Comment pailler les rosiers ?

Comment pailler les rosiers ?

Techniques et bons gestes à adopter

Sommaire

Mis à jour le 3 Mai 2024  par Ingrid 6 min.

Ce n’est plus à démontrer, le paillage offre bien des avantages pour le sol et le développement de vos plantes ! Conservation de l’humidité, limitation des arrosages et de l’évaporation de l’eau, entrave aux plantes indésirables, enrichissement du sol, bref un véritable allié pour le jardinier et les plantations. Mais qu’en est-il des rosiers ? Un peu plus exigeants, les rosiers apprécient certes le paillage, mais avec quelques conditions particulières. Découvrez nos conseils pour bien pailler les rosiers, quels paillis utiliser ou bannir et comment le répartir.

paillage

BRF, écorces de cacao et paillettes de lin

Difficulté

Quand pailler les rosiers ?

Les rosiers peuvent être paillés en automne ou bien en début de printemps lorsque la terre commence à se réchauffer un peu. Le paillage est renouvelé chaque année, voire tous les deux ans.

Comment bien pailler les rosiers ?

Les rosiers n’aiment pas être trop paillés. Il convient de déposer une couche de 2 à 3 cm d’épaisseur maximum afin de permettre une bonne oxygénation du mulch et ainsi faciliter sa dégradation. Une couche trop épaisse de paillis, notamment en sol lourd et argileux, risque de compacter le sol et l’empêcher de respirer. La décomposition sera alors plus lente, ce qui privera votre rosier et la faune des nutriments. Préférez donc une faible couche de paillage, à renouveler fréquemment.

Choisissez également un paillis qui se décompose rapidement, qu’il soit « digéré » sur une année.

Enfin, on évitera de recouvrir le point de greffe du rosier au printemps, pour ne pas voir se développer des «gourmands» depuis le port-greffe.

Quel est le meilleur paillage pour les rosiers ?

Qu’il soit buissonnant, grimpant, ancien ou moderne, le rosier, comme beaucoup de vivaces et d’arbustes, n’apprécie pas d’être cultivé sur un sol nu. Installer du paillage aux pieds des rosiers permet :

  • d’apporter des nutriments dans le sol lorsqu’il se décompose ;
  • d’éviter la formation d’une croute (phénomène de battance) qui empêche l’eau de pluie de pénétrer dans le sol ;
  • de faire barrage aux « mauvaises herbes » et les plus téméraires seront plus faciles à extirper ;
  • de conserver l’humidité en été et de limiter les arrosages.

Il faut cependant sélectionner le bon « mulch« , bien adapté à nos rosiers. Voici ceux que vous pouvez utiliser :

Le paillis de chanvre ou de lin

Avec leurs couleurs claires, blond cendré, le paillis de chanvre et les paillettes de lin forment un joli tapis naturel, homogène et très décoratif. Malgré son aspect léger, le paillis adhère au sol dès la première pluie ou arrosage, ce qui lui permet de résister aux vents. Biologique et biodégradable, il nourrit le sol, limite l’apparition d’herbes indésirables et protège la souche du rosier de l’évaporation de l’eau et du froid. À utiliser aussi en massifs de fleurs et au potager.

Les cosses de sarrasin

Plus sombre, dans des tons brun caramel, les cosses de sarrasin sont fines, légères, biodégradables et faciles à utiliser. Elles nourrissent le sol en se dégradant, tout en maintenant l’humidité de la terre et limitent ainsi la fréquence des arrosages. De plus, limaces et escargots ne semblent pas apprécier ce type de paillage.

Le paillis de Miscanthus

Lorsque les tiges du Miscanthus sont réduites en paillage, elles forment alors un excellent couvre-sol pour vos rosiers, les cultures potagères ou les massifs de fleurs. Ce beau tapis clair résiste également au vent, limite le ruissellement et nourrit le sol en se décomposant. Il existe des paillis de Miscanthus prêts à l’emploi, mais vous pouvez aussi utiliser vos propres tiges coupées lors de la taille de vos Miscanthus.

paillage miscanthus

Une fois taillée, la touffe du Miscanthus peut être recyclée en paillage

L’herbe sèche et le foin

Si vous êtes du genre à recycler les déchets du jardin, l’herbe sèche issue de la tonte de votre pelouse constitue un très bon paillage pour vos rosiers. Économique et écologique, l’herbe sèche et le foin apportent une énorme quantité de nutriment à votre sol. Ce type de paillage se dégradera rapidement entre 1 à 6 mois. Il faut cependant veiller à ne pas utiliser d’herbe ou de foin montés en graine. Laissez simplement votre herbe sécher au soleil durant quelques jours avant de l’utiliser.

→ Pour en savoir plus, lisez notre article : Que faire de l’herbe tondue ?

Les feuilles mortes

En automne, les feuilles mortes constituent un excellent paillis, riche en nutriments et formant de l’humus en se dégradant. Aussi bon pour vos rosiers, que pour la faune du sol, les feuilles mortes limitent aussi l’érosion, le ruissellement et structurent le sol. De plus, elles isolent le système racinaire du froid hivernal. Le tout gratuitement, avec juste un petit coup de balai à feuilles.

→ Pour en savoir plus, lisez notre article sur : Les feuilles mortes, comment les utiliser au jardin ?

paillage de feuille morte

Les feuilles mortes sont très intéressantes comme paillage au jardin

Le conseil d’Ingrid : Lorsque vous voulez apporter un amendement (fumier, compost) au pied de votre rosier, il suffit de dégager le paillis à l’aide d’un râteau ou d’une petite pelle. Déposez votre amendement, griffez pour l’incorporer à la terre puis remettez le paillis en place.

Les paillages à éviter

  • Pour des rosiers épanouis, on évitera les paillages au pH acide pouvant modifier la nature du sol et par conséquent, le bien-être de la reine des fleurs. Ainsi, on bannira les paillis à base d’écorces de pin qui acidifient le sol et se décomposent lentement.
  • En sol lourd ou argileux, on évitera également d’utiliser du broyat d’arbustes ou de copeaux de bois pur (appelé BRF : Bois Raméal Fragmenté), certes riche en nutriments, mais certaines essences contiennent beaucoup de tanins qui peuvent provoquer un manque en azote lors de sa longue dégradation. On peut cependant corriger ce problème en incorporant des vivaces broyées, des feuilles mortes ou de l’herbe de tonte sèche qui apporteront de l’azote. Un apport en fumier ou un engrais azoté améliorera aussi l’équilibre de ce type de paillage. Attention, il faut utiliser seulement des essences d’arbres et d’arbustes aux feuillages caducs et non résineux pour vos rosiers.

→ Pour en savoir plus, lisez notre article sur le BRF ou Bois Raméal Fragmenté : qu’est-ce que c’est ? Comment l’utiliser au jardin ?

pailler rosiers grimpants en pot

BRF (photo arpent nourricier – Flickr)

Pour aller plus loin :

Commentaires

paillage mulching rosiers