Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Gunnera : planter et entretenir

Le Gunnera, en quelques mots

  • Le Gunnera ou Rhubarbe géante du Brésil est une imposante vivace des lieux humides qui évoque une Rhubarbe surdimensionnée mais il existe aussi des espèces naines tapissantes comme Gunnera magellanica.
  • Cette plante fascinante aux allures préhistoriques avec ses épis rouges ou verdâtres dressés vers le ciel peut trôner dans un bac ou couvrir les rives d’un étang ou d’un ruisseau.
  • Moyennement à peu rustique, protégez la souche de la Gunnère géante en hiver en la recouvrant avec ses feuilles et offrez-lui un substrat riche en humus.

Le mot de notre experte

Le Gunnera manicata, connu aussi sous le nom de Rhubarbe géante du Brésil  ou encore de Gunnera brasiliensis, est une plante vivace pour le moins  « monstrueuse », appréciée tout particulièrement aux abords des points d’eau, pour la luxuriance  de sa végétation et son allure extrêmement graphique. Sa présence imposante et rude nous renvoie à l’image d’un univers primitif de marécages où coexistaient les fougères arborescentes et les libellules géantes. La plante semble d’un autre temps, disproportionnée, avec ses pétioles géants bardés d’épines qui parviennent à dépasser la taille d’un homme et projettent les limbes rugueux palmés de 2 à 3 m de diamètre vers la lumière, le tout accompagné d’énormes inflorescences aux allures de goupillons, sortant directement de terre.

L’étrangeté de cette plante vivace n’empêche pas qu’elle soit relativement facile à cultiver. Vivant dans les montagnes tropicales et subtropicales du Brésil et Colombie, elle s’adapte très bien dans les zones tempérées bénéficiant d’un climat doux et humide comme le long de la côte atlantique et de la Manche, jusqu’à même devenir invasive dans les îles britanniques. Mais grâce au fait qu’elle soit caduque, il suffit de recouvrir la souche de ses énormes feuilles pour qu’elle tolère des gels de -15 à -20°C. On la trouve cultivée au jardin botanique de Vienne depuis des décennies moyennant une protection simple et rudimentaire. Le genre est très diversifié si bien que l’on rencontre aussi des vivaces tapissantes de 10 cm de hauteur comme Gunnera magellanica, présente jusqu’à 3000 m d’altitude dans les Andes.

Grâce à la symbiose établie avec des cyanobactéries, le Gunnera manicata est capable de capter l’azote de l’air ce qui explique sa croissance exceptionnelle. Cette plante exige dans tous les cas un sol frais à humide mais drainé comme sur les berges d’un étang. On peut tout à fait l’installer dans un grand pot profond régulièrement arrosé, pour orner la terrasse durant quelques années. Dans un jardin de style exotique, elle s’associera bien avec la fougère arborescente (Dicksonia antartica) ou des palmiers appréciant ou tolérant les sols humides comme les Sabal, et même les Trachycarpus.

gunnera

Gunnera manicata – illustration botanique

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Gunnera

Famille : Gunneraceae

Nom commun : Rhubarbe du Brésil, Gunnère du Brésil, Gunnère du Chili

Floraison : entre mai et août

Hauteur : entre 0,10 et 3 m

Exposition : soleil ou mi-ombre

Sol : sol profond riche et frais à humide mais non noyé, pas trop calcaire

Rusticité : moyenne à bonne (-7 à -20 °C)

Le genre Gunnera rassemble près de 70 espèces de vivaces rhizomateuses de l’hémisphère sud couvrant les régions tempérées d’Afrique, Madagascar, d’Amérique du Sud et d’Australie-Nouvelle-Zélande-Nouvelle-Guinée. L’ensemble de ces plantes peuplent les terrains humides mais aérés comme les berges ou des prairies humides d’altitude. Le genre Gunnera a donné le nom à la famille des Gunneracées qui inclut parfois le genre Myrothamnus constitué de 2 espèces.

Gunnera manicata originaire des montagnes du Brésil et de Colombie, encore appelée Rhubarbe géante du Brésil est presque devenu un classique des bords d’étang dans nos jardins d’ornement pour son aspect graphique et exotique, au point de s’être échappé des jardins et naturalisé en Irlande par exemple.

D’une grosse souche rhizomateuse doté d’un gros bourgeon fibreux rouge partent au printemps de robustes pétioles bardés d’épines molles atteignant jusqu’à 2-3 m long, qui déploient telle une ombrelle renversée un spectaculaire limbe arrondi et dentelé. Le rhizome, cette tige épaisse et trapue qui s’étend horizontalement à faible profondeur, produit des racines adventives qui abritent des colonies de cyanobactéries capables de fixer l’azote de l’air. Les feuilles alternes, munies de stipules et palmatilobées sont parcourues de nervures dichotomiques (qui se divisent en deux) très marquées qui lui donnent un aspect gaufré, et présentent une teinte vert doré lorsqu’elles sont traversées par les rayons du soleil. Gunnera manicata peut former une touffe de 3 m de haut et 5 m de large, avec de feuilles de 2 à 3 m de diamètre en conditions favorables et même devenir invasif. L’espèce chilienne Gunnera tinctoria (syn. chilensis), à croissance plus lente, forme une touffe moins vigoureuse, un peu plus compacte ne dépassant guère 1,50 à 2 m en tous sens. Elle est souvent confondue avec manicata qui est plus compliquée à multiplier. Son feuillage plus allongé, plus profondément découpé et grossièrement denté est doté d’un pétiole plus rouge, à épines rudes. Gunnera insignis, originaire du Costa Rica, a le même aspect que manicata mais avec des nervures et des inflorescences rouge vif très décoratives. Gunnera perpansa est une espèce sud-africaine de 50 à 70 cm de haut, faisant penser à Petasites fragans. Le limbe finement denté en forme de rein, d’un vert foncé mat, mesure 15 à 20 cm de large. Pour former un superbe couvre-sol de 10 cm d’épaisseur, pensez aux espèces tapissantes comme Gunnera magellanica avec ses petites feuilles rondes vert luisant qui persiste en climat doux ou à Gunnera hamiltonii  formant un tapis de dentelle couleur bronze surmonté d’épis rouges à l’automne.

Les Gunnera perdent en général leur feuillage à la première gelée qu’elles reconstituent intégralement au printemps suivant à condition que le sol soit riche et frais et que la souche n’ait pas subi de dégâts de gel.

Les inflorescences qui réapparaissent tous les ans sont aussi décoratives que la végétation. De gros épis d’épillets émergent lentement du centre de la souche vers les mois d’avril-mai-juin. Longs de près de 60 à 100 cm, ces épis demeurent décoratifs toute la saison avant de brunir à l’automne. L’aspect des inflorescences permet de distinguer assez facilement les espèces manicata et tinctoria : chez manicata, les épillets dépassant 15 cm de long sont flexibles, distants les uns des autres et verdâtres tandis que l’épi de tinctoria émet des épillets courts qui créent une massue compacte rouge orangé. Gunnera perpensa produit des épis étroits et graciles vert brun dépassant le feuillage. Chez les espèces naines comme magellanica, les inflorescences  épanouies entre août et octobre, peuvent passées inaperçues évoquant celle d’un plantain alors que la fructification est très décorative. La plante peut être monoïque avec les fleurs femelles paraissant à la base de l’épi surmontées par les fleurs mâles ou à fleurs hermaphrodites (organes femelles et mâles sur la même fleur). Le périanthe est formé de 2-3 sépales à peine formés en alternance avec des pétales parfois absents. Les étamines en nombre variable sont à filets courts et trapus, l’ovaire formé de 2 carpelles prolongés par 2 styles ne contient qu’un ovule.

Les fruits charnus sont des drupes brunes, écarlates chez G. magellanica et hamiltonii.

Les graines de la Rhubarbe géante du Brésil (G. manicata) arrivent difficilement à maturité dans la nature et réclament pas moins de 3 mois pour germer, sans compter qu’elles nécessitent la présence d’une bactérie pour bien se développer. Ceci explique que l’on trouve le plus souvent sur le marché l’espèce tinctoria, beaucoup plus facile à reproduire in vitro, mais vendue sous le nom de manicata !

Les pétioles de la Gunnère des teinturiers (Gunnera tinctoria) sont comestibles contrairement à ceux de manicata. Ils sont consommés crus ou bouillis ou encore en décoction rafraîchissante par les peuples indigènes. Les racines de tinctoria, comme son nom l’indique, sert de teinture noire pour les tissus ; sa richesse en tanins permet aussi de tanner le cuir.

gunnera

Inflorescences d’un Gunnera manicata

Les principales variétés de Gunnera

Variétés géantes

Gunnera manicata - Rhubarbe du Brésil en godet

Période de floraison Juin à Juil.

Hauteur à maturité
3.00 m

Vivace géante d'allure très exotique qui évoque une rhubarbe dépassant souvent la taille d'un homme en sol frais à humide. Dotée de feuilles luxuriantes, d'une taille exceptionnelle, elle est faite pour impressionner en bordure des points d'eau. Plus rustique qu'il n'y paraît, cette plante des montagnes du Brésil est capable de résister à nos hivers normaux, si l'on protège convenablement sa souche.

Gunnera tinctoria

Période de floraison Juin à Juil.

Hauteur à maturité
1.80 m

Version plus compacte moins encombrante que le Gunnera du Brésil, cette espèce convient mieux aux petits jardins. Les pétioles rougeâtres, dotées d’épines dures portent des feuilles moins grandes, plus profondément découpées et moins rondes. Cette espèce est souvent vendue à tort sous le nom de G. manicata et beaucoup s'étonnent de n'avoir qu'une plante de taille modeste !

Variété tapissante

Gunnera magellanica

Période de floraison Juin à Juil.

Hauteur à maturité
15 cm

Espèce naine et tapissante de la fameuse Rhubarbe géante du Brésil. Feuilles arrondies de 6 à 9 cm de large surmontées de fruits rouges à l’automne. Forme un excellent couvre-sol d’un vert lumineux, qui s’étend grâce à des stolons sur 30 cm de diamètre en sol humide. Persiste en climat doux ou se protège avec un paillis pour une résistance jusqu’à -10°C.

Plantation d'un Gunnera

Évitez les situations trop chaudes, sèches, soumises au vent froid ou desséchant. Préférez une situation abritée, légèrement ombragée aux heures les plus chaudes, comme à l’est. L’espèce tinctoria tolère cependant mieux le plein soleil que manicata et supporte également quelques degrés de moins (-5°C au lieu de -3°C) sans protection.

Offrez à la Gunnère un sol profond, humifère sans excès de calcaire, qui reste frais et humide surtout au cours de l’été. Attention le niveau de l’eau ne doit pas noyer la souche sous peine de la faire pourrir.

La souche moyennant une épaisse protection peut résister à des températures de l’ordre de -15 à -20°C, à condition d’être âgée d’au moins 2-3 ans.

gunnera

Quand planter ?

Préférez une plantation au printemps si l’hiver est froid sinon l’automne est aussi bien.

Comment planter ?

Cette plante exige un minimum de précaution pour lui garantir une longue vie : fraîcheur du sol surtout en été tout en évitant la noyade en hiver.

Un bassin réalisé avec un liner ne permet pas aux racines du Gunnera de puiser l’humidité mais il est possible de créer une poche humide sur la berge.

  • Plongez le pot dans un seau d’eau pour bien l’humecter.
  • Creusez un trou d’un demi mètre cube, avec 60 cm de profondeur sur 1,50 m² de large.
  • Si votre terrain s’assèche en été, tapissez le fond de la fosse d’une bâche destinée à retenir l’humidité.
  • Placez 10 cm de graviers puis remplissez la fosse d’une terre argileuse ou tourbeuse, additionnée généreusement de compost et fumier bien décomposé.
  • Plantez la motte sans enterrer le bourgeon.
  • Rebouchez le trou puis étalez une bonne épaisseur de paillage (feuilles mortes, tonte de gazon…)
  • Arrosez pour chasser les bulles d’air.

Utilisez un grand bac muni d’une grande soucoupe toujours pleine d’eau pour cultiver le Gunnera hors-sol.

 

Entretien

  • Moyennement rustiques, les Gunneras géantes exigent une protection de la souche sous un épais paillis pendant l’hiver si la température descend en dessous de -3 à -5°C. En saison, la plante se développe en climat frais comme en Normandie ou plus continental comme à Vienne en Autriche sans problème. Cette plante n’a pas particulièrement besoin de chaleur car dans son habitat naturel, il gèle fréquemment pendant plus de 3 mois.
  • Dès les premiers frimas, coupez les feuilles à la base des pétioles. Recoupez les limbes des feuilles que vous déposez sur la souche jusqu’à former un tas de 50 cm d’épaisseur. Déposez les lourds pétioles par-dessus pour éviter que tout ne s’envole. Avec les formes naines, recouvrez le tapis de 15 cm de feuilles mortes. Vous pouvez également hiverner les plantes en pot dans une cave exempte de gel car elle n’a pas besoin de lumière en hiver.  Plus d’informations ici : Comment hiverner un Gunnera
  • Le gunnera ne demande que peu d’entretien. En plus des feuilles de Gunnera laissées sur place, n’hésitez pas à faire un apport régulier d’humus sous forme de compost ou de fumier pour encourager la croissance et maintenir la fraîcheur du sol à moins que votre Gunnera ne devienne un peu trop encombrant.
  • En pot, choisissez un grand contenant, arrosez très régulièrement, en particulier en été, et donnez à votre rhubarbe géante du Brésil un engrais à libération lente au printemps et en fin d’été.
  • Le Gunnera est seulement sensible aux attaques de gastéropodes au démarrage de la végétation. Posez des pièges à bières ou étalez des fougères ou des granules de Ferramol.

gunnera

Multiplication

La multiplication la plus simple consiste à diviser la touffe car la germination est assez aléatoire surtout si les fameuses cyanobactéries sont absentes du substrat. Les racines adventives issues des rhizomes hébergent en effet des colonies de Nostor ou de Chlorococcus qui encouragent grandement leur développement et leur survie si bien qu’en leur absence, la graine de Gunnera manicata ne germe pas alors que d’autres espèces de Gunnera nécessitent la présence d’insectes. Gunnera tinctoria accepte de germer plus aisément.

Division de souche

  • Séparez un bout de rhizome muni d’un bourgeon au printemps ou à l’automne.
  • Replantez-le aussitôt dans un substrat riche et frais.

Semis

  • Prélevez les fruits de Gunnera à l’automne et séparez la pulpe de la graine.
  • Semez les graines immédiatement dans une mini-serre lumineuse, à 20-22°C dans un terreau maintenu humide.
  • Repiquez la plantule au printemps dans un grand pot rempli d’un substrat riche.

Utilisations et association au jardin

Dans de grands espaces qui entourent un étang ou un ruisseau, il est aisé de compléter la zone inondable de ce tableau préhistorique instauré par la présence de Gunnera  géant, avec  de grandes fougères comme des osmondes royales, du Miscanthus giganteus ou sinensis Zebrinus, de la prêle de l’Himalaya ou encore les grandes gerbes de Saururus cernuus pour son côté reptilien. Donnez de la couleur avec les fleurs en cornet jaune vif de Lysichiton americanus ou blanches du célèbre  Arum d’Ethiopie Crowborough ou écarlates  de l’Hibiscus coccineus. Prenez soins d’aménager quelques zones de végétation plus basse, pour ne pas masquer complètement le bassin : quelques Carex pendula ou elata Aurea, des Achillea ptarmica, quelques pieds de Myosotis palustris meubleront ces plages ouvrant de jolies perspectives sur les plantes les plus grandes. La couleur sera apportée par des Hibiscus moscheutos aux fleurs géantes, les lis des cafres et Physostegia virginiana par exemple.

Dans un jardin de style plus exotique-tropical, associez au Gunnera quelques fougères arborescentes comme Dicksonia antartica ou des palmiers appréciant ou tolérant les sols humides comme les Sabals, et même les Trachycarpus.

La culture du Gunnera géant dans un très grand pot est possible ; le développement de la plante sera cependant moins important, et sa durée de vie abrégée.

Gunnera magellanica peut tapisser les berges  d’un ruisseau, au sol tourbeux et humide en compagnie de Trollius pumilus et de petits saules nains (Salix herbacea – Salix retusa).

Le saviez-vous ?

Le nom du genre, Gunnera, fait référence au botaniste Johan Ernst Gunnerus (1718-1773), auquel nous devons la rédaction d’une flore de Norvège. « Manicata » signifie « à longues manches » et « tinctoria » fait référence au pouvoir tinctorial des racines de la Gunnère du Chili.

Pour aller plus loin

Découvrez notre gamme de Gunnera.

Articles connexes


Blog

Protéger un Gunnera en 4 étapes

Votre Gunnera manicata a exhibé de superbes feuilles immenses et imposantes tout l'été ? Et...
Lire la suite +

Blog

10 plantes exotiques et rustiques pour jardin Jungle

Le jardin de style exotique séduit un nombre croissant de jardiniers. Bambou, palmier, bananier font...
Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire