Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue
conseil

A chaque saison son jardinage

Calendrier des travaux au jardin

Le "premier printemps" : du 1er février au 21 mars

Lorsque la nature se réveille, il faut faire place nette et lancer les plantations au plus vite. Alors que la végétation s’apprête à renaître, un grand nettoyage s’impose : désherbage et béquillage des massifs, fin de la taille des arbres a l’ébrancheur, arbustes et rosiers au sécateur, rabattage des dernières graminées et vivaces à la cisaille. La taille des rosiers est préférable dès l’apparition des bourgeons. Les arbres fruitiers, sauf ceux à noyaux qui se taillent en été, doivent être taillés avant leur repousse printanière.

C’est le moment d’aérer la terre des massifs avec une fourche d’aération, de désherber au croc ou au couteau et d’enfouir de l’engrais. Choisissez une formule pas trop riche en azote. Éliminez les plantules de cardamine et de séneçon capables de se ressemer très rapidement. Bichonnez votre pelouse en éradiquant la mousse au scarificateur et en l’aérant pour obtenir un beau tapis.

Marquez vos bordures de gazon à l’aide d’une bêche ou d’une demi-lune bien affûtées.

Vous pouvez d’ores et déjà faire des semis de fleurs, légumes et oser planter les annuelles les plus rustiques comme la lavatère, le bleuet, le coquelicot. Ajoutez des bisannuelles fleuries (pensées, primevères) qui se joindront aux floraisons hâtives d’hellébores ou d’hamamélis.

Un simple voile de forçage permettra de protéger vos semis des dernières gelées. Dissuadez les gastéropodes affamés à l’aide de granulés bio à base de fer. Dès qu’il fait meilleur, retirez les voiles et protections afin d’éviter les pourritures.

Ne plantez pas vos camélias au soleil levant, ils risqueraient de pâtir, en hiver, des alternances brutales de température. Ne laissez pas s’accumuler la neige sur leurs feuillages, faites-la tomber pour éviter que les feuilles ne grillent.

Badigeonnez les troncs des arbres fruitiers avec du « lait de chaux » pour prévenir de la propagation des insectes et maladies.

Le vrai printemps : du 15 mars au 22 mai

Désherbez régulièrement les mauvaises herbes pour ne pas les laisser monter à graine et risquer d’ensemencer à jamais le jardin. Binez par temps chaud et sol sec pour les éradiquer. Soignez les berges de vos bassins, où la mauvaise herbe pousse particulièrement vite.

Commencez les premières tontes du gazon, suivies d’un engrais spécifique à chaque tonte.

Retirez progressivement les protections hivernales avant qu’elles n’empêchent les plantes de repousser.

Mettez en place les végétaux rustiques : plantes vivaces, grimpantes, arbres, arbustes surtout ceux de bruyère qui peuvent être installés en fleurs.

Vous pouvez planter vos herbes aromatiques en terre chaude et au soleil, le persil, le cerfeuil et la menthe qui apprécient la fraîcheur.

A la fin des gelées (mi-mai c’est-à-dire après les saints de glace), c’est le bon moment pour planter les annuelles fragiles (géraniums, impatiences, pétunias), ainsi que vos potées et jardinières. Veillez à placer celles-ci à mi ombre et à l’abri pour acclimater progressivement les végétaux à l’extérieur et au soleil. Pour plus de précaution, protégez-les d’un simple voile de forçage.

Le début de l'été

C’est le moment de penser à l’entretien, aux soins avant les jours caniculaires de l’été. Pour encourager une floraison abondante et prolongée, délestez les plantes de leurs fleurs fanées et fruits inutiles avec un sécateur. Décroûtez le sol à la binette et arroser en prévision des restrictions qui peuvent être imposées dans certaines régions. Vous pouvez installer un arrosage automatique pour économiser l’eau : réseau de tuyaux microporeux ou de goutte à goutte. Épandez un copieux paillis sur la terre nue.

Sur les terrasses ou les balcons, prévoyez aussi un arrosage automatique et complétez par un paillis en surface. Pour les suspensions, utilisez des grains rétenteurs d’eau lors de la plantation, conjugué avec de l’engrais à libération lente. Pensez à incorporer dans vos massifs et potées quelques plantes à feuillage décoratif pour enrichir vos compositions.

Le plein été

Les arrosages « à la fraîche » sont l’occasion de détecter les insectes et les maladies avant une propagation trop importante. N’hésitez pas à tailler, à sacrifier des branches trop encombrantes. Le gazon peut sécher, ce n’est pas grave, il repartira après les pluies d’automne.

Pensez aussi à tailler au sécateur les rosiers non remontants (grimpants ou buissonnants), pour favoriser une belle floraison l’année suivante. Pour maintenir les touffes bien compactes, taillez les lavandes avec une cisaille dès leur défloraison. Si vous êtes envahi de liseron, vous pouvez en venir à bout avec une bombe herbicide spécifique pulvérisant de la mousse.

Fin août début septembre, il sera temps de bouturer, à l’étouffée, des plantes aux rameaux « aoûtés », ce qui veut dire fermes à leur base, pour éviter le risque de pourritures. Cela concerne notamment les rosiers, fuchsias, penstémons, géraniums.

A partir de septembre, vous pouvez diviser les touffes âgées de pivoines herbacées et les replanter en terre encore chaude, sans enterrer leur collet.

Surveillez le manque d’oxygène dans les bassins, qui génère l’apparition d’algues disgracieuses à évacuer régulièrement. Utilisez quelques plantes à feuillage oxygénant pour réguler rapidement l’équilibre biologique.

Profitez de l’été pour les travaux de maçonnerie, lorsque le sol est sec et donc bien stable. C’est l’occasion d’entreprendre la construction d’un bassin, d’une pergola ou d’une terrasse.

Le début d'automne

Lorsque le début de l’automne s’apparente à un été indien, poursuivez les arrosages, en évitant le feuillage, pour limiter le risque de développement de l’oïdium.

C’est le moment de bouturer certaines plantes frileuses comme les géraniums, les arbustes et les hortensias notamment.

Vous pouvez planter les bulbes à floraison printanière, comme les tulipes, les jacinthes, les crocus, les narcisses et les fritillaires.

L’automne offre la possibilité de produire un riche compost « maison ». Rassemblez les feuilles mortes accumulées, passez la tondeuse pour récupérer les feuilles tombées sur la pelouse. Le mélange ainsi obtenu est idéal pour obtenir une transformation en humus. Mélangez bien, en vérifiant que le tas n’est ni sec ni trempé. Couvrez d’une bâche noire pour activer la fermentation. Au printemps, mélangez à nouveau. Votre compost sera prêt à être utilisé à l’automne suivant.

Le plein automne

La métamorphose du paysage est spectaculaire : la végétation vire au rouge, au grenat, au pourpre, au jaune orangé. Cette alchimie ne se reproduit jamais de la même manière, elle dépend des amplitudes de températures, de l’hygrométrie, des pluies et du vent.

C’est le moment des chrysanthèmes, mais nombre d’autres vivaces se maintiennent. Les graminées même défleuries gardent du charme. Conservez les plus décoratives, elles meubleront les massifs pendant l’hiver.

C’est le moment de planter tant qu’il ne gèle pas, les ligneux notamment. « A la sainte Catherine, tout bois prend racine ». Vous pouvez planter les rosiers, les arbustes à fleurs, les fruitiers, les arbres caduc ou persistants. Facilitez leur reprise en pralinant leurs racines, avant de les planter, avec un mélange de terre et d’eau. Pensez à les tuteurer solidement.

N’hésitez pas à fleurir également balcons et terrasses. Installez des arbustes, des vivaces comme les bruyères, des plantes fleuries comme les chrysanthèmes ou les cyclamens. Pensez au chou d’ornement dont le feuillage se colore sous l’effet du gel. Soyez prudent, n’omettez pas de protéger vos plantes frileuses. Le plus souvent, un épais tapis de feuilles mortes autour du pied fera l’affaire. Sinon, emmaillotez vos végétaux plus délicats dans un voile d’hivernage.

L'hiver

Le cœur de l’hiver est le moment de débroussailler les plates-bandes, les massifs, les arbres, les arbustes et les rosiers. C’est la bonne période pour rectifier la silhouette de certains arbres devenus trop denses ou imposants. Basé sur nos souvenirs de l’an passé, nous pouvons échafauder de nouveaux plans : création de nouveaux massifs à matérialiser d’ores et déjà sur le terrain, transplantation de végétaux mal placés, tracé d’une nouvelle perspective, mise en place de nouvelles structures (pergola, arche, clôture).

Il faut éviter de marcher sur la pelouse gelée, s’assurer de la protection des plantes gélives, marquer par des jalons le plan d’eau qui disparaît sous la glace ou la neige, enlever celle-ci si elle fait ployer les branches ou risque d’abîmer les plantations. Il est recommandé de protéger les troncs et les branches des lapins ou chevreuils en quête de pitance.

Pensez à effectuer les traitements d’hiver des vergers, contre les larves et les maladies avant que la végétation ne sorte de son sommeil et ne redémarre.

Profitez du dégel pour épandre du fumier ou du compost que vous incorporerez à la fourche bêche.

Faîtes vos semis d’arbres et arbustes à graines coriaces en caissettes avec un fin grillage pour les protéger des rongeurs.

Quand le temps est trop mauvais, c’est le moment de faire le point sur les équipements : aiguisages, révision de la tondeuse, entretien des outils, afin de travailler efficacement dès le retour des beaux jours.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)