Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Gleditsia triacanthos, Févier d’Amérique : plantation, culture

Le févier d’Amérique en quelques mots

  • C’est un arbre de belle taille au port léger atteignant rapidement environ 15m de hauteur pour 10m d’envergure
  • Ses rameaux portent d’élégantes feuilles découpées en forme de fougère prenant de belles couleurs dorées ou bronze en automne
  • Certaines espèces sont pourvues de redoutables épines acérées mais il existe de nombreux féviers d’Amérique sans épines
  • Lorsqu’il fructifie, il produit de longues gousses très décoratives
  • D’une bonne rusticité et peu exigeant, il s’acclimate partout en France

Le mot de notre experte

Le Gleditsia triacanthos, parfois appelé Févier d’Amérique est un arbre caduc au feuillage très découpé et au port aéré et majestueux. Sa très belle silhouette étalée offre un ombrage tamisé des plus agréables en été. Si le Gleditsia triacanthos ‘Sunburst’ possède un feuillage jaune doré à vert anis virant à l’or cuivré en automne, on trouve aussi des variétés au feuillage sombre, pourpré, comme Gleditsia triacanthos f. inermis ‘Ruby Lace’. L’hiver dévoile sa belle écorce joliment ridée.

Les plus grands sujets sont capables d’atteindre 20 m de hauteur. La taille impressionnante de cet arbre le destine à entrer dans nos jardins les plus grands. Il forme un point de mire remarquable en isolé sur une pelouse, dans un endroit bien dégagé, ou en alignement le long d’une grande allée.

Rustique, de culture facile, le Gleditsia triacanthos se plaît au soleil dans tout bon sol fertile, frais, profond et bien drainé. Il est capable de s’adapter aux sols humides, voire détrempés, comme aux sols pauvres, calcaires et secs en été.

Découvrez cet arbre au feuillage éblouissant !

Gleditsia triacanthos ‘Sunburst’ port, feuillage et gousses du Gleditsia triacanthos

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Gleditsia triacanthos

Famille : Fabacées

Noms communs : Févier d'Amérique

Floraison : Juin à juillet

Hauteur : 5 à 10 m

Exposition : Soleil

Sol : Riche, frais, bien drainé

Rusticité : –15 °C et au-delà

Le Gleditsia triacanthos, parfois appelé Févier d’Amérique est un arbre de la famille des fabacées, cousin des acacias et des mimosas. Originaire principalement des régions de l’est et du centre des Etats-Unis, du Kansas au Nebraska en passant par le Texas. Il pousse spontanément sur les terres humides ou les sols calcaires. Le Genre Gleditsia comprend environ 12 espèces. On trouve désormais couramment le Gleditsia triacanthos dans nos jardins sous sa forme inerme (sans épines) car le févier d’Amérique dans sa forme type présente sur le tronc et les rameaux de longues épines ramifiées et acérées, longues parfois jusqu’à 10 cm, très utiles pour extraire les escargots de leur coquille !

Une particularité qui lui a valu les surnoms de févier épineux, févier à trois épines, févier à trois pointes, carouge à miel ou épine du Christ. Dans certaines régions, comme le Languedoc, cette forme sauvage épineuse souvent plantée comme haie défensive s’est naturalisée.

L’espèce type se décline en de nombreux cultivars sans épines sélectionnés pour leur port, leur dimensions plus modestes, leurs gousses et le coloris de leur feuillage à l’instar de ‘Ruby Lace’, une magnifique variété au feuillage rouge-pourpré.

Gleditsia feuillage et fruits. A droite, planche botanique de 1812

Dans son habitat sauvage, le Gleditsia triacanthos peut atteindre jusqu’à 40 m de hauteur, mais sous nos contrées, il ne dépassera guère 15 à 20 m de hauteur en moyenne pour 7 à 8 m de large. Sa croissance est généralement rapide. Certaines nouvelles variétés comme ‘Elegantissima’ offrent une croissance plus lente et des dimensions plus modestes, n’excédant pas 4 m de hauteur pour 3-4 m de large.

Cet arbre affiche une très belle longévité d’environ 150 ans. Il possède un port aéré, et un houppier léger et gracieux. Sa silhouette élégante et évasée procure une ombre légère, elle évoque celle du Robinier faux-acacia, avec ses branches qui retombent en « drapé ». Certains cultivars présentent un port pleureur.

Sur une puissante racine pivotante et profonde, ce très bel arbre développe un tronc assez haut, bien droit, à l’écorce sombre et se fissurant en excroissances écailleuses avec l’âge.

Le févier d’Amérique est particulièrement remarquable pour son feuillage caduc élégant qui se pare de somptueuses teintes. Il disparaît en automne et réapparait tard, à la fin du printemps. Comme il est très proche de l’Albizia et des Mimosas, il possède comme eux également un très beau feuillage léger et découpé. Celui-ci abrite du soleil tout en laissant passer une bonne luminosité.  Il se compose de longues et grandes feuilles pennées ou bi-pennées, sur un même sujet. Elles mesurent de 15 à 25 cm de long, parfois davantage et sont disposées de façon alterne sur les branches. Les rameaux sont en zig-zag. Ces feuilles très fines rappellent les frondes des fougères. Elles sont composées de 14 à 30 folioles ovales, crénelées et luisantes.

La coloration du feuillage ne passe pas inaperçue ! Elle permet de jolis contrastes et apporte beaucoup de lumière dans un jardin.  La couleur du feuillage diffère selon les variétés. Les jeunes feuilles sont d’abord vert foncé éclatant, vert doré ou rouge bronze au débourrement, puis virent chez certaines ensuite au jaune d’or ou au bronze en automne, avant de chuter.

La floraison, discrète, a lieu en juin. Le Gleditsia triacanthos est une espèce dioïque, c’est-à-dire qu’il existe des sujets mâles et des sujets femelles. Les fleurs prennent la forme de petites grappes blanc-verdâtre. Elles comportent 3 à 5 sépales. Elles sont mellifères et attirent à elles les abeilles. Seuls les pieds femelles fructifient. La plupart des cultivars cultivés en France sont des individus mâles et ne produisent donc pas de gousses. Après pollinisation, les fleurs femelles donnent en juillet de longues gousses plates et spiralées, de 20 à 45 cm de long, aux allures de cosses de fèves. Elles naissent rougeâtres en été puis se teintent d’acajou en octobre. Suspendues le long des branches, elles persistent en hiver.

Elles renferment une pulpe sucrée et comestible contenant des graines noires qui, une fois torréfiées, donnent un succédané de café. Dans leurs contrées d’origine, certaines variétés ont été sélectionnées pour la saveur acidulée de leurs fruits. Les feuilles et les gousses du Gleditsia contiennent de la triacanthine, une substance qui possède une action tonicardiaque.

Si on utilise dans nos jardins le févier d’Amérique, (essentiellement les cultivars inermis) comme arbre d’ornement, on le considère comme un arbre utilitaire dans certains pays où son bois très dense de bonne qualité sert à faire des poteaux, des traverses de chemin de fer ou des meubles, et ses gousses de colorant pour l’industrie textile.

Gleditsia triacanthos feuillage et arbre type avec épines (© Melissa McMasters), floraison, et feuillage doré automnal

Plantation

Où planter le févier d’Amérique ?

Une fois adulte, le Gleditsia triacanthos se montre bien rustique, pouvant supporter–15 °C, voire au-delà, ce qui permet une plantation dans toutes les régions. Cependant, il faut être vigilant pour les jeunes plants, plus sensibles au froid, et ne pas hésiter le protéger avec un voile d’hivernage surtout si vous habitez au nord de la Loire.

Dans tous les cas, plantez-le en plein soleil, à une situation bien exposée et abritée du vent, car ses rameaux sont cassants. Il n’affectionne pas les courants d’air et les vents violents. Sa préférence va aux sols riches, humides mais bien drainés. En sol sec, cet arbre se développera très lentement, mais poussera rapidement en sol frais. Peu exigeant, une fois adulte, il s’accommodera finalement assez bien des sols pauvres et calcaires à condition qu’ils restent frais. Il n’apprécie que modérément les terrains acides ou trop lourds. Résistant même à la pollution, c’est un bon candidat pour les jardins de ville. Il tolère assez bien également les sols salés et s’adaptera facilement si votre jardin est en bord de mer.

Réfléchissez particulièrement à l’emplacement que vous lui donnerez avant toute plantation car une fois bien enraciné il poussera rapidement. Il peut devenir assez grand, dépassant parfois 20 m de hauteur. Il est préférable de ne pas le planter trop près d’une maison ou d’une terrasse. Il possède un système racinaire pivotant et profond et produit souvent de vigoureux rejets, qui risqueraient de provoquer des dégâts.

Pour profiter au mieux de sa silhouette et son feuillage élégants, réservez à cet arbre un emplacement bien dégagé au jardin. Ses belles dimensions en font un magnifique sujet à installer en isolé sur une grande pelouse, dans un jardin de belle taille, planté près d’une zone de repos avec du mobilier de jardin en dessous, où il apportera un ombrage agréable. Il sera également utilisé comme arbre d’alignement pour border majestueusement une allée. Ses couleurs étonnantes accrochent la lumière, il pourra également trouver sa place en fond de massif. Les espèces épineuses peuvent constituer des haies défensives.

Févier d'Amérique, Gleditsia triacanthos, Carouge à miel

Gleditsia triacanthos (© Leonora Enking)

Quand le planter ?

Vous planterez le Févier d’Amérique de préférence à l’automne, de septembre à novembre afin de favoriser son enracinement avant l’hiver. Vous pouvez également planter au printemps en évitant les périodes de gel ou de forte chaleur.

Comment planter le Gleditsia triacanthos ?

Réservez-lui suffisamment d’espace, au moins 5 à 8 m de distance de plantation avec un autre arbre.

  • Creusez une large fosse d’au moins 80 cm de largeur et de profondeur
  • Apportez des graviers ou de la pouzzolane pour améliorer le drainage
  • Plantez de façon à ce que la motte soit au niveau du sol
  • Mélangez à votre terre de jardin du compost et du sable si celle-ci est lourde
  • Installez un tuteur pour maintenir le jeune tronc bien droit
  • Comblez avec le mélange et tassez
  • Arrosez généreusement puis régulièrement jusqu’à la reprise

 

Culture, taille et entretien

Durant les premières années, surveillez ses besoins en eau et arrosez copieusement par temps sec. Une fois bien installé, il supportera mieux une sécheresse passagère.

Les jeunes sujets sont fragiles, c’est pourquoi nous vous conseillons de les protéger pour l’hiver avec un voile d’hivernage. Un bon paillage en été aidera à maintenir le sol toujours frais et en hiver à protéger la jeune souche des fortes gelées.

La taille n’est pas nécessaire. En fin d’hiver, avant la reprise en végétation, vous pouvez intervenir uniquement pour supprimer le bois mort, sec ou abîmé et les branches enchevêtrées pour maintenir le bon port de la plante. Eliminez régulièrement les rejets de souche car l’arbre a tendance à dragonner.

Maladies éventuelles

Pour ce qui est des maladies, le Févier d’Amérique est parfois touché par la cécidomyie du Gleditsia ou du févier, une petite mouche dont les larves déforment les jeunes pousses et provoquent des espèces de galles pourpres sur les folioles infestées. Sans gravité, leur présence nuit uniquement à l’esthétique. Au moment du débourrement des feuilles, taillez éventuellement les rameaux touchés.

Attention également au chancre européen, un champignon qui affecte le bois : les branches sèchent, l’écorce se fend, des déformations apparaissent sur le tronc. Nous vous conseillons de supprimer les parties abimées et d’appliquer un fongicide du type bouillie bordelaise.

Multiplication

Le Févier d’Amérique peut se multiplier par semis mais c’est un processus très long, qui nécessite une stratification particulière. Vous pouvez greffer l’arbre en été, en pratiquant une greffe en fente ou à l’anglaise. Découvrez ces deux techniques dans notre fiche et nos explications pour les réussir.

Associer

Le Févier d’Amérique est une essence qui se suffit à elle-même et sera remarquable en ponctuation au milieu d’une pelouse. Il reste cependant facile à associer avec d’autres végétaux qui aiment les mêmes ambiances très ensoleillées. Il ne dénotera pas dans un grand jardin de ville comme en bord de mer où il pourra souligner une allée. Superbe en isolé, il offrira la touche très colorée dans une haie mixte, par exemple en prenant le relais des floraisons des corètes du Japon, d’un cytise pluie d’or, des lilas, seringats, et deutzias.

Pour composer une symphonie de teintes lumineuses, rapprochez-le d’autres arbres et arbustes à feuillage coloré tels que le Ginkgo Biloba et les érables du Japon. On peut aussi l’associer au parrotie de Perse, au feuillage flamboyant en automne, ou encore à l‘arbre au caramel et au Tulipier de Virginie qui se parent également de somptueuses teintes automnales.

Pour mettre en valeur sa parure, installez-le sur un fond de verdure permanent composé de conifères tels que le Pinus peuce ou Pin de Macédoine, ou le Metasequoia glyptostroboides ‘Gold Rush’.

Févier d'Amérique, Gleditsia triacanthos, Carouge à miel

De sublimes colorations automnales avec un Gleditsia triacanthos, un Parrotia persica, un Gingko biloba et un érable du Japon !

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)

4 réflexions au sujet de « Gleditsia triacanthos, Févier d’Amérique : plantation, culture »

  • serge lefebvre

    j'ai entendu parlé de la variété "spectrum " qu'en est il ?

    Répondre
    • Ingrid V.

      Nous n'avons, pour le moment, pas cette variété dans notre catalogue. Cependant, nous avons le https://www.promessedefleurs.com/arbustes/arbustes-de-a-a-z/fevier-d-amerique-dore-gleditsia-triacanthos-sunburst.html qui possède lui aussi un feuillage lumineux.

      Répondre
  • Nicolas Particule

    Bonjour,
    Il faudrait être fou pour planter l'espèce type dans un jardin. Elle est dangereusement épineuse ; cela mériterait d'être un peu mieux signalé...
    Ceci dit les cultivars inermes sont de très beaux arbres.

    Répondre
    • Ingrid

      Bonjour. Il est vrai que certaines espèces sont pourvues de redoutables épines acérées mais il existe de nombreux féviers d’Amérique sans épines.

      Répondre
Laisser un commentaire