Sasa, bambou : plantation, culture et utilisations

Sasa, bambou : plantation, culture et utilisations

Sommaire

Mis à jour le 9 Février 2024  par Jean-Christophe 10 min.

Le Sasa en quelques mots

  • Le Sasa est un bambou nain ou de taille moyenne
  • Son feuillage persistant est très large et particulièrement décoratif
  • Très vigoureux, son développement doit être contrôlé
  • Il apporte une touche japonisante affirmée
  • Très rustique, il s’adapte à de nombreux types de sol
  • Il peut être employé en haies basses, massifs ou en pots
Difficulté

Le mot de notre expert

Le Sasa est un bambou qui se décline en variétés naines, comme Sasa veitchii (haut d’environ 1m) et moyennes, à l’instar de Sasa palmata (environ 3m). Poussant sur des cannes fines, ce genre est apprécié pour ses larges feuilles, mesurant jusqu’à 60cm, dont les bords séchés en hiver lui confèrent des airs panachés. Ses rhizomes s’étendent sous la surface du sol et donnent naissance à de nouvelles tiges en périphérie, le rendant parfois envahissant s’il n’est pas contenu par une barrière racinaire. Les jeunes pousses, appelées turions, sont réputées pour leur valeur gustative, et elles sont parfois consommées en salades.

Très adaptable quant à la nature du sol et à l’exposition, et très rustique, il permet de végétaliser des zones défavorisées du jardin, comme le pied des grands arbres par exemple. Doté d’un look résolument exotique et japonisant, son feuillage vert est persistant, et il apporte tout au long de l’année une touche de luxuriance dans les aménagements paysagers. Les bambous sont peu sujets à la floraison. Celle-ci, insignifiante, se produit extrêmement rarement, et entraîne la mort de la plante.

Formant un buisson dense, le Sasa est souvent employé en nappes ondulantes, pour souligner le bord d’une allée tout en l’adoucissant. Il permet également de former des haies basses, d’autant plus qu’il supporte parfaitement la taille. Les jardins de ville peuvent également profiter de son effet décoratif en le cultivant en pot.

bambou nain, sasa milieu naturel

Description et botanique

Fiche d'identité

  • Nom latin Sasa
  • Famille Poacées (Graminées)
  • Nom commun Bambou
  • Floraison très rare et insignifiante
  • Hauteur 1 à 3 m
  • Exposition soleil, mi-ombre, ombre
  • Type de sol tout sol frais, drainé
  • Rusticité au-delà de -15°C

Le Sasa est un bambou qui appartient à la famille des poacées (anciennement graminées). Cette grande famille englobe d’autres bambous (Phyllostachys, Fargesia…), des vivaces à feuillage plus ou moins fin et à port élégant comme les Miscanthus, les Calamagrostis ou les Pennisetum (pour n’en citer que quelques unes), mais également les « herbes » utilisées pour composer les gazons et pelouses de nos jardins. Le genre Sasa est endémique de l’est Asiatique, depuis le Sud-Ouest de la Russie à la Chine, la Corée et le Japon. L’origine japonaise de son nom (« zasa ») fait référence à son mode de développement. La plante, à souche ligneuse et dotée de rhizomes souterrains mais superficiels, s’étend progressivement jusqu’à former de larges étendues. Si son développement est moins problématique que celui d’autres bambous plus conquérants, le Sasa fait cependant preuve d’un caractère traçant qui peut le rendre envahissant. On dénombre une cinquantaine d’espèces qui regroupent des variétés naines, hautes de 1 m à 1,2 m (Sasa veitchii) et des bambous moyens, qui dépassent rarement les 3 m (Sasa palmata).

Les jeunes pousses, qui émergent du sol, sont appelées turions, et certaines variétés sont préparées en salades pour leur valeur gustative, telle Sasa palmata ‘Nebulosa’. Ces turions se développent ensuite en fines cannes rigides mais flexibles, appelées chaumes. Cylindriques, ils sont lisses et pruineux, ou couverts de poils (Sasa Veitchii). Leur couleur varie du vert pâle au vert olive, parfois teinté de violacé ou de nuances presque noires à maturité. Chez Sasa kurilensis, les jeunes chaumes présentent une courbure originale, qu’ils perdent à mesure qu’ils se développent. Le feuillage, dense et persistant, est constitué de grandes feuilles oblongues, dont certaines peuvent mesurer jusqu’à 60 cm de long, ce qui lui confère une allure des plus exotiques et exubérantes. Souvent à bords légèrement dentelés, elles ont tendance à sécher sur leur pourtour sous l’effet du froid, mais cette particularité ne nuit pas à leur esthétisme. Au lieu de sembler sèches ou malades, les feuilles paraissent comme panachées. L’effet exotique de la plante et son graphisme rappellent parfois ceux d’un palmier. Chez certaines espèces, comme Sasa kurilensis, le jeune feuillage peut être deux fois plus grand que sur les cannes matures.

La plante forme à terme un buisson dense et opulent, ce qui en fait une candidate de choix pour créer de grandes nappes dans les aménagements paysagers de type japonisant. Le Sasa peut également former des haies plus ou moins basses, le long de chemins ou d’allées, et il accepte très bien la taille, ce qui favorise même un feuillage plus opulent. Il convient toutefois de choisir le lieu de son implantation avec soin, et d’éviter de lui adjoindre des voisines peu vigoureuses, en particulier des plantes herbacées, qu’il aurait vite fait d’étouffer. Dans tous les cas, l’utilisation d’une barrière anti-rhizomes est la solution la plus sage pour profiter de ce bambou. Bien utilisé, il permet de créer des tableaux originaux aux accents de contrées lointaines. Il est ainsi possible de l’associer à de grands arbres, dont il habille le pied avec grâce.

La floraison des Sasa, comme celle de tous les bambous, est très rare. Insignifiante d’un point de vue esthétique, elle est soit sporadique, soit grégaire, et signe la mort des plantes concernées.

Peu regardant sur la nature du sol, il est cependant plus à l’aise dans les sols qui conservent une bonne fraîcheur en saison, mais où l’eau ne stagne pas en hiver. Ce bambou, rustique au-delà de 15°C, pousse au soleil comme à l’ombre, sous le couvert de grands arbustes ou d’arbres par exemple. Il peut également être cultivé en pot, pour apporter une touche zen, élégante et naturelle sur un balcon ou une terrasse.

bambou nain feuillage, sasa différence de feuillage

Sasa palmata ‘Nebulosa’ et Sasa kurilensis (photo Tatters)

Les différentes variétés de Sasa

Sasa veitchii - Bambou nain

Sasa veitchii - Bambou nain

Une variété naine mais traçante, au superbe feuillage vert foncé à marges claires en hiver. Idéal pour agrémenter les abords des points d'eau.
  • Hauteur à maturité 1,20 m
Sasa tsuboiana - Bambou nain

Sasa tsuboiana - Bambou nain

Une petite variété au feuillage semi-persistant vert sombre et aux cannes teintées de pourpre. Peu traçant, il est idéal pour les petits jardins ou la culture en pot.
  • Hauteur à maturité 1,50 m
Sasa tessellata - Bambou nain

Sasa tessellata - Bambou nain

Un petit bambou qui forme un buisson vert foncé et dense. Peu traçant, de croissance rapide, il offre le feuillage le plus grand du genre.
  • Hauteur à maturité 1,50 m
Sasa palmata Nebulosa - Petit bambou

Sasa palmata Nebulosa - Petit bambou

Un bambou moyen au feuillage vert porté par des tiges qui noircissent avec l'âge.
  • Hauteur à maturité 2,50 m
Sasa kurilensis - Bambou nain

Sasa kurilensis - Bambou nain

Ses jeunes feuilles sont presque deux fois plus larges que les anciennes. Très rustique, il supporte bien le plein soleil mais s'étend avec force.
  • Hauteur à maturité 2,50 m

Découvrez d'autres Bambous nains

  1. 26
    Dès 12,50 € Pot de 2L/3L

    Existe en 2 tailles

  2. 58
    Dès 24,50 € Pot de 2L/3L

    Existe en 3 tailles

  3. 34
    Dès 29,50 € Pot de 2L/3L

    Existe en 3 tailles

  4. 21
    Dès 34,50 € Pot de 2L/3L

    Existe en 3 tailles

  5. 6
    Dès 18,50 € Pot de 1,5L/2L

  6. 4
    Dès 19,50 € Pot de 2L/3L

  7. 46
    Dès 18,50 € Pot de 3L/4L

  8. 4
    Dès 89,00 € Pot de 12L/15L

  9. 8
    Dès 11,90 € Pot de 1L/1,5L

  10. 8
    -20% 14,00 € 17,50 € Pot de 2L/3L

  11. 7
    Dès 12,50 € Pot de 2L/3L

  12. 2
    Dès 10,50 € Pot de 1L/1,5L

  13. 1
    Dès 12,50 € Pot de 1L/1,5L

    Existe en 2 tailles

  14. 14
    Dès 45,00 € Pot de 4L/5L

    Existe en 2 tailles

  15. 11
    Dès 45,00 € Pot de 4L/5L

    Existe en 2 tailles

  16. 15
    Dès 39,50 € Pot de 4L/5L

Plantation

Où planter le Sasa ?

Très adaptable, le Sasa se satisfait d’un sol lourd et argileux ou plus léger et drainé, tant que ce dernier reste frais en été. Les Bambous sont en effet des plantes qui ont besoin d’eau pour se développer correctement.

De part son caractère expansif, il est important de choisir l’emplacement de votre Sasa avec soin. Évitez de le planter en pleine terre sans installer au préalable une barrière anti-rhizomes. Fabriquée à partir de matériaux composites, il s’agit d’une membrane épaisse qui permet de garder les racines sous contrôle. Les rhizomes se développant en surface, il est nécessaire de laisser dépasser légèrement la barrière, afin que votre bambou ne puisse pas l’enjamber. Il est ensuite possible de la dissimuler en la camouflant à l’aide de plantes que vous installez en périphérie. Parfaitement rustique, le Sasa peut être planté au soleil non brûlant comme à l’ombre, tant qu’il dispose d’un sol frais. Son port et ses larges feuilles lui confèrent un graphisme qui fait merveille dans les aménagements de type asiatique, mais il convient tout aussi bien aux jardins d’inspiration contemporaine, et ne dénote pas dans les jardins plus naturels ou sauvages. Dans tous les cas, il apporte une note d’exotisme affirmée et participe à l’impression d’opulence de vos plantations.

Selon vos envies, vous pouvez vous en servir pour composer de petites haies ou des écrans, afin de créer par exemple différentes chambres de verdure. Ils peuvent également habiller le pied d’arbres et d’arbustes ou border des allées maçonnées, pour en adoucir la rigueur.

Enfin, moyennant un suivi régulier de l’arrosage, le Sasa peut agrémenter une terrasse, un balcon ou un patio si vous le cultivez en pot. Les jardins de ville de dimensions réduites peuvent ainsi l’accueillir et se transformer en véritables petites oasis dont l’atmosphère dépaysante ne laisse jamais indifférent.

planter bambou nain, comment planter sasa

Sasa veitchii (photo Carl Lewis – FlickR)

Quand planter ?

S’il est théoriquement possible de planter des plantes en pot toute l’année, la période idéale se situe entre la fin de l’été et l’automne, une fois les grosses chaleurs passées. Dans les régions aux hivers froids et humides, vous pouvez privilégier le début du printemps. Dans tous les cas, il faut veiller à ne pas laisser le terreau se dessécher.

Comment planter ?

Plantation en pleine terre :

  1. Déterminez à l’avance l’emplacement où vous souhaitez installer votre Sasa. Il peut s’agir d’un massif rond ou de forme organique, ou d’une bordure. Les dimensions dépendent de la place dont vous disposez et de votre projet d’aménagement. Bien que ce bambou s’étende de lui-même, n’hésitez pas à en installer plusieurs pieds si la surface à planter est importante, de façon à ce que les pieds occupent plus rapidement l’espace.
  2. Creusez dans tous les cas un trou profond (au minimum de la hauteur de la motte) et ameublissez bien le sol.
  3. Ajoutez du fumier bien décomposé et de la corne broyée (suivez les dosages indiqués sur les emballages). En sol lourd et compact, amendez avec du terreau.
  4. Installez une barrière anti-rhizomes (aussi appelée anti-racines) en périphérie. Haute d’une soixantaine de centimètres, il en existe de différentes longueurs selon vos besoins. Enterrez la barrière en la laissant dépasser au-dessus du sol de 5 à 7 cm.
  5. Mettez vos plants en place, tassez légèrement la terre et arrosez abondamment (jusqu’à 10 litres par pied).
  6. Au fil du temps, les feuilles qui vont tomber vont constituer un paillage naturel, mais dans un premier temps, il est bon de recouvrir la surface avec un paillage de votre choix (minéral ou organique selon le rendu souhaité).
  7. Surveillez les arrosages les premiers mois, et restez vigilant pour que votre bambou ne manque jamais d’eau. Des feuilles qui s’enroulent et se recroquevillent doivent vous alerter).

Plantation en pot :

  1. Optez pour un pot de bonnes dimensions (50 cm en tous sens minimum)
  2. Utilisez un substrat riche et consistant (terreau de bonne qualité mélangé à de la terre végétale par exemple) auquel vous ajoutez une ou deux poignées de corne broyée. Un peu de fumier décomposé permet également d’apporter les substances nutritives nécessaires à un développement harmonieux. Il en existe sous forme de granulés déshydratés, facile à stocker et à utiliser.
  3. Remplissez votre contenant avec votre substrat, puis installez votre plante au centre.
  4. Comblez et arrosez pour humidifier tout le terreau.
  5. Paillez avec le matériau de votre choix.
  6. Ne laissez jamais le substrat sécher. En saison, vous pouvez placer une soucoupe sous le pot si ses dimensions le permettent.

Entretien et soins

Les bambous sont des plantes qui ne réclament que très peu de soins.

  • La principale chose à laquelle vous devez veiller et de ne pas les laisser souffrir de la sécheresse. Des arrosages réguliers sont donc nécessaires en saison, d’autant plus avec les épisodes de sécheresse que nos jardins affrontent de plus en plus souvent.
  • En pot, le substrat se dessèche d’autant plus vite. L’arrosage doit donc être encore davantage le centre de votre attention.
  • Tous les ans, au début du printemps, vous pouvez apporter du compost, du fumier déshydraté ou de la corne broyée, qui tous vont nourrir la plante sur le long terme.
  • Entretenez ou complétez régulièrement le paillis tant que les feuilles des bambous ne forment pas un tapis suffisant.
  • Les bambous peuvent pousser sans nécessiter de taille, mais les Sasa acceptent très bien cette opération, à effectuer en fin d’hiver, avant l’apparition des jeunes pousses. Cela permet de les maintenir à la hauteur souhaitée (en particulier si vous les utilisez en haie) et de leur donner une forme plus régulière, tout en favorisant l’émission de nouvelles feuilles, plus grandes et opulentes.
  • En hiver, le bord des feuilles peut sécher, donnant alors à la plante un aspect panaché décoratif.
  • Pensez à régulièrement couper les cannes desséchées à la base. Cela favorise la pousse de nouvelles cannes et la régénération de la plante.

sasa en hiver, rusticité sasa

Multiplication

Comme nombre de ses cousins, le Sasa étend ses rhizomes en périphérie. Sa multiplication est donc aisée, en procédant au prélèvement d’éclats périphériques. Intervenez entre la fin de l’hiver et le début du printemps.

  1. Choisissez un plant mature et bien développé.
  2. Si la terre vous semble sèche, arrosez largement la veille de l’intervention.
  3. A l’aide d’une bêche tranchante, coupez un ou plusieurs éclats en périphérie de la motte et sortez-les de terre.
  4. Chaque éclat doit comporter plusieurs cannes (3 à 5 au minimum) et des racines.
  5. Replantez immédiatement à l’emplacement souhaité, en procédant comme pour une plantation classique.

Pour les plantes cultivées en containers, dépotez et divisez la motte en plusieurs éclats, selon le même principe.

Associer le Sasa au jardin

Les Sasa peuvent sembler difficiles à associer. Il est vrai que leur système racinaire laisse peu de chance à des voisines plus discrètes. En utilisant une barrière anti-rhizomes, il est aisé de contourner le problème.

associer bambou nain, associer sasa

Inspiration asiatique : Rodgersia pinnata ‘Chocolate Wings’, Sasa veitchii (photo Plant Image Library), Rhododendron ‘Amoena’, Acer palmatum ‘Atropurpureum’, Nandina domestica ‘Gulf Stream’ et Fargesia rufa

Ressources utiles

Commentaires