Petits fruitiers en racines nues : des plantes moins chères et une récolte rapide

Petits fruitiers en racines nues : des plantes moins chères et une récolte rapide

Les avantages des arbustes en racines nues plutôt qu'en pot ou en motte

Sommaire

Mis à jour le 2 Février 2024  par Marion 6 min.

Que ce soit pour réaliser une haie gourmande, pour s’intégrer au potager, ou bien en pot sur le balcon et la terrasse, les petits fruitiers seront de parfaits candidats. Il s’agit souvent d’arbustes à l’allure un peu sauvageonne, mais aussi de plantes herbacées ou grimpantes, que l’on peut même croiser naturellement dans nos forêts.

Si vous souhaitez cultiver ces plantes comestibles, vous aurez le choix entre différents conditionnements : en racines nues, en pot ou bien en motte, selon la période de l’année. Si vous cherchez un investissement économique et rapidement prolifique, nous vous conseillons d’opter pour les racines nues, qui se plantent à l’automne. Découvrez les avantages de ce conditionnement et comment réussir la plantation de vos petits fruitiers en racines nues.

Hiver, Automne Difficulté

Les plantes en racines nues : qu'est-ce que c’est ?

Ce sont des végétaux qui peuvent étonner les jardiniers non avertis au premier abord : ils sont en effet dénués de végétation aérienne (feuille, fleurs, fruits) et leurs racines sont à l’air libre. Elles ne sont donc pas dans un contenant ou entourées d’un filet de protection.

Les plantes en racines nues sont extraites de terre lors de leur période de dormance hivernale, avant l’expédition ou l’achat. Elles sont disponibles d’octobre-novembre à février-mars, en fonction de la météo. Il est en effet nécessaire que les températures se refroidissent pour déclencher la perte des feuilles, indiquant l’entrée en repos.

À noter : les arbres et arbustes caducs (qui perdent leur feuillage à l’automne) sont les plus répandus en racines nues, mais vous pouvez aussi désormais trouver sur notre site des vivaces en racines nues.

arbres fruitiers en racines nues

Des fruitiers en racines nues

Une solution économique

L’achat de fruitiers en racines nues représente la meilleure solution qualité-prix, surtout si vous achetez en quantité, par exemple pour constituer une haie ou un verger.

Ces arbustes seront en effet nettement moins chers à l’achat que les plantes en conteneur (pot), puisqu’ils sont moins chers à produire.

  • Ils ne nécessitent pas beaucoup de soins sur le long terme (arrosage, fertilisation, chauffage).
  • Ils demandent moins de main d’œuvre, là où une plante en pot demande, par exemple, une attention presque quotidienne.
  • Ils ne nécessitent pas de contenant complémentaire.
  • Ils sont moins lourds et imposants, ce qui permet de faire des économies au niveau du stockage et du transport.

Les économies réalisées en optant pour un petit fruitier en racines nues, plutôt qu’en pot, peuvent ainsi aller de 10 % à près de 30 %.

Un conditionnement qui favorise la reprise

Nous l’avons vu, ces végétaux poussent d’abord en terre avant d’en être extraits pendant leur période de dormance : la plante n’est donc plus en train de développer ses racines ou ses parties aériennes. Elle sera ainsi transplantée sans interruption dans sa période végétative, ce qui occasionne moins de stress, favorise la reprise et la croissance naturelle de la plante au printemps.

De plus, ces plantes ont grandi en pleine terre de façon naturelle. Les racines ont pu se développer sans contrainte, se ramifier et s’équilibrer, ce qui les rend plus résistantes et vigoureuses. Pour les petits fruitiers, cela facilite une fructification rapide. Les végétaux sont également habitués aux amplitudes météorologiques entre les saisons, ce qui peut les rendre plus rustiques.

Contrairement aux petits fruitiers en pot, il n’y a pas non plus de risque de chignon racinaire. Cela arrive lorsque les racines sont enchevêtrées après une trop longue période passée dans un faible espace et volume de terre. Le chignon racinaire diminue les chances de reprises, fragilise les plantes qui ont été comprimées et les rend globalement moins résistantes.

Le conditionnement en motte, pour sa part, favorise aussi la reprise des plantes. Mais il est nettement moins répandu que les plantes en racines nues et il est souvent plus cher à l’achat.

Enfin, les racines étant visibles, vous pouvez vérifier immédiatement leur bonne santé, ce qui occasionne moins de mauvaises surprises.

Quels types de petits fruitiers choisir ?

La plupart des petits fruits peuvent se prêter à la plantation en racines nues, qu’ils soient arbustes, grimpants ou plantes herbacées.

Optez par exemple pour les :

Testez aussi les croisements originaux, comme avec le mûrier-framboisier ‘Boysenberry’ ou la mûre ‘Buckingham Tayberry’ ;

Pour en savoir plus :

murier framboisier

Testez le mûrier-framboisier ‘Boysenberry’

Réussir la plantation de petits fruitiers en racines nues

La période de plantation

La plantation des petits fruitiers en racines nues intervient à l’automne ou en sortie d’hiver. Elle doit se faire impérativement en dehors des périodes de gel, de neige ou de sol particulièrement gorgé d’eau. Ces conditions peuvent en effet compromettre les chances de reprise. La plante ne doit plus avoir de feuilles, mais ne pas avoir non plus commencé à produire des bourgeons.

Le système racinaire n’étant pas protégé, ces plantes sont davantage sujettes au dessèchement, c’est pourquoi elles devront être plantées très rapidement après achat (sous 3 à 4 jours au plus tard). Si vous devez les faire patienter, faute de temps ou de météo favorable, prévoyez de conserver votre arbuste en jauge. Pour cela, installez-le dans un substrat très léger, généralement à base de sable de rivière. Placez-le en situation ombragée et protégée du vent, du gel et autres intempéries.

Le pralinage des racines

La plantation de végétaux en racines nues n’est pas compliquée, mais nécessite une petite préparation préalable : le pralinage ou habillage des racines. Cette étape d’enrobage permet d’augmenter les chances de reprise, d’offrir une protection aux racines, d’accélérer leur cicatrisation, mais aussi d’empêcher la formation de bulles d’air néfastes.

Le pralin se présente sous la forme d’une espèce de pâte, d’aspect boueux et collant. Vous pouvez confectionner votre propre pralin à basse de terre, argile, eau de pluie et bouse de vache ou compost. Mais il existe aussi des solutions prêtes à l’emploi, faciles à trouver sur internet ou en magasins spécialisés.

Avec un sécateur préalablement désinfecté, commencez par éliminer les racines trop longues, desséchées ou abîmées. Badigeonnez ensuite toutes les racines de votre arbuste à l’aide du pralin hydratant et protecteur. Puis, laisser tremper, idéalement pendant 24 heures.

Pour en savoir plus : Praliner les racines des arbres et arbustes.

Le pralinage n’est pas une étape indispensable, mais nous vous la conseillons fortement.

racines nues

Le pralinage des racines optimise la reprise

Le tutoriel de plantation

Une fois les racines de votre petit fruitier pralinées, vous pourrez procéder à la plantation, en pleine terre ou en pot.

Choisissez un emplacement qui correspond aux exigences des petits fruitiers choisis : exposition ensoleillée ou mi-ombragée, abritée des vents, etc.

  1. À l’aide d’une bêche, creusez un trou environ deux à trois fois plus grand que le volume des racines. Décompactez bien la terre, enlevez les pierres et les zones enherbées éventuelles. Si besoin, allégez les substrats les plus lourds et argileux, afin de les rendre plus drainants. Pour cela, mélangez par exemple des graviers, du sable ou des billes d’argile.
  2. Installez votre petit fruitier dans le trou de plantation de façon bien droite, en prenant soin d’étaler les racines délicatement.
  3. Ajoutez éventuellement un tuteur planté en biais ou un palissage (retrouvez plus d’informations dans notre tutoriel dédié : Comment tuteurer un arbre fruitier ?).
  4. Complétez de terre de jardin ou de terreau adapté, jusqu’à recouvrir entièrement les racines. S’il y en a un, n’enterrez pas le point de greffe (jonction sous forme de bourrelet).
  5. Tassez avec les mains ou les pieds pour chasser les poches d’air et permettre à la terre de bien adhérer aux racines.
  6. Arrosez généreusement. Si besoin, en sol sec, créez une cuvette autour de l’arbuste pour optimiser les futurs arrosages.
  7. Installez un paillage organique au pied du petit fruitier, afin de mieux conserver l’humidité et de limiter le développement d’adventices (plantes spontanées indésirables).

Si vous installez plusieurs petits fruitiers, par exemple dans le cadre d’une haie, pensez à respecter une distance minimale entre chaque sujet. Celle-ci dépend de l’envergure des plantes à maturité (comptez 40 à 80 cm en moyenne).

Entretenir les petits fruitiers en racines nues

Arrosez régulièrement vos petits fruitiers pour favoriser la reprise : ne laissez pas la terre s’assécher complètement. L’arrosage devra être régulier pendant au moins toute la première année de culture, surtout en période estivale. N’oubliez pas d’arroser même les petits fruits réputés peu soiffards, comme les figuiers. Même s’ils sont habitués aux conditions méditerranéennes de sécheresse, ils ont d’abord besoin de développer leur système racinaire en profondeur avant de devenir plus autonomes.

Procédez à une taille annuelle à la sortie de l’hiver. Cela permet :

  • d’éliminer les branches abîmées ;
  • de rééquilibrer la silhouette de la plante ;
  • de favoriser le passage de la lumière ;
  • de faciliter la future fructification.

Renouvelez le paillage au pied des arbustes lorsqu’il est décomposé.

Au bout de un à deux ans, vous pourrez retirer les tuteurs mis en place au moment de la plantation.

taille du framboisier

Tailler les petits fruits, ici le framboisier, en fin d’hiver

Commentaires

groseillier