PROMOTION : profitez de -30% et -50% sur des centaines de bulbes d'été !
Les meilleurs arbustes de garrigue

Les meilleurs arbustes de garrigue

Des persistants résistants à la sécheresse et la chaleur

Sommaire

Mis à jour le 24 Avril 2024  par Leïla 7 min.

Les arbustes de garrigue se distinguent comme des vedettes incontestées d’un paysage méditerranéen riche et diversifié, apportant couleur, texture, et verdure là où peu d’autres plantes pourraient prospérer. Leur capacité à résister à des températures élevées, à des périodes de sécheresse prolongées, et à se contenter de sols souvent ingrats, en font des candidats idéaux pour les jardins en quête de beauté sans contraintes, à condition d’avoir un sol adapté : bien drainé, plutôt pauvre, qui filtre bien l’eau en hiver.

Une fois acclimatés, ils demandent peu de soins, se contentant généralement des apports naturels sans nécessiter d’arrosages fréquents, de fertilisations intensives ou de tailles régulières. Pour le jardinier soucieux à la fois de l’esthétique de son jardin et de la préservation des ressources, ces arbustes de garrigue représentent une solution idéale, alliant respect de l’environnement et facilité d’entretien.

Dans cet article, nous vous invitons à découvrir les meilleurs arbustes persistants méditerranéens pour enrichir votre jardin, que vous soyez à la recherche de spécimens à intégrer dans un jardin méditerranéen authentique ou désireux d’acclimater ces merveilles dans un environnement différent.

Difficulté

Chêne vert ou Quercus ilex

Certes, le chêne vert est davantage un arbre, mais sa croissance lente et son type de développement permettent de le considérer aussi comme un membre de la strate arbustive en milieu de garrigue. C’est une essence incontournable des paysages du Midi méditerranéen.

Le Quercus ilex, avec son allure imposante, peut atteindre jusqu’à 15 mètres de hauteur avec un tronc robuste de 2 à 3 mètres de circonférence, mais il ne prendra pas plus de 3 m de hauteur en 20 ans. Cette essence se distingue par une longévité hors norme, certains spécimens vivant plus de mille ans, témoignant de sa force et de sa capacité à traverser les âges.

Sa beauté réside dans la diversité de ses aspects. L’écorce du chêne vert, d’abord lisse et grise, se fissure avec le temps, adoptant une teinte sombre ou parfois jaunie par les lichens. Le feuillage est persistant, d’un vert profond sur le dessus et argenté en dessous. Les feuilles, tantôt entières, tantôt dentées et les branches tortueuses, participent à sa silhouette unique, tandis que ses glands enrichissent son intérêt biologique.

Adaptable et résistant, le chêne vert ne demande qu’une exposition ensoleillée pour prospérer, faisant fi des conditions du sol et des variations climatiques extrêmes. Sa plantation est une invitation à recréer un coin de garrigue chez soi, en l’entourant de plantes typiques du Midi, comme l’Arbousier, les Cistes, les sauges, les phlomis.

Quercus ilex, feuillage chene vert

Arbutus unedo ou Arbousier

L’Arbutus unedo, communément appelé arbousier ou arbre à fraises, est prisé dans les jardins du sud de la France ainsi que le long du littoral atlantique, et constitue un sujet représentatif de la garrigue en méditerranée. Cet arbuste, qui fleurit en fin d’été, offre une floraison en clochettes blanches, parfois teintées de rose, vite rejoint par ses fruits comestibles qui rappellent les fraises par leur couleur et leur forme.

L’arbousier se développe en un buisson dense et compact. Ses feuilles persistantes, d’un vert sombre et brillant, présentent des bords légèrement dentés. L’écorce de l’arbousier, d’un rouge profond, se détache en fines lanières. Les fleurs mellifères, évoquant le muguet par leur forme, attirent les pollinisateurs fin août, tandis que les fruits, qui mûrissent un an après la floraison, évoluent du jaune au rouge.

Résistant jusqu’à -15°C, l’Arbutus unedo prospère dans un sol bien drainé et acide, sous le soleil ou à mi-ombre, tout en étant protégé des vents froids. Pour assurer sa survie lors des premiers hivers, un paillis et un voile d’hivernage peuvent s’avérer nécessaires.

L’utilisation de l’Arbutus unedo varie selon les préférences de chacun : en haie libre pour structurer l’espace, en spécimen isolé pour mettre en valeur sa beauté unique, ou en massif pour créer un point d’intérêt visuel et gustatif dans le jardin.

fruit et fleur de l'arbousier

Pistacia lentiscus ou lentisque pistachier

Le Pistacia lentiscus, ou lentisque pistachier, incarne la quintessence de la végétation méditerranéenne. Cet arbuste persistant, à la fois robuste et adaptable, se distingue par sa silhouette dense qui ponctue de touches sombres les paysages ensoleillés bordant la mer Méditerranée. La proximité avec la mer lui est bénéfique, offrant aux jeunes plants la douceur nécessaire pour se développer en spécimens résistants, aptes à survivre dans des terrains secs et exigeants.

Une fois bien ancré, le lentisque pistachier fait preuve d’une résilience remarquable face aux sols arides, aux vents forts, à l’intense luminosité solaire et même à l’ombre dense d’autres arbres comme les chênes verts ou les pins. Sa personnalité unique se révèle à travers son port touffu, ses feuilles coriaces d’un vert profond et l’arôme balsamique de sa résine ambrée, cachée tel un trésor dans son écorce.

Le Pistacia lentiscus peut atteindre 2 mètres de hauteur pour 3 mètres d’envergure et adopte un port globalement arrondi et étalé, très ramifié. Ses feuilles, divisées en folioles ovales, changent de couleur avec les saisons, passant du vert clair au printemps au violacé ou bronze en hiver. La discrète floraison printanière est suivie par la formation de fruits rouges, puis noirs à maturité, sur les spécimens femelles.

Le lentisque pistachier tolère le gel jusqu’à -12 à -15° C une fois établi. En haie libre, il se marie bien avec des plantes offrant des contrastes de couleur, comme des arbustes à feuillage gris, bleuté, jaune ou panaché de rose.

Pistacia lentiscus

Rhamnus alaternus ou Alaterne

Le Rhamnus alaternus, connu sous les noms d’alaterne ou Nerprun alaterne, permet de structurer un jardin sec avec un arbuste persistant, même dans les sols les plus ingrats. Sa présence discrète, mais constante tout au long de l’année, grâce à son feuillage coriace et brillant rappelant celui du houx, en fait un pilier des jardins méditerranéens. Bien que sa floraison printanière soit modeste, elle dégage une légère fragrance et sert de nourriture précoce aux abeilles, avant de laisser place à des baies rouges puis noires qui ravissent les oiseaux en automne.

Adapté aux conditions difficiles, telles que les sous-bois denses en racines ou les jardins exposés aux embruns marins, l’Alaterne excelle également dans les haies persistantes nécessitant peu d’entretien. Son port buissonnant et érigé lui permet d’atteindre une hauteur de 4 à 5 mètres, avec une croissance relativement rapide. Cette plante préfère les climats chauds, les sols caillouteux et bien drainés, s’épanouissant pleinement sous un soleil généreux.

Le Nerprun alaterne s’intègre parfaitement dans un jardin méditerranéen authentique, aux côtés d’autres arbustes résistants comme le pistachier lentisque ou le laurier-tin. Sa rusticité est de l’ordre de -12°C dans des sols bien drainés.

feuilles et fruits Rhamnus alaternus

Myrtus communis ou Myrte commun

Le Myrtus communis est un symbole fort des jardins méditerranéens. Arbuste persistant à la silhouette dense et arrondie, il est orné de petites feuilles coriaces qui brillent sous le soleil d’été, et parsemé de délicates fleurs blanches. Sa résistance à la sécheresse et sa tolérance à diverses expositions en font un choix privilégié pour les haies persistantes ou les massifs d’arbustes, ainsi que pour une culture en grand pot dans les régions plus froides.

Le myrte commun prospère à l’état sauvage dans les environnements variés du pourtour méditerranéen, des lisières forestières aux terrains rocailleux des garrigues. Sa croissance lente, mais sûre aboutit à un arbuste buissonnant qui peut atteindre 2 à 3 mètres de hauteur. Les feuilles du myrte, en plus d’être esthétiquement plaisantes, dégagent un arôme captivant lorsqu’elles sont froissées, source d’une huile essentielle prisée en parfumerie et aromathérapie.

La floraison du Myrtus communis, s’étalant de juillet à septembre, offre une abondance de petites fleurs blanches, dont chaque pétale s’ouvre sur un bouquet d’étamines proéminentes. Cette explosion florale est suivie en automne par l’apparition de fruits ovoïdes noirs-bleutés, appréciés des oiseaux.

Facile à vivre, le myrte s’adapte à presque toutes les expositions et préfère les sols secs, à condition qu’ils ne soient pas excessivement calcaires. Il résiste bien aux embruns et ne nécessite pas de soins particuliers une fois acclimaté. Sa capacité à supporter la taille en fait un candidat idéal pour les haies taillées ou libres et l’art topiaire. Il peut être associé à des plantes telles que des grenadiers nains ou des armoises.

feuilles et fleurs du myrte

Teucrium fruticans ou Germandrée arbustive 'Azureum'

Le Teucrium fruticans ‘Azureum’, variété remarquable de la Germandrée arbustive, incontournable des jardins méditerranéens, offre une floraison hivernale bleue soutenu sur un feuillage gris argenté. Cet arbuste est apprécié pour sa structure ramifiée et un peu sauvage, pour sa capacité à fleurir dès l’hiver, dans les climats doux, et à maintenir sa splendeur pendant plusieurs mois.

Le Teucrium fruticans s’adapte parfaitement aux sols pauvres et aux conditions sèches, résistant à des gelées courtes jusqu’à -12°C. Le cultivar ‘Azureum’ se distingue par des fleurs d’un bleu plus profond que l’espèce type et par une rusticité légèrement inférieure, avec une tolérance au froid limitée à -6/-8°C pour les jeunes pousses.

Avec ses tiges ligneuses caractéristiques et ses feuilles ovales persistantes, légèrement aromatiques au toucher, ‘Azureum’ atteint une hauteur et une envergure d’environ 1.20 m, pouvant s’étendre jusqu’à 1.40 m dans des conditions idéales. Son feuillage, d’un gris-vert argenté, devient d’autant plus lumineux sous l’effet de la chaleur et de la sécheresse.

La floraison, s’étendant de février-mars à juin dans le sud, et d’avril à août plus au nord, se caractérise par des fleurs bilabiées bleu violacé sur fond bleu vif.

Le Teucrium fruticans ‘Azureum’ est extrêmement polyvalent dans son utilisation : taillé en boule pour un effet structuré, en haie libre, en massif arbustif, en sujet isolé, ou même en bac pour orner terrasses et balcons. Pour une ambiance méditerranéenne authentique, associez-le à des cistes, romarins ou escallonias.

feuilles et fleurs germandrée

Phillyrea angustifolia ou Filaire à feuilles étroites

Le Phillyrea angustifolia, connu sous le nom de Filaire à feuilles étroites, est un trésor caché des collines méditerranéennes, offrant une alternative robuste et modeste à l’olivier. Cet arbuste persistant se distingue par sa rusticité exceptionnelle et sa capacité à prospérer dans les conditions les plus arides, le rendant idéal pour revitaliser les zones délaissées du jardin. Au printemps, il se fait remarquer par le parfum délicat de ses fleurs blanc-verdâtre, suivies de baies bleutées qui ajoutent un intérêt visuel et attirent la faune.

Le Filaria s’épanouit dans les sous-bois et les terrains rocailleux du bassin méditerranéen. Sa présence est un gage de résilience, capable de s’adapter aussi bien aux rochers qu’aux sols argileux. Avec une croissance lente, mais assurée, le Phillyrea angustifolia peut former un petit arbre à la couronne étalée, de 3m de haut pour 2 m de large, ses jeunes pousses bronze évoluant en feuilles étroites et coriaces, d’un vert cendré profond.

Adapté à la vie en sol pauvre et sec, le Filaria vieillit avec grâce, adoptant avec le temps un port majestueux qui rappelle celui de l’olivier, ou se façonnant au gré du vent en front de mer.

Le Filaria s’intègre parfaitement dans la structure persistante du jardin, s’associant harmonieusement à des plantes telles que le Pistacia lentiscus, le laurier-tin, ou encore le Rhamnus alaternus. Son feuillage sombre crée des contrastes captivants avec des arbustes aux feuillages variés. Il se prête bien à l’art topiaire, permettant de sculpter des formes originales dans son feuillage dense.

Phillyrea angustifolia

Pour aller plus loin

Cette sélection n’est pas exhaustive, explorez aussi la gamme des Cistes, regardez le Ruscus aculeatus ou Fragon petit houx, et découvrez plus largement notre gamme d’arbustes méditerranéens.

Commentaires

Phillyrea angustifolia