Veuillez patienter...

Continuer mes achats Voir le panier & Commander

{{var product.name}} a été retiré de votre panier

Continuer mes achats
Voir le panier & Commander
Commander avec les refs catalogue

Arbre aux mouchoirs, Davidia : planter, tailler, entretenir

L'arbre aux mouchoirs, en quelques mots

  • Le Davidia est un arbre chinois que l’on appelle communément « l’arbre aux mouchoirs », il offre une des floraisons les plus enchanteresses qui soit avec ces lames blanc pur qui parcourent les rameaux de l’arbre en mai-juin.
  • Ses feuilles vert clair brillant rappellent celles du tilleul. Il mesure 12 m de haut en culture et s’étend sur 10 m de large. Il fleurit au bout d’une dizaine d’années excepté chez les cultivars comme Sonoma ou Lady Sunshine qui bénéficient d’une mise à fleur rapide.
  • Cet arbre robuste et rustique (-15°C) aime les sols frais mais bien drainés, riches et bien travaillés et les zones abritées du vent.
  • Pensez à le mettre en scène dignement aux côtés de Cornouillers de Floride roses, de Cornus controversa à la silhouette étagée garnie d’un feuillage panaché de blanc,  de rhododendrons rose pâle, etc.

Le mot de notre experte

S’il est un arbre qui suscite l’admiration de tous, c’est bien l’arbre aux mouchoirs, appelé aussi Davidia involucrata. Le spectacle de sa floraison est assez éphémère, s’étalant sur 3 semaines, ce qui ajoute à son charme ! En premier lieu, il n’apparaît qu’au bout de 12 à 20 ans, du moins chez les espèces involucrata et involucrata var. vilmoriniana. La beauté de la floraison vient en réalité des bractées blanches pendantes dentées et en forme de cœur, atteignant 15 cm de long comme chez les bougainvillées. Elles accompagnent l’inflorescence sphérique, verdâtre scintillante ou rouge sombre, qui apparaît comme une perle dans sa coquille d’huître, composées tantôt d’étamines blanches ou de pistils pourpres. Les fleurs mâles et femelles sont en effet séparées sur un même sujet.

La blancheur immaculée des bractées qui se détachent dans la frondaison vert clair suscite l’émerveillement, procurant une intense impression de fraîcheur, de paix… Certains y voient des colombes, d’autres des fantômes. Wilson, une des découvreurs du Davidia en Chine le décrit comme un « vol d’immenses papillons». Il faut croire que les mots ne suffisent pas à le décrire, il faut le voir !

La sortie de récents cultivars comme le Davidia ‘Lady Sunshine’ à feuillage panaché de crème et Davidia ‘Sonoma’ nous gratifie d’une floraison bien plus rapide, qui intervient souvent dès la première année de plantation sur de très jeunes arbres. Leur croissance est assez lente et limitée à 12 m de hauteur ce qui permet d’installer le Davidia dans des jardins relativement modestes.

Cet arbre remarquable, si rare dans nos jardins, pousse pourtant assez simplement dans un sol frais et profond, acide à calcaire. Il se marie dans une scène romantique aux floraisons du moment comme celle des Cornus florida, ‘Rubra’ de préférence, de rhododendrons, aux clochettes blanches ou roses. Pensez aussi à l’automne où son feuillage prend des tonalités bronze qui s’accordent au rose tendre d’un arbre au caramel ou bien aux parures d’or d’un Liriodendron ou d’un Gingko biloba.

Description et botanique

Fiche d'identité

Nom latin : Davidia involucrata

Famille : Nyssaceae

Nom commun : Arbre aux mouchoirs

Floraison : mai à juin

Hauteur : entre 12 à 20 m

Exposition : soleil ou mi-ombre

Sol : tout sol meuble, frais et bien drainé, même calcaire

Rusticité : Bonne (-15 °C)

Arbre aux mouchoirs, arbre aux pochettes, arbre aux colombes (dove tree) ou encore arbre aux fantômes (ghost tree), on ne sait comment le qualifier pour évoquer sa floraison hors du commun. Le Davidia involucrata a marqué les esprits lorsque le Père David en fit sa description pour la première fois en 1871. Le célèbre naturaliste effectuait alors un voyage en Chine de 11 ans, très riche en découvertes comme celle du panda. Le Davidia fait encore figure de rareté dans nos jardins, alors que sa culture n’a rien d’extraordinaire.

La classification botanique du Davidia donne bien du fil à retordre puisqu’il a d’abord constitué à lui seul la famille des Davidiacées, puis s’est joint à celle des Nyssacées qui comprenait un unique membre le Nyssa sylvatica (tupelo), avant que celle-ci ne soit absorbée par celle des Cornacées (APG II et III). Les récentes analyses génétiques ont conduit de nouveau à séparer les Cornacées des Nyssacées selon APG IV si bien qu’aux dernières nouvelles, il s’agit bien d’une nyssacée !

Le Davidia est donc le seul représentant de la famille des Nyssacées avec l’arbre américain  Nyssa sylvatica. Sa silhouette pyramidale arrondie avec l’âge et son feuillage vert tendre et denté ne sont pas sans rappeler un arbre de nos régions : le tilleul.  Le Davidia est susceptible de vivre plus d’un siècle. Si vous laissez l’arbre en port libre, il n’est pas rare qu’il forme plusieurs troncs. Sa hauteur à l’âge adulte varie entre 12 et 20 m. Ses feuilles, sillonnées de nervures profondes et bordées de grandes dents pointues, mesurent 8 à 16 cm de long  et exhalent un léger parfum à leur naissance. Le limbe montre une teinte vert clair brillant, grisâtre et pubescente sur le revers chez l’espèce type tandis que la feuille est totalement glabre chez la variété (ou sous-espèce) vilmoriniana, du moins lorsque la feuille  est mâture. A l’automne, le feuillage adopte une jolie teinte bronze brillant.

arbre aux mouchoirs

Evolution de la floraison d’un arbre aux mouchoirs (photo du fruit Leonora Enking-Flickr)

Vers l’âge de 10-12 ans, les branches se couvrent d’un foisonnement de « mouchoirs » blancs, longs de 15 à 20 cm qui lui ont valu ses multiples dénominations. En réalité, ces organes ne sont pas les fleurs mais des bractées, inégales et appariées par deux autour de l’inflorescence comme dans le cas du poinsettia ou de la bougainvillée et portées par un long pédoncule. Les fleurs minuscules forment une sphère de 2 cm de diamètre au creux des bractées, composées d’étamines ou de pistils.

En octobre, des fruits solitaires semblables à des olives, longs de 2 à 4 cm virent peu à peu au brun rougeâtre et persistent sur l’arbre après la chute des feuilles. Ils contiennent 3 à 5 graines très dures mais comme l’Histoire nous l’a révélé, la germination n’est pas facile ! Les fruits blets sont comestibles.

Feuillage de l'arbre à mouchoirs

Feuillages d’arbres aux mouchoirs : Davidia involucrata au printemps, feuillage d’automne, feuillage panaché du Davidia involucrata ‘Lady Sunshine’

Les principales variétés de Davidia

Les principales variétés

Arbre aux mouchoirs - Davidia involucrata en pot de 2/3L

Période de floraison Avril à Mai

Hauteur à maturité
12.00 m

Arbre aux Mouchoirs - Davidia involucrata var. vilmoriniana pot de 18L

Période de floraison Avril à Mai

Hauteur à maturité
12.00 m

Comparable à l'espèce type mais doté d'un feuillage glabre. S'adapte mieux aux climats européens. Fleurit au bout de 9 à 20 ans.

Arbre aux mouchoirs - Davidia involucrata Lady Sunshine

Période de floraison Avril à Mai

Hauteur à maturité
12.00 m

Cultivar se distinguant par une mise à fleur rapide et un feuillage flammé jaune crème, à revers grisâtre, feutré et duveteux. Il perd sa panachure en été avant de jaunir à l'automne.

Arbre aux mouchoirs - Davidia involucrata Sonoma

Période de floraison Avril à Mai

Hauteur à maturité
12.00 m

Cultivar rare qui se distingue du type uniquement par sa mise à fleur rapide, qui intervient parfois l'année de la plantation, sur des sujets hauts de 40 cm. Son port est étalé arrondi, et ses dimensions ne dépasseront pas 12 m de hauteur pour 10 m d'envergure.

Plantation

Où planter l’arbre aux mouchoirs ?

Dans son aire d’origine, le Davidia pousse dans les forêts de feuillus, il apprécie donc une ombre légère surtout en été. Mais dans les régions humides, il forme un très bel arbre en isolé. Il résiste à – 15°C sans problème sachant qu’il accroît sa rusticité avec l’âge jusqu’à -28°C. Cet arbre supporte bien les gelées même intenses et qui durent longtemps.

Offrez-lui un sol frais mais bien drainé, riche et bien travaillé. Plantez-le à l’abri des vents forts et froids et des gelées printanières pour qu’il bénéficie de conditions protégées chaudes, mi-ombragées ou sous un soleil doux et ne subisse pas de casse de branches. Il a cependant besoin des rayons directs du soleil pour s’épanouir, mais redoute les situations brûlantes ainsi que la canicule.

Il semble que la variété vilmoriniana soit mieux adaptée au climat occidental.

Quand planter ?

Les arbres en conteneur peuvent se planter de février à avril et de septembre à novembre, en évitant les périodes de gel.

Comment planter ?

Cet arbre est de culture facile en climat frais et humide.

  • Plongez la motte dans un seau d’eau pour bien l’humecter.
  • Creusez un trou au moins 3 fois plus large que la motte et aérez la terre autour avec les dents de la fourche-bêche.
  • Ajoutez quelques poignées de sable et graviers afin d’assurer un bon drainage autour des racines et une bonne dose de compost ou de fumier afin de rendre le sol bien humifère.
  • Plantez un tuteur puis installez la plante dans le trou de plantation.
  • Replacez la terre et tassez légèrement.
  • Attachez le tronc à 1/3 de sa hauteur, au(x) tuteur(s) par un lien souple.
  • Arrosez et paillez généreusement afin de maintenir une bonne fraîcheur.
Arbre aux mouchoirs

Davidia involucrata (photo de gauche Leonora Enking-Flickr)

Entretien et taille

Arrosez régulièrement et en profondeur en été en laissant la terre s’assécher entre chaque arrosage afin de ne pas asphyxier les racines. Cessez d’arroser en hiver.
Vous pouvez fertiliser en automne ou en fin d’hiver en apportant du compost au pied ou un engrais organique.

Il est inutile de tailler si ce n’est pour ôter les bois morts ou cassés à moins que vous souhaitiez diriger l’arbre sur un seul tronc et remonter la couronne pour pouvoir circuler dessous. Si vous souhaitez ne garder qu’un seul tronc, il est nécessaire d’éliminer les troncs secondaires qui poussent en oblique, au cours des 5 premières années de culture.

On ne lui connaît aucun parasite.

Multiplication : marcottage

La multiplication la plus simple consiste à réaliser un marcottage aérien. Le bouturage en fin d’été ou pendant l’hiver est affaire de professionnels. Quant au semis, comme le raconte la petite histoire, la germination des graines est aléatoire et peut demander jusqu’à 3 années. Elle se fait en semant le fruit entier et doit subir le froid !

Marcottage aérien

  • Entre avril et le 15 juin, sur des départs de branches verticales pas trop grosses, faites une incision dans l’écorce et une nouvelle à 2 cm de la première.
  • Décollez l’écorce et entourez la plaie de mousse prélevée sur une souche en décomposition (pas de parasites) et mouillez-la.
  • Entourez la mousse avec une feuille en plastique, maintenue à sa base par du raphia sec assez serré. Compressez bien la mousse avant de refermer le haut. Rajoutez un raphia supplémentaire au centre et un bâtonnet dirigé vers le bas pour faire gouttière.
    Il faut en général 2 ans avant que les racines n’aient colonisé la poche.
  • Coupez au ras de l’insertion et sevrer la marcotte pendant 1 an dans un pot rempli de terre de taupinière mélangée à du terreau de feuille, dans une zone mi-ombragée.

Utilisations et associations

Cet arbre qui demande plus d’une décennie à fleurir s’agissant des espèces types, mérite une place de choix et une belle mise en scène en attendant de contempler sa floraison. Les cornouillers, d’un genre assez proche, conviennent bien notamment Cornus florida blanc ou rose qui fleurit très exactement au même moment ainsi que Cornus controversa, remarquable par sa silhouette étagée garnie d’un feuillage panaché de blanc dans l’idée de réaliser un jardin blanc, associé à l’hortensia Annabelle.

En sol acide, toute la gamme de plantes de terre de bruyère peut compléter le tableau comme des rhododendrons blancs ou rose pâle, des Pieris, Hydrangea, Leucothoe ou encore Corylopsis, etc. En sol calcaire, optez pour des osmanthes, viornes, Aronia, spirées, fusains ou encore des iteas.

Plantez à son pied des vivaces d’ombre capables de couvrir le sol à l’image des tiarelles, pachysandra, fleurs des elfes, roses de Noël, des pulmonaires ou encore des hostas.
Placez-le isolé ou par trois au sein d’une pelouse bien arrosée par un climat humide et frais. En situation plus sèche, préférez l’ombrage léger d’un bosquet de feuillus comme du hêtre.

Le saviez-vous ?

Les tumultes de sa découverte

Le Davidia fut décrit pour la première fois par le Père David (1826-1900), célèbre naturaliste (découvreur du panda) qui a donné son nom à plusieurs plantes chinoises comme le Buddleia davidii (arbre aux papillons) et bien sûr le Davidia. L’arbre fut découvert dans la région de Chengdu au centre de la Chine. Onze ans plus tard ce même explorateur tomba sur une autre variété très proche. Ce sont des pépiniéristes collectionneurs comme Vilmorin en France et Veitch en Angleterre qui chargèrent respectivement les missionnaires Fargès et Wilson de rapporter des graines. Le Français fut le premier à faire parvenir les semences d’un arbre dont une seule graine germa au bout de 2 ans en 1899. L’arbre fleurit en mai 1906 pour la première fois. On peut encore admirer sa floraison de mai, dans la collection des Vilmorin, à l’Arboretum des Barres (Loiret) sur l’arbre qui porte désormais le nom de Davidia involucrata var. vilmoriniana. En effet, Wilson n’avait pas tout perdu dans sa quête puisqu’il rapporta une forme un peu différente de celle de Fargès, à feuillage duveteux qui fut considérée comme l’espèce type. La génétique nous montre que ces deux spécimens n’ont pas le même nombre de chromosomes si bien que leur descendance est infertile et que certains botanistes préfèrent les séparer en deux espèces.

Pour aller plus loin

Découvrez notre gamme de Davidia.

Articles connexes

1 Étoile
2 Étoile
3 Étoile
4 Étoile
5 Étoile
( votes, moyenne: sur 5)
Laisser un commentaire