Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Echinops : planter, cultiver et entretenir

Les echinops en quelques mots

  • Les echinops portent en été de superbes inflorescences sphériques
  • Ils prennent des couleurs originales, métalliques
  • Avec ses tiges dressées portant des sphères argentées, l’echinops est une plante très graphique
  • Faciles à cultiver, les echinops demandent peu d’entretien, sont peu sensibles aux maladies et supportent la sécheresse
  • Une plante originale par sa couleur métallique et sa forme, très graphique
  • Les tiges florales sont idéales en vase, pour composer des bouquets

Le mot de notre Experte

Les echinops ont un feuillage épineux et portent en été des inflorescences terminales, souvent bleu métallique, un peu argenté. Les fleurs forment de petites sphères bleues, qui semblent constituées de petits pics hérissés ! Les echinops ont un aspect moderne et original ; ils offrent un beau mariage de gris argenté et de bleu métallique, combiné à une forme très graphique. Leurs tiges florales peuvent joliment s’intégrer à des bouquets, en les utilisant fraiches ou séchées. De plus, ce sont de bonnes plantes mellifères : leurs fleurs, riches en nectar, attirent les papillons et abeilles.

Les echinops sont des genres de chardons ornementaux. Les plus courants en culture sont les Echinops ritro, Echinops sphaerocephalus, et Echinops bannaticus. Ils se déclinent en différentes variétés, offrant des dimensions compactes ou plus hautes, et portant des fleurs souvent bleu – gris, mais parfois blanc argenté.

L’echinops apprécie la chaleur, le soleil et les terrains drainants. C’est une plante facile de culture, robuste, peu exigeante, et qui ne nécessite que peu d’attention. Il est rarement atteint par des maladies ou ravageurs, et supporte assez bien la sécheresse. S’il se plait dans votre jardin, l’echinops aura tendance à s’y ressemer et pourra s’y naturaliser.

Botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Echinops sp.

Famille : Asteraceae

Nom commun : Boule azurée, Chardon boule

Floraison : de juillet à septembre

Hauteur : souvent entre 90 cm et 1,20 m

Exposition : plein soleil, éventuellement mi-ombre

Sol : ordinaire, plutôt pauvre, drainant

Rusticité : - 20°C

Les echinops sont des plantes épineuses, majoritairement vivaces (on trouve aussi des annuelles et bisannuelles), et très rustiques. Ils portent des inflorescences sphériques au sommet de tiges dressées. Ils sont originaires d’Europe, ainsi que du centre et de l’Est asiatique, et d’Afrique tropicale. On en compte près de 190 espèces. Les plus courants en culture sont les Echinops ritro, sphaerocephalus et bannaticus. À l’état sauvage, les echinops se rencontrent surtout dans des milieux relativement arides, notamment sur des pelouses sèches, pentes rocailleuses, friches et terrains incultes. Cela explique que l’echinops soit peu exigeant quant à la nature du sol, pousse bien dans les terrains pauvres et résiste plutôt bien à la sécheresse. Dans la nature en France, on trouve trois espèces : Echinops ritro, Echinops sphaerocephalus, et Echinops exaltatus.

Les echinops appartiennent à la famille des Asteracées (plantes anciennement appelées « Composées », rassemblant près de 33 000 espèces). Il s’agit de la famille des marguerites, pissenlits et pâquerettes… mais aussi des chardons et cirses, dont les échinops sont assez proches. Les echinops sont d’ailleurs parfois appelés « Chardon boule ». Toutes ces plantes ont des inflorescences en capitules, rassemblant un grand nombre de fleurs minuscules. À la différence des pissenlits et marguerites, qui ont des capitules plats (toutes les fleurs sont sur un même plan horizontal), les échinops portent des capitules sphériques.

Les echinops font penser aux panicauts, Eryngium, par leurs couleurs bleu – gris, leurs tiges argentées, leurs inflorescences graphiques et leur aspect épineux.

 

Planche botanique représentant un Echinops

Echinops sphaerocephalus : Illustration botanique

Étymologiquement, le nom Echinops signifie en grec « qui ressemble à un hérisson » (Echinos : Hérisson, et opsis : ressemblant), et fait allusion aux inflorescences sphériques. Echinops est d’ailleurs aussi le nom d’un petit mammifère, un genre de hérisson. La plante echinops porte différents noms vernaculaires (noms communs) : Azurite, Chardon bleu, Chardon boule, Oursin bleu, Boule azurée…

Les echinops poussent rapidement, et forment des touffes de tiges dressées et ramifiées, au sommet desquelles se trouvent les inflorescences sphériques. Ils peuvent mesurer entre 60 cm et 1,50 m de hauteur, mais se situent souvent autour d’un mètre de haut. L’Echinops giganteus est une exception : il peut atteindre jusqu’à cinq mètres de hauteur ! Parmi les espèces courantes en culture, les Echinops sphaerocephalus sont un peu plus hauts que les autres.

Les echinops sont des plantes au port très aéré, transparent, qui laissent passer le regard derrière eux. Ils peuvent créer de très belles scènes avec la lumière, lorsque les inflorescences sphériques accrochent les rayons du soleil, ou en jouant avec le givre en hiver. Les tiges sont robustes et durables, si on ne les rabat pas, elles restent en place en hiver.

L’echinops fleurit en plein été, à partir de juillet et jusqu’en août ou septembre. La floraison peut parfois être prolongée par une taille, suppression des fleurs fanées… ce qui encourage la plante à refleurir.

Il porte alors, à l’extrémité de ses tiges, des boules (sphères) de couleur bleue, ce qui vaut à l’échinops son surnom de « Boule azurée ». Ces inflorescences bien particulières font penser à de petits oursins, et rappellent également la floraison des Alliums. Les fleurs sont toutes fixées au centre, sur un réceptacle, et rayonnent vers l’extérieur. Comme elles sont fines et allongées, elles donnent l’impression d’une sphère hérissée de petits pics. Ces inflorescences sont très graphiques, composant des sphères parfaites, bien arrondies. Elles mesurent habituellement entre 3 et 5 cm de diamètre… Mais celles de l’Echinops giganteus sont bien plus grandes, mesurant entre 10 et 20 cm de diamètre ! Il s’agit véritablement d’un echinops géant.

Ces inflorescences sont donc des capitules sphériques, rassemblant de nombreuses fleurs accrochées à un même axe. Les fleurs sont en réalité minuscules, mais chaque inflorescence en rassemble un très grand nombre ! Les fleurs sont tubulées. Chacune d’entre elles est composée de cinq pétales soudés (cinq lobes), et de cinq sépales. À l’intérieur du tube formé par les pétales, on trouve cinq étamines (organes sexuels mâles, portant le pollen), de couleur bleu-gris, et un style. Les fleurs sont donc hermaphrodites. Elles sont également entourées de bractées épineuses.

Les inflorescences sont généralement de couleur bleu – gris ; une teinte un peu mystérieuse, à la fois profonde, mais en même temps légère, argentée, métallique. A la différence de nombreuses autres fleurs, ce n’est pas une couleur franche, nette. La variété Echinops ‘Arctic Glow’ se différencie par ses fleurs blanches. L’espace entre les fleurs est toujours un peu plus foncé, dans l’ombre, apportant un peu de contraste à la floraison, et faisant ressortir chaque petit « pic ».

Les tiges florales de l’echinops sont idéales en bouquets. Elles sont très décoratives en vase, que ce soit pendant la floraison ou après. Vous pouvez couper les fleurs et les faire sécher, en les attachant la tête en bas.

L’echinops est une plante mellifère : ses fleurs sont très appréciées par les insectes. Elles attirent les abeilles et les papillons. Ils pollinisent les fleurs, en échange du nectar que celles-ci leur offrent.

 

La floraison des echinops, en sphères bleues ou argentées

La floraison de l’Echinops sphaerocephalus (photo Drew Avery) et le détail d’une inflorescence d’Echinops ritro (photo Patrick Ch. Apfeld)

 

Les feuilles de l’Echinops sont épineuses, allongées, et joliment découpées. Elles sont dentées, irrégulières, épaisses et coriaces. L’Echinops graecus se distingue par son feuillage extrêmement fin. Les feuilles des echinops portent de petites épines en bordure du limbe, permettant à la plante de se protéger des animaux herbivores, qui seraient tentés de la manger. Le plus piquant semble être – de loin- l’Echinops spinosissimus ; son limbe est très réduit mais extrêmement épineux ! Les feuilles des echinops mesurent entre 10 et 30 cm de long. Elles sont alternes, placées les unes après les autres le long des tiges. Celles en bas des tiges sont plus grandes que celles situées vers le haut. Le limbe est rattaché directement à la tige, sans pétiole. Il est même embrassant, entourant plus ou moins la tige.

Le feuillage est caduc, il disparait en hiver, avec le froid.

Généralement, les feuilles sont vert foncé (parfois plus ou moins grises) à la face supérieure, et argentées au revers. Le plus souvent, la face supérieure est glabre (sans poils), et le revers, tomenteux.

 

Le feuillage des Echinops

Une feuille d’Echinops bannaticus, le feuillage de l’Echinops sphaerocephalus (photo Lucy Downey) et le revers d’une feuille d’Echinops exaltatus (photo Rolf Engstrand)

 

Les tiges, portant les feuilles et fleurs, ont une belle couleur argentée. Chez l’Echinops ‘Star Frost’, les inflorescences ont la même teinte, ce qui rend la plante relativement unie.

L’Echinops a tendance à se ressemer d’elle-même… C’est une plante qui peut devenir un peu envahissante. Mais il est assez simple d’éviter les semis spontanés, en coupant les tiges après la floraison.

Les graines sont de petits akènes allongés, surmontés par une aigrette de soie, qui leur permet de s’envoler. Comme chez beaucoup d’Astéracées, les fruits de l’echinops sont disséminés par le vent. C’est ce qui permet à la plante d’atteindre de nouveaux territoires. Les infrutescences (seedheads) font penser à celles des pissenlits. Elles ont un aspect très décoratif, rendant l’Echinops intéressant au jardin même en hiver. Elles sont également appréciées par les oiseaux.

Les principales variétés d'Echinops

Les variétés les plus populaires

Chardon boule - Echinops ritro en godet de 8 cm

Période de floraison Juil. à Sept.

Hauteur à maturité
80 cm

C’est l’un des échinops les plus cultivés ! Ses inflorescences ont une teinte bleue métallique avant que les petites fleurs ne s’ouvrent, et deviennent ensuite d’un bleu plus franc. Les feuilles sont vertes à la face supérieure, mais blanches et duveteuses au revers. On peut le trouver dans la nature dans le sud de la France.

Echinops bannaticus Blue Globe - Boule azurée

Période de floraison Juil. à Août

Hauteur à maturité
1.50 m

Cet echinops offre en été des inflorescences sphériques, d’un bleu assez prononcé, plus foncé que chez d’autres variétés. Il peut refleurir (en début d’automne) si vous le taillez après la floraison.

Echinops ritro Veitch’s Blue - Chardon boule en godet de 8 cm

Période de floraison Juil. à Sept.

Hauteur à maturité
80 cm

Cette variété porte un feuillage vert – gris, et des fleurs en capitules sphériques, d’une teinte bleu métallique, plutôt foncée. Il peut aussi refleurir en automne, après avoir été taillé.

Nos variétés préférées

Chardon boule - Echinops bannaticus Star Frost

Période de floraison Juil. à Sept.

Hauteur à maturité
1.00 m

Cet echinops se distingue par ses inflorescences blanc argenté, qui s’accordent avec les tiges qui les portent. La plante semble alors entièrement argentée.

Chardon boule - Echinops sphaerocephalus Arctic Glow

Période de floraison Juil. à Août

Hauteur à maturité
1.20 m

Un echinops assez haut, qui offre en été des sphères blanc argenté, légèrement nuancées de vert. Les tiges ont la particularité de prendre une teinte rougeâtre, assez foncée, ce qui offre un beau contraste avec la floraison plus claire.

Plantation des echinops

Où planter ?

Les echinops sont des plantes qui aiment la chaleur et ont besoin d’une bonne luminosité : plantez-les de préférence en plein soleil, éventuellement à mi-ombre.

Les echinops sont faciles de culture, peu exigeants sur la nature du sol. Ils tolèrent bien les terrains calcaires. Ce qui compte est surtout que le substrat soit bien drainant, car ils redoutent l’humidité stagnante. Si votre terrain a tendance à retenir l’eau, il faudra travailler le drainage (apport de graviers, sable grossier, etc.).

Les echinops poussent très bien dans les terrains pauvres, peu fertiles, et relativement secs. Il n’est pas utile de leur apporter du compost ou de l’engrais. Évitez au contraire de les planter dans des terrains trop riches, car ils produiraient alors de grandes et hautes tiges, plus fragiles, et auraient besoin d’être tuteurés. La plante sera plus belle dans un terrain pauvre. Les echinops apprécient également les substrats profonds et meubles, leur permettant de bien infiltrer leurs racines.

Comme les echinops aiment les sols caillouteux et drainants, vous pouvez tout à fait les implanter dans une rocaille, avec des plantes qui supportent la sécheresse et apprécient le plein soleil. Ils sont parfaits également en bordure, en compagnie d’autres vivaces… ou en fond de massif, pour les variétés les plus grandes !

Si l’emplacement lui convient, l’echinops aura tendance à se ressemer généreusement ! Il peut même se naturaliser.

Quand planter ?

Vous pouvez les planter au printemps (avril-mai) ou en automne (septembre-octobre). Évitez les périodes de gel ou de fortes chaleurs.

Comment planter ?

Nous vous conseillons de planter les echinops en groupe, plutôt qu’isolément ; ou alors de disperser plusieurs pieds dans un même massif, en compagnie de vivaces à floraison estivale. Respectez environ 50 cm de distance, bien que cela dépende aussi de la variété choisie.

  1. Creusez un trou de plantation. Il n’est pas utile d’apporter du compost, mais vous pouvez améliorer le drainage en ajoutant des graviers ou du sable grossier, ou en plantant sur une butte.
  2. Sortez votre échinops de son pot et plantez-le.
  3. Replacez la terre autour de lui, et tassez délicatement.
  4. Arrosez généreusement.

Continuez à arroser le temps que la plante soit bien installée.

La floraison de l'Echinops ritro

Echinops ritro (photo Acabashi)

 

Entretien

Les echinops n’ont pas besoin de beaucoup d’entretien. Hormis en période de sécheresse, ils n’ont pas vraiment besoin d’être arrosés. Dans tous les cas, mieux vaut éviter l’excès d’humidité.

N’hésitez pas à couper les tiges florales pour composer des bouquets ! Elles tiennent longtemps en vase. Vous pouvez les faire sécher en les suspendant à l’envers, les fleurs vers le bas. L’idéal est de les placer dans une pièce sombre, chaude, sèche et aérée.

Vous pouvez soit laisser les tiges en place pour l’hiver, car elles restent décoratives même après la floraison ; soit rabattre la plante en automne. Cela évitera qu’elle ne se ressème spontanément, car lorsqu’elle se plait à un endroit, elle peut devenir un peu envahissante.

Le fait de couper les fleurs lorsqu’elles sont fanées peut permettre à la plante de refleurir ! Certaines variétés d’echinops sont remontantes, capables d’offrir une nouvelle floraison en automne.

S’il est exposé aux vents, l’echinops peut nécessiter un tuteurage afin de l’aider à maintenir ses tiges bien droites, notamment chez les variétés les plus hautes.

Comme l’echinops apprécie les terrains pauvres, il est inutile de lui apporter de l’engrais ou du compost. Vous pouvez éventuellement déposer une couche de paillage autour de lui, car cela limitera la pousse des mauvaises herbes, et évitera que le sol ne se dessèche trop rapidement.

Nous vous suggérons de renouveler vos plants tous les trois à quatre ans, car avec le temps, ils deviennent moins vigoureux.

L’echinops n’est que rarement atteint par des maladies ou ravageurs. Il peut éventuellement être attaqué par des pucerons. Il redoute également l’excès d’humidité, qui risque de le faire pourrir.

Multiplication : semis, division, bouturage

Les echinops peuvent être multipliés par semis, division de touffes ou bouturage de racines. Vous pouvez aussi prélever les semis spontanés et les transplanter. Multiplier les échinops vous permettra de renouveler vos plants, qui risqueraient de s’épuiser au fil des années.

Semis

Vous pouvez semer les echinops au printemps, vers le mois d’avril, à partir de graines que vous aurez récoltées ou achetées. Le semis peut s’effectuer en pleine terre (après les dernières gelées), ou en pot.

Si vous souhaitez semer directement en place :

  1. Choisissez un emplacement ensoleillé, sur un terrain drainant. Si besoin, apporter un peu de sable grossier afin d’améliorer l’infiltration de l’eau.
  2. Préparez le lit de semis, en cassant les mottes de terre, retirez les grosses pierres et racines de mauvaises herbes. Nivelez le terrain afin d’obtenir une surface plane et régulière.
  3. Dispersez les graines à la surface et recouvrez-les très légèrement.
  4. Arrosez en pluie fine.

Continuez à arroser dans les semaines qui suivent.

Vous pouvez aussi démarrer leur culture en pot. Dans ce cas, préparez des pots avec un bon terreau spécial semis, puis placez les graines, et recouvrez-les avec une très fine couche de substrat : elles ont besoin d’un peu de lumière pour germer. Arrosez en pluie fine. Vous pourrez planter en pleine terre dès qu’il n’y aura plus de risques de gelées.

Division de touffes

La division de touffes est une bonne technique pour régénérer les plants. Elle s’effectue au début du printemps, ou en automne. Nous vous conseillons de le faire tous les trois à quatre ans.

  1. Choisissez une touffe assez large, âgée de plusieurs années
  2. Déterrez-la délicatement, en creusant assez large pour ne pas abimer les racines
  3. Séparez-la en plusieurs fragments
  4. Replantez chacun à un nouvel emplacement, après avoir préparé le terrain.
  5. Arrosez.

Bouturage de racines

Vous pouvez aussi multiplier les echinops par bouturage de racines, en hiver ou au printemps.

  1. Préparez un pot avec du terreau additionné de sable.
  2. Choisissez une touffe bien développée et déterrez-la soigneusement, sans abimer les racines.
  3. Retirez, si nécessaire, le surplus de terre afin de rendre les racines bien visibles.
  4. Choisissez une racine latérale, assez grosse, saine et bien formée
  5. Coupez-la près de la base de la plante, afin d’obtenir un fragment mesurant 5 à 10 cm de long. Utilisez un couteau aiguisé et désinfecté, et réalisez une coupe bien nette.
  6. Replantez la touffe d’origine en terre, et arrosez-la.
  7. Placez ensuite la bouture racinaire en pot, sous quelques centimètres de substrat, en la posant à l’horizontale.
  8. Recouvrez de terreau
  9. Arrosez.
  10. Placez le pot sous abri, en hors-gel, à un endroit lumineux.

Arrosez régulièrement pour que le substrat reste frais (sans excès d’humidité) jusqu’à la reprise de la plante. Elle devrait mettre deux ou trois mois à se développer.

Association au jardin

Pour accompagner les echinops, pensez à choisir de préférence d’autres plantes qui se plaisent également au soleil et dans les terrains drainants.

Vous pouvez intégrer les echinops dans une rocaille, avec des géraniums de rocaille, sédums, lavande, achillées, Eryngium, santoline… Aménagez par exemple un massif surélevé, où vous installerez quelques grosses pierres, et, entre elles, placerez des plantes qui supportent la sécheresse. Vous pourrez également déposer un paillage minéral autour de vos plantes (graviers, pouzzolane…). Vous obtiendrez un jardin qui ne vous demandera que très peu d’entretien.

N’hésitez pas non plus à associer les échinops à d’autres plantes aux teintes grises ou argentées. Vous pouvez profiter du feuillage laineux, très doux, du Stachys byzantina… mais aussi des feuilles argentées des santolines, Helychrisum italicum, Senecio cineraria, Cerastium tomentosum, Convolvulus cneorum, des armoises (Artemisia schmidtiana ou ‘Powis Castle’), ou de la centaurée Centaurea pulcherrima… Profitez aussi du feuillage impressionnant du Cynara cardunculus (cardon, artichaut d’ornement) ! Pour apporter de petites touches de couleur, misez sur la coquelourde, Lychnis coronaria.

À l’inverse, vous pouvez contraster la teinte froide des échinops avec des couleurs chaudes. Les hémérocalles, rudbeckias et echinacées, achillées à fleurs jaunes ou rouges (‘Terracotta’ ou ‘Paprika’), etc. vous permettront de réchauffer le massif, en y amenant un superbe effet de contraste. Les echinops sont parfaits pour accompagner des fleurs plus grandes, aux teintes vives, éclatantes. Vous pouvez ainsi composer un superbe massif estival, ou un mixed-border très coloré ! Les echinops apportent un contraste de forme, une légèreté qui met en valeur les floraisons plus vives et les feuillages plus larges.

Parce qu’ils ont un aspect léger, aéré, sauvage, les échinops peuvent tout à fait s’intégrer dans les jardins naturalistes. Plantez-les aux côtés des superbes verveines hastées (Verbena hastata), sanguisorbes, agastaches, knauties… D’autant plus que les échinops sont de bonnes plantes mellifères. Profitez-en pour aménager un jardin favorable à la biodiversité. Vous pouvez aussi y intégrer la nigelle de Damas et ses superbes fleurs bleues, très délicates.

Un exemple d'association avec les echinops, pour un jardin naturaliste

Vous pouvez intégrer les echinops dans un jardin de style très naturel, sauvage. Echinops ‘Arctic Glow’ avec Anemone ‘September Charm’ et Pennisetum villosum / Nigella damascena (photo H. Zell) / Verbena hastata (photo Cody Hough) / Knautia macedonica ‘Melton Pastels’

 

Avec leur aspect très structuré et leur couleur originale, métallique, les echinops permettent de composer un jardin moderne et graphique ! Osez les contrastes, les teintes inhabituelles, le noir, pourpre, blanc, argenté… Choisissez d’autres plantes très graphiques, comme les Eryngiums, fougères, bambous, prêles, érables du Japon, ophiopogon et graminées.

Les echinops peuvent également s’intégrer dans un jardin romantique, avec des rosiers, astrances, thalictrums, clématites, agastaches, perovskias… Sans oublier la floraison délicate des Anémones du Japon.

Vous pouvez aussi choisir, pour les accompagner, d’autres plantes à l’aspect très léger : gaura, perovskia, knautia, nigelle… Les echinops sont parfaits en association avec des graminées : pennisetum, miscanthus, calamagrostis, et surtout, Stipa pennata ! Découvrez également les petits épis ovoïdes du Lagurus ovatus ! Vous obtiendrez un massif très léger, de style à la fois naturel et moderne.

 

Une association avec des Echinops, astrances, aconits et lavandes

Une idée d’association avec Echinops sphaerocephalus, Astrantia major, Aconitum ‘Stainless Steel’ et Lavande (photo Nicole et Patrick Mioulane – MAP)

 

Questions fréquentes

Mes echinops se ressèment partout ! Comment éviter cela ?

Si cela ne vous plait pas, déterrez les jeunes plantules lorsqu’elles sont encore jeunes. En amont, mieux vaut supprimer les tiges florales une fois fanées. Installer un paillage autour de la plante limite également les semis spontanés.

Dois-je tailler l’echinops après la floraison ?

Une taille après la floraison permet de nettoyer les touffes, d’empêcher les semis spontanés, mais peut aussi favoriser l’apparition de nouvelles fleurs – les echinops pouvant être remontants. Cependant, les tiges dressées et les infrutescences (seedheads), portant les graines, sont assez robustes pour rester en place en hiver, et elles sont alors plutôt décoratives ! Elles peuvent continuer à structurer le massif en hiver.

Ressources utiles

 

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire