Les maladies et parasites du châtaignier : symptômes, prévention et traitements

Les maladies et parasites du châtaignier : symptômes, prévention et traitements

Mieux connaître pour mieux soigner

Sommaire

Mis à jour le 28 Février 2024  par Pascale 7 min.

Si vous voulez planter un châtaignier (Castanea sativa), un grand arbre de la famille des Fagacées, dans votre jardin, il est primordial de bien connaître ses besoins et ses points faibles. Le châtaignier a besoin d’un sol acide, profond, léger et riche et d’un emplacement ensoleillé. Pour autant, il ne demande aucun entretien particulier. Mais le châtaignier fait partie de ces arbres qui souffrent du dérèglement et du réchauffement climatiques. D’ailleurs, ce dernier siècle, et en particulier ces dernières années, beaucoup de plantations de châtaigniers ont été touchées par des maladies ou des ravageurs qui se développent et se propagent vite.

Voyons ensemble quels sont les principales maladies du châtaignier et insectes parasites qui touchent les châtaigniers ? Et surtout comment prévenir et soigner naturellement ces châtaigniers ?

Châtaignier maladies

Difficulté

Le chancre du châtaignier

C’est quoi cette maladie ?

Le chancre du châtaignier est une maladie cryptogamique causée par le champignon Cryphonectria parasitica (Endothia paratisica sous sa forme imparfaite). Originaire d’Asie, il est entré en Europe par l’Italie en 1938. Il touche essentiellement les châtaigniers, mais aussi les chênes (Quercus) ou les érables (Acer).

C’est un champignon qui s’abrite sous l’écorce des arbres, sous forme de mycéliums agglutinés. Les spores se déplacent grâce au vent et vont contaminer d’autres arbres. La contamination est en général très rapide et violente, surtout sur de jeunes sujets ou des arbres affaiblis.

Le champignon provoque un ralentissement de la sève.

Les symptômes

  • Apparition de points orange sur l’écorce du tronc puis des branches qui finissent par rougir
  • Éclatement de l’écorce
  • Apparition de gourmands sur les tiges
  • Dessèchement des branches.

Les semis et les jeunes arbres de moins de 15 ans peuvent dépérir et mourir si le tronc et ses branches principales sont attaqués. En revanche, il est plus rare que les arbres adultes meurent.

châtaignier maladies

©Joseph O’Brien et ©Département de la conservation et des ressources naturelles de Pennsylvanie

Gestes préventifs et traitement

  • Couper la branche attaquée et la brûler
  • Curer le chancre
  • En prévention, il est recommandé d’élaguer, c’est-à-dire tailler les branches mortes ou malades d’un arbre.

L'encre du châtaignier

C’est quoi cette maladie ?

Cette maladie a occasionné de graves dégâts aux forêts de châtaigniers aux XIXe et XXe siècles. Aujourd’hui, elles touchent énormément les arbres qui poussent sur le littoral atlantique et l’Île-de-France, des régions où les conditions climatiques sont plutôt humides et chaudes. Le réchauffement climatique ne fait qu’accélérer son processus de développement.

Cette maladie est due à un micro-organisme, le Phytophtora cinnamomi ou Phytophtora cambivora. Ils se déplacent par l’eau des sols argileux où ils se plaisent particulièrement. Ils s’attaquent de ce fait aux racines et le collet. La maladie se déplace très rapidement et s’attaque au système racinaire.

châtaignier maladies

Maladie de l’encre noire sur un châtaignier (©Abrahami)

Les symptômes

  • Pourriture des racines qui sont envahies de spores formant une sorte d’encre noire qui suinte à la base du tronc
  • Nécroses noires sur les racines et la base du tronc
  • Feuilles qui se développent mal, se flétrissent et se nanifient, elles peuvent aussi se colorer de rouge ou de jaune
  • Pousses chétives
  • Rameaux desséchés
  • Branches qui meurent

L’arbre finit par mourir au bout de un à cinq ans.

Gestes préventifs et traitement

Aucun traitement n’existe actuellement. La seule solution est de couper l’arbre avant que la prolifération ne touche l’ensemble de la forêt.

La prophylaxie reste la mesure la plus efficace pour éviter l’apparition de cette maladie. Il est donc essentiel d’implanter des variétés peu sensibles à l’encre sur un sol parfaitement drainé. Les variétés Maraval, Marigoule et Marlhac bénéficient d’une bonne résistance aux maladies.

De même, le transport de terre, potentiellement contaminée, est à bannir lors de l’implantation d’un châtaignier.

Il faut également éviter tout stress hydrique.

Il est à noter que toute suspicion d’encre noire sur un châtaignier est à signaler sur l’application Vigil’encre ou sur le site de l’INRA

Le cynips du châtaignier

C’est quoi cet insecte ?

Le cynips (Dryocosmus kuriphilus) est une petite guêpe, noire aux pattes jaunes, longue de 2,5 à 3 mm, originaire de Chine, qui a fait son apparition en Europe dans les années 2000. Elle se reproduit par parthénogenèse, c’est-à-dire sans accouplement. La femelle produit environ 100 à 150 œufs, pondus dans les bourgeons entre juin et août. Les larves y passent l’hiver puis se nymphosent entre mai et juillet, avant de s’envoler.

Les symptômes

Les premiers symptômes apparaissent au printemps :

  • Des galles sont visibles sur les bourgeons des feuilles
  • Les feuilles sont déformées
  • Les rameaux se développent mal
  • La floraison et la fructification sont perturbées
châtaignier maladies

Galle due au cynips du châtaignier

Gestes préventifs et traitement

Il n’y a pas de méthode pour lutter contre cet hyménoptère.

Tout passe par la prévention :

  • Surveillance des bourgeons au printemps pour repérer la présence de galle
  • Taille et brûlage des rameaux infestés

La lutte biologique grâce à une autre espèce de guêpe, la Torymus sinensis, donne de bons résultats dans les régions où les châtaigniers sont assez présents, comme l’Ardèche. Cet auxiliaire de biocontrôle pond ses œufs à l’intérieur des galles sur les larves des cynips.

Le xylébore disparate

C’est quoi cet insecte ?

Xyleborus dispar est un coléoptère qui s’attaque aux châtaigniers, aux chênes et aux hêtres. Il tient son nom de la différence de taille entre le mâle (1,8 à 2,4 mm) et la femelle (3 à 3,8 mm). Cette dernière, fécondée par le mâle, s’envole de fin mars à début avril, voire jusqu’en mai selon la météo.

Lorsqu’elle a trouvé sa cible, elle creuse des galeries, une pénétrante, les autres circulaires, dans le bois où elle pond ses œufs. Dans le même temps, les galeries sont envahies des spores de champignons qu’elles transportent. Le mycélium s’y développe et constitue la nourriture de base des larves. Arrivées à l’âge adulte, mâle et femelle s’accouplent au sein même des galeries.

Symptômes

  • Flétrissement des feuilles des jeunes tiges ou branches
  • Suintement de sève qui émerge de petits trous noirs dispersés sur le tronc et les branches (éventuellement accompagnée de sciure)
  • Galeries bien visibles dans le bois des branches cassées
  • Affaiblissement de l’arbre.

Gestes préventifs et traitements

  • Destruction des branches attaquées
  • Pose de pièges englués de couleur rouge remplis d’alcool éthylique
  • Apport d’une fumure pour activer la croissance des arbres (le Xyléborus dispar s’attaquant essentiellement aux arbres jeunes ou affaiblis)

Les maladies et ravageurs des châtaignes

D’autres insectes ou maladies s’attaquent plus particulièrement aux châtaignes :

La tordeuse du châtaignier

La tordeuse du châtaignier (Pammene fasciana) est un papillon qui vole de début juin à début août. Il s’attaque surtout aux jeunes bogues encore vertes dont ils provoquent la chute. En fait, ce sont les larves qui se nourrissent du limbe puis des bogues, avant de pénétrer dans le fruit en formation dont elles mangent le contenu. Une fois rassasiées, les larves se déplacent vers d’autres bogues.

Comment lutter ?

  • Pose de pièges à phéromones
  • Pulvérisation de Bacillus thuringiensis

Le carpocapse du châtaignier

Le carpocapse du châtaignier (Cydia splendana) est un papillon de nuit dont les larves dévorent l’intérieur des châtaignes avant et pendant la récolte, de la même façon que la tordeuse.

châtaignier maladies

Larve de Cydia splendana dans une châtaigne

Comment lutter ?

  • Bêcher le pied des châtaigniers pour mettre à jour les larves qui hivernent. Le froid de l’hiver les exterminera
  • Utiliser des pièges appâts et des pièges à phéromones spécialement destinés aux carpocapses
  • Inviter les prédateurs comme les mésanges et perce-oreilles, en installant des hôtels à insectes et des nichoirs
  • Pulvériser la bactérie Bacillus thuringiensis

Le balanin des châtaignes

C’est un coléoptère qui s’attaque aussi aux glands. Long de 6 à 9 mm, il est recouvert de pubescence jaunâtre à grisâtre, et est équipé d’un long rostre. La femelle pond ses œufs dans les châtaignes, les larves y restent pendant une quarantaine de jours avant de percer un trou pour sortir et hiverner. Les fruits tombent avant l’heure.

Comment lutter ?

  • Bêcher le pied des châtaigniers pour faire sortir les larves du sol

La pourriture noire de la châtaigne

Cette maladie est provoquée par le champignon Ciboria batschiana qui se développe sur les châtaignes de l’année précédente, ou sur les glands. Elle se reconnaît grâce à l’apparition, entre septembre et décembre, d’apothécies gris brun, brillantes, en forme de coupelle.

Le trempage des châtaignes pendant quelques jours permet d’éliminer toute trace de spores.

châtaignier maladies

Ciboria batschiana en développement sur une châtaigne

Commentaires

Castanea sativa
Nous ne livrons que les articles des catégories graines et bulbes dans votre pays. Si vous ajoutez d'autres articles à votre panier, ceux-ci ne pourront pas être expédiés.