Vous avez un jardin sombre et vous cherchez quelques nouvelles vivaces d'ombre à planter cette saison ? Voici mes 5 vivaces coup de cœur du moment, testées et approuvées dans mon jardin, suivez le guide !

1) Le Bergenia Dragonfly Angel Kiss

J’entends déjà les détracteurs me dire que le bergénia, c’est une vivace ringarde, moche, datée, artificielle, bonne pour les fonds de jardins mal entretenus… Pourquoi pas, mais de façon objective, connaissez-vous beaucoup de vivaces qui résistent au sec et à l’ombre, qui garde un feuillage impeccable toute l’année et qui fleurit tôt en saison ? Non ! Car il n’y en a pas, ou alors vraiment peu.

Le Bergenia Angel Kiss à toutes les qualités des « bergénias increvables » à la différence que son port est beaucoup plus compact que la moyenne, il ne dépasse pas 25-30 cm de hauteur, et que ses fleurs sont innombrables et disproportionnées par rapport au feuillage. C’est tout naturellement en bordure d’un massif ou en potée sur une terrasse d’ombre qu’il trouvera sa place. Coté association c’est simple, plantez-le avec un Carex (oshimensis, elata, riparia…) et une Heuchère, de préférence une variété à feuillage noir comme ‘Binoche’, effet graphique garantie !

Bergenia Dragonfly Angel Kiss

Bergenia Dragonfly Angel Kiss

2) L'Ellisiophyllum pinnatum

Il n’y a pas si longtemps encore les collectionneurs s’échangeaient cette petite vivace confidentielle sous le manteau. Non pas parce qu’elle était difficile de culture mais bien parce qu’elle intéressait essentiellement les « chasseurs de plantes rares » qui la plantaient comme couvre-sol dans les rocailles humides parmi des fougères, des orchidées, des épimédiums…

C’est dans les jardinières et les potées pour l’ombre que cette petite merveille s’est démocratisée. Elle séduit de plus en plus de jardiniers qui apprécient ses innombrables petites fleurs blanches qui illuminent les zones sombres des jardins. Mais c’est pour son port tapissant et ses longues tiges stolonifères se propageant de place en place à la manière des fraisiers que les jardiniers l’utilisent. Plantez-la à l’ombre fraiche, dans un endroit surélevé ou dans une jarre, pour que ses longues tiges graphiques cascadent.

Ellisiophyllum pinnatum : une vivace couvre-sol pour l'ombre

Ellisiophyllum pinnatum

3) Le Carex oshimensis Everillo

Tout jardinier à déjà vu ou entendu parler du Carex Evergold, cette fameuse graminée panachée à l’épreuve de l’ombre et du sec dont le feuillage persistant resplendit en été comme en hiver. Cette même graminée qui l’on retrouve dans toutes les compositions pour l’ombre, plantée en compagnie de bruyères, sceau de Salomon, fougères, heuchères, hellébores… Mais voilà, aussi intéressant soit ce Carex, son feuillage panaché de crème n’est pas du gout de tout le monde. Et c’est tant mieux car de nouveaux Carex de la série des « Ever » aux feuillages richement colorés ont vu le jour ces dernières années.

Le Carex Everillo, en tout point similaire à Evergold, se dote d’un feuillage uni. D’abord jaune citron en début de saison , il évolue en été pour devenir vert-anis. Ni trop artificiel, ni trop fade, ce carex est parfait pour donner une petite touche lumineuse à un massif naturel ou bien au contraire venir en contraste avec des feuillage plus sombres.

Carex oshimensis Everillo

Carex oshimensis Everillo - Laîche d'Oshima

4) Le Coniogramme emeiensis

Non il ne s’agit pas d’une plante tropicale et oui, cette plante graphique et colorée est bien une fougère ! Encore peu connue des jardiniers, cette fougère chinoise est d’une incontestable élégance. Son feuillage découpé et zébré de jaune apporte un aspect exotique à toutes zones sombres. Contrairement aux apparences la culture de cette fougère n’est pas à réserver aux serres chaudes ni aux vérandas mais bien aux massifs… à l’extérieur ! Sa culture est possible à peu près partout hormis dans de rares régions très froides où un paillage lui permettra de survivre jusqu’à -15C°.

Si elle pousse très bien à l’ombre, son feuillage lui est plus lumineux dans les coins exposés à la lumière. Ne la plantez quand même pas au soleil car son feuillage brûlerait dès les premiers rayons de l’été. L’idéal étant une exposition à mi-ombre, dans un sol frais, plantée parmi des sceaux de Salomon, des Hakonechloa et des rodgersias. Si la culture vous tente, il y a deux choses à savoir : tout d’abord les limaces l’adorent et la dévorent. Coniogramme et hosta, même combat ! Disposez quelques granulés de Ferramol au printemps à titre préventif sinon vous ne la verrez pas ressortir. Son feuillage caduc redémarre tard. Enfin, il faut généralement attendre le mois de mai, parfois la mi-mai avant que ses nouvelles frondes daignent sortir. Soyez patient !

Coniogramme emeiensis, vivace d'ombre

Coniogramme emeiensis dit "Fougère bambou"

5) L'Astilbe Colour Flash

Pas vraiment printanières ni franchement estivales, les astilbes font partie de ces rares plantes qui fleurissent pendant le creux de la floraison entre juin et juillet. Elles sont donc intéressantes voir indispensables pour donner cette touche colorée dans les massifs quand les autres plantes sont soit fanées soit encore en bouton.

L’Astilbe Colour Flash à ce petit truc en plus que les autres n’ont pas et ce n’est pas du côté des fleurs qu’il faut chercher mais du feuillage.  D’une grande banalité en début de saison, il change progressivement de couleur à mesure que la plante fleurit. Vert tendre au printemps, il se colore de brun jusqu’à devenir rougeâtre en été. Plantez-la en massif dans tout sol frais et associez-lui les feuillages argentés des Brunnera ‘Alexander’s Great’, Pulmonaire ‘Majesté’ ou Hosta ‘Blue Ivory’ pour une association contrastée.

Astilbe arendsii Colour Flash

 

Vous avez un jardin sombre et vous cherchez quelques nouvelles vivaces d’ombre à planter cette saison ? Voici mes 5 vivaces coup de cœur du moment, testées et approuvées dans mon jardin, suivez le guide ! 1) Le Bergenia Dragonfly Angel Kiss J’entends déjà les détracteurs me dire que le bergénia, c’est une vivace ringarde, moche, datée, […]

Vous cherchez un excellent et généreux couvre-sol pour égayer l'ombre ou la mi-ombre dès le début du printemps ? J’ai la plante qu’il vous faut  : la pulmonaireOu plutôt les pulmonaires, car elles se déclinent en de nombreuses variétés qui offrent divers coloris et des feuillages originaux qui feront merveille dans vos jardins.

J’ai une tendresse particulière pour ces belles vivaces peu exigeantes. Leur floraison précoce et abondante est très appréciée des butineurs.

J’ajouterais qu’elles sont bien rustiques et se plaisent beaucoup dans ma terre argileuse, ce qui à mes yeux est particulièrement précieux. Certes, elles ne sont pas persistantes mais leur feuillage impénétrable reste bien présent pendant de longs mois, ce qui en fait des alliées de choix dans un jardin avec peu d’entretien.

Je vous présente donc aujourd’hui quelques-uns des cultivars présents dans mon jardin ardennais et qui, j’en suis certaine, ne manqueront pas de susciter votre intérêt.

1- Un bel éventail coloré

Certains cultivars présentent plusieurs nuances sur la même plante. C’est le cas de Pulmonaria saccharata ‘Mrs Moon’ dont les clochettes varient du rose au bleu pâle au gré de l’épanouissement. Le même phénomène s’observe chez la délicieuse ‘Majesté’ qui a la particularité de présenter un feuillage remarquable également. Mais si vous préférez le blanc, pas de souci, ‘Sissinghurst White’ est fait pour vous ! Ou encore Opal d’un bleu très pâle presque blanc. A contrario, si vous voulez introduire du violet, sans aucun doute, vous vous laisserez séduire par le contraste de ‘Diana Clare’. Ou pourquoi pas le rose pourpré de ‘Leopard’ ? Il y en a pour tous les goûts !

Pulmonaires

P. ‘Diana Clare’- P. ‘Leopard’ - P. ‘Opal’

2- Les feuillages tachetés

Vous aimez miser sur les feuillages ? C'est une excellente idée : ce sont des atouts supplémentaires car ils offrent une période d’intérêt plus longue. Moi-même, de plus en plus, je plante des végétaux aux feuillages intéressants soit par leur forme, leur couleur ou leur texture. Parmi les pulmonaires, certaines font preuve d’une originalité admirable, tandis que d'autres se contentent d’une discrétion tout à leur honneur. Ceci sans pour autant manquer d’attrait. Ceci est le cas de la majorité des pulmonaires dont les tâches présentes sur les feuilles sont plus ou moins marquées selon les espèces.

P. ‘Mrs Moon’ - P. ‘Leopard’

3- Le raffinement des feuillages argentés

Difficile de passer à côté de ces élégantes feuilles argentées. ‘Majesté’ reste indétrônable et très appréciée. Et ce à juste titre ! Son feuillage entièrement argenté est du plus bel effet et ses clochettes rose nuancé de mauve sont délicieuses. Autant vous dire qu’elle fait des ravages !

Pulmonaria angustifolia ‘Majesté’

Je parlais plus haut de la sélection P. angustifolia ‘Diana Clare’ et de son incroyable floraison violette qui se remarque de loin. Et bien son feuillage largement incrusté d’argent est particulièrement pertinent.

Pulmonaire à feuillage argenté

Pulmonaria angustifolia ‘Diane Clare’

Enfin, vous l’aurez compris, je suis conquise et ne manquerais pas d’introduire de nouveaux exemplaires dans mon jardin. En raison de la multitude de variétés de Pulmonaires à découvrir, je sens que cette famille n’aura pas fini de vous étonner.

Vous cherchez un excellent et généreux couvre-sol pour égayer l’ombre ou la mi-ombre dès le début du printemps ? J’ai la plante qu’il vous faut  : la pulmonaire. Ou plutôt les pulmonaires, car elles se déclinent en de nombreuses variétés qui offrent divers coloris et des feuillages originaux qui feront merveille dans vos jardins. J’ai une tendresse particulière pour […]

Le Camélia 'Marshmallow' est déjà en fleurs dans nos serres, bientôt aussi dans mon jardin... J'ai découvert cette nouvelle variété chez Promesse de Fleurs l'an dernier, et j'ai craqué pour elle au tout premier regard ! D'abord pour sa jolie floraison hivernale, que je trouve aussi sophistiquée que simple et dont j'adore la couleur : chaque fleur a une forme d'anémone, formée d'une corolle de pétales rouge-rose carminé, tirant sur le cerise, et d'une bosse d'étamines pétaloïdes blanc ivoire au centre. De taille moyenne mais très nombreuses, les fleurs se renouvellent sans interruption deux mois durant de février à avril ! 

Non content d'avoir une longue floraison, il arbore un feuillage persistant d'un beau vert sombre et brillant, et n'atteint que des dimensions modestes qui lui permettent de se glisser dans tous les jardins et même en pot. Il est aussi bien rustique, alors où que vous soyez, ne craignez pas de succomber vous-même à son charme dévastateur !

Fleurs de Camelia Marshmallow

Camélia 'Marshmallow', un hybride de Camellia japonica ultra tendance aux innombrables fleurs d'anémone rouge carminé à centre ivoire. Florifère et compact, adoptez-le sans hésiter !

Le Camélia ‘Marshmallow’ est déjà en fleurs dans nos serres, bientôt aussi dans mon jardin… J’ai découvert cette nouvelle variété chez Promesse de Fleurs l’an dernier, et j’ai craqué pour elle au tout premier regard ! D’abord pour sa jolie floraison hivernale, que je trouve aussi sophistiquée que simple et dont j’adore la couleur : chaque […]

Le Camellia sasanqua, prononcez "Ça sent quoi", s'illustre en ce moment dans les jardins par sa floraison tardive... et son parfum envoûtant. Connu aussi sous le nom de camélia d'automne, il fleurit sans interruption jusqu'en décembre. Mais attention, pour bénéficier de sa longue floraison et de son doux parfum jusqu'aux portes de l'hiver, voici 3 points clés à connaître :

Camellia-Bonanza
Actuellement en fleur dans nos serres, le Camellia Bonanza, aux fleurs de pivoines, exhale un divin parfum capiteux et fruité.
  • Pour quelle région?

Le camélia d'automne se comporte mieux en climat doux et tempéré que dans les régions froides où sa rusticité est parfois prise en défaut, et sa floraison détruite par le gel précoce. Sa rusticité moyenne se situe entre -10°C et -15°C sur des courtes périodes. On trouve traditionnellement les camélias d'automne cultivés en Bretagne, Normandie et sur tout le littoral atlantique. Ailleurs, sa culture est tout à fait possible mais demande une exposition abritée et protégée des vents froids.

Camelia-Frosted Star
La curieuse floraison étoilée du Camellia sasanqua Frosted Star débute en milieu d'automne, c'est l'un des plus précieux au jardin.
  • Pour quel sol?

Comme bon nombre de plante de terre dite "de bruyère", le Camellia sasanqua se plait dans tout bon sol acide et léger. Il demande un sol à la fois riche et drainant, jamais gorgé d'eau en hiver. Son feuillage coriace et épais lui permettent de supporter de courts épisodes de sécheresse, ceci étant, s'il ne manque pas d'eau en été, ses boutons floraux se formeront rapidement et la floraison sera plus abondante.

Cameliia sasanqua Narumi Gaita
Camellia sasanqua Narumi Gaita, au divin parfum fruité

Pour quelle exposition?

  • L'exposition est la clé de voûte d'une culture réussie. Les camélias aiment avant tout les endroits protégés, notamment des vents froids et dominants. Ils aiment également une exposition mi-ombragée, lumineuse et chaude. La chaleur est indispensable pour obtenir une floraison abondante et plus la chaleur dure longtemps, plus la floraison sera longue et parfumée.

Pour ceux qui n'ont ni le sol, ni le climat pour planter du camélia d'automne, sachez que cet arbuste à croissance lente pousse très facilement en pot, il serait dommage de se passer d'une aussi belle floraison automnale !

Le Camellia sasanqua, prononcez « Ça sent quoi », s’illustre en ce moment dans les jardins par sa floraison tardive… et son parfum envoûtant. Connu aussi sous le nom de camélia d’automne, il fleurit sans interruption jusqu’en décembre. Mais attention, pour bénéficier de sa longue floraison et de son doux parfum jusqu’aux portes de l’hiver, voici 3 points clés […]

La généreuse floraison du cyclamen de Naples m'évoque toujours une nuée de petits papillons roses prêts à prendre leur envol ! C'est un spectacle magique sous le soleil rasant d'une belle journée d'automne comme aujourd'hui...

Les cyclamens de Naples bien vivaces forment de charmants tapis fleuris de fin août aux gelées

Le cyclamen de Naples, bien vivace, forme de charmants tapis fleuris de fin août aux gelées

Aussi appelé cyclamen à feuille de lierre (Cyclamen hederifolium), ce bulbe originaire de nos sous-bois clairs est une vivace rustique et peu exigeante. De culture facile, il se naturalise par semis spontanés pour former de larges colonies sous les arbres. Dans cette ombre sèche où rien d'autre ne pousse, eux vont prospérer pendant des dizaines d'années, les bulbes âgés pourront alors atteindre la taille d'une assiette...

Ainsi gorgés de réserves, les cyclamens de Naples deviennent quasi indestructibles et réapparaissent fidèlement chaque année dès fin août avec leurs premières fleurs. Leurs feuilles quant à elles ne sortiront qu'une fois la floraison terminée, fin octobre, et formeront un tapis couvre-sol en hiver. Pour prolonger l'effet, plantez-les avec des cyclamens de l'île de Cos (Cyclamen coum), qui eux fleuriront au printemps, de février à mai, et des petites pervenches (Vinca minor) dont le feuillage vert foncé occupera le terrain en été, alors que les cyclamens seront en dormance sous la terre, pour un repos estival bien mérité !

→ Découvrez nos idées et inspirations pour marier le cyclamen au jardin.

La généreuse floraison du cyclamen de Naples m’évoque toujours une nuée de petits papillons roses prêts à prendre leur envol ! C’est un spectacle magique sous le soleil rasant d’une belle journée d’automne comme aujourd’hui… Aussi appelé cyclamen à feuille de lierre (Cyclamen hederifolium), ce bulbe originaire de nos sous-bois clairs est une vivace rustique […]

Il y a trois ans j'ai décidé de refaire ce massif en le simplifiant au maximum. Je voulais un massif pas trop coloré, assez graphique, luxuriant et sauvage sans toutefois me diriger dans quelque chose de trop exotique.

Hosta, Hakonechloa et Astrance en mélange

Hosta, Hakonechloa et Astrance en mélange

 

 

Mon choix s'est d'abord porté sur les Hakonechloa macra. Je possédais de gros pieds mères plantés pas très loin il fut donc facile de les transplanter et de les diviser. A partir de 7 grosses touffes, j'en ai fais une bonne douzaine, plantées de façon très aléatoire en laissant parfois de grands espaces entre certaines, couvrant ainsi le milieu et la bordure du massif. J'aime le mouvement de cette graminée, lorsqu'elle cultivée librement elle forme des touffes hémisphériques tandis que quand elle est plantée en bordure et qu'elle manque de place pour s'étaler, alors les feuilles s'arquent et prennent un mouvement de vague. Très inspirante, cette graminée m'a servit de base, de structure pour aménager ce massif, elle apportera à elle seule le coté sauvage, graphique et luxuriant.

Pour apporter du contraste et renforcer le coté luxuriant, j'ai ensuite divisé quelques Hostas 'Frosted Jade', suffisamment imposantes pour ne pas se faire "manger" par les hakonechloas mais pas trop non plus pour ne pas les étouffer. Ici j'en ai planté 6 touffes, réparties elles aussi de façon aléatoire mais surtout réparties du milieu vers le fond du massif. Ensuite, pour trancher, habiller la bordure et assurer la transition entre le milieu et la bordure du massif, j'ai planté des Mukdenia 'Karasuba'. J'aime beaucoup ce couvre-sol à feuillage palmé, en automne les feuilles rougissent et redonnent du peps au massif.

Enfin, il me manquait une grande vivace ou un petit arbuste sur lequel appuyer le massif.  Ne voulant pas apporter plus de contraste et voulant accentuer le coté sauvage et luxuriant tout en restant dans une gamme chromatique de vert-blanc, j'ai opté pour l'Astrance 'Star of Billion', qui est sans conteste l'une des mes préférées avec l'Astrantia maxima. Cette variété très florifère porte de petites fleurs blanc-vert très naturelles. Elles s'épanouissent de juin jusqu'aux premières gelées, autant dire quelle assure le spectacle pendant 6 mois de l'année.

 

Massif graphique2

 

 

Il y a trois ans j’ai décidé de refaire ce massif en le simplifiant au maximum. Je voulais un massif pas trop coloré, assez graphique, luxuriant et sauvage sans toutefois me diriger dans quelque chose de trop exotique.     Mon choix s’est d’abord porté sur les Hakonechloa macra. Je possédais de gros pieds mères plantés […]

Tout oppose cette heuchère 'Plum Pudding' à l'aspérule odorante (Galium odoratum), à part le fait que ces deux vivaces supportent l'ombre sèche en sol lourd dans les racines d'une haie de charmes. Et c'est pour ça que c'est un mariage réussi !

Les feuilles pourpres, sombres, grossièrement arrondies de l'heuchère trouvent un parfait contrepoint avec le tapis mousseux, vert pomme, formé par les verticilles de feuillage fin de l'aspérule. De plus, les nombreuses petites fleurs blanc pur réunies en glomérules légères ajoutent un niveau de contraste coloré à l'opposition des textures de feuillage, qui vient parfaire cette association en clair-obscur d'avril à juin.

Heuchère pourpre et aspérule odorante : un mariage réussi en clair-obscur pour les endroits difficiles à l'ombre

Heuchère pourpre et aspérule odorante : un mariage réussi en clair-obscur pour les endroits difficiles à l'ombre

Tout oppose cette heuchère ‘Plum Pudding’ à l’aspérule odorante (Galium odoratum), à part le fait que ces deux vivaces supportent l’ombre sèche en sol lourd dans les racines d’une haie de charmes. Et c’est pour ça que c’est un mariage réussi ! Les feuilles pourpres, sombres, grossièrement arrondies de l’heuchère trouvent un parfait contrepoint avec […]

Qui n'a jamais constaté au bout de plusieurs années de plantation, que l'ombre bienfaisante de l'arbre planté si petit, devenait de plus en plus dense et que parallèlement, les végétaux installés non loin, s'amenuisaient au profit de l'arbre en question?

Tiarelles et consoudes à grandes fleurs

Tiarelles et consoudes à grandes fleurs

Si en hiver, la lumière et l'eau pénètrent au pied des arbres, en début d'été, le sol, colonisé par les racines, s'assèche et la lumière n'y pénètre que sporadiquement, on parle alors d'ombre sèche. Les plantes vivaces ont développé différentes stratégies pour pousser dans ces conditions difficiles, les géraniums macrorrhizum et les consoudes à grandes fleurs (Symphytum grandiforum) s'ancrent dans le sol à l'aide de quelques grosses racines et leurs rhizomes, rayonnent, explorent la surface et s'enracinent à nouveau dès que les conditions sont clémentes. Les acanthes mollis, "végètent" en été et profitent des pluies d'automnes et d'hiver pour s'étoffer. Le Podophyllum peltatum quand à lui, dispose d'une végétation luxuriante au printemps et rentre en dormance en milieu d'été lorsque l'humidité vient à manquer.

Dans ces conditions difficiles, ces plantes auront besoin d'eau pendant la première année de plantation pour développer un système racinaire important. Dès la deuxième année, elles ne demanderont plus d'entretien et formeront de beaux tapis  à l'ombre sèche des arbres.

Qui n’a jamais constaté au bout de plusieurs années de plantation, que l’ombre bienfaisante de l’arbre planté si petit, devenait de plus en plus dense et que parallèlement, les végétaux installés non loin, s’amenuisaient au profit de l’arbre en question? Si en hiver, la lumière et l’eau pénètrent au pied des arbres, en début d’été, […]

Tout nouveau venu sur notre boutique en ligne, le Saxifrage stolonifera Cuscutiformis est une vivace encore peu connue dans nos jardins mais qui suscite un véritable engouement auprès des jardiniers qui l'ont adopté dans leur jardins ombragés.

 

Saxifraga stolonifera Cuscutiformis

Saxifraga stolonifera 'Cuscutiformis', en fleurs fin juin

 

Comme son nom l'indique, le Saxifraga stolonifera' Cuscutiformis' est une variété stolonifère, qui à l'instar des fraisiers, émet de long fils munis à leurs extrémités d'une petite rosette de feuilles qui s'enracine dès que la plantule touche terre. Avec un tel mode de propagation, la plante colonise rapidement les sols riches et frais sans toutefois devenir envahissante, dommage, car comme "mauvaise herbe ornementale" on ne peut rêver mieux !

D'abord, son feuillage persistant, qui se régénère au printemps, est plus ou moins vert, marbré de brun-marron. Très décoratif, il est réuni en grosses rosettes de 15-20cm de diamètre. Associé par exemple à des petites hostas ( 'Blue mouse Ears', 'June Fever') ou petits Carex d'ornement (oshimensis 'Evergold', morrowi 'Variegata') il permet de très jolies scènes, contrastées.

S'il n'y avait que le feuillage, ce petit saxifrage couvre-sol serait une vivace très intéressante, mais en début d'été, de longues panicules de fleurs, s’élèvent depuis le cœur de la rosette jusqu'à 30-40cm de hauteur et chaque fleurs portent deux petits pétales blanc effilés, très élégants qui donnent à cette vivace toutes ses lettres de noblesses.

Outre le fait qu'elle pousse à l'ombre ou mi-ombre dans tout sol frais, riche et léger, cette petite vivace asiatique est tout à fait rustique sous nos climats, pour preuve, celle photographiée plus haut à supporté, dans sa rocaille d'ombre, des gelées de l'ordre de -16C° sans même fléchir.

Enfin, si elle est s'intègre à merveille aux lisières de sous-bois frais, rocailles et massif de mi-ombre, cette vivace stolonifère permet de magnifiques associations en pots, parmi les tiarellas et les heuchères.

 

 

 

 

Tout nouveau venu sur notre boutique en ligne, le Saxifrage stolonifera Cuscutiformis est une vivace encore peu connue dans nos jardins mais qui suscite un véritable engouement auprès des jardiniers qui l’ont adopté dans leur jardins ombragés.     Comme son nom l’indique, le Saxifraga stolonifera’ Cuscutiformis’ est une variété stolonifère, qui à l’instar des […]

Chaque année nous cherchons le bulbe rare introuvable, tant convoité et qui vous surprendra. Parmi le lot de nouveautés proposées cette année dans notre catalogue de printemps, nous avons déniché pour vous quelques pépites.

Pleione forrestii

Pleione forrestii: Les fleurs jaune citron, de cette orchidée terrestre, dévoilent un subtil parfum épicé. Rustique jusqu'à -5C°, elle se cultivera en pot ou dans une rocaille d'ombre, protégée.

Arisaema sikokianum

Arisaema sikokianum: C'est l'espèce la plus précoce du genre et sans doute l'une des plus gracieuses.

Calanthe discolor

Calanthe discolor: Originaire des montagnes japonaises, cette orchidée terrestre à feuillage persistant est tout à fait rustique dans nos sous-bois. Elle est rustique jusqu'à -12C°

Sanguinaria canadensis Flore Pleno

Sanguinaria canadensis Flore Pleno: Ce petit couvre-sol vivace révèle de magnifiques fleurs doubles, d'un blanc immaculé. Sa souche drageonne dans les sols riches, frais et légers.

Plante rare n'est pas toujours synonyme de "plante incultivable", les bulbes rares ne sont pas forcément les plus durs à cultiver, ils sont rares par leur forme, leur croisement, leur couleur, leur parfum... Mais tous possèdent une touche d'originalité. Ils n'aiment pas les excès: pas trop d'ombre, de soleil, de vent, d'eau ni trop de sècheresse.

L'idéal pour les cultiver longtemps c'est de pouvoir disposer d'un sol léger, frais et riche en humus à tendance neutre ou acide. Ils seront plantés idéalement dans une rocaille d'ombre fraîche ou dans un massif exposé nord ou ouest , adossé au mur de la maison dont le sol aura été amendé avec du terreau.

Rassurez-vous, si vous ne possédez pas ces conditions, les bulbes rares acceptent très bien la culture en pot, d'ailleurs les plus frileux seront exclusivement plantés en pot, veillez simplement à ne pas trop les arroser lorsqu'ils seront en dormance car ils ne supportent pas l'excès d'eau. Une astuce: à la plantation déposer votre bulbe sur un lit de 5cm de gravier ou de sable pour ainsi permettre un bon drainage et leur assurer une grande longévité.

Chaque année nous cherchons le bulbe rare introuvable, tant convoité et qui vous surprendra. Parmi le lot de nouveautés proposées cette année dans notre catalogue de printemps, nous avons déniché pour vous quelques pépites. Plante rare n’est pas toujours synonyme de « plante incultivable », les bulbes rares ne sont pas forcément les plus durs à cultiver, […]

Primée lors du Chelsea flower show (célèbre exposition horticole anglaise) cette toute nouvelle anémone du Japon dispose d'une floraison d'une grande originalité.

Anemone Wild Swan

Vu de loin, les fleurs de cette anémone forment une masse blanchâtre somme toute assez banale mais ce n'est que lorsque l'on se rapproche de la plante que l'on constate au revers des pétales, des stries mauves d'une élégance sans pareil.

Cette nouvelle anémone japonaise est également l'une des plus hâtive car ses fleurs s'épanouissent à partir de la fin du mois de juin. De taille moyenne, les hampes florales atteignent 60cm de hauteur et portent de somptueuses fleurs munies de pétales blancs, lavé de mauve soutenu au revers. Un joli feuillage vert sombre, composé de trois folioles lobés vient contraster l'ensemble. Tout aussi facile que ses sœurs, elle apprécie la mi-ombre et les sols riches, frais à tendance neutre ou acide. L'astuce à la plantation consiste à lui trouver le bon angle de vue afin de pouvoir tourner atour de la plante et pouvoir admirer cette bicoloration subtile.

Pour aller plus loin

Primée lors du Chelsea flower show (célèbre exposition horticole anglaise) cette toute nouvelle anémone du Japon dispose d’une floraison d’une grande originalité. Vu de loin, les fleurs de cette anémone forment une masse blanchâtre somme toute assez banale mais ce n’est que lorsque l’on se rapproche de la plante que l’on constate au revers des […]

L'Epimedium Amber Queen offre une floraison remarquable en ce moment dans les zones semi-ombragées du jardin. Il est un peu plus tardif que les autres mais offre l'avantage de fleurir pendant plusieurs mois, c'est certainement l'hybride le plus florifère du moment.

 

Epimedium Amber Queen en fleur

Epimedium Amber Queen

Epimedium Amber Queen

Ici il est associé avec le Dryopteris erythrosora, une magnifique fougère aux feuilles rose orangé. Une heuchère telle que Georgia Peach ou Caramel pourrait très bien compléter la scène.

 

Pour tout savoir sur cette jolie vivace et bien la cultiver au jardin, découvrez le dossier qui lui est consacré : "Epimedium, Fleur des Elfes : planter, cultiver et entretenir"

L’Epimedium Amber Queen offre une floraison remarquable en ce moment dans les zones semi-ombragées du jardin. Il est un peu plus tardif que les autres mais offre l’avantage de fleurir pendant plusieurs mois, c’est certainement l’hybride le plus florifère du moment.     Pour tout savoir sur cette jolie vivace et bien la cultiver au […]

Les anglais l'appellent  "Cobra lily", autrement dit le lis cobra, en rapport avec sa fleur en forme de spathe dressée, prête à bondir.  De la même famille que notre arum des bois, ce cousin asiatique, encore peu utilisé dans nos jardins, produit des bulbes. Réputé délicat, il pousse en sol humifère et frais en été et n'apprécie guère l'humidité en hiver.

Arisaema ciliatum, lis cobra, cobra lily, bulbe à fleurs noires striées de blanc

Arisaema ciliatum, une fleur graphique, facile de culture

L'Arisaema ciliatum est certainement le plus facile de tous, d'une part parce qu'il pousse au soleil comme à mi-ombre et d'autre part parce qu'il est drageonnant et s'étend rapidement dans les sols légers, mais un peu moins dans les sols lourds.

En fleur, il atteint 60 à 80 cm de hauteur et sa spathe est blanche striée de noire ou l'inverse. Décoratives également, ses feuilles disposées en verticilles lui donne l'aspect d'un petit palmier.

En fleur dans le jardin pendant tout le mois de Juin, cette espèce aux allures exotiques, se plante en massif en ambiance fraîche et exotique en compagnie de bambous, hostas et fougères, ou se cultive en pot, sur une terrasse à mi-ombre.

Un conseil pour la culture en pot:

Utilisez un pot en terre plus large que haut que vous emplirez d'un substrat composé à moitié de perlite ou vermiculite et de terreau de feuille de préférence. Vous enterrerez les bulbes à 5 cm sous terre et maintiendrez frais mais pas détrempé.

En hiver, vous stockerez votre pot hors gel et maintiendrez une légère fraîcheur, quelques gouttes d'eau tous les 15 jours suffiront. Vous ne reprendrez l'arrosage qu'en début de printemps, courant avril, dès que les bulbes commenceront à pointer.

Les anglais l’appellent  « Cobra lily », autrement dit le lis cobra, en rapport avec sa fleur en forme de spathe dressée, prête à bondir.  De la même famille que notre arum des bois, ce cousin asiatique, encore peu utilisé dans nos jardins, produit des bulbes. Réputé délicat, il pousse en sol humifère et frais en été […]

Le 19 juin 2012, 17h, une lumière douce sur hosta sum and substancehosta sum and substance

hosta-sum-and-substance