branchage faisaient
    l'admiration de tous. Mais depuis plusieurs années,elle parait toujours en bonne santé,.... fait des beaux boutons.....qui "s'étiolent" avant de fleurir...et tombent..Pourtant elle garde un beau feuillage. Elle cotoie de gros cèdres.....et d'après un voisin, patron d'une jardinerie...cette mitoyennerie en serait la cause...comment expliquez-vous cette "maladie" ? merci pour votre réponse - Cordialement

    • Réponse de Ingrid, le 1 Août 2023

      Bonjour,

      La proximité de gros cèdres à votre bignone peut effectivement affecter sa floraison. Ces arbres absorbent une grande quantité d'eau et de nutriments du sol, potentiellement privant votre bignone de ressources essentielles. De plus, si les cèdres ont grandi, ils peuvent ombrager la bignone, réduisant ainsi la lumière solaire qu'elle reçoit, essentielle pour sa floraison.

      Pour aider votre bignone, assurez-vous qu'elle soit bien arrosée, surtout pendant les périodes sèches. Une fertilisation au printemps avec un engrais équilibré pourrait stimuler la floraison. Il peut aussi être bénéfique de tailler les branches mortes ou faibles pour encourager une croissance vigoureuse. Si la compétition avec les cèdres semble vraiment être le problème, envisagez de déplacer la bignone vers un endroit plus ensoleillé.

maladie parasite bignone