Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Cryptomeria, Cèdre du Japon : planter, tailler et entretenir

Le Cèdre du Japon ou Sugi, en quelques mots

  • Les Cryptomeria du Japon sont des conifères au tronc bien droit et pourvus de courtes aiguilles recourbées vers le rameau non piquantes qui leur donnent un côté reptilien.
  • Exploité comme bois d’œuvre au Japon ou sur l’île de la Réunion,  il est cultivé au jardin pour les qualités ornementales de ses nombreux cultivars que l’on recherche
  • On trouve des formes naines comme Cryptomeria japonica Vilmoriniana  à moyennement vigoureuses comme Sekkan Sugi  aux pousses crème ou Elegans qui se distingue par un feuillage plumeux très élégant se colorant de  rouille à l’automne.
  • Les cryptomères sont des arbres rustiques (-15 à -20°C) qui apprécient un sol profond, frais, riche mais bien drainé et s’installent en isolé ou en rocaille ensoleillée ou mi-ombragée.

Le mot de notre experte

Le Cryptoméria du Japon ou Cèdre du Japon (Cryptomeria japonica), sugi en japonais est un grand conifère originaire du Japon, de Chine et de Corée vraiment unique en son genre. Il n’existe qu’une seule espèce de Cryptomeria avec quelques variations morphologiques selon l’origine mais qui a donné naissance à de nombreux cultivars moins vigoureux, voire nains, très prisés au jardin. Ce conifère au port pyramidal élégant, vêtu d’un feuillage fin persistant et de culture facile, est incontournable dans un jardin de collection. Son développement important pour ne pas dire gigantesque frôlant les 40 m dans son habitat se réduit à une dizaine de mètres en Europe même s’il existe quelques spécimens de 30 m en Angleterre. Ce sont malgré tout les innombrables cultivars de stature plus modeste, à l’image du Cèdre du Japon Elegans Viridis, voire nains dans sa forme ‘Elegans Nana’ qui sont les plus fréquents dans les jardins des particuliers. Ces conifères sont sélectionnés pour constituer de belles haies persistantes qui offrent de magnifiques couleurs rouille, bronze ou rouge à l’automne et en hiver ou bien des spécimens insolites à exposer en isolé, à l’image des Cryptomeria japonica Sekkan Sugi ou Cryptomeria japonica Vilmorin Gold par exemple.

Arbre national du Japon, le Cryptomeria a été introduit en Europe au milieu du XIXe siècle et constitue une espèce forestière de premier ordre au Japon, en Chine, aux Açores et ou sur l’île de la Réunion où elle a été introduite. Son bois parfumé et imputrescible a la réputation de décourager les insectes et les termites. On en extrait une huile essentielle à l’odeur boisée appréciée pour purifier l’air de nos intérieurs.

La croissance du Cryptomeria est plutôt rapide (sauf pour les formes naines), et ses variétés de taille réduite s’avèrent peu exigeantes vis-à-vis du sol, préférant tout de même les terrains riches, frais et drainés, à tendance acide pour bien prospérer. Il est recommandé de l’installer en situation abritée. La plantation en pot est possible pour les variétés naines, le volume du contenant influençant la taille de la plante : les jeunes cryptomérias sont d’ailleurs des sujets de choix pour les amateurs de bonsaï !

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Cryptomeria

Famille : Taxodiaceae

Nom commun : Cryptomère, Cèdre du Japon

Floraison : de février à mars

Hauteur : entre 0,30 et 40 m

Exposition : soleil ou mi-ombre

Sol : sol frais, argileux, acide à neutre

Rusticité : Bonne (-15 à -20°C)

Le Cryptomeria japonica  (syn. fortunei) appartient à la famille des Taxodiacées, tout comme le Cyprès chauve (Taxodium distichum), les Séquoias américains ou le Metasequoia chinois mais ses feuilles ne ressemblent à celles d’aucun autre conifère. Il s’agit de griffes pointues mais non acérées, longues de 1 cm, disposées en alène autour du rameau dont la consistance lisse et assez souple fait penser à du plastique. Les feuilles persistantes finissent par se renouveler après quelques années mais d’une manière un peu particulière car ce sont des parties entières de rameau qui brunissent avant de chuter, phénomène que l’on nomme la décurtation, observé aussi chez les Araucaria.

Le Cryptoméria du Japon atteint de grandes dimensions jusqu’à 30-55 m de hauteur, avec un port très élancé et une croissance rapide de l’ordre de 6 à 8 m en 10 ans, dans les forêts pluvieuses du Japon. Sa longévité atteindrait 1000 à 2000 ans d’après un spécimen du sanctuaire de Misaka à Nagano, haut de 30 m et doté d’un tronc de 4 m de diamètre à la base. Son écorce brun rouge se détache en lanières verticales. Son aire de distribution située dans les régions montagneuses chaudes du Japon et sud de la Chine entre 1000 et 2500 m d’altitude témoigne de sa grande adaptabilité d’autant que cette espèce existait déjà du temps des dinosaures. Il existe une certaine variabilité entre les spécimens du Japon et de Chine. Cryptomeria japonica var. sinensis possède un port moins raide grâce à des rameaux plus fins. D’autre part, des chercheurs japonais ont constaté qu’au-dessus de 1750 m, le Cryptoméria se multiplie uniquement par marcottage alors que des conditions plus favorables autorise aussi le semis qui conduit à plus de diversité génétique.

cèdre du japon

Cryptomeria japonica – illustration botanique

L’espèce a donné naissance à plus de deux cents cultivars dont des formes naines compactes arrondies, à croissance très lente et munies d’aiguilles très courtes comme Vilmoriniana ou des formes à feuillage souple vaporeux comme Elegans ou Elegans Viridis. Les rameaux feuillés des cultivars prend souvent une coloration rouge bronze à rouille avec le froid qui est exceptionnelle chez le cultivar Elegans dont le port colonnaire atteint jusqu’à 9 m de haut sur 2,40 m de large, voire beaucoup plus lorsqu’il se prend à marcotter et former un bosquet ! La variété Cryptomeria japonica var. cristata émet des pousses soudées et aplaties évoquant une crête de coq, qui ajoute une note incongrue à la scène.

La floraison est monoïque, les chatons mâles forment de petits bouquets terminaux pendant l’hiver qui libèrent un abondant pollen en février-début mars. Les fleurs femelles forment de minuscules rosettes vertes en extrémité de ramules qui grossissent après fécondation jusqu’à atteindre 1,5 cm de diamètre vers l’automne avant de brunir et libérer leurs graines à l’automne suivant. Chaque cône comporte une quarantaine d’écailles terminées par une pointe recourbée.

Le cèdre du Japon est un arbre largement utilisé comme plante ornementale dans les jardins tempérés du monde aussi bien en Europe, qu’en Inde, en Amérique du Nord ou en Australie tandis qu’il figure comme essence forestière importante au Japon, en Chine, aux Açores et à la Réunion. Il fait aussi l’objet d’une véritable vénération au Japon notamment à Nikko près de Tokyo où trônent un alignement de près de 14 000 spécimens, âgés de 4 siècles, sur 37 km d’allée. Son bois très parfumé mais assez tendre est prisé pour la construction des temples et des cercueils en Chine, et s’utilise aussi dans l’ameublement, le bâtiment, les boiseries car il résiste bien aux attaques de champignons et d’insectes, sans doute grâce à sa teneur en huile essentielle.

Les principales variétés de Cryptomeria

Variétés érigées de vigueur modérée

Cryptomeria japonica Sekkan Sugi


Hauteur à maturité
6.50 m

Conifère gracieux et original à rameaux semi-retombants couverts d'un feuillage vert clair paré de jeunes pousses jaune clair devenant crème à presque blanc en hiver. Ses rameaux d'aspect plumeux, très doux au toucher et au regard illumine avec grâce un coin mi-ombragé.

Variétés compactes en boule ou conique

Cryptomeria japonica Yokohama

Période de floraison Mars à Avril

Hauteur à maturité
1.10 m

Conifère persistant nain, au port arrondi devenant conique avec l'âge, doté d'une végétation un peu irrégulière. Feuillage extrêmement fin et serré, presque crispé, vert pâle en été, bronze-violacé en hiver. Ses jeunes pousses vert tendre font de lui une plante très lumineuse en rocaille ou en bac sous un soleil modéré.

Cryptomeria japonica Vilmorin Gold

Période de floraison Mars à Avril

Hauteur à maturité
1.00 m

Conifère nain, au port arrondi et compact un peu irrégulier, doté d'un feuillage persistant très dense d'un beau vert franc qui s'orne de superbes pousses dorées devenant crème en été. Cette variété de croissance lente, limitée à 1 m permet de créer des associations inattendues et hautes en couleur dans les rocailles ensoleillées et les jardins alpins.

Cryptomeria japonica Vilmoriniana

Période de floraison Mars à Avril

Hauteur à maturité
90 cm

Boule compacte d'un vert lumineux qui prend sous l'effet du froid de jolies teintes brunes et rouges. Développement réduit en bac de 30 cm en tous sens. Idéal pour orner de petits jardins, une rocaille ou une terrasse. Il se cultive au soleil, dans un sol drainé ordinaire, pas trop sec à frais.

Plantation

Où planter le Cryptomeria?

Le Cryptomère accepte un sol ordinaire assez frais, bien drainé, plutôt fertile, même légèrement calcaire, neutre ou acide. Il redoute les sols excessivement secs ou trop superficiels. Il apprécie particulièrement le climat doux et humide de la côte atlantique mais s’acclimate assez facilement ailleurs même si ses dimensions demeurent plus modestes.
Plantez-le en plein soleil si le climat s’y prête  excepté les cultivars à feuillage clair comme Sekkan Sugi qui se portent mieux à mi-ombre afin de leur éviter les brûlures du soleil. Installez le plant à l’abri des vents secs et froids qui peuvent griller les jeunes pousses et à mi-ombre dans les régions méridionales. Les températures minimales sont de l’ordre de -15°C à -20°C selon les clones sachant que les branches supportent assez mal le poids de la neige.
Les formes naines acceptent une plantation en bac profond qui ralentit leur croissance et permet de leur garder un port encore plus compact. Elles conviennent aussi aux rocailles, pas trop ensoleillées ou ventées cependant, car la plante est en quête de fraîcheur atmosphérique. Les racines pourront puiser l’humidité sous les rochers. La conduite en bonsaï est courante chez le Cryptomeria.

cèdre du japon

Chatons mâles d’un Cryptomeria japonica

Quand planter ?

Le Cryptomeria japonica se plante de préférence de septembre à novembre et de février à juin. En climat doux et arrosé, la plantation d’un sujet vendu en pot peut se faire quasiment toute l’année en évitant les périodes de grands froids ou de fortes chaleurs.

Comment planter ?

Avec des plants de petites dimensions (50 cm de hauteur), âgés de 2 ans par exemple, la reprise est très facile.

  • Plongez le pot dans un seau d’eau pour bien l’humecter.
  • Creusez un trou 3 fois plus large que la motte et aérez la terre autour avec les dents de la fourche-bêche.
  • Apportez du fumier ou du compost pour assurer un bon démarrage de l’arbre dont la croissance peut-être assez rapide.
  • Installez la plante dans le trou de plantation.
  • Replacez la terre et tassez légèrement en formant une cuvette.
  • Paillez pour maintenir une bonne fraîcheur et versez au moins 10 l d’eau.

En bac profond et volumineux, placez une couche drainante (graviers, billes d’argile, tessons…), constituez un mélange de 1/3 de terre végétale, 1/3 de sable et 1/3 de terre de bruyère, de tourbe ou compost bien mûr. Paillez la surface du pot.

Entretien

  • Arrosez copieusement le Cryptoméria pendant les 3-4 premières années, et en cas de sécheresse prolongée. La plante devient assez vite autonome sauf si elle est cultivée en bac. Pensez à pulvériser de l’eau régulièrement sur les plantes menées en bonsaï.
  • Apportez tous les ans, en avril, un engrais spécial conifère et binez le sol en été pour éviter les remontées capillaires si vous n’avez pas de paillis.
  • Vous pouvez laisser les rameaux secs tombés au sol pour constituer un paillis naturel.
  • Protégez les jeunes plants avec un voile d’hivernage si les hivers sont froids.
  • La taille n’est pas nécessaire. Les formes naines peuvent subir une taille légère des rameaux en mars-avril ou en fin d’été (août-septembre) tout comme Cryptomeria japonica ‘Elegans’ qui déteste les tailles courtes !
  • Il n’existe ni maladies ni ravageurs signalés sur les Cryptomeria en Europe. Le pourridié (Armillaire) est signalé dans certains pays comme Hawaï dans des conditions chaudes et humides.
cèdre du japon

Cônes du Cryptomeria japonica

Multiplication

La multiplication la plus simple consiste à bouturer le Cryptomeria et ses cultivars entre août et octobre ou de semer des graines de l’espèce type au printemps.

Bouturage

Préparez un pot profond en le remplissant de 50% de tourbe et 50% de sable.

  • Prélevez des extrémités de rameaux aoûtés  de 15 cm de long parmi les plus vigoureuses.
  • Supprimez les aiguilles de la base de la bouture.
  • Trempez la base dans de l’hormone de bouturage.
  • Piquez celles-ci sur les 2/3 de leur longueur en évitant qu’elles ne se touchent.
  • Tassez délicatement tout autour afin d’éliminer les poches d’air et d’assurer un bon contact entre le terreau et la bouture.
  • Placez-les à l’étouffée à l’ombre, en posant, par exemple, une bouteille en plastique transparent recoupée, par-dessus.
  • Retirez le plastique au bout d’un mois et maintenez vos boutures au chaud, protégées du soleil direct.
  •  Patientez 4 à 6 mois pour obtenir un enracinement suffisant.

Semis

  • Procurez-vous des graines chez un grainetier.
  • Faites stratifier pendant quelques jours au réfrigérateur.
  • Semez-les dans une caissette remplie de terreau mélangé à du sable.

Utilisations et associations

Les variétés de Cryptomeria ont été souvent sélectionnées pour les variations de teintes qu’elles offrent au cours des saisons, partant d’un vert très lumineux au printemps qui s’assombrit en été puis rougit jusqu’à parfois prendre des couleurs de feu avec le froid comme  chez Vilmorinia ou Elegans. Leurs formes en boule chez  Compressa, conique, chez Yokohama, passablement pleureuse chez Sekkan Sugi , colonnaire chez Elegans offrent un éventail de possibilités quant à leurs associations avec d’autres arbustes persistants prostrés ou pour constituer une haie. N’hésitez pas à les planter avec des arbustes aux petites feuilles lustrées richement colorées comme l’Abelia Sparkling Silver, le Berberis darwinii ou thunbergii Orange Dream ou Golden Carpet. Les bruyères et autres conifères nains aux tons bleutés comme le Juniperus squamata Blue Star font partie du florilège des possibles pour accompagner les Cryptomères dans une rocaille ou sur une terrasse. Cette plante à la silhouette et texture de feuillage originales s’accorde bien avec les grosses pierres, les lignes géométriques et les ouvrages maçonnés.

Le Cryptomeria japonica Sekkan Sugi par ses allures de sapin couvert de neige, son élégance discrète et son développement modéré jusqu’à 6,50 m de haut sur 3,5 de large, mérite une place au jardin. Il peut animer les zones mi-ombragées ou constituer un fond de massif lumineux sans entretien, grâce à son feuillage crème à presque blanc en hiver. Il peut ainsi mettre en valeur la floraison d’un camélia champêtre parfumé comme Camelia lutchuensis.

L’espèce type Cryptomeria japonica, affublée souvent de plusieurs troncs bien rectilignes et d’un feuillage permanent vert sombre aux allures reptiliennes est un sujet remarquable pour jardin moyen qui fera sensation en isolé d’autant qu’il conserve de modestes dimensions de l’ordre de 10 m de haut sur 3 à 5 m de diamètre ou accompagné d’érables, gingkos ou liquidambars pour créer une scène contrastée à l’automne.

Pour aller plus loin

Découvrez notre gamme de Cryptomerias : les plus belles variétés pour tous les types de jardins

Articles connexes


Blog

5 grands conifères, pour un jardin de caractère

Les grands conifères sont des arbres indispensables pour structurer et équilibrer un jardin en hiver...
Lire la suite +

Blog

Le conifère, un arbuste kitsch?

Arbuste star dans les années 80, les conifères ont connu leur heure de gloire dans les cités...
Lire la suite +
1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire