Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Le Chèvrefeuille : plantation, taille et entretien

Le Chèvrefeuille, en quelques mots

  • Le Chèvrefeuille est une plante grimpante pleine de charme, ses fleurs dégagent un parfum inimitable.
  • Il est facile de culture, sa croissance est rapide et sa floraison très étalée en fonction des espèces et variétés.
  • Il tolère une grande variété de sols et de climats.
  • Il ne demande pas d’entretien et ne connaît que peu de maladies ou de ravageurs.
  • Il est parfait pour garnir rapidement un treillage, une pergola ou pour animer une haie monospécifique.
  • Il se cultive aussi bien en pleine terre qu’en grand pot et se multiplie facilement par bouturage ou marcottage.

Le mot de notre Experte

Le Chèvrefeuille (Lonicera), est bien connu des jardiniers sous sa forme grimpante. Grande liane ligneuse et volubile, il est doté d’une floraison au parfum inimitable. C’est une plante grimpante de culture facile, de croissance rapide, et d’un réel intérêt hivernal, printanier ou estival selon la variété ou l’espèce choisie. Les Chèvrefeuilles sont tellement nombreux qu’il en existe au moins deux ou trois adaptés à chaque situation, à chaque sol et à chaque climat.

Lorsqu’il grimpe, le Chèvrefeuille lance des tiges pouvant atteindre 2 à 10 m de long en l’espace de quelques mois, permettant ainsi de garnir un treillage ou une clôture. Il présente un feuillage caduc ou persistant selon les variétés et offre une belle floraison blanche, jaune, orangée, rose ou rouge. Elle est généralement très odorante, en particulier en fin de journée.

Chèvrefeuille - Lonicera

Le Chèvrefeuille, s’il ne fait pas partie des sujets d’exception à acquérir à tout prix, trouve sa place dans tous les jardins. Il s’impose rapidement comme une évidence, à mi-ombre ou même à l’ombre qu’il tolère parfois très bien. Sa réussite ne dépend que d’une installation soignée, cette plante s’avérant très tolérante vis-à-vis de la nature du sol. Très accommodant, il se développe aussi bien dans un grand pot qu’en pleine terre. Il ne nécessite que peu d’entretien, hormis une taille annuelle lorsqu’il menace de s’échapper de l’espace qui lui est imparti.

Botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Lonicera

Famille : Caprifoliacées

Noms communs : Chèvrefeuille, Camérisier

Floraison de mai à octobre, selon les espèces, fleur à 2 lèvres et tube court, de 3 à 15 cm de long, inflorescence en verticilles.

Hauteur : de 2 à 25 mètres - Envergure variable

Exposition ombre claire, mi-ombre ou soleil selon les espèces

Sol : tolérant, profond, souple

Rusticité : au-delà de -15 °C à peu rustique selon les espèces

Le Chèvrefeuille, en latin Lonicera, est un genre très polymorphe de la famille des caprifoliacées, où l’on retrouve également les Abélias, les Weigela, mais aussi les Scabieuses. Ce genre comprend quelques 200 espèces grimpantes ou arbustives, persistantes ou caduques et une multitude d’hybrides et cultivars, en majorité originaires de l’hémisphère Nord. Leur habitat correspond, pour la plupart d’entre eux, à la lisière des forêts, l’orée des bois, les haies ou talus qui bordent les chemins encaissés.

Selon leur origine, ces grimpantes montrent une préférence pour les sols plus ou moins frais ou au contraire très bien drainés, voire secs en été. De façon générale, les Chèvrefeuilles sont tolérants vis-à-vis de la présence de calcaire ou d’argile dans le sol et s’adaptent facilement à tous nos climats. En revanche, ces plantes ne tolèrent ni les embruns ni les sols salés.

Plante grimpante volubile à tiges ligneuses, le Chèvrefeuille ne dépassera pas 2 – 3 mètres de haut pour les espèces les plus menues comme le L. henryi ou le L.(x) brownii, mais le L. sempervirens et le L. japonica lanceront des tiges de 10 m à l’assaut de leur support.

Le feuillage, souvent décoratif et luxuriant, est composé de feuilles entières, lisses, de forme ovale à obovale, longues de 3 à 8 cm, parfois jusqu’à 15 cm chez le géant L. hildebrandtiana. Le feuillage est caduc, semi-persistant ou persistant, suivant les variétés mais aussi le climat.  Les feuilles sont disposées de façon opposée sur les rameaux. Vert plus ou moins sombre, elles sont parfois joliment panachées comme chez le Chèvrefeuille ‘Harlequin Sherlite’.

La floraison, le plus souvent odorante par temps chaud et en fin de journée, s’étale de mai à octobre, selon les plantes. Les fleurs, composées d’un tube s’évasant en deux lèvres plus ou moins découpées, se distinguent par leur aspect très léger, presque aérien. Leur palette de couleurs, comprenant souvent le blanc, se décline en blanc jaunâtre, en rose, en orangé et même en rouge, dans des tons unis ou bicolores, parfois tricolores, changeant avec la maturité de la fleur. Cette floraison est mellifère et nectarifère, elle attire de nombreux insectes pollinisateurs.

La floraison est suivie par la formation de petits fruits ovoïdes et charnus de couleur variable. Ces baies, légèrement toxiques pour l’homme, font le régal des oiseaux.

Chèvrefeuille grimpant : fleurs, baies

Chèvrefeuille : fleurs, baies

Principales variétés

Établi des régions froides jusqu’aux tropiques, souvent planté pour son parfum, le Chèvrefeuille se décline en 200 variétés grimpantes, mais aussi arbustives. Parmi les grimpants, voici quelques-uns des plus plantés. Sachez que les plus parfumés sont souvent ceux qui perdent leur feuillage en hiver.

Les plus populaires

Chèvrefeuille des bois - Lonicera periclymenum Serotina

Période de floraison Juil. à Sept.

Hauteur à maturité 500 cm

Le Chèvrefeuille des haies ou Chèvrefeuille des bois, caduc, au parfum enchanteur et aux fleurs crème ombrées de rouge à l’extérieur, de juin à août.

Chèvrefeuille heckrotii Gold Flame - Lonicera

Période de floraison Juin à Sept.

Hauteur à maturité 300 cm

Caduc, il montre un développement modeste et plus buissonnant que grimpant. Ses fleurs sont extrêmement parfumées, rouge vif à intérieur jaune-orangé en été.

Chèvrefeuille du japon - Lonicera japonica Hall's Prolific

Période de floraison Juil. à Sept.

Hauteur à maturité 600 cm

Un chèvrefeuille japonais grimpant à floraison blanche virant jaune au puissant parfum très agréable de juillet à septembre.

Chèvrefeuille Scentsation - Lonicera periclymenum

Période de floraison Juin à Sept.

Hauteur à maturité 300 cm

Un chèvrefeuille des bois à généreuse floraison estivale, de juin à septembre, en bouquets de fleurs d’abord blanches puis jaunes, au parfum puissant.

Chèvrefeuille Dropmore Scarlet, chèvrefeuille grimpant Dropmore

Période de floraison Juin à Août

Hauteur à maturité 400 cm

Un chèvrefeuille grimpant, vigoureux et de culture facile, qui offre en été une éblouissante floraison rouge orangé écarlate, inodore.

Chèvrefeuille de Henry - Lonicera henryi Copper Beauty

Période de floraison Juin à Juil.

Hauteur à maturité 200 cm

C'est une liane au feuillage persistant et aux rameaux ligneux d'une vigueur modérée. Il porte de la fin du printemps à l'été des fleurs jaune-orangé à rouge au parfum suave, les grandes feuilles vert brillant aux reflets bronze et bleutés font ressortir cette magnifique floraison.

Nos préférées

Chèvrefeuille grimpant - Lonicera periclymenum Fragrant Cloud®

Période de floraison Juil. à Sept.

Hauteur à maturité 300 cm

Une variété très récente, à floraison rose framboise et blanc au puissant et agréable parfum. Il se distingue également par son jeune feuillage pourpre.

Chèvrefeuille - Lonicera Japonica Mint Crisp

Période de floraison Juin à Sept.

Hauteur à maturité 300 cm

Une variété à feuillage semi-persistant panaché, très lumineux. Ses fleurs jaunes sont très parfumées.

 

Chèvrefeuille nain - Lonicera periclymenum Chic et Choc

Période de floraison Juin

Hauteur à maturité 100 cm

Une variété naine, plus buissonnante que grimpante, à fleurs délicatement parfumées, blanc rosé puis jaune orangé. C'est LE chèvrefeuille idéal pour la culture en pot.

Autres variété intéressantes

Lonicera etrusca

Lonicera etrusca

En terrain sec, on cultivera sans problème Lonicera etrusca, semi-persistant à fleurs rose et jaune-orangé odorantes en juin, et L. implexa, méditerranéen, persistant à fleurs jaune rosé, blanches à l’intérieur de mai à juillet, légèrement parfumées.

Enfin, sachez qu’il existe aussi de nombreuses espèces et variétés arbustives, qui font d’excellents couvre-sol ou arbustes de haie à l’image du Lonicera fragrantissima, qui fleurit au cœur de l’hiver, du L. tartarica à l’aise sous tous nos climats. Le L. nitida et ses variétés sont précieux pour constituer rapidement des haies basses et denses d’aspect très soigné.

Plantation

Où planter le Chèvrefeuille grimpant ?

La culture des Chèvrefeuilles grimpants ne présente pas de difficulté particulière ; une plantation soigneuse, dans un sol profond et bien travaillé, entraînera une croissance vigoureuse. L’exposition choisie sera généralement mi-ombragée, loin des rayons brûlants du soleil, sous des frondaisons ou contre un mur exposé à l’est. Il est surtout important que le pied de la plante soit ombragé et frais. Dans le Nord de notre pays, une plantation en plein soleil est tout à fait possible, alors que dans les régions chaudes, la mi-ombre est indispensable.

Peu sensibles au niveau d’acidité du sol (neutre, acide ou calcaire), les Chèvrefeuilles demandent cependant plus ou moins de fraîcheur pour soutenir leur floraison ; ils redoutent les terrains trop pauvres et drainants (très sableux ou très caillouteux, voire rocheux), ou au contraire asphyxiants, gorgés d’eau en hiver. Idéalement, on leur réservera un sol riche en humus, bien drainé, gardant la fraîcheur en été.

La rusticité est variable en fonction des espèces et hybrides, mais la plupart des variétés couramment proposées dans le commerce supportent sans faiblir des gelées ponctuelles de l’ordre de -15 °C.

La culture en pot est tout à fait possible, en privilégiant les variétés les moins exubérantes toutefois. On choisira un grand contenant au fond percé, d’au minimum 30 litres, et un substrat léger et fertile, composé d’un mélange de terreau et de terre de jardin, en prenant soin d’aménager un lit de matériau drainant (gravier, billes d’argile) au fond du pot. Il est indispensable de surveiller l’arrosage en été, et d’apporter de l’engrais à libération lente chaque année au démarrage de la végétation.

Le Chèvrefeuille est une plante grimpante aux tiges volubiles, incapable de se fixer seul à son support. Ses jeunes rameaux verts seront donc guidés vers leur support où ils seront attachés par des liens souples. La plante trouvera ensuite son chemin, au travers des mailles d’un treillage, parmi les branches des arbres ou encore autour de la trame d’une pergola.

Comme c’est le cas pour toutes les jeunes plantes, l’arrosage sera suivi les deux premières années suivant la plantation afin de favoriser une bonne installation.

Quand planter ?

Le Chèvrefeuille grimpant élevé en conteneur peut être planté tout au long de l’année, en privilégiant les périodes pas trop chaudes et bien arrosées, et en évitant les périodes de forte gelée : de septembre à novembre en automne, et de février à avril au printemps.

Comment planter ?

  • Creusez une fosse équivalente à 3 fois la hauteur et la largeur de la motte. Décompactez bien le fond du trou de plantation avec une pioche.
  • Griffez délicatement le chevelu racinaire, en bordure de la motte, afin de faciliter l’exploration et la croissance des racines ainsi libérées dans leur nouveau substrat.
  • Placez la plante dans le trou, en surélevant légèrement le collet de la plante, l’intersection entre le système racinaire et la tige aérienne, soit juste au-dessus du niveau du sol.
  • Comblez avec un mélange de terreau et de terre de jardin.
  • Tasser bien la terre autour de la plante, en ménageant une belle cuvette pour l’arrosage.
  • Arrosez généreusement (au moins 10 litres). Tassez légèrement.
  • Arrosez de la même façon le lendemain, puis une semaine après. Durant la période d’installation de la plante, qui dure environ 2 ans, l’arrosage devra être suivi, en particulier s’il fait sec et chaud.

On plante généralement un pied de Chèvrefeuille par mètre carré, sa croissance vigoureuse aura vite fait de masquer une clôture ou un treillage nu.

Taille et entretien

Facile de culture et d’entretien, le Chèvrefeuille gagnera tout de même à bénéficier d’un peu d’attention pour donner le meilleur de lui-même, entretenir sa vigueur et sa floraison.

La taille

Si elle n’est pas indispensable, elle peut s’avérer nécessaire pour équilibrer la ramure ou densifier le port : attendez la fin de la floraison pour effectuer cette taille légère, car les boutons floraux apparaissent chez la plupart des espèces sur le bois de l’année précédente.

Une plante dégarnie pourra subir une taille sévère en fin d’hiver, avant le redémarrage de la végétation.

L’arrosage

Le Chèvrefeuille grimpant n’est généralement pas trop exigeant en eau, en fonction des espèces et variétés, mais il préférera toujours un sol frais, car il craint les périodes de sécheresse prolongées, en particulier s’il est cultivé en pot.

Arrosez régulièrement en été et disposez un épais paillage au pied de la plante en climat chaud, ce dispositif assez efficace permet d’espacer les apports d’eau.

Les apports d’engrais

Comme de nombreuses plantes, le Chèvrefeuille sera plus luxuriant et plus florifère s’il est bien nourri. Un apport de corne broyée ou de sang desséché, d’abord à la plantation puis une fois par an, au printemps, favorisera une croissance vigoureuse et une généreuse floraison.

Maladies et ravageurs éventuels

Le Chèvrefeuille peut être victime d’attaques de pucerons, que l’on pourra traiter à l’aide de pyréthrine en pulvérisation le soir.

La principale maladie qui peut éventuellement atteindre cette plante est l’oïdium, aussi appelé blanc, un champignon pathogène d’ailleurs assez spécifique de chaque espèce de plante (tomate, vigne, pied d’alouette…), capable de proliférer par temps frais ou chaud. Le développement de l’oïdium est reconnaissable à l’apparition de taches blanchâtres ou grisâtres et poudreuses sur le feuillage. Une bonne aération du centre de la plante, une exposition où l’air circule et un traitement préventif et curatif à base de soufre sont autant de méthodes généralement efficaces.

Multiplication

Les Chèvrefeuilles grimpants se multiplient facilement par marcottage, en couchant les rameaux au sol tout en maintenant le contact avec la terre, ou par bouturage de tiges semi-ligneuses en été ou lignifiées en automne fonctionne très bien.

Bouturage

1er Cas : utilisation de boutures semi-ligneuses, en août :

  • Coupez au sécateur des tronçons de rameaux de l’année, vigoureux, portant deux rangées de feuilles. Taillez les boutures au ras du 1er étage de feuilles, et 1 cm au-dessus du 2ème étage.
  • Supprimez les feuilles du bas et enfoncez la bouture dans un mélange de terreau et de terre légère, bien humidifié, jusqu’aux feuilles restantes.
  • Placez dans votre pot 3 ‘tuteurs’, disposés en triangle, puis couvrez le tout d’un sac type congélation, dont la base sera maintenue étroitement adhérente à la paroi externe du pot par le biais d’un élastique. Il s’agit de la technique « à l’étouffée ».
  • Maintenez les pots à mi-ombre, en veillant à remettre de temps en temps un peu d’eau dans une soucoupe placée sous le pot si le substrat semble s’être trop asséché.

2ème cas : utilisation des boutures d’automne, en octobre-novembre, avec ou sans feuilles :

  • selon l’espèce ou la variété choisie : coupez une portion de rameau de l’année longue de 30 cm environ.
  • Prélevez les tronçons de 30 cm sous un nœud.
  • Ne gardez que les deux derniers étages de feuilles.
  • Placez les boutures debout, en rang, dans un sol léger, enrichi de sable et de terreau, maintenu frais, mais non détrempé, en les enfouissant aux deux-tiers. Choisissez une exposition abritée des vents froids.

À savoir : les traitements des maladies cryptogamiques ralentissent la formation et la croissance des nouvelles racines.

Semis

Le semis est réalisable, mais la plante, avant de fleurir, mettra plusieurs années. Par ailleurs, cette technique ne permet pas de contrôler l’aspect du Chèvrefeuille obtenu dans le cas où plusieurs espèces ou variétés, cultivées à proximité les unes des autres, auraient eu la possibilité de s’hybrider par l’intermédiaire des insectes pollinisateurs.

Association

Les Chèvrefeuilles grimpent en enlaçant leurs tiges sur des supports aussi variés que les arbres et les tonnelles solides (pour ce qui concerne les variétés à grand développement), les treillages et les grillages de clôture. Robustes, à l’aise dans toutes nos régions, simples et gracieux, ils habillent de leur parfum inimitable les zones un peu négligées du jardin, les places au soleil étant en général réservées aux Bignones ou aux Glycines. La terrasse ou le balcon pourront aussi s’enorgueillir d’un joli spécimen palissé sur un claustra ou un panneau en bois tressé, pour masquer une vue peu agréable, un vis-à-vis gênant etc.

Chèvrefeuille (Lonicera), association

Lonicera Heckrottii / Lonicera x americana et Wisteria sinensis

Les Ipomées annuelles font de bien jolies compagnes pour les Chèvrefeuilles, même si elles sont éphémères, elles subliment durant toute la belle saison leur feuillage luxuriant et le style de leurs fleurs respectives est très complémentaire. Les pois de senteur vivaces, si faciles à réussir, s’accordent aussi très bien à leur caractère champêtre. Les haies monospécifiques, austères, composées de conifères ou de lauriers taillés au cordeau, accueilleront ces lianes fleuries, pleines de ressources et sans prétention, tout comme elles hébergeront les Clématites, dotées des mêmes atouts et d’un mode de culture comparable.

Le saviez-vous ?

Le Chèvrefeuille, plante mellifère, abrite toute une faune utile au jardin : divers bourdons, les abeilles charpentières et des papillons de nuit, en particulier le Sphinx du Chèvrefeuille, qui le pollinisent, attirés par le parfum des fleurs exacerbé en fin de journée. Il est aussi très visité par les oiseaux qui raffolent de ses baies et disséminent les graines.

On le nommait autrefois Caprisolium, qui signifie « feuille de chèvre » en latin, en raison de l’appétence que peuvent avoir ces animaux pour son feuillage. Les chenilles de papillons diurnes comme le Sylvain azuré ou le Petit Sylvain vivent et se nourrissent aussi de sa végétation. Les gourmands apprécieront la Baie de mai, le Lonicera kamtschatica, arbustif, l’une des seules espèces donnant des fruits comestibles pour l’homme, dont la baie ressemble à une grosse myrtille.

Si les baies du Chèvrefeuille sont généralement toxiques, tige et écorce sont utilisées en phytothérapie pour leurs vertus dépuratives et antitussives. On utilisait autrefois les racines pour en extraire une teinture bleue. En parfumerie, on qualifie la fleur du Chèvrefeuille de « fleur muette », car elle est si pauvre en huile essentielle que l’on ne parvient pas à l’extraire par les méthodes traditionnelles. On le recrée donc de toute pièce en concoctant un savant mélange de molécules issues de la chimie. La fragrance du Lonicera fragrantissima est décrite comme florale, suave aux notes jasminées, de fleur d’oranger, végétales et miellées.

Ressources utiles

Articles connexes


Blog

Plantes grimpantes parfumées, des valeurs sûres et des nouveautés

Les fleurs parfumées confèrent au jardin un intérêt tout particulier quand, au fil d'une promenade...
Lire la suite +

Fiche Famille

Chèvrefeuilles arbustifs, lonicera : planter, tailler et entretenir

Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
(18 votes, moyenne: 4 sur 5)