5 fruitiers pour sol calcaire

5 fruitiers pour sol calcaire

Quels sont les arbres fruitiers les plus adaptés aux sols calcaires, secs et caillouteux ?

Sommaire

Mis à jour le 27 Mars 2024  par Pascale 6 min.

Concrètement, un sol calcaire contient de 15  à 30  % de carbonate de chaux, soit de la craie. C’est donc un sol particulier d’aspect blanchâtre et crayeux. Il est très léger et sec, souvent caillouteux ou pierreux, voire poussiéreux. C’est surtout un sol perméable qui ne retient ni l’eau ni les nutriments. C’est un sol qui s’appauvrit très vite qui doit être amélioré par des apports de matières organiques qui vont non seulement fournir des éléments nutritifs, mais aussi en améliorer la structure. Avant de planter un arbre fruitier en sol calcaire, il est donc primordial de faire un bon apport de compost, de terreau ou de fumier de bovins. De plus, le semis d’engrais verts apportera par la suite des matières organiques tout comme la pose d’un paillage.

À noter aussi que, potentiellement, tous les arbres fruitiers greffés peuvent s’adapter aux sols calcaires dans la mesure où le porte-greffe l’est.

Globalement, les sols calcaires sont parfaitement adaptés aux arbres fruitiers du sud comme les abricotiers, les oliviers, les amandiers, les mirabelliers, les figuiers, le pistachier vrai… mais aussi les noisetiers et les noyers… Mais il est possible de planter et cultiver d’autres fruitiers, dont nous vous proposons une sélection de cinq espèces. Tous s’adaptent tous très bien aux sols calcaires. 

Difficulté

L'argousier (Hippophae rhamnoides), l'arbre épineux aux fruits gorgés de vitamines

L’argousier (Hippophae rhamnoides) est un petit arbre à feuillage caduc de la famille des Éléagnacées qui ne dépasse guère 3 à 4 m de hauteur pour une envergure d’environ 1,50 m. Espèce indigène, cet arbre pousse spontanément dans les sols pauvres, sableux et calcaires, en montagne ou en bord de mer. Autant dire qu’il est particulièrement accommodant, vigoureux et doté d’une croissance rapide, robuste face aux conditions climatiques. Il est rustique jusqu’à – 30 °C, résistant à la sécheresse, aux embruns, aux sols salins, au vent, à la pollution… En revanche, il lui faut absolument le plein soleil.

fruitiers sol calcaire

Les fruits de l’argousier

C’est un grand arbuste au feuillage allongé, vert grisâtre, aux rameaux épineux. Avec son port érigé, il est idéal planté en massif ou bien en haie, entre autres défensive. Sa floraison intervient entre mars et avril sur les rameaux nus. Comme l’argousier est une espèce dioïque, il est obligatoire de planter à proximité au moins un duo constitué d’un pied mâle et d’un pied femelle. La pollinisation se fera par les insectes butineurs, et en particulier les abeilles, attirés par les fleurs très mellifères. Certaines variétés comme ‘Friesdorfer Orange’ sont autofertiles, mais la pollinisation sera toujours meilleure avec deux sujets.

Les pieds femelles produisent des baies orangées de septembre à décembre, particulièrement décoratives. S’ils font le bonheur des oiseaux durant l’hiver, ils sont également comestibles. Et surtout très riches en vitamines C, A, B, E, F et P et en sels minéraux. Les baies sont aussi connues pour leurs pouvoirs antioxydants. Elles se consomment fraîches, en jus, séchées, en marmelade ou en confiture.

Pour en savoir plus :

Le jujubier (Ziziphus jujuba), l'arbre aux jujubes

Le jujubier (Ziziphus jujuba) est un arbre de la famille de Rhamnacées, tout autant productif qu’ornemental. Bien que rustique jusqu’à – 15 °C, il ne peut fructifier que dans le sud de la France, car il a besoin d’étés longs et chauds. C’est un arbre qui réussit très bien en sols secs, pauvres, caillouteux et calcaires, mais il lui faudra le plein soleil et une situation bien abritée. Doté d’une ramure tortueuse au port arrondi, cet arbre au feuillage caduc et coriace atteint 6 à 10 m de hauteur pour une envergure de 3 à 4 m. Il est préférable de le planter loin des habitations, car il est doté d’un système racinaire très étalé, profond et vigoureux.

fruitiers sol calcaire

Les fruits du jujubier

Son feuillage vert lustré est finement denté et pourvu de stipules épineuses. La floraison, discrète, intervient en mai-juin. Peu visibles par leur couleur verdâtre, les fleurs sentent délicieusement bon. Elles sont surtout particulièrement mellifères et nectarifères et attirent des nuées d’insectes butineurs et pollinisateurs. Ils se chargent d’ailleurs de la pollinisation du jujubier.

Quant aux jujubes, ce sont des fruits rouges de la grosseur et la forme des olives qui arrivent à maturité entre septembre et octobre. C’est un fruit à la pulpe légèrement gélatineuse, à la fois acidulée et sucrée, qui se consomme frais. On peut aussi le manger blet et flétri. Dès lors, il prend une saveur de datte. C’est un fruit très riche en vitamines A, C, B, aux forts pouvoirs antioxydants.

Pour en savoir plus : le jujubier : planter, tailler et entretenir

Le grenadier (Punica granatum), l'arbre à la floraison orangée et aux grenades

Le grenadier (Punica granatum) est un petit arbre de la famille des Punicacées, très cultivé dans le sud du pays. C’est un arbre fruitier autofertile qui bénéficie d’une croissance assez rapide qui peut atteindre 4 à 5 m de hauteur et 2 à 3 m d’envergure. La mise à fruits intervient au bout de 4 à 5 ans. Il est doté d’un port relativement touffu et buissonnant, ramifié et arrondi.

fruitiers sol calcaire

Fleurs et fruits du grenadier

C’est un arbre à l’indéniable valeur esthétique. En effet, dès le débourrement, les jeunes pousses se colorent de rouge. Ensuite, le feuillage devient vert luisant avant de virer au pourpre et à l’orangé en automne. Mais la floraison bat tous les records de beauté. De juin à juillet, parfois jusqu’en août, de grosses fleurs rouge orangé à rouge vif éclosent sur les rameaux vieux de deux ans. Ensuite, de septembre à novembre, ces fleurs donnent naissance aux fameuses grenades, grosses de 8 à 10 cm de diamètre, le plus souvent colorées de rouge ou d’orange, à la peau coriace et à la pulpe juteuse et acidulée.

Pour fructifier, le grenadier à fruits a besoin d’un été long et chaud. C’est pourquoi le climat du sud de la France lui convient. Pour autant, il peut se montrer rustique jusqu’à – 15 °C, ce qui autorise à la planter ailleurs (mais la fructification n’est pas assurée). Il sera planté à l’abri des vents et des courants d’air froids. Les sols calcaires ne l’effraient nullement, tout comme les terres salines.

Pour en savoir plus :

Le mûrier (Morus), l'arbre aux mûres (pas celles des ronces)

Le mûrier (Morus) est un arbre de la famille des Moracées qui se décline en trois espèces : le mûrier noir (Morus nigra), le mûrier blanc (Morus alba)  et le mûrier rouge (Morus rubra) qui produisent des fruits, proches des mûres des ronciers, le plus souvent noirs, mais aussi blancs, roses, violets ou rouges. Tous restent de taille moyenne, puisqu’ils ne dépassent guère 10 m de hauteur. Le mûrier affectionne les sols légers et profonds et craint les sols humides ou gorgés d’eau. C’est pourquoi les sols calcaires lui conviennent parfaitement. Il leur faut en outre le soleil et la chaleur. Bien que rustique jusqu’à – 15 °C, il reste sensible aux gelées tardives du printemps.

fruitiers sol calcaire

Les fruits du mûrier

Étant monoïque, le mûrier porte tout à la fois les fleurs mâles et les fleurs femelles. De couleur verdâtre, elles éclosent d’avril à mai. Les fruits se récoltent de juin à septembre. Ils sont constitués de nombreuses petites drupéoles globuleuses et serrées. Ils sont juteux et très sucrés. Quant au feuillage cordifome et caduc, il se pare de jaune d’or en automne, ce qui le rend particulièrement décoratif.

Pour en savoir plus :

Le cornouiller mâle (Cornus mas) aux fruits très sucrés, les cornouilles

Le cornouiller mâle (Cornus mas) est un grand arbuste qui atteint 3 à 4 m de hauteur pour une envergure de 2 m. Comme tous les Cornus, il appartient à la famille des Cornacées. C’est une espèce indigène qui se montre résistante et peu exigeante. Il pousse très bien en sol calcaire, sec et bien drainé, pauvre, mais s’adapte aussi aux sols plus ordinaires, voire légèrement acides. Il lui faut en outre une situation ensoleillée. Il se montre rustique jusqu’à – 25 °C, autant dire qu’il peut pousser et fructifier partout.

À ceux qui s’étonneraient de voir un arbre mâle produire des fruits, sachez que le terme « mâle » fait référence à son bois autrefois utilisé pour l’armement.

fruitiers sol calcaire

Fleurs et fruits du cornouiller mâle

Le cornouiller mâle se distingue par sa forme érigée et ses nombreux rameaux à l’écorce écailleuse. Dès la fin de l’hiver, entre février et mars, ses rameaux nus se couvrent d’une jolie floraison jaune, rappelant celle du mimosa. Le feuillage vert brillant apparaît ensuite. Très nervuré, il tombe tardivement sans changer de couleur. En septembre, des baies rouges de la taille d’une grosse olive commencent à mûrir. Leur chair est tout à la fois acidulée, sucrée et parfumée. Ces fruits se récoltent bien mûrs, soit frais, séchés, soit en confitures. Ils se rapprochent en saveur de la framboise, de la groseille et de la cerise.

Pour en savoir plus :

Commentaires

Hippophae rhamnoides