Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander

Troène, ligustrum : planter, tailler et entretenir

Le Troène, en quelques mots

  • Les troènes forment de petits arbustes ou de grands buissons à croissance rapide.
  • Ils sont persistants ou semi-persistants, offrant en plus de leur teinte vert sombre lustrée, diverses formes panachées.
  • Ils conviennent bien aux petits jardins en haie ou en arrière-plan de massif.
  • Les troènes se prêtent bien à la taille répétée et peuvent servir à constituer des topiaires voire des bonsaïs.
  • Très rustiques, ils tolèrent tous types de sols bien drainés, même calcaires, le plein soleil comme la mi-ombre et résistent à la pollution.

Le mot de notre experte

Le Troène ou troëneLigustrum en latin, est un arbuste ou un petit arbre souvent employé pour constituer des haies. De croissance rapide, peu exigeant, facile de culture en tout sol pas trop sec, il supporte parfaitement les tailles répétées. Il peut également être planté en massif arbustif et pousser librement. Il mériterait un emploi plus fréquent sous forme de sujet isolé, taillé ou en forme libre, ou encore au sein de massifs. Le feuillage, tout comme la floraison et la fructification sous forme de baies luisantes noires sont autant d’attraits qui valent la peine d’être exploités.

Il existe une grande variété de feuillages, caduques ou persistants, toujours luxuriants, brillants et de taille assez modeste si bien que le troène peut s’intégrer aussi bien dans un massif d’arbustes que de vivaces, dans une rocaille, dans une haie basse ou moyenne ou encore dans un décor de terrasse ou de balcon. Pour éclairer une zone sombre ou attirer le regard, il existe des formes panachées comme Ligustrum ovalifolium ‘Aureum’ mais aussi des formes plus subtiles à feuillage vert qui s’illumine au cours des saisons comme le cultivar ‘Lemon Lime’ ou Ligustrum vicaryii.

Leur floraison plus ou moins spectaculaire selon l’espèce, est cependant toujours mellifère, originale par son parfum de miel, qui attire de nombreux insectes butineurs comme les papillons et les abeilles. La présence de troènes au jardin encourage ainsi la biodiversité, ils sont attractifs également envers les oiseaux à l’automne en leur servant de gîte et de couvert .

Ligustrum lucidum est une espèce arborée à croissance rapide qui tolère bien la sécheresse et constitue un petit arbre d’ombrage persistant, intéressant en région méditerranéenne. Il se ressème à l’envie grâce à l’abondance de sa fructification.

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Ligustrum sp.

Famille : Oléaceae

Nom commun : Troène

Floraison : suivant les variétés, entre avril et septembre

Hauteur : entre 1,50 m et 6 m

Exposition : soleil ou mi-ombre

Sol : tous types de sols drainés

Rusticité : Excellente à moyenne

Principalement originaire d’Asie, le genre Ligustrum se rencontre toutefois en Europe, en Afrique du Nord et même en Australie.  Il réunit près de 50 espèces dont la plupart  de celles qui sont sélectionnées pour le jardin (japonicum, ovalifolium, sinense, lucidum, obtusifolium) sont d’origine asiatique notamment du Japon, de Chine et de Corée. Seule l’espèce vulgare est native d’Europe mais son aire s’étend jusqu’en Asie tempérée et en Afrique du Nord.

Les troènes appartiennent à la famille des Oléacées tout comme l’Olivier, le Frêne, le Forsythia et le Jasmin. Ligustrum lucidum forme un arbre jusqu’à 15-20 m de haut dans la nature, tandis que la plupart des autres espèces cultivées sont des arbustes oscillant entre 1 et 3 m de haut à maturité et qui tolèrent bien la taille de surcroît.

Parmi les traits remarquables du genre Ligustrum, on peut citer les feuilles entières, opposées, ovales ou obovales (plus larges dans la partie supérieure du limbe), avec une nervure centrale très marquée. Les feuilles luisantes sont persistantes chez le troène du Japon (Ligustrum japonicum ) et de Chine (L. lucidum), semi-persistantes (persistantes en climat doux) chez le troène commun Ligustrum vulgare, le troène de Californie (L. ovalifolium) et L. sinense ou encore strictement caduques chez d’autres espèces.

Troene, ligustrum

Ligustrum vulgare – illustration botanique

Elles mesurent entre 2 et 10 cm de long. L. vulgare ‘Lodense’ est une forme à feuillage fin semi-persistant qui vire au bronze à l’automne. Il est très apprécié en haie basse ou topiaire car il est de croissance lente et crée de jolis dômes de 1 m de haut. Les feuilles coriaces et bien arrondies de L. japonicum ‘Rotundifolium Aureum’ sont vert foncé marginées d’or et prennent une jolie teinte vert et rose au printemps ainsi qu’à l’automne. L. japonicum ‘Texanum’ est à feuilles coriaces ondulées tandis que Ligustrum ibota Musli présente un feuillage panaché de crème particulièrement lumineux.

Les fleurettes tubulaires groupées en inflorescences plus ou moins foisonnantes, de 2 à 15 cm de long sont à 4 sépales soudés, 4 pétales d’aspect cireux, 2 étamines qui diffusent un abondant pollen et un pistil bifide. Les fleurs sont généralement couleur crème mais présentent une pointe de pourpre chez le troène du Yunnan (L. delavayanum). L’espèce sinense est particulièrement attractive au moment de la floraison avec son port pleureur et ses longues grappes blanches odorantes. Attention le pollen peut être allergisant pour certaines personnes qui y sont sensibles. Comme le troène fleurit sur le bois de l’année en cours, il est alors conseillé de tailler juste avant l’ouverture des grappes.

Les grappes de fruits noir violet se détachent sur le feuillage à l’automne et en hiver. Il s’agit de petits fruits à noyau, d’environ 1 cm, toxiques pour l’homme et les animaux domestiques mais très appréciés par les oiseaux qui y trouvent à la fois le gîte et le couvert.

Le système racinaire des troènes est assez dense et traçant  si bien qu’il est difficile de faire pousser d’autres végétaux à leur pied. Une fois bien implanté, le troène est capable de résister à des périodes de sécheresse même s’il préfère un sol frais.

Le nom de genre des troènes est Ligustrum, qui vient du latin ligare signifiant « lier », en référence à ses tiges flexibles qui servaient à faire des liens.

Les principales variétés

Le troène est un genre plus diversifié qu’il n’y paraît. Cet arbuste, essentiel pour structurer le jardin, se décline en de nombreuses espèces et variétés. Sur les quelques cinquante espèces de troène, les plus communes sont Ligustrum japonicum et ovalifolium, souvent employées pour constituer des haies. Le troène produit en effet des haies décoratives rustiques, très faciles à entretenir, plus écologiques que les haies de conifères, à croissance généralement rapide et tolérant bien la pollution.

Les cultivars moins vigoureux et certaines espèces comme Ligustrum delavayanum sont toute indiquées pour orner un bac. Cette dernière possède un petit feuillage vert brillant, très fourni qui permet de modeler sa silhouette en boule sur tige ou autres et de former des bonsaïs. En isolé, leur feuillage persistant ou semi-persistant, panaché d’or ou de crème, sert de point d’appel pour mettre en valeur des floraisons, un escalier ou une statue, surtout si vous les façonnez en topiaire.

Les plus populaires

Troène du Japon - Ligustrum japonicum 60/80cm en pot de 4L

Fleurit en Juil. à Oct.

Hauteur à maturité: 250 cm

Arbuste de croissance rapide, à port dressé et compact, très rustique, peu exigeant, aux jeunes pousses rouge cuivré sur un feuillage vert foncé, idéal en haie ou topiaire.

Troène doré - Ligustrum ovalifolium Aureum 50cm en pot de 2L/3L

Fleurit en Juin à Août

Hauteur à maturité: 200 cm

Arbuste de haie, érigé, vigoureux et compact, au lumineux feuillage panaché d'or dont la floraison estivale blanche et odorante est suivie de baies noires.

Troène Commun - Ligustrum vulgare Lodense 30cm en pot de 3.5L

Fleurit en Juin à Août

Hauteur à maturité: 100 cm

Troène nain formant un arbuste de haie basse, buissonnant et très compact, au feuillage semi-persistant à persistant, vert virant au bronze à l'automne, dont la floraison estivale, blanche et parfumée, est suivie de baies noires.

Nos variétés préférées

Ligustrum ibota Musli - Troène

Fleurit en Juin à Août

Hauteur à maturité: 220 cm

Ce troène est un lumineux arbuste de haie ou de fond de massif. Plus ou moins persistant selon le climat, il montre un port arrondi et de longs rameaux garnis d'un feuillage vert gris clair marginé de blanc crème. Sa floraison estivale blanc-crème est parfumée, elle est suivie de baies noires assez décoratives. De croissance rapide, il supporte bien la taille.

Troène de Californie Lemon Lime - Ligustrum ovalifolium

Fleurit en Juin à Août

Hauteur à maturité: 170 cm

Cette obtention récente, au port arrondi et compact, offre un feuillage plus ou moins persistant, luisant et doré à vert très clair en été. Sa floraison estivale blanche est suivie de baies noires qui persistent longtemps sur la plante en hiver.

Troène - Ligustrum delavayanum

Fleurit en Mai à Juil.

Hauteur à maturité: 180 cm

Un arbuste compact, dense, habillé d'un élégant feuillage persistant pointu d'un vert brillant. et floraison estivale, mellifère. Supportant parfaitement les tailles régulières et répétées, ce troène est idéal pour l'art topiaire. Rustique jusqu'à -13°C.

Troène doré - Ligustrum vicaryi 30/40cm en pot de 2L

Fleurit en Juin à Août

Hauteur à maturité: 200 cm

Arbuste semi-persistant de haie, érigé, vigoureux et compact, au lumineux feuillage jaune d'or au printemps, verdissant en été, parfois à nouveau jaune en automne. Floraison estivale blanche et odorante.

La plantation

Où planter des troènes ?

Les troènes ne sont pas exigeants en matière de sol, ils acceptent tout type de sols drainés même calcaires ou imprégnés de sel de déneigement. Plantez-les dans une zone de préférence ensoleillée afin que le feuillage soit compact et la couleur plus intense mais la mi-ombre leur convient bien aussi. Les feuillages panachés s’expriment davantage au soleil mais peuvent aussi servir à éclairer les endroits mi-ombragés.

Notez que cet arbuste possède une très grande résistance à la pollution, ce qui le rend précieux dans les jardins urbains, ainsi qu’aux embruns.

L’espèce japonicum est assez commune en Europe comme en Amérique du Nord mais seulement dans les régions à hivers doux tout comme lucidum et sinense. Le troène du Yunnan (L. delavayanum)  est également un peu fragile et devra bénéficier d’un endroit abrité des froids mordants. Ligustrum ovalifolium est en revanche beaucoup plus rustique (-28°C) et supporte très bien le calcaire.

Quand planter ?

Bien qu’il soit possible de planter les troènes vendus en pot à tout moment de l’année, dans l’idéal, il est préférable de le faire à partir d’octobre et jusqu’en mars ou avril. Évitez d’intervenir en période de gel, de forte chaleur ou lorsqu’ils fleurissent. Plantez les espèces fragiles au printemps après les fortes gelées de préférence.

Comment planter ?

Évitez de planter les troènes trop proches d’autres plantes notamment de vivaces car ils exercent une forte concurrence pour l’eau et les éléments nutritifs. En revanche, en respectant une distance de 0,80 à 1,50 m des autres arbustes, vous pouvez aisément constituer une haie libre ou un massif d’arbustes avec d’autres espèces à feuilles caduques.

Distancez les plants de 60 cm à 1 m pour constituer une haie de troènes de 1,50 à 2 m de haut. Rapprochez les formes peu vigoureuses comme L. vulgare ‘Lodense’ ou japonicum ‘Rotundifolium Aureum’ qui s’étendent sur seulement 1 m de diamètre.

En isolé, prévoyez un espace de 2 à 4 m en fonction de l’espèce, pour mettre en valeur la silhouette. Les sujets menés sur tronc ou compacts comme Ligustrum japonicum ‘Rotundifolium’ sont de beaux spécimens pour une plantation en isolé, en rocaille ou en pot.

Pour planter un troene :

  1. Plongez la motte dans un seau d’eau pour bien l’humecter.
  2. Creusez un trou de plantation, de 50 cm en tous sens.
  3. Apportez du fumier ou du compost décomposé.
  4. Installez la plante dans le trou de plantation.
  5. Replacez la terre et tassez légèrement.
  6. Arrosez.
  7. Étalez une couche de paillage au pied afin de maintenir une bonne fraîcheur autour des racines. Cela limitera aussi la pousse des mauvaises herbes. 

La reprise est facile et rapide et ne demande que peu d’entretien.

Pour une culture en pot, placez une couche drainante de 3-4 cm au fond du pot (graviers, tessons de poterie, etc.). Ajoutez un mélange composé de 1/3 de terre, 1/3 de terreau et 1/3 de sable grossier.

fruit du troène

Les troènes produisent des baies décoratives et appréciées des oiseaux.

L'entretien et la taille des troènes

L’entretien

Pour conserver une belle allure à vos troènes  :

  • Renouvelez l’apport de compost ou fumier tous les ans au printemps ou dès l’automne.
  • De Février à Avril et de Juillet à Septembre, avant la reprise de végétation et celle de la floraison, taillez le bois malade ou mort et les branches rebelles ou enchevêtrées pour garder un bon port et favoriser l’arrivée de nouvelles pousses.
  • Rabattez les rameaux de moitié pour obtenir une haie plus dense. C’est un arbuste qui supporte bien les tailles répétées.
  • Protégez l’espèce japonicum avec un double voile d’hivernage si l’hiver est rigoureux.

La taille

  • Les espèces à croissance lente comme Ligustrum japonicum ‘Texanum’ sont taillées une fois par an comparée à l’espèce type qui peut en exiger 3 dans l’année. Vous pouvez tailler en Août ou à la fin de l’hiver car les fleurs se forment sur le bois de l’année.
  • Lorsque la floraison n’est pas essentielle, des tailles légères destinées à maintenir la forme d’une topiaire par exemple peuvent s’opérer à tout moment de l’année.
  • Utilisez le taille-haie électrique, la cisaille ou le ciseau à bonsaï selon l’ampleur de la tâche. Le bois de troène est facile à tailler car il est ni trop dur ni trop gros.
  • Pour densifier une haie qui vient d’être plantée, rabattez les plants au sécateur à 30-40 cm du sol puis encore 2 fois dans l’année en laissant une pousse de 30-40 cm à chaque fois. Plus souvent vous taillerez votre haie, plus longtemps les feuilles persisteront avant l’arrivée des frimas.
  • Pensez à contrôler régulièrement les troènes à feuillages panachés afin d’ôter d’éventuelles apparitions de rameaux verts, signes d’un « retour au type ».

Maladies et ravageurs éventuels

Il existe assez peu d’attaques parasitaires chez les troènes. Cependant, ils sont parfois sujets à l’oïdium, un champignon qui se manifeste en situation sèche, surtout sur des arbustes nouvellement plantés. L’oïdium se déclare au début du printemps ou en fin d’automne sous forme de dépôts poudreux blanchâtres sur le feuillage qui finit par tomber. Appliquez un fongicide à base de soufre dès le début de l’attaque, à renouveler tous les 10-15 jours. Lors de sécheresses prolongées, pensez à arroser en profondeur au pied de chaque arbuste en formant une cuvette si besoin. Effectuez une taille de la ramure et des plantes autour pour favoriser la circulation de l’air.

Si les feuilles présentent des encoches, nul besoin de s’inquiéter, il s’agit dotiorhynques adultes qui s’alimentent. Vous pouvez les ramasser le soir à la lueur d’une lampe. Ces coléoptères de 9 mm au dos grisâtre strié se reconnaissent à leur long nez. Les larves présentent en revanche un danger réel sur de jeunes plants élevés en pépinière. Elles s’attaquent en effet aux racines et au collet pendant l’hiver. Dans ce cas, arrosez le sol avec une solution biologique de nématodes Heterorhabditis qui parasitent les larves.

Si vous observez des galeries brunâtres et des feuilles agglomérées sous forme de cocons, il s’agit de la teigne du lilas. La chenille de ce papillon se nourrit des tissus internes de la feuille. Ôtez les cocons manuellement et selon l’importance de l’attaque, appliquez une solution biologique de Bacillus thuringiensis sur le feuillage qui tuera les jeunes chenilles.

Multiplication : le bouturage

Le bouturage est le moyen le plus usité pour multiplier le troène.

Ils se bouturent au printemps ou à l’automne.

Pour commencer, préparez un pot profond en le remplissant de terreau mélangé à du sable ou réalisez vos boutures en pleine terre si elle est légère, après l’avoir aérée avec la fourche-bêche, puis humidifiée.

A l’automne :

  1. Prélevez un rameau lignifié d’une dizaine de centimètres de longueur sur une pousse de l’année en prenant soin de l’arracher au niveau d’une ramification de manière à prélever un « talon » (bout du rameau porteur). Il doit être sain, exempt de maladies.
  2. Supprimez les feuilles situées près de la base de la bouture, et coupez les autres pour réduire la surface foliaire. Laissez seulement quelques feuilles dans la partie supérieure si elles ne sont pas tombées.
  3. Les boutures d’automne peuvent se faire directement en place ou en pépinière, éventuellement protégée par un châssis.
  4. Piquez la bouture sur 1/3 de sa hauteur et tassez délicatement tout autour afin d’éliminer les poches d’air et d’assurer un bon contact entre le terreau et la bouture.

Au printemps :

  1. Prélevez des rameaux pourvus à la fois de feuilles anciennes et nouvelles.
  2. Ôtez les feuilles de la moitié inférieure de la bouture et sectionnez les 2/3 du limbe de chaque feuille.
  3. Enterrez la moitié de la bouture dans le pot et maintenez le substrat humide.
  4. Placez à l’étouffée grâce à une feuille plastique transparente maintenue par des tuteurs et un élastique autour du pot, dans un emplacement chaud et lumineux abrité du soleil direct.
  5. Au bout d’environ 1 mois, les racines sont formées et vous pouvez repiquer les plants.

Utilisation et associations

Providence pour les jardiniers en manque d’inspiration, précieux pour apporter une note précise, ordonnée, rassurante à la structure du jardin, le troène présente au moins l’avantage d’apporter un peu de luxuriance et de vie aux endroits déshérités, et pourquoi pas aux limites abandonnées.

ligustrum vulgare atrovirens

Une haie de Ligustrum vulgare ‘Atrovirens’ permet d’apporter de la structure dans le jardin.

La principale utilisation du troène est la constitution de haies brise-vue et brise-vent, en raison de la densité de son feuillage lumineux, de sa stature moyenne, de sa rusticité et de sa très grande tolérance aux tailles répétées. Il peut aussi constituer une bordure de 80 cm de haut que l’on taille en « boudin », ou en formant des vagues et des formes excentriques. Il est aisé de le façonner à loisir, ce qui le rend tout à fait adapté à l’art topiaire et  à l’art du bonsaï.

La base de l’arbuste peut être taillée au ras du tronc pour former une tige ou une demi-tige, très esthétiques dans le cas d’une culture en pot. Les sujets menés sur tronc ou compacts comme Ligustrum japonicum ‘Rotundifolium’ et Ligustrum delavayanum sont de beaux spécimens pour une plantation en isolé, en rocaille ou en pot. Ce dernier possède un petit feuillage vert brillant, très fourni qui permet de modeler sa silhouette en boule sur tige ou autres, de former des bonsaïs et même des servir d’alternative au buis, durement attaqué ces derniers temps.

Pour éclairer une zone sombre ou attirer le regard, il existe aussi des formes panachées comme Ligustrum ovalifolium ‘Aureum’ ou des formes plus subtiles à feuillage vert qui s’illumine au cours des saisons comme le cultivar ‘Lemon Lime’ ou Ligustrum vicaryii.

Le troène arbustif sera du plus bel effet en association avec d’autres arbustes taillés également, en jouant avec la forme et la couleur des feuillages, dans un décor graphique et minimaliste sur une grande rocaille par exemple. Il se prête aussi très bien à la plantation en groupe, notamment sur un talus que l’on veut sans entretien.

On peut l’accompagner d’arbustes comme les Photinia, Eleagnus, Millepertuis, Kerria japonica, Spirée, Physocarpus, viorne ou bien de plantes vivaces comme les Hémérocalle, Verveine de Buenos Aires, Sauge arbustive, Lupin arborescent pour une belle scène sauvage fleurie et ainsi profiter de son beau feuillage et son agréable floraison, en le laissant se développer librement.

On peut aussi lui faire l’honneur de le laisser pousser librement, dans un bosquet champêtre d’arbustes humbles mais très utiles pour la faune comme la viorne lantane, le laurier-tin, le Cotoneaster, le Pyracantha, le Houx, l’Eléagnus, les Fusains caducs ou persistants, le Physocarpus, le laurier-sauce…

Enfin n’oubliez pas que Ligustrum lucidum constitue rapidement un petit arbre d’ombrage persistant très utile à planter en zone méditerranéenne notamment.

Le saviez-vous ?

Les baies de Ligustrum japonicum s’emploient en phytothérapie comme cardiotonique, laxatif, diurétique et tonique.

La consommation des feuilles de troène par les chevaux et ruminants est dangereuse. Évitez d’en planter dans leur zone de circulation !

Ligustrum japonicum se propage facilement par semis jusqu’à parfois devenir invasif comme aux États-Unis. Son introduction au début du XIXe siècle, a conduit à  la présence de couverts denses en sous-bois ou dans les champs qui empêchent les plantes indigènes de pousser. Son arrachage est difficile de surcroît.

Pour aller plus loin

Découvrez notre large gamme de troènes.

Articles connexes


conseil

Quels arbustes pour remplacer le buis ?

Lire la suite +

conseil

Soyez aux petits soins pour les arbustes persistants

Lire la suite +

Blog

Haie fleurie : quels arbustes planter, quand et comment ?

Adieu les haies de thuya, mornes et impénétrables, demandant une taille régulière et finissant par dépérir… Vive la haie mixte, libre, fleurie, champêtre, synonyme de biodiversité, de charme et d’entretien facile !
Lire la suite +
1 Étoile 2 Étoile 3 Étoile 4 Étoile 5 Étoile ( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire